Prologue

2 minutes de lecture

On dit souvent que ma première mission s’est déroulée dans l’empire Ocarian. Et pour me montrer honnête, je préfère que l’on dise cela. Mais cette même honnêteté m’oblige à admettre qu’il y en avait une autre avant. Elle s’est passée dans le Cairns, ce pays où la moitié de la population est esclave. Je croyais que j’y serais bien accueillie et que je n’aurais aucun mal à repartir avec une foule nombreuse. Mais les esclaves du Cairns sont aussi dérangés que leurs propriétaires. Si j’ai pu m’en sortir sans casse c’est parce que je courrai plus vite que mes poursuivants et que même les Cairnseny ne sont pas assez fous pour violer la frontière du domaine de Panation Tonastar.

Il me fallut plusieurs mois avant que je retourne sur le terrain. Du temps consacré à l’entraînement, et à approfondir mes connaissances. Ce que je faisais, personne ne l’avait réalisé. Je ne pouvais demander de conseils à personne. J’ai dû tout imaginer. J’ai rassemblé les meilleurs de l’Helaria. Wotan m’avait autorisé à réquisitionner n’importe qui pour ma mission, je l’ai pris au mot. Quelle n’a pas été ma surprise quand Muy s’est présentée lors de ces réunions de travail où nous avons réellement mis en place la structure de la corporation. Je m’attendais d’ailleurs à me faire remonter les bretelles pour cette initiative. Mais au contraire, c’est de la fierté que je lus dans les yeux de mes pentarques.

J’aurais bien aimé avoir les jumelles avec moi lors de mes missions. Malheureusement, elles étaient trop occupées à organiser la défense de l’île. Plus tard, j’ai eu le plaisir de bénéficier de leurs compétences à mes côtés. Mais pour le moment nous nous trouvions toujours sous la menace d’une attaque de pirate. À quoi bon se lancer à la chasse aux esclaves s’il n’y avait plus d’Helaria pour les accueillir. Je ne disposais donc que de moyens réduits pour ma prochaine cible. Il m’en fallait une à la fois facile pour nous servir de mise à l’épreuve, mais suffisamment importante pour marquer le coup.

Cette mission, plus tard, les aèdes la raconteront sous le titre de « La Falaise du Grand Saut ». Pour ma part, je préfère un nom plus approprié : « Les mines de l’Ocarian »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Marie


En amour, ma vie est absorbée par l’autre. Non pas volée, mais offerte telle un sacrifice.
Dès lors, si ce n’est à un être jugé supérieur, à qui cette offrande pourrissante pourrait-elle appartenir ? Pas à moi, pas à l’autre. Est-elle encore seulement ?
Tandis que la vie m’échappe, les angoisses s’intensifient. Le rationnel n’est plus.
Par un évènement fortuit, la confiance invisible se brise. Est-il possible d’aimer un tas d’os sans vie ?
Confondu avec la réalité, l’abandon est un sentiment. Un sentiment nous intimant de nous protéger.
Nous protéger de nous-mêmes.
0
0
0
0
lunaticgirl
Remerciements pour le bonheur apporté par mes proches...
12
3
0
3
Floriane

Tenir la main de sa famille, 
Qu’elle soit de cœur ou de sang ;
D’amour est sa coquille,
Qui protège des pluies et des vents.


Un phare dans nos longues nuits,
Un baume sur la plaie des absents ;
Une famille d’âmes unies,
C’est une arme contre le temps.


Tenir la main de sa famille,
Qu'elle soit nouvelle ou d’antan ;
Comme une mer de jonquilles
Qui fleurit dans les tourments.


Un port pour toute une vie,
Contre les drames déferlants ;
Un ciel bleu qui sourit,
Dont on a besoin de temps en temps.



2016 © Floriane Aubin
0
0
0
0

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0