Chapitre 14

12 minutes de lecture

La lumière du jour commençait à percer à travers les volets lorsque le réveil sonna. Avril se retourna et l’éteignit avant de s’emmitoufler sous la couverture. Elle n’avait pas fermé l’œil de la nuit, pleurant en silence dans le lit de son petit frère. Ronan lové contre elle, elle avait regardé les premières lueurs du soleil illuminer la pièce. Le petit garçon émergea doucement de son sommeil avant d’ouvrir les yeux.

— Bonjour mon petit prince, déclara Avril en le serrant fort dans ses bras.

— Tu m’étouffes ! s’écria Ronan. T’as dormi avec moi ?

— Oui. Allez, habille-toi sinon on va être en retard.

Elle se leva et récupéra quelques vêtements dans la commode avant d’aider Ronan à s’habiller. Ils allèrent ensuite dans la salle de bain où ils se débarbouillèrent le visage. Avril se lava également les dents, bien qu’incapable d’enlever le goût ignoble incrusté dans sa bouche. Elle s’habilla à son tour avant de rejoindre Ronan dans la salle à manger. Elle prépara deux bols de céréales et deux verres de jus d’orange qu’ils mangèrent en silence, encore embrumés par la fatigue.

Quelques minutes plus tard, Isabelle pénétra dans la pièce et embrassa son fils dans les cheveux. Ignorant Avril, elle se dirigea directement dans la cuisine et prépara le petit déjeuner de son compagnon. Le café coula dans la cafetière pendant que des tartines grillaient. Isabelle déposa le tout sur la table au moment où Il s’assit à Sa place.

Ils avalèrent leur petit-déjeuner dans un silence malaisant. De temps à autre, Avril levait les yeux vers sa mère, espérant croiser son regard. Mais celle-ci gardait résolument le visage tourné vers la fenêtre, feignant d’ignorer la présence d’Avril, lui brisant un peu plus le cœur à chaque seconde qui passait.

Lorsque Ronan eut fini son bol, il alla chercher son sac pendant qu’Avril déposait la vaisselle dans l’évier. Isabelle en profita pour partir en silence à son travail, sans prendre la peine de saluer ses enfants. Pendant que Ronan mettait ses chaussures, Il partit à son tour après avoir adressé un clin d’œil à Avril. Son petit déjeuner remonta dans sa bouche, lui brûlant la gorge.

Une fois prêts, Avril et Ronan sortirent dans la fraîcheur matinale et grimpèrent sur le vélo. Alors qu’elle s’apprêtait à s’engager sur la route, une idée traversa l’esprit de la jeune fille.

— Que dirais-tu de ne pas aller à l’école aujourd’hui ? demanda-t-elle à son petit frère qui s’empressa d’exprimer sa joie.

Bien que terrorisée à l’idée d’enfreindre les règles, Avril pédala en direction de la forêt.

***

Le camion était garé devant la maison aux lanternes et malgré l’heure matinale, les habitants étaient déjà habillés. Le sourire d’Etienne s’effaça lorsqu’il ouvrit la porte mais Avril n’eut pas le temps de le remarquer, Raphaëlle l’ayant poussé pour sauter dans les bras de la jeune fille.

— Qu’est-ce que vous m’avez manqué ! Ça fait tellement plaisir de vous voir ! s’écria-t-elle avant de se tourner vers la cuisine pour lancer : Scooby-Doo ! Ramène tes fesses et viens voir qui est là pour ton anniversaire !

Hippolyte fut ému de les voir et les serra longuement dans ses bras. Avril lui souhaita un joyeux anniversaire et s’excusa de n’avoir aucun cadeau.

— C’est pas, grave, ça me fait plaisir que vous soyez là !

Tim semblait agréablement surpris et soulagé mais Avril veilla à rester loin de lui, n’ayant pas oublié l’incident survenu quelques semaines plus tôt. Pour le plus grand bonheur de Ronan, ils annoncèrent avoir prévu de faire de la peinture.

— On a préparé des planches en bois qui iront à l’intérieur du camion, elles sont découpées comme il faut, il ne reste plus qu’à les peindre.

Après avoir enfilé des vieux vêtements prêtés par leurs amis, Avril et Ronan les rejoignirent dehors. Deux grandes planches en bois étaient disposées par terre et de nombreux pots de peinture aux multiples couleurs attendaient d’être utilisés. Vêtu d’un t­-shirt trop grand, Ronan s’empara d’un pinceau et demanda ce qu’il fallait faire.

— Ce que tu veux, répondit Hippolyte. Il faut que chaque millimètre de ces planches soit recouvert de peinture, ça te semble possible ?

— Oui !

