Épisode 27

5 minutes de lecture

Givrali

Nous sommes arrivés à mi-chemin entre Bourg Bekipan et la Crevasse des Cadoizo. Salarsen et Persian se sont bien comportés depuis le début du voyage, mais on les a quand même entendus râler à plusieurs reprises, car ils ne sont pas habitués à marcher de longues distances comme ma femme et moi. Nous n’avons aucune nouvelle de notre QG, puisque les ondes Wi-Fi ne passent pas par ces terres désolées. Il n’y a ni électricité, ni route. Bien sûr, nous aurions pu emprunter des véhicules adaptés pour nos corps, de notre guilde, mais les chemins sont assez cahoteux par ici. Autant se déplacer à pied… ou à patte, pour mon cas.

— C’est encore loin, le pr… prochain campement ? grelotte le grand lézard mauve, à côté de moi. J’ai be… besoin de ch… cha… chaleur…

— Patience, plus que quelques minutes et nous arriverons à la grotte où nous camperons pour la nuit. Persian a déjà repéré le terrain avec sa vision aiguisée.

— Très bien… Je co… commençais à croire que j’allais pe… perdre connaissance !

Mes mots ont redonné du courage au garçon qui transporte notre équipement lourd. Il est beaucoup plus costaud qu’il ne parait. Il y a beaucoup d’arbres morts dans cette région et Prinplouf a tous les outils nécessaires qu’il nous faut pour allumer un feu de camp.

La toundra recouvre une bonne partie du nord de notre continent et plusieurs de nos ressources naturelles s’y trouvent, tels que les mines de charbon et différents minéraux. Il y a aussi des arbres en abondance. Seule la Crevasse des Cadoizo est assez sécuritaire pour que les Pokémon et les voyageurs puissent y survivre sur de longues durées. Comme son nom l’indique, c’est un endroit où vit principalement cette espèce de Pokémon, mais on y retrouve quand même d’autres créatures qui résistent facilement au froid.

Notre mission est d’emporter l’œuf que la guilde nous a confié et de le donner au maire de la crevasse. Milobellus nous a dit qu’il s’agissait d’un bébé Artikodin qui avait été dérobé à sa mère par des pillards et que nous devions le rapporter chez lui. La maman en devenir s’était malheureusement brisée une aile et ne pouvait pas se déplacer, alors mon épouse et moi, nous nous sommes portés volontaires pour lui ramener son enfant.

Je sais ce que vous vous dites : comment la Crevasse a réussi à communiquer avec nous, s’il n’y a pas de lignes téléphoniques, ni d’électricité dans ces terres abandonnées ? Facile. À vol d’oiseau. Nous avons reçu une lettre de leur guilde, stipulant la disparition de l’œuf. Ce fut dans le plus grand des hasards que quelques-uns de nos collègues de travail ont retrouvé la bande de pillards, alors qu’ils tentaient de voler des bébés Pokémon pour faire du trafic d'esclaves, dans le nord-ouest de la province. Bien entendu, ils ont libéré les potentielles victimes et sont revenus au QG avec ce que mon épouse tient présentement contre son torse.

Prinplouf s’occupe de couvrir l’œuf ou bien de le réchauffer depuis que nous sommes partis de Bourg Bekipan. Parfois, Persian s’en occupe, mais celle-ci nous sert surtout d’éclaireuse. Moi, je transporte surtout nos provisions et d’autres outils qui peuvent nous servir, en cas de combats contre des Pokémon sauvages. Nous avons évité les donjons mystérieux que nous avons croisés, puisque ce n’était pas notre objectif primaire. Cependant, nous sommes entrés dans l’un d’entre eux, hier, afin de nous réchauffer quelques minutes.

Je me demande comment mon grand frère s’occupe de mes petits. J’espère que Bulbizarre ne lui donne pas trop du fil à retordre avec ses caprices. Tiplouf est un bon garçon, mais je crains que son entêtement à vouloir nous surpasser risque de l’empêcher de s’améliorer de la bonne manière. Mon fils est du genre à sauter plusieurs étapes et à ne pas faire attention où il met les pieds, parfois il est même un peu distrait. Sa mère et moi, nous lui avons enseigné comment survivre dans un donjon, toutefois, alors je suis certain qu’il réussira à s’en sortir, lors de ses prochaines missions. J’espère seulement qu’il redoublera de prudence, maintenant qu’il est accompagné de Flamiaou et Pikachu. Une équipe de secourisme ne peut pas survivre facilement, lorsqu’un partenaire de combat est assommé, paralysé, empoisonné ou pire encore, tué. Quoique… ce n’est que la Zone d’entraînement.

