Épisode 1

5 minutes de lecture

???

J’ouvre les yeux dans ce qui semble être une forêt, au beau milieu de l’automne. Une riche odeur de feuilles mortes me chatouille les narines. La dernière chose dont je me souviens est le bruit d’un camion qui freine, une lumière aveuglante, puis plus rien. Le néant. Il y a quelque chose qui me préoccupe : qui suis-je ? Je n’arrive pas à me souvenir de mon nom, ni même si j’ai une famille. Peut-être que la couleur de ma peau me donnera un indice ?

Je penche la tête et lève mes bras pour me rendre compte qu’ils sont jaunes. Mes mains ne sont pas des mains, mais des pattes. D’ailleurs, en baissant mon regard, je remarque que mes pieds aussi sont de la même couleur… comme le reste de mon corps. Une fourrure dorée me recouvre de la tête aux pieds et derrière moi… une queue en forme d’éclair remue comme si elle s’attendait à ce que je l’attrape. Horrifié, je crie :

— Que m’est-il arrivé !? Oh mon Dieu ! Mais c’est quoi ça !?

J’ai couiné avec une voix étrangement familière, celle d’un Pikachu. C’est ça. J’ai la voix d’un Pikachu. Je suis devenu un Pokémon. Mais étais-je autre chose qu’un Pokémon avant mon réveil ? Je n’arrive pas à m’en souvenir. Je sens la panique monter en moi et me recroqueville comme un animal. Bizarrement, je me gratte les oreilles avec l’une de mes pattes arrière. C’est l’instinct qui me pousse déjà à comprendre cette nouvelle apparence.

Tout à coup, une petite voix me sort de mes pensées :

— Ah ! Mais voilà que tu t’es réveillé ! Chouette !

Qui est-ce ? J’ai l’impression de reconnaître la créature qui vient de m’adresser la parole, mais je n’arrive pas à mettre un nom sur son visage. C’est un pingouin tout bleu. Il transporte dans ses pattes ce qui semble être des baies sauvages de toutes les couleurs. Il s’approche de moi, tout excité et sautille de bonheur en échappant le tout.

Je recule, effrayé. L’animal devant moi réalise qu’il a agi trop brusquement et s’arrête dans sa marche. Il est embarrassé et passe une patte derrière sa tête. Il rougit. Il est timide. Mais qui est cet étrange personnage ?

— Désolé ! Je ne souhaitais pas te faire peur, me dit-il. Au fait, je suis Tiplouf. Je t’ai trouvé alors que tu étais inconscient, à la dérive dans la rivière.

— Ti… plouf… marmonné-je. Tiplouf.

— C