Chapitre 1

4 minutes de lecture

Ils étaient quarante. Quarante proscrits, enchaînés au fond d’un couloir sombre, à creuser la roche pour en extraire le cuivre qui enrichissait leur maître. C’était un travail pénible dans le bruit et la poussière et beaucoup enviaient leurs collègues qui transportaient les seaux pleins de minerai ou les fondeurs qui produisaient les lingots parce que eux au moins voyaient le soleil de temps en temps.

Cette bande d’esclaves était surveillée par des gardes qui faisaient régulièrement des rondes. L’un d’eux justement, avait osé affronter les conditions infernales qui régnaient pendant le travail pour faire sa tournée. Il examinait les moindres détails, depuis la façon dont ils maniaient la pioche jusqu’à la vitesse à laquelle se remplissaient les seaux, prêt à sévir à la moindre défaillance.

Le plus proche de l’entrée, Meton, surveillait son passage tout en maniant le pic d’une façon crédible bien qu’en réalité il n’arracha pas beaucoup de roche à la paroi. C’était un Helariasen, un représentant de ce petit royaume insignifiant des mers du sud. Quelques mois plus tôt, des pirates avaient effectué un raid sur son pays pour capturer des esclaves. Certains d’entre eux avaient été revendus à cette mine. C’est pourquoi il était là. Il avait huit compatriotes avec lui au fond, et trois autres qui assuraient le transport.

Meton regarda le garde-chiourme qui disparaissait au tournant du couloir. La galerie n’était pas longue. Il n’allait pas tarder à faire demi-tour et à revenir. Des cris rageurs leur parvinrent soudain du fond de la mine, suivis de bruits de coups et de hurlements de douleur. Son voisin de chaîne se pencha vers lui. « Je lui crèverai la panse à ce salaud.

— Il faudra attendre ton tour, lui répondit Meton. » Le gardien repassa dans l’autre sens. Sa matraque, qu’il avait accrochée à sa ceinture, était maculée de sang. Il avait mis les tâches bien en évidence, afin que tous les prisonniers les remarquent. Il se dirigeait d’un pas nonchalant vers la sortie. Sa silhouette s’encadra un moment dans la lumière du soleil, le temps pour lui de donner un dernier coup d’œil à son troupeau. Puis il se détourna d’eux et disparut à leurs regards. Ils étaient tranquilles pour un bon moment.

Le voisin de Meton put parler plus haut maintenant qu’ils n’étaient plus surveillés. « Ce salaud est responsable de la mort de celui qui occupait ta place avant. Il l’a battu à jusqu’à ce qu’il en crève.

— Ça coûte cher un esclave. Comment a-t-il pu en tuer un sans que notre maître le réprimande ?

— Il a mis ça sur le compte d’un accident. Comme d’habitude. » Meton ne dit rien, il n’y avait à dire que des lieux communs. « Je m’appelle Zimoa, du royaume de Diacara. Et toi ?

— Meton, je viens du sud de l’empire Okarian.

— Pourquoi es-tu ici ? questionna l’ancien prisonnier.

— Pour vol, répondit Meton, on est venu me chercher chez moi pour m’enfermer ici.

— Tu es un voleur ?

— Je n’ai pas dit ça. Je n’ai jamais rien volé de ma vie. Mais la victime m’a identifié.

— Un condamné innocent. Quelle originalité. » Meton lui adressa un regard agressif qui calma la gouaille de son voisin. « Tu n’es pas de l’Okarian, reprit Meton, comment es-tu arrivé ici ?

— Je menais une caravane à travers le Cairns quand mon propriétaire est mort. Son héritier m’a vendu à celui de la mine.

— Ton propriétaire ? Tu étais un esclave ?

— Au Cairns, il n’y a que les citoyens et les esclaves. Si tu n’es pas l’un, tu es l’autre. Un étranger qui veut traverser le pays doit donc se trouver un maître pour la durée de son voyage.

— J’avais entendu parler de cette pratique. Je n’y croyais pas avant aujourd’hui. Mais ça veut dire que tu es innocent toi aussi. Que tu n’as commis aucun crime sauf à vouloir commercer avec un royaume qui marche sur la tête.

