10 - Golden Son

5 minutes de lecture

 Je prends nonchalamment la direction du métro, traîne essoufflé bagages et violon en prenant soin de ne pas esquinter l’étui. Une rayure et je sais à quoi je m’en tiendrai pour la soirée. Pendant ce temps, William me suit en pianotant sur son portable.

 - T’es sérieux ? me sort-il quand il relève la tête. Le métro ?

 Ses sourcils froncés et son air sceptique m’aident à réaliser que Monsieur n’a plus l’habitude des transports en commun. Embarrassé, il se passe une main derrière la nuque avant de réquisitionner mon portable.

 - Mon forfait est limité, se justifie-t-il devant mon air agacé.

Surtout quand il s’agit de passer un coup de fil à Louise…

 Il appelle rapidement un taxi, nous fait remonter les escaliers que nous venons de descendre pendant que je traîne ses affaires à bout de bras. Heureusement, notre voiture finit par arriver. Le conducteur récupère les bagages qu’il enfourne dans le coffre.

 - Celui-ci je m’en charge, le remercie William en récupérant son violon.

 Je grimpe avec lui à l’arrière tandis que le moteur démarre. Aussitôt, un silence accablant s’installe dans l’habitacle, silence appuyé par la radio, par cette étrange proximité retrouvée. Une odeur de cigarette s’échappe des sièges. Le regard perdu dans le vide, j’observe la ville et ses lumières. Lui ne décolle pas de son écran.

 - Alors… Comment ça se passe ? lance-t-il sans lever les yeux de son portable.

 - Mmm… Ca se passe.

 - Tu t’entends bien avec ton professeur ?

 - Mmm.

 - Il parait que tu fais une pause ?

 - Tu sais très bien que Claire exagère toujours.

 - Tu sais, ça m’est arrivé aussi. De tout vouloir plaquer, de me demander à quoi ça servait tout ça. Si ça en valait vraiment le coup. Parfois, faire une pause est vraiment bénéfique.

 - Ca t’est déjà arrivé ? Je ne m’en souviens pas…

 Ses doigts s’arrêtent sur le clavier, il repose brièvement son portable.

 - D’accord, ça ne m’est jamais arrivé. Mais c’est arrivé à un pote, et ça l’a aidé. Vraiment.

Dit le frère prodigue, titulaire au philarmonique de New York. Rappelle-moi combien il y a de violonistes dans un orchestre ? Pour combien de pianistes ?

 Je soupire, fatigué d’avance, en pensant aux très longues soirées que nous allons devoir passer ensemble.

 Après une demi-heure de route, la voiture finit par se garer au pied de l’immeuble. Le chauffeur décharge rapidement les valises, demande son dû.

 - Tu as de quoi payer ? me lance William.

 Je n’ai même pas le temps d’attraper les bagages que je ferme les yeux et prends sur moi.

 - Combien ? demandé-je agacé.

 - Soixante-dix.

 Je sors le portefeuille de ma poche et lui tends les billets.

 - Plus de crédit et pas un sous, hein ?

 William me remercie d’un clin d’œil. Une technique que les filles trouvent charmante mais qui a le don de me hérisser le poil. Je rassemble valises et violon pour le premier étage, pendant que le chauffeur redémarre, abandonnant mon frère derrière lui. J’aurais préféré qu’il l’embarque.

 Il doit être pas loin de dix-neuf heures quand je tourne enfin la clé dans la serrure. Même à cette heure tardive, pianos et violons résonnent encore, bien que plus discrètement qu’en journée. Je pousse la porte du coude, rentre les bagages pendant que William découvre les lieux.

 - Eh oui, pas d’insonorisation ! lâché-je, ironique, en le voyant planté à l’entrée.

 Je pose le violon sur le sofa et quitte mon manteau pour me diriger vers la cuisine. Un paquet de ramen fera l’affaire : je prépare mes arrières. De toute façon, je ne risque pas de passer une soirée de rêve. Je sors la casserole, mets l’eau à bouillir, me retourne pour voir ce que fiche William, alors qu’un courant d’air glacial me glisse dans le dos.

Où est-il encore passé ?

 La porte est grande ouverte, j’entends sa voix sur le pallier, ainsi que celle d’un autre locataire.

 Curieux, je le rejoins à moitié frigorifié. William en profite pour m’attraper par les épaules et me présenter :

 - Maxime, mon petit frère.

 Je dévisage le locataire en question sans comprendre, avant de réaliser qu’il s’agit de mon voisin. Celui que j’ai aperçu sur scène une semaine plus tôt. Je reste interdit. William, qui finit par sentir ma gêne, comble le vide :

 - Il n’est pas très bavard, il faut l’excuser.

 Instinctivement, mon regard se porte sur ses mains. Ses doigts sont longs et fins, ses ongles coupés courts, comme on peut s’y attendre de la part d’un pianiste de ce niveau. Il finit par sourire, même si je sens une pointe de sarcasme dans sa réponse.

 - Pas de soucis. De toute façon je ne reste pas longtemps. N’hésite pas à passer, à l’occasion.

 - Je n’y manquerai pas.

