Épisode 75

6 minutes de lecture

Ronflex


Je vais… crever… Mon pauvre cœur bat à cent miles à l’heure. Nous parcourons les étages un à un, éliminons les Pokémon sauvages quand nous le pouvons et fuyons ceux qui nous causent des tas de problèmes. Herbizarre a perdu connaissance une fois, ainsi que Pikachu, mais nous les avons vite ramenés à eux avec nos graines miraculeuses. Il ne nous reste plus qu’à franchir le dernier escalier pour atteindre le sommet du Mont Victoire. Combien d’heures se sont écoulées depuis que nous sommes ici ? J’ai arrêté de compter. Nous n’avons plus la notion du temps, parce que nos machines sont déréglées dans les donjons.

Alors que je grimpe derrière mes compagnons, je les entends s’exprimer avec émerveillement, alors que nous arrivons sur ce qui semble être une falaise au sommet de nulle part. Nous sommes toujours entourés d’étoiles et de planètes, mais cette fois, nous voyons des étoiles filantes qui traversent le décor. Il n’y a aucune trace de Pokémon sauvage dans cette salle, alors que je regarde tout autour de nous.

— Nous avons réussi… ? formule Tiplouf qui se laisse tomber sur son arrière-train.

— À la peau des fesses, ouais, remarque Matoufeu qui s’assoit près de lui. Une chance qu’on avait un tas de médicaments dans nos sacs, sinon on aurait dû prendre la fuite.

— Ouais, mais il est où le Pokémon Légendaire ? commente Herbizarre.

Celle-ci regarde à gauche, à droite, devant elle, derrière elle. Nous ne voyons rien d’autre que l’illusion de cette salle étrange. Épuisé, je m’écrase au sol et je baille. Il me faut lutter contre le sommeil. On ne sait pas encore si nous allons être attaqués, une fois de plus.

C’est alors que nous entendons un bruit de clochettes au-dessus de nos têtes. Nous levons tous les yeux pour voir ce qui semble être un traineau qui vole dans les airs, tiré par des Cerfrousse. Un étrange bonhomme les guide jusqu’à nous. Je n’arrive pas à décrire ce qu’il est. Il a une longue barbe blanche, il est grand et il est gros. Il porte un bonnet rouge sur la tête, ainsi qu’un grand manteau de la même couleur.

— Je vous l’avais dit ! s’exclame Tiplouf ! Je vous l’avais dit que le Père Noël existe ! Oh Arceus ! Pikachu ! Regarde ! Regarde !

Il ne plaisantait pas. Il s’agit effectivement du Père Noël, mais j’étais trop abasourdi pour comprendre que c’était bel et bien lui.

— Ho ! Ho ! Ho ! s’exclame l’étrange personnage alors qu’il descend de son traîneau. Mais voilà le petit Tiplouf ! Comment vas-tu mon garçon !?

Notre ami pingouin s’élance et saute dans les bras du gros monsieur, qui lui caresse déjà la tête, comme un bébé. Je cligne des yeux, éberlué.

— Pitié, dites-moi que je rêve ou que c’est un trip de LSD… mentionne sa sœur.

— Et pourtant, tu ne rêves pas, ma chère enfin. Je suis bel et bien le Père Noël ! Mais en réalité, vous pouvez m’appeler Nicholas. Je ne viens pas de votre univers, mais d’une autre dimension. Je viens quelques fois par an afin de remettre des cadeaux dans la Crevasse des Cadoizo, afin qu’ils puissent les livrer pour moi.

— Oh… couine Tiplouf, chagriné. Mais la Crevasse a été détruite, Père Noël…

— Ah bon !? s’exclame le gros monsieur. Voilà qui me chagrine. La fête de Noël risque d’être en retard cette année… Voilà qui est embêtant !

Il lève les yeux vers le ciel et se prend le menton. Ensuite, il pose Tiplouf au sol.

— Et les Cadoizo ? demande-t-il à notre groupe.

— Tués dans l’incendie qui a détruit leur communauté.

Il affiche un air terrifié.

— Pauvres, pauvres pingouins… Ces créatures si douces, si attentionnées… Mais qui aurait pu tuer mes petits bouts de choux ?

— Nous avons déjà démasqué les responsables, Monsieur Nicholas, dit Tiplouf. C’était de très vilains Pokémon qui voulaient détruire notre monde. Ils ont étés arrêtés pour la plupart… Les autres se sont battus à mort contre nos guildes.

Le Père Noël soupire et frotte sa barbe. Il affiche un air sombre, alors que les Cerfrousse, derrière lui, reniflent le sol à leurs sabots. Ils ne disent rien, donc j’imagine qu’ils ne sont pas comme nous, ou qu’ils n’ont rien à dire.