— Je n’ai été accusé de rien. Juste vendu. » Zimoa jeta un coup d’œil vers la sortie. « Il faut se remettre au travail, dit-il, si on n’a pas ramassé assez de minerai d’ici ce soir, ils vont nous le faire payer. »

Zimoa leva son pic. Meton l’arrêta d’une main sur l’épaule. « Frappe plutôt ici, lui dit-il

— Ici, mais c’est hors de la veine, il n’y a que de la roche, pas de minerai.

— Justement. Ils veulent que l’on creuse, on va creuser, mais pas question que cela leur rapporte. Ils n’auront que des pierres sans valeur à se mettre sous la dent.

— Ils ne vont pas aimer.

— Nous ne sommes que de simples esclaves achetés au rabais. On ne peut pas nous demander d’avoir la connaissance des roches.

— T’as pas tort. T'es un malin toi.

— Fais passer aux autres.

— Je vais me gêner » Zimoa se tourna vers son voisin et lui chuchota quelques mots à l’oreille. En un instant le message se répandit jusqu’au fond de la mine. Le travail s’interrompit. « Quand le patron va voir ce qu’on lui envoie, il va être furieux. Il va sûrement envoyer quelqu’un pour voir ce qui se passe.

— Il aura perdu pplusieurs jours de production, c’est déjà ça de gagné. Et de toute façon je n’ai pas l’intention d’être encore là quand il s’en apercevra. » La surprise immobilisa Zimoa en pleine action. « Tu veux t’évader ? » Meton posa un doigt sur ses lèvres pour lui intimer le silence. « Ce soir. Quand nous serons enfermés, je te dirai tout. » Zimoa hésita un long moment. « J’y compte bien, dit-il. » Puis il reprit son travail.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Larousse


Coucou tonton,
Je ne sais pas si tu m’entends, de là-haut, mais tant pis. Tu sais, depuis ta mort, j’ai gardé une photo de nous dans mon portefeuille. Elle est vieille mais je la trouve magnifique. C’est toi qui m’apprends à faire du vélo. Tu tiens mon guidon et tu m’aides à avancer et moi, je pédale en me prenant pour une reine, tellement fière de tenir sans tomber sur mon petit vélo tout rose. En arrière-plan, il y a la route goudronnée et un coin de pelouse avec l’arbre contre lequel tu aimais t’adosser quand tu me racontais des histoires. Elle est belle, cette photo. On sourit, on est joyeux. Et en vie. C’était il y a seize ans. Maintenant tu es mort, je sais faire du vélo toute seule depuis bien longtemps et… Et maintenant j’ai perdu la photo. Je l’avais encore ce matin, mais j’ai été faire des courses dans la grande surface à une dizaine de kilomètres de la maison, j’ai passé une heure et demie à acheter des tas de choses dans des tas de magasins différents et à mon retour, la photo avait disparu. J’ai rangé ce qui allait au réfrigérateur et je suis repartie immédiatement après. J’ai erré dans les rayons pendant une heure supplémentaire, j’ai été voir à l’accueil, mais rien. Et j’ai fouillé dans l’ordinateur, demandé à maman si elle savait où était sauvegardée la photo, mais c’est impossible de mettre la main dessus. Toutes les dix minutes depuis, j’ai ouvert mon portefeuille dans l’espoir puéril que la photo réapparaisse, mais tu te doutes bien qu’elle n’a pas pris ses petites jambes pour revenir se glisser à l’endroit où elle a passé les deux dernières années. J’en ai versé, des larmes. J’ai presque l’impression de t’avoir perdu de nouveau. Dans les jours qui viennent, je tâcherai de retrouver une belle photo de nous. Et je ne la perdrai pas, cette fois-ci. Promis.
Désolée, je t’aime,
Clem'
8
6
1
1
Swenriss
Vieilles nouvelles pseudo-philosophiques et surréelles
1
1
0
14
Défi
Jonathan Aubé
Marathon poétique 42 / 52
Un conte, quand l'amour nait entre un le ciel et la terre.
6
15
0
1

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0