CHAPITRE 90 : « Imperia » « Thomas »

6 minutes de lecture

CHAPITRE 90 : « Imperia » « Thomas »

« Bureau impérial, le lendemain de la bataille. »

Beaucoup dans le couloir menant au bureau privé de l’empereur se tournent avec curiosité vers cette silhouette presque fantomatique qui s’y dirige.

L’émissaire du gouverneur Kallanien connaît bien ce genre de regards et n’en fait plus son affaire depuis longtemps, comprenant combien son corps longiligne et evanescent peut amener la curiosité.

Ses longs doigts fuselés presque transparents s’approchent avec grâce du commutateur hors d’âge qui sert toujours à l’empereur pour le prévenir d’une présence souhaitant un entretien privé avec lui.

Thomas active la holo-vision pour reconnaître son visiteur bien matinal au demeurant, acceptant l’ouverture de la porte dans la foulée.

Il se lève par courtoisie pour l’accueillir chaleureusement, ce qui amène toujours la surprise d’un tel geste venant de lui à ses visiteurs.

- Émissaire !! Vous me voyez ravi de cette visite, j’allais justement prendre des nouvelles auprès du gouverneur.
- Votre Majesté est trop bonne !!
- Allons !! Allons !! Pas de ça entre nous alors que nous nous connaissons depuis suffisamment longtemps pour nous passer de décorum. Mais asseyez-vous donc, je sais combien votre corps vous afflige, bien que je n’aie jamais trop compris pourquoi vous n’utilisez pas un autre ADN d’une espèce plus robuste pour vos clones.
- Accepteriez-vous d’avoir une autre apparence majesté ?
- Pourquoi pas si elle me convient et que je me trouvais acculé comme vous semblez l’être.

Thomas sait que le sujet est trop sensible pour que même lui reste dessus trop longtemps, aussi en change-t-il pour se renseigner sur le but de cette visite de courtoisie non programmée.

- Auriez-vous des nouvelles à m’apprendre qu’une simple conversation en visio n’aurait pas suffi ?
- C’est un fait Votre Majesté !! Nous avons une bien triste nouvelle, qu’il nous a paru plus opportun de venir vous l’annoncer en personne.
- Si c’est au sujet du vortex qui s’est refermé, je suis déjà au courant, heureusement le « Kannn » avait fait le ménage avant de se perdre dedans. Espérons qu’il saura retrouver son chemin une fois sa mission menée à bien, mon seul regret est de n’être pas à son bord pour la mener avec lui.
- Je comprends la tristesse de Votre Majesté et cela même si je suis heureux que Votre Majesté soit restée dans l’Imperium, beaucoup de travail attend Votre Majesté pour remettre l’ordre impérial dans les confins.

Thomas voit bien que l’émissaire avec ses paroles grandiloquentes tourne autour du pot et cette façon d’être de sa part l’inquiète plus qu’il ne le devrait, son sixième sens ne le trompant pour ainsi dire jamais.

- Bien !! Dites-moi maintenant qu’elle est donc cette bien triste nouvelle et si elle est liée à la disparition du « Kannn » ?
- Il semblerait qu’il y avait encore quelques réglages en cours et que deux personnes manquent à l’appel, nos recherches infructueuses à leurs sujets montrent qu’ils étaient bien à l’intérieur du « Kannn » au moment où il a répondu au signal de détresse du « Kinouuu ».

L’intelligence de Thomas étant reconnue de tout l’Imperium, sa question ne choque donc pas l’émissaire.

- Qui est la deuxième personne ?
- Il s'agit de son altesse impériale le prince Tomoya Votre Majesté.
- De quoi !!!

L’émissaire voit l’empereur se lever brusquement avec un voile de colère noire lui traversant le regard, regard porté sur lui l’annonciateur de la triste nouvelle mais qui n’y est pour rien, résidant à demeure depuis de nombreuses années sur Imperia.

Thomas voit bien le mouvement de recul de son visiteur accompagnant son geste, il se reprend alors aussi vite qu’il s’était emporté.

- Mille excuses Émissaire, je ne voulais pas vous effrayer.
- Je comprends et je compatis Votre Majesté, vous veniez à peine de rencontrer son altesse impériale. La nouvelle va rapidement affecter le moral de tout l’Imperium, je le crains.
- Comment ça ?
- Les holo-vision de son altesse impériale circulent partout et beaucoup vous envient d’un fils aussi magnifique, à l’image de Votre Majesté. De le savoir perdu de l’autre côté du vortex aura des conséquences difficilement quantifiables.
- Il n’est pas seul heureusement et Toshio n’est-il pas le fils de l’unique, de plus le « Kannn » saura les protéger, j’en ai la certitude.

