Chapitre 4

4 minutes de lecture

Les volets étant fermés et les lumières éteintes, la chambre de Ronan était plongée dans le noir. Dans l’obscurité, il était difficile de discerner le contour des meubles : les murs blancs, la commode blanche, la table de chevet blanche et les draps, quadrillés de noir et blanc, se fondaient avec les ombres. Quelques dinosaures en plastique traînaient sur la moquette et un cartable était posé dans un coin, oublié depuis la fin des classes.

Une petite lumière chaude s’échappait des portes en persiennes du placard, donnant l’impression que toute personne qui l’ouvrirait basculerait dans un autre univers. À l’intérieur, adossée au mur, Avril écoutait la musique que le vieux lecteur CD du père Mathieu déversait dans son oreille. Collé contre elle, Ronan tenait l’autre écouteur, trop grand pour sa petite oreille, afin de ne pas perdre une miette du morceau. La guirlande lumineuse accrochée au mur illuminait juste comme il faut le petit espace, révélant les nombreuses images qui recouvraient la moindre parcelle de peinture. Une carte du monde, une image de Neil Armstrong sur la lune, une vieille carte postale de la ville, une photo de chats, la planète Terre, des coloriages, des publicités : n’importe quoi pouvait faire office de décoration. Les jeux de construction et les puzzles étaient empilés dans un coin, constituant la faible collection de jouets de Ronan.

Les écouteurs grésillants recrachèrent les dernières paroles de la chanson, mettant fin à la traditionnelle écoute du soir. Avril les débrancha, rangea le CD dans sa boîte et le déposa sur ceux récupérés dans le grenier du père Mathieu. Ronan se serra un peu plus contre sa sœur et ils restèrent silencieux, les yeux dans le vide. Contre son menton, Avril sentait les cheveux encore humides du petit garçon.

Ils étaient rentrés sous la pluie et avaient foncé sous une douche chaude dès leur arrivée. Après avoir joué un petit moment avec Ronan, Avril avait aidé sa mère à préparer le dîner, qui s’était écoulé dans une atmosphère lourde et silencieuse dès qu’Il était rentré. Puis, Avril avait fait la vaisselle avant de rejoindre son frère dans leur petite bulle.

— On ira les voir ? demanda Ronan, son doudou serré contre lui.

— Qui ça ?

— Les gens de la maison aux lanternes.

— Je ne sais pas, répondit Avril en soupirant.

— Ils sont gentils. Je les aime bien. Il y en a un, il a un nom rigolo !

— Hippolyte ?

— Oui ! Ça ressemble à l’oiseau dont tu m’as parlé aujourd’hui, le trapéziste.

— Le troglodyte.

— Oui, c’est ça.

Avril ne savait pas quoi penser du groupe. Ils semblaient gentils, bien qu’Etienne la mette mal à l’aise, mais elle avait toujours été intimidée en présence de personnes qu’elle ne connaissait pas. Elle n’avait aucune envie de retourner là-bas, faire connaissance, faire la discussion, faire des efforts. Sourire. Elle avait peur.

— Bon, c’est l’heure d’aller se coucher. Tu me parles d’un rêve ? murmura la jeune fille.

Chaque soir, avant de coucher Ronan, Avril lui demandait de lui raconter quelque chose qu’il aimerait faire dans sa vie, comme aller dans l’espace, voir des kangourous, faire le tour du monde, voler en montgolfière, … La liste était longue. Avril voulait s’assurer que Ronan n’oublie pas ses rêves d’enfant, elle veillait à ce qu’ils ne s’éteignent jamais.

— Je veux voir la mer. Je veux marcher sur la plage, faire des châteaux de sable et du cerf-volant.

Avril leva les yeux et regarda le pan de mur qui se trouvait face à elle, entièrement recouvert de photos de la mer récupérées dans des magazines ou imprimées sur des cartes postales. Elle aussi voulait la voir. C’était leur vœu le plus cher.

— Je te promets qu’un jour, on ira tous les deux à la plage, on marchera dans l’eau, on ramassera des coquillages et on cherchera les plus beaux galets, murmura-t-elle, sa bouche contre l’oreille de Ronan.

— Tu promets ?

— Oui, répondit-elle en le serrant un peu plus fort.