Les pots de peinture commencèrent alors à se vider et les planches se parsemèrent de couleurs qui se mélangeaient pêle-mêle. Un grand soleil avoisinait des flocons de neige, des petits bonhommes étaient perchés sur le toit d’une maison sans porte, des montagnes encerclaient un lac.

Ronan tentait de dessiner Bidouille dans un coin pendant qu’Avril peignait des oiseaux un peu partout. Hippolyte s’appliquait à écrire « The Mystery Machine », vidant le pot de peinture orange. Raphaëlle esquissait des formes de toutes les couleurs, s’invitant sur les dessins des autres, avant d’entamer une représentation plutôt fidèle d’un extra-terrestre de renommée mondiale dont Tim ne voulait plus entendre parler. Ce dernier s’était d’ailleurs attelé à la deuxième planche avec Etienne, traçant un mélange de végétation sur toute la longueur du bois. Bien que tout le monde soit concentré sur sa tâche, les blagues fusaient, provoquant les rires. Et au milieu d’eux, celui d’Avril résonnait parfois, maladroit et mélodieux.

En fin de matinée, Tim invita Avril à dessiner des oiseaux sur sa planche achevée. Les tiges se croisaient et s’embrasaient. Des fleurs poussaient au milieu du feuillage et quelques animaux se cachaient sous les branches. Les garçons avaient laissés des espaces afin d’accueillir les oiseaux qu’Avril déposerait sur le bois.

Pendant qu’elle dessinait un nid et des volatiles aux couleurs étranges, Tim resta assis à ses côtés, se contentant de la regarder. Étonnamment, cela ne déplût pas à la jeune fille. Elle se surprit même à aimer cette présence silencieuse mais bienveillante. Ils restèrent l’un à côté de l’autre, sans rien dire, tandis que des oiseaux naissaient sur une planche de bois.

— Eh ! Vous venez ? cria Raphaëlle depuis le perron. C’est l’heure de manger !

Levant la tête, Avril vit qu’il ne restait plus qu’eux deux et que les autres étaient rentrés dans la maison. Gênée, elle termina le dernier oiseau qui prenait son envol dans un coin de la planche et suivit Tim à l’intérieur. Dans la salle à manger, elle découvrit ses amis et son frère recouverts de peinture. Des tâches de couleurs parsemaient leurs vêtements et leur peau, comme des marques de bonheur. Baissant les yeux, elle vit qu’elle était dans le même état.

Le repas qui suivit était constitué de sandwichs et de gâteaux apéritifs. Hippolyte souffla ses dix-sept bougies sur un gâteau au chocolat et à la banane fait maison, au milieu de chants d’anniversaire. Ils retournèrent ensuite dehors, profitant du beau temps pour se lancer dans une partie de football. Bidouille suivait toujours Ronan à la trace, ne le lâchant pas d’une semelle. Au bout d’une heure, Avril finit par déclarer forfait et alla s’asseoir sur les marches de la véranda où Raphaëlle et Hippolyte la rejoignirent quelques minutes plus tard, essoufflés.

— C’est un coriace ton frangin ! s’exclama Hippolyte pendant que Raphaëlle se rendait dans la cuisine. Il a pas école aujourd’hui ?

Gênée, Avril rougit en baissant les yeux. Elle réfléchit à une excuse mais n’en trouva aucune et acquiesça simplement en silence.

— Bah, ça lui fait pas de mal. Ça me fait vraiment plaisir que vous soyez venu. On avait peur de plus vous revoir.

Raphaëlle sortit de la maison avec trois verres de thés glacés et s’assit face à eux, dans l’herbe, après leur avoir donné leur boisson. Ils burent en silence, et applaudirent lorsque Ronan marqua un but dans la cage d’Etienne.

— Tim nous a parlé de tes cicatrices, déclara Raphaëlle.

Voilà. Ils y étaient. Avril se prépara à sortir sa réponse préparée et répétée dans sa tête toute la matinée, mais Raphaëlle la devança.

— On te demande pas de nous expliquer quoique ce soit. On est pas dupes, on sait bien ce qui se passe. En fait, on a toujours eu des doutes, mais on a jamais osé t’en parler, par peur de t’effrayer. Et aussi parce qu’on avait peur de se tromper. On espérait se tromper. Mais on sait qu’on ne peut pas t’aider si tu ne le veux pas. On pourrait prévenir la police, agir dans ton dos, mais le plus simple est que ça vienne de toi. Dans tous les cas, sache que ce n’est pas la peine de nous mentir. Pas ici.

Avril gardait les yeux rivés sur son verre, observant un moucheron se débattre dans le liquide couleur ambre.