— C’est bien beau tout ça, mais comment se fait-il que vous connaissiez mon frère ? demande soudainement Herbizarre qui pointe son frère d’une liane.

Réalisant sa maladresse, le drôle de bonhomme enlève son bonnet rouge et s’incline pour s’excuser à notre groupe, avant de nous dire :

— Pardonnez-moi, c’est un oubli.

Il se redresse et remet son couvre-chef.

— En réalité, continue-t-il. Il y a quelques hivers, un Cerfrousse s’est perdu dans les bois de Bourg Bekipan. Votre ami ici présent l’a retrouvé et en a pris soin jusqu’à ce que j’arrive dans les bois pour le retrouver. Nous avons échangé un peu, avant que je ne reparte avec mon cher collègue de travail.

— Oui ! couine Tiplouf. En échange, il m’a promis un très beau cadeau pour Noêl et j’ai reçu mon tout premier PokéStation !

Il nous affiche son plus beau sourire. Je suis bouche-bée. Ainsi donc, toutes les histoires que Tiplouf nous ont racontées étaient la stricte vérité.

— Ah… ça expliquerait la confusion de mes parents, ce jour-là, soupire Herbizarre. J’ai longuement crû qu’il s’agissait d’un cadeau de l’Oncle Voltali.

— Mais noooooon ! rouspète son frère. C’était un cadeau du Père Noël !

— Pincez-moi si je rêve, dit Matoufeu, à côté de Pikachu.

Sans attendre, notre ami électrique pince l’arrière du cou du félin qui sursaute en miaulant.

— Ouille ! Mais pourquoi t’as fait ça ? râle le chat.

— Bah, tu voulais qu’on te pince… ? formulé-je.

Matoufeu boude un moment, puis se frotte l’arrière du coup avant de regarder droit devant lui. Monsieur Nicholas n’a toujours pas disparu.

— Donc, là je comprends pourquoi nos supérieurs nous voulaient ici avant le premier janvier, commente Tiplouf, les yeux plein d’étoiles. C’était pour te rencontrer !

Le Père Noël, surpris, s’exclame :

— Aaaah ! Donc vous êtes ici en mission ? Pourquoi donc, mon enfant ?

— Euh… pour moi, Monsieur… dit Pikachu qui s’approche d’un pas.

— Oh… je vois… Tu es spécial… Je vois que toi aussi, tu n’es pas d’ici…

— Vous arrivez à le comprendre, d’un regard ?! je fais, étonné.

— Bah ouais ? me répond-il. Je suis le Père Noël ! Je sais tout !

Pikachu penche sa tête d’un côté et s’approche encore un peu.

— Alors… pourriez-vous me dire qui je suis ? Ça fait plusieurs semaines que je suis perdu dans ce monde et je n’ai aucun souvenir de ma vie d’avant… Autre qu’un bruit de camion, un cri de jeune fille et des lumières aveuglantes…

— Ça par contre… Tu ne risques pas d’apprécier ce que je vais te dire, fiston.

— Peu importe ! Je veux connaître la vérité !

— Euh… c’est que je n’en sais rien…

— Ah non ! râle Herbizarre, alors que nous poussons tous des grognements en même temps. Ne nous dites pas qu’on a fait tout ce chemin pour rien !

— Pas forcément ! déclare le Père Noël. Regardez derrière vous. Vous comprendrez pourquoi dans quelques secondes.

Curieux, je suis sa directive et je me retourne afin d’être éblouit par une lumière divine qui se pose sur nous. Nous voyons à présent une créature sur quatre longue pattes qui flotte dans les airs, comme par magie. Autour d’elle se dégage une énergie cosmique, particulièrement envoûtante. Elle une fourrure blanche comme la neige et la peau sombre, gris froncé. Je perçois des yeux verts avec des pupilles rouges. Un étrange objet doré entour son corps comme la roue d’un navire. Ses sabots pointus sont argentés et scintilles à sa lumière. Je ne comprends pas tout de suite, qui est cette créature, mais mes amis s’inclinent tout de suite, à part Pikachu qui ne comprend pas ce qui se passe.

Devant nous se dresse le Créateur… le seul et l’unique Arceus !

Annotations

Recommandations

Jean-Marc GACHAN
Liban : A Momentary Lapse of Reason.
Liban : Bref épisode d'une guerre sans raison apparente, sauf, selon moi: le mauvais œil...
Sur demande de mon psychiatre : écrire la cause de l'angoisse et de l'obsession et de la paranoïa, précis, concis, le strict minimum...
22
6
0
4
Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
22
29
326
73

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0