Le silence se fait qui très vite met la pression sur Thomas, alors qu’il n’arrive pas à prendre sur lui la nouvelle de la disparition de son fils, fils pour lequel déjà il éprouvait un attachement particulier.

Il profite d’un bref instant où son regard croise celui de l’émissaire pour lui faire le signe universel lui demandant de se retirer, ce n’est qu’une fois ce dernier prêt à sortir qu’il lui donne ses dernières instructions.

- Remerciez pour moi le gouverneur et dites-lui que je n’éprouve aucune rancune contre lui, personne ne pouvait imaginer ce qui allait se passer, surtout dans des conditions aussi rapides.
- Je n’y manquerais pas Votre Majesté.

Thomas attend que la porte se soit refermée derrière l’émissaire pour convoquer le commandeur « Damiennn », celui-ci ne tardant pas à entrer à son tour.

Un bref résumé de la précédente discussion met au courant son ami de toujours de la situation chaotique au possible dans laquelle ils se retrouvent.

- Qu’attends-tu de moi du coup ?
- Nous devons prévenir ceux restés sur Terre tout en restant diplomate, inutile de créer la panique non plus.
- Tu sais très bien que je ne peux pas me rendre là-bas !!
- Ce n’est pas ce que je te demande mais de rapatrier Alan et Mickaël, pour les briefer sur cette mission.
- L’emplumer et les deux matous sur le « Kinnn » pourraient s’en occuper !!
- Justement non !! Le « Kinnn » attend un heureux événement et doit rester là où sa nourriture est la plus riche, de plus le « Kinouuu » a été gravement blessé et les Kallaniens avec le commandeur « Mistieee » font tout ce qu’ils peuvent pour le soigner, désolé mon gars mais il ne reste plus que toi pour gérer cette affaire au plus vite.

La grimace de son ami fait sourire Thomas qui retrouve bien là le même Damien qu’il a laissé sur Terre, connaissant sa propension à ne pas aimer les vaisseaux cognitifs qui ont depuis pourtant bien longtemps remplacé ceux comme cette pétoire auquel il tient temps.

- N’y pense même pas, cela prendrait bien trop de temps !!
- Je ne t’ai encore rien demandé ?
- Allons « Dami » … comme si je ne te connaissais pas ?
- D’accord… mais… que va-t-il leur arriver au juste ?
- Depuis quand suis-je devenu devin ?
- Peut-être depuis que tu ne bois plus d’eau ! Hi ! Hi !

Le geste qui suit le froncement de sourcils de Thomas est sans équivoque pour lui demander de sortir en vitesse, se retenant toutefois de sourire devant la blague de collégien dont le commandeur n’est jamais radin envers ses amis.

La dernière en date étant s’il se souvient bien de connaître le prénom du frère végétarien de Bruce-Lee, ce à quoi bien entendu personne n’a su répondre, attendant la connerie qui ne devait pas manquer avec la réponse brève qui n’a en rien contredit leurs pensées communes sur son état d’esprit rester potache.

- Brocco ! Hi ! Hi ! Parait même qu’il avait la main verte ! Hi ! Hi !

Une fois seul et en se ressassant ce souvenir, le sourire lui revient et le réconforte quelque peu, ses pensées reprenant après ce bref épilogue comique les affaires de l’Imperium beaucoup moins amusantes.

Ce n’est donc que très tard dans la soirée qu’il rejoint sa chambre, se dirigeant sans même allumer vers la salle de bains pour ensuite venir s’allonger ou plutôt s'étaller nu sur son lit en poussant un profond soupir.

- Aie !!!
- Aie !!!

Le bond qu’il fait alors pour se remettre sur ses pieds est digne d’un acrobate de cirque, claquant ensuite dans ses mains pour faire jaillir la lumière et découvrir les deux blondinets nus et enlacés, qui se frottent le dos autant de douleur que de surprise d’avoir reçu tout son poids alors qu’ils s’étaient endormis en l'attendant après un énième câlin.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
flooney
Ce matin vous vous rendez au bureau, seul dans votre voiture. La ville est calme, les rues désertes. Vous vous dites que quelque chose n’est pas comme d’habitude. Vous avez raison.
12
68
16
116
Défi
Maryam

Les larmes crient à sa place
4
4
0
0
pierre françois

Un trait blanc crayeux
s'étale sur un tableau-
poussière de mots...
0
1
0
0

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0