— Avec Hippo on voudrait simplement te raconter une histoire, tu en feras ce que tu voudras. Mais quoi que tu décides, on sera là.

Le couple échangea un regard avant qu’Hippolyte ne prenne la parole.

— On voudrait t’expliquer ce qui nous a fait venir ici. Nous n’avons pas vécu la même situation que toi et au fond, on ne sait pas ce que tu vis. Mais nous nous sommes aussi enfermé dans une solitude qu’on pensait salvatrice face à nos problèmes, alors qu’elle était destructrice. Tu veux bien qu’on te raconte notre histoire ?

Délaissant le spectacle du moucheron désormais noyé, Avril croisa le regard débordant de tendresse du jeune homme. Une lueur d’espoir brillait dans les yeux de Raphaëlle. Avril hocha la tête, acceptant sans le savoir de s’engager sur le long et périlleux chemin de la délivrance.

— Il y a quelques années, commença Raphaëlle, j’étais anorexique. Lorsque ma grand-mère, dont j’étais très proche, est morte, je me suis laissée entraîner dans une spirale destructrice. C’était la première fois que j’étais confrontée à la mort. Je veillais à toujours occuper mon esprit : je travaillais, je courais, jusqu’à en oublier de manger. Sans faire attention, je mangeais peu, je me suis perdue dans les cours. Et j’ai découvert une sensation d’anesthésie, comme si j’étais coupée du monde et de mes émotions. J’y suis devenue accro. Cette situation a durée deux ans.

Avril était hypnotisée par ses paroles, découvrant une nouvelle facette de son amie. Elle qui lui avait toujours semblée si sûre d’elle et si joyeuse cachait en fait de nombreux complexes derrière sa carapace.

— Avant que tu ne continues, je pense qu’il faut qu’on lui explique comment on s’est connu tous les quatre, pour que ce soit plus clair, suggéra Hippolyte. Nos parents sont amis depuis leur jeunesse, ajouta-t-il en se tournant vers Avril. On se connaît depuis notre enfance, mais c’est vraiment quand Raphaëlle est entrée au lycée qu’on s’est rapproché. Tim a redoublé et ils se sont retrouvés dans la même classe avec Etienne. Je me suis greffé au groupe, ça semblait normal. Même si j’ai deux ans de moins que mon frère, on a toujours été très proche.

— Et c’est eux qui m’ont sauvé, enchaîna sa petite-amie. Mon corps s’était affaibli, les symptômes alarmant s’accumulaient : perte de cheveux, peau sèche, douleurs, vertiges, et j’en passe. J’étais épuisée, essoufflée et frigorifiée. Pourtant, rien ne m’arrêtait. J’avais perdu le contrôle. Un jour, je me suis évanouie devant mon frère. Jusque-là, il avait bien vu que je n’allais pas bien, il m’obligeait parfois à manger, mais je crois que ça a été la goutte de trop. Il a prévenu nos parents, ils ont réussi me ramener à la raison, avec patience, et j’ai entamé ma rémission.

À l’ombre des érables sycomores, Ronan caressait Bidouille pendant que Tim et Etienne s’étaient engagés dans un duel au ballon, la victoire revenant à celui qui marquerait le premier dans le but de l’autre.

— Parallèlement, j’ai moi aussi eu quelques problèmes à l’école. Quand mon frère est parti au lycée, je me suis retrouvé seul, sans amis. Très rapidement, les autres élèves m’ont repéré et on fait de moi leur cible favorite. C’était d’abord des blagues, puis des insultes, et les coups sont venus. Les récrés, les cours de sport et les travaux de groupe étaient devenus un enfer. Au début, j’en ai parlé à mon père une ou deux fois, mais il m’a simplement répondu de les laisser faire, de les ignorer, et ils finiraient par arrêter. Ça n’a jamais marché, au contraire. C’est un peu de ma faute, je n’ai jamais raconté ce qu’il se passait exactement, ni à mes parents, ni à mon frère, ni à mes amis. J’avais trop honte.

— Ne dis pas ça, l’interrompit Raphaëlle en posant une main sur le genou de son copain. Ce n’était pas de ta faute.

