Mais, sans doute le sais-tu

Moins d'une minute de lecture

Mais, sans doute le sais-tu,

Toi dont l’évanescente silhouette

dirait plutôt ta disparition,

que ta venue en présence,

à peine sommes-nous

venus à nous,

tellement il est difficile

de vivre

sous la pesée du ciel,

le regard lourd de la terre,

l’eau qui, parfois,

tombe du Ciel

 et nous convoque au Déluge.

 Autrement dit à la fête du Néant.

Mais que je te dise plutôt

le site de mon errance.

Le sable est bosselé,

 parcouru de tapis

d’herbe verte,

jaune par endroits,

grise dans les creux,

 irisée de vent

en haut des dunes.

Des grappes de nuages

flottent à mi-ciel.

L’immense est une perte bleue

avec des déchirures de lumière.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

LéaC
Mes enfants l'ont fait. J'ai attendu qu'ils dorment pour le refaire. Valait mieux.
578
1045
5
6
Défi
Opale Encaust
Tout est dans le titre.
1212
986
22
13
Jean-Paul Issemick
Nouvelle série des pensées interlopes.
351
406
3
7

Vous aimez lire jean-paul vialard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0