 William lui adresse un signe de la main alors qu’il disparait, puis me pousse à l’intérieur et ferme derrière nous. Je mets quelques secondes à retrouver mes marques, tout en tentant de comprendre ce qui vient de se passer :

 - Tu le connais ?

 - Non. Je viens de le croiser alors qu’il sortait. Je lui ai proposé d’aller boire un verre et il a accepté. Les relations, Maxime, c’est comme ça qu’on se fait un réseau.

 - À quoi ça te servirait ? Tu bosses à New York de toute façon.

 - Pas le mien, le tien. Considère ça comme une marque de gratitude de ma part.

 À cet instant précis, je sens la colère me gagner. J’hésite à prendre toutes ses affaires et à les balancer par la fenêtre. William le génie ou comment jouer au grand frère modèle : ou comment réapparaitre du jour au lendemain après avoir disparu trois ans.

 L’eau bout. Je décide d’aller me calmer sur les ramen.

Et c’est moi qui lui prépare son repas en plus…

 Affalé sur le sofa, il ne quitte plus son portable. Ses doigts pianotent à toute vitesse sur l’écran. Vu le sourire béat qu’il affiche, il discute probablement avec Louise.

 Je sors les bols, verse l’eau bouillante sur les nouilles, puis lui apporte le sien sur un plateau.

 - Bon appétit, lancé-je, satisfait.

 - Déjà ?

 Il peine à décrocher mais finit tout de même par jeter un œil à son diner. En une fraction de seconde, son visage devient livide. Son air se décompose. Son assurance s’échappe. On dirait que je viens tout juste d’égorger une vache devant lui.

 - Je… Je ne peux pas manger ça, bafouille-t-il. Ce n’est pas de la nourriture !

 - Il va pourtant falloir t’y faire, car on dirait que tes maigres espérances d’un repas sain viennent de s’échapper avec la note du taxi…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Mon cher Edouard !

Ce soir en remontant la vallée de l'Issole, j'ai croisé de "verts souvenirs"...
Une symphonie jouait sur la route : la forêt et la montagne s'offraient à moi dans un camaïeu de vert !
Le vert, que dis-je, les verts : champêtre des érables, chatoyant des sycomores aux pétioles rouges, le vert mat, opaque et dentelé des ormes des montagnes, glauques des aiguilles de pins sylvestres et abrupte des pins noirs, doux et argenté des tilleuls, sombre des épicéas, le vert éclatant des pousses de printemps des sapins, tendre et fleuri des robiniers et des frênes, le vert duveteux des alisiers blancs, ... ce vert lumineux de l'espérance, ce vert de mon uniforme de garde forestier.

5
20
0
0
Défi
phillechat
Demain, la justice
8
2
0
1
Défi
Natsyn007

Des yeux sans couleur exacte, une mine renfrognée, un physique banal, le reflet que renvoie le miroir n’est guère flatteur. Tu flottes dans ce vieux t-shirt deux fois trop grand pour toi. Tes jambes nues portent encore les éraflures du chat siamois aux yeux vairons de ta grand-mère qui te déteste. Cette mine renfrognée est d’ailleurs due à ces éraflures qui te défigurent tes jambes que tu ne trouves pas si mal.
Ta mère te trouve trop mince. Tu remontes l’ourlet du t-shirt jusqu’à tes côtes et inspire fort. Tes côtes en ressortent plus saillants. « Elle a probablement raison », que tu te dis. Tu soupire en relâchant le t-shirt. Tu te rapproches du miroir. Tu parais timide, introvertie, sans importance. Ta silhouette fluette tantôt critiquée, tantôt admirée te donne envie t’effacer. Littéralement. Puis ensuite te redessiner selon leurs critères. Tu tires sur le col du t-shirt : des clavicules saillantes apparaissent. Tu les aimes bien pourtant. Mais ce n’est pas l’avis de tous. Pour eux, c’est scandaleux, c’est affreux, c’est effrayant. Tu te retournes, relève le vêtement jusqu’à tes fesses. Tu portes une culotte en coton gris clair. Tu as un petit fessier à peine rebondi. Sur la fesse gauche, cachée sous ce tissu en coton gris clair, se trouve cette grosse tâche noire, souvenir d’une brulure au lait très chaud. Tu ne les trouves pas moches tes fesses, tu les aimes bien. Ce qui n’est toujours pas aussi du goût de tout le monde.
Tu remontes encore plus le t-shirt jusqu’au milieu du dos. La tâche noire qui suit ta colonne vertébrale s’y trouve toujours encore après toutes ces années. Tu ne l’aimes pas, tu aimerais l’effacer avec une gomme.
Tu refais face au miroir. Il te renvoie toujours la même image peu flatteuse. Mais si l’on se rapproche, si l’on voit bien tout au fond de ces yeux oscillants tantôt entre le noir et le marron, tantôt entre le gris foncé et le marron, on y voit ta vraie beauté. Dans ton regard, on voit à quel point tu es en paix avec toi-même. A quel point tu es pugnace, stricte, forte, juste, rêveuse, empathique, altruiste, bosseuse, indépendante, insolente, douce. Tu trouves tes imperfections parfaites. Et à cette question : « miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? », tu réponds toujours : « Je n’en ai vraiment à foutre de le savoir ! ».
3
2
3
2

Vous aimez lire Gwenouille Bouh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0