— Oui, je le sais maintenant, murmura-t-il dans un souffle. Je ne comprenais pas vraiment, tout ceci me semblait, disons « normal », reprit-il après un court silence, perdu dans les yeux bleus lagons de Raphaëlle. Je me doutais qu’il y avait un problème quelque part, mais je ne m’y attardais pas. Une fois arrivé au lycée, j’espérais que tout ceci s’arrêterait. Mais je me suis retrouvé avec les mêmes élèves. Je passais les récrés avec mon frère, Raphaëlle et Etienne, quand c’était possible. Sinon, je m’enfermais dans les toilettes. Et pendant les heures de cours, ça continuait. Un jour, ils m’ont trouvé caché dans les toilettes. Ils se sont moqué de moi et m’ont plongé la tête dans une cuvette. Un surveillant est arrivé, il a tout vu. Il les a emmené voir le directeur, mais je ne lui ai pas laissé le temps de me poser de questions, je suis rentré chez moi. Il n’y avait personne. Dans l’armoire à pharmacie, j’ai pris toutes les boîtes de médicaments que j’ai trouvées. J’ai avalé les pilules une par une, mécaniquement. Je n’ai pas réfléchi à ce que je faisais, ce que ça signifiait.

Il s’interrompit, rassemblant ses pensées. Raphaëlle en profita pour poursuivre.

— Le surveillant qui avait dénoncé ses bourreaux est venu chercher Tim en cours quand il a vu qu’Hippolyte était parti. Il ne l’a jamais su, mais il lui a sauvé la vie. Tim est directement parti chez lui. Avec Etienne on a essayé d’appeler Hippo sur son téléphone mais il ne décrochait pas. C’est Tim qui l’a trouvé, inconscient.

— Je suis resté une semaine à l’hôpital. Quand je me suis réveillé, Raphaëlle était là, à mon chevet. Elle me regardait. La première chose qu’elle a fait, ça a été de m’embrasser. Spontanément. Naturellement. C’est là que j’ai réalisé que j’aurai pu mourir. Si j’avais demandé de l’aide, les choses ne seraient pas allées jusque-là.

— Hippolyte a tout raconté à ses parents, en ajoutant qu’il ne voulait plus retourner au lycée. Etienne a eu l’idée qu’on prenne tous les quatre une année sabbatique et qu’on vienne ici. Et même si on est heureux aujourd’hui, qu’on a dépassé tout ça, on n’est pas complètement guéri et on ne le sera jamais. Tout ça nous a marqué. Mais on a été aidé, avant qu’il ne soit trop tard, parfois de justesse.

— Avril, laisse-nous t’aider avant qu’il ne soit trop tard, murmura Hippolyte.

— Quand tu seras prête, on sera là, ajouta Raphaëlle.

La jeune fille avait les yeux embués, les arbres étaient devenus flous, cachés par un voile d’eau. Elle ne répondit pas, préférant garder le silence afin de laisser l’histoire qu’elle venait d’entendre s’imprégner dans son esprit. L’histoire de Raphaëlle, d’Hippolyte, de leurs chemins qui se sont croisés et unis face à la vie qui les a pris pour un punching-ball mais qui le lui rendent bien en la croquant aujourd’hui à pleine dent, jusqu’à la faire saigner, jusqu’à la faire crier, jusqu’à la faire vibrer, jusqu’à la ressentir et la vivre.

Bidouille s’approcha d’eux, sa langue pendant hors de sa bouche. Il s’allongea par terre et posa sa tête sur les genoux de Raphaëlle.

— Tiens, on n’a pas parlé de toi, déclara la jeune fille en caressant la grosse tête de l’animal. C’est Etienne qui m’a offert cette boule de poil pendant ma rémission. C’est bête, mais elle m’a bien aidée.

— T’as qu’à sortir avec lui aussi, se moqua Hippolyte.

— J’y pensais justement.

Avril observa le jeune couple se taquiner, écoutant leur amour réciproque dissimulé dans leurs mots. Chaque syllabe cachait un bout de leur être qu’ils s’échangeaient sans avoir à se toucher.

Ronan vint s’asseoir sur les genoux de sa sœur pendant que Tim et Etienne abandonnaient leur duel interminable, les rejoignant.

— Et nous, on a pas le droit de boire ? lança Etienne en souriant.

Ils rentrèrent goûter puis Avril et Ronan montèrent se doucher afin d’effacer toute trace de peinture avant de rentrer chez eux. L’eau se teinta de couleurs multiples, emportant les tâches de joie.

Ils s’en allèrent après avoir promis à leurs amis de revenir à la fin de la semaine. Raphaëlle serra longuement Avril dans ses bras avant de les laisser partir. Ronan chantonnait sur son siège pendant qu’Avril pédalait sur la route pour rejoindre le village. La journée touchait à sa fin, le ciel commençait à perdre de sa clarté. Mais rien ne pouvait enlever le sourire qui avait pris place sur le visage de la jeune fille. Elle tenait le guidon d’une main, caressant de l’autre une tâche de peinture restée à l’intérieur de son coude, tâche de joie secrète qu’elle conserverait précieusement, même une fois effacée.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0