Ronan lui rendit son étreinte et ils restèrent dans les bras l’un de l’autre pendant quelques minutes. Avril aimait sentir ce petit corps plein de vie contre le sien, morne et fatigué. Elle finit par s’écarter en annonçant qu’il était temps d’aller se coucher. Ils sortirent du placard après avoir débranché la guirlande et Ronan se glissa sous sa couverture, tenant Neil, son vieux doudou, contre lui. Avril alluma la lampe de chevet et attrapa l’exemplaire de Le Petit prince corné et décoloré tant il avait été lu et relu. Chaque soir, Avril lisait un chapitre à Ronan, et lorsqu’ils parvenaient à la fin, il le recommençait encore et encore, tant et si bien qu’elle était maintenant capable de réciter l’histoire sans lire le texte. Ils ne lisaient cependant jamais la dernière page et pouvaient donc considérer n’avoir jamais terminé l’histoire.

— Alors, où en étions-nous ?

— Il va arriver sur la Terre.

— Ah oui. Alors. « La septième planète fut donc la Terre. La Terre n’est pas une planète quelconque ! On y compte cent onze rois (en n’oubliant pas, bien sûr, les rois nègres), sept mille géographes, neuf cent mille businessmen, sept millions et demi d’ivrognes, trois cent onze millions de vaniteux, c’est-à-dire environ deux milliards de grandes personnes… »

Les paupières de Ronan se firent plus lourdes au fil des mots. À la fin du court chapitre, Avril referma le livre et embrassa son frère sur le front.

— Je t’aime, dit-elle.

— Jusqu’à la lune, termina-t-il à moitié endormi.

Avril sortit de la chambre et ferma doucement la porte. Le couloir était faiblement éclairé par la lumière de la télévision en provenance du salon. N’y prêtant pas attention, elle alla se coucher à son tour, exténuée par les émotions de la journée.

Plus tard dans la nuit, alors qu’elle dormait, la porte de sa chambre s’ouvrit doucement et se referma silencieusement. Les draps se soulevèrent, un corps se colla contre le sien et une main se glissa entre ses jambes.

Annotations

Recommandations

Flora Lune
Journal d'une étudiante de septembre à juin.