— Ah ! Nous voilà enfin arrivés ! s’exclame Persian.

Nous descendons une pente qui se rend jusqu’à une grotte que j’ai déjà visitée avec mon épouse, il y a quelques années. Les voyageurs s’en servent souvent pour camper la nuit ou bien pour se reposer un peu, le temps d’un casse-croûte. Il n’y a pas de danger d’écroulement ou d’avalanche. C’est assez solide. Il y a aussi une autre sortie qui débouche plusieurs mètres plus loin. Le ciel commence à se noircir à l’horizon. Nous allons devoir nous coucher après un repas rapide et demain, nous repartirons à l’aube.

— Très bien, Salarsen, pose notre équipement et je vais m’occuper d’aller ramasser du bois. Persian, il y a une rivière pas loin d’ici. Fais comme je t’ai appris hier et nous aurons des vivres supplémentaires pour notre repas.

— O… oui chef ! répond le lézard.

— D’accord, Monsieur ! répond la chatte.

Aussitôt, nos compagnons de routes s’éloignent un peu pour aller accomplir nos tâches respectives, tandis que mon épouse pose son sac de voyage à ses pattes.

— Ils ont déjà mûri depuis le début de notre voyage, tu ne trouves pas ? me dit-elle.

— Nous sommes en train d’en faire de futurs explorateurs de donjons. Dès notre retour, je vais recommander à Milobellus de les engager. Comme ça, ils n’auront plus aucune raison de terroriser les plus jeunes dans notre ville.

— Je crois que tu as bien fait de leur donner ces travaux communautaires. Ils apprennent le sens de la responsabilité. Leurs parents peuvent être fiers de leurs enfants.

— Est-ce moi ou Persian a l’air de s’amuser de plus en plus ?

Je lève mon visage vers mon épouse. Cette dernière sourit.

— Elle a beaucoup combattu depuis une semaine, dis-je. Je crois qu’elle ne voulait que prouver à tout le monde qu’elle était une Pokémon remarquable. Beaucoup de nos combats avec les sauvages ont été remportés grâce à sa rapidité et ses puissants coups de griffes.

— Nous devrions peut-être faire d’eux nos apprentis, dès notre retour, qui sait ? me propose alors Prinplouf. Après tout, nos collègues de la guilde font la même chose depuis quelque temps. Un peu d’aide à la ferme ne serait pas de refus non plus.

— Oui et nous pourrions leur donner un salaire. Cela leur permettrait d’aider leurs familles.

Alors que nous discutions du potentiel avenir de nos deux compagnons de route, l’œuf de l’Artikodin se met à vibrer entre les ailes de Prinplouf. Il ne va pas tarder à éclore. Ça serait bête que cela se produise avant qu’il ne rencontre sa véritable mère. Il risquerait de s’attacher trop vite à mon épouse.

— J’en connais un qui a hâte de voir la lumière du jour, glousse celle-ci.

— Vivement que nous arrivions à cette crevasse. J’ai hâte de retourner chez nous.

De son côté, Persian revient à nous avec une longue branche dans la gueule avec laquelle elle a embroché un gros poisson. Elle le pose au sol, au milieu de la grotte et repart à la chasse. Pendant ce temps, Salarsen a déjà posé notre tente et l’attache au sol avec des piquets de bois. Je décide de laisser mon épouse avec l’œuf et fait demi-tour afin d’aller à la recherche de notre bois de chauffage. Ce sont pas les brindilles et les arbres qui manquent dans cette région. Alors autant en profiter. Je sens que notre repas de ce soir sera excellent.

Annotations

Recommandations

Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
27
34
659
73
A.C. Crossway
Un livre mal rangé, des souvenirs flous, une vague d'angoisse. Il en faut peu à l'homme pour tomber dans la paranoïa.
32
23
4
12

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0