Nouvelle initialement écrite pour Rêves de Lignes
11
0
0
4
Défi
Tom Men

— Je vous souhaite la bienvenue à tous chez Prophéties et Associés, la plus grande fabrique de légendes de l'Univers !
 L'hôtesse, à la peau bleue comme des saphirs, nous souriait en dardant sur nous des yeux brillants tels des étoiles. J'y étais enfin ! Mon premier jour dans l'entreprise de légendes la plus réputée de toute la Création. C'était surtout ici, cent ans avant qu'elle ne se réalise, que la prophétie de Zadear et la princesse de glace avait été écrite. L'auteur était depuis éternellement connu et adulé : il avait réussi à créer le couple le plus parfait de tous les temps et pacifier la planète la plus habitée par la même occasion, rien que ça !
 On nous fit visiter une partie des locaux, de l'atelier de fabrication de la lumière céleste aux salles de réunion des plus grands prophètes de l'Histoire. Il y avait partout des fontaines d'éther, des micro-nuages stellaires holographiques et des statues des Infinis, des hérauts dont le travail était tout simplement inégalable.
 Un homme se présenta alors devant nous. Il avait des yeux rouges et oranges, sa peau rutilait comme un diamant et sa toge, d'un blanc immaculé, semblait faite de nuage. Il murmura quelques mots à l'oreille de l'hôtesse avant de se tourner vers nous.
— Bonjour à tous. Avant de vous séparer dans nos différentes équipes, nous allons procéder à une évalution de votre potentiel d'inventivité. Suivez mademoiselle Nariel quand elle appelera votre nom, je vous prie.
 Le mien fut le troisième. L'hôtesse me mena à travers quelques couloirs. Le trajet me parut interminable, comme une suite de portes, toutes fermées, qui vous oblige à poursuivre votre route sans pour autant voir la destination. Nariel me fit entrer dans un bureau. Les murs, recouverts de motifs floraux or et argent, étaient éclairés par un immense globe universel qui flottait au-dessus de son terminal. Près de l'installation, deux personnes étaient assises à une table de verre. La première avait une tête triangulaire recouverte d'écailles chatoyantes, tandis que la seconde ne montrait pas son visage : il était enfoui sous une tonne de longs poils brun-roux. En me voyant entrer, chacun se présenta, l'un après l'autre.
— Susssie, dit le serpent avec une voix rauque de femelle Sarpanta.
— Stoaktitoothrrrork, dit l'homme-serpillère, mais tu peux m'appeler Rork.
— Aely, me présentai-je avant de m'asseoir.
 Nariel déposa un porte-documents sur la table et en sortit un parchemin, qu'elle tendit aux prophètes, puis quitta la pièce. Pendant qu'ils discutaient, je laissai mon regard parcourir le globe. C'était une représentation intégrale de l'Univers mesurant près de trois mètres de diamètre. A l'intérieur, on y découvrait une vingtaine de petits repères lumineux de différentes couleurs, représentant des prophéties en cours.
 Les rouges, tout d'abord, étaient celles qui avaient échoué. C'était peu fréquent, surtout chez Prophéties et Associés, mais il n'était pas impossible que le sujet d'une prédiction meurt avant de la résoudre. C'était la principale cause d'échec. S'ajoutaient à ça le risque de dissipation spatiale, la concurrence, et, malheureusement, la malchance de voir que le héros ne trouve pas son oracle.
 Les vertes, ensuite, étaient celles qui avaient été accomplies. Le globe en comptait douze, un peu partout. Le seul moyen pour une prophétie de se réaliser était d'observer un mode d'emploi très précis : découvrir l'oracle et suivre ses instructions à la lettre. Un seul pas de travers de la part du sujet pouvait tout faire échouer.
 Les jaunes étaient en déplacement : attaché à un rayon de soleil, elles prenaient le trajet le plus rapide vers leur destination. Les bleues quant à elles, étaient en cours de réalisation. Je savais qu'il me suffisait de toucher l'un des points pour faire apparaître un écran présentant les événements, passés ou présents.
 Je remarquai qu'il y avait un espace non représenté sur le globe. Avant que je ne puisse m'y attardé, les prophètes se tournèrent vers moi.
— C'est un très bon projet de fin d'année que vous avez présenté à l'Académie des Jumeaux Devins.
— Merci.
— Papier de l'Arbre Feror, sur la planète Neuvis, encre de lumière vusrinéene à la plume - très belle écriture d'ailleurs.
— Sujet original. La situation sur Grara vous déplaît ?
— Je suis née là-bas. Depuis l'avénement du faux-roi, tout a changé.
— Attention alors, siffla le serpent. Dans une prophétie, vous ne pouvez absolument pas vous impliquer.
— J'ai mis une année graraïque pour l'écrire. Je ne fais plus ce genre d'erreur.
 Ils se regardèrent - si Rork voyait quelque chose. Puis Susssie se leva et contourna le globe. Elle passa près de la zone noire, siffla, puis désigna un endroit à l'autre bout de l'Univers. L'hologramme se transforma pour afficher une unique planète.
— Saolia, pour un premier test, Rork ?
— Pourquoi pas ? Ils sont habitués à recevoir nos prophéties.
— Excusez-moi, mais pourquoi il y a une zone floue sur votre mappe ?
— Ah, la Voie lactée...
 Susssie revint en arrière et zooma sur le néant présent sur son image. Rork plaça sa tête entre ses énormes mains, coudes posés sur la table.
— Nous étions trois dans ce bureau, avant. Le dernier a été remercié il y a quelques siècles.
— Notre partenaire a perdu les pédales pendant nos vacances. Il a littéralement bombardé une planète de prophéties. En moins de deux siècles autochtones, il y a mis près de cinquantes messagers.
— Il a même brisé la première règle du prophète.
— Ne jamais s'adresser directement ou indirectement au sujet, récitai-je.
— Pauvre Dieu, je ne sais même pas ce qu'il est devenu, déplora Rork.
— Depuis deux milles ans, la zone est en quarantaine. Les experts pensent qu'il y en a encore pour un moment.
 La sarpanta replaça l'hologramme sur Saolia, puis revint s'assoir. Elle me tendit un parchemin vierge, Rork me donna une plume d'oiseau-shird à pointe de cristal.
— Voyons comment tu te débrouilles avec le stress. Tu as un an pour écrire et réaliser une prophétie.
— Un an ici ?
— Autochtone, s'esclaffa Rork. On a à peine le temps de prendre notre pause, alors tu devrais te dépêcher !
 Sussie régla alors un sablier puis ils quittèrent la pièce en lançant le "A toute à l'heure !" le plus stressant de toute ma vie.
3
2
8
4
Feerieland
Abigail une adolescente solitaire et un peu bohème vit avec sa mère dans le Nevada et rêve de devenir actrice ou chanteuse. Sa mère n'a surtout pas envie qu'elle ait la même vie qu'elle, enceinte encore adolescente, abandonnée par le père et vivant d'un emploi de serveuse sans interêt.
7
4
14
23

Vous aimez lire Croque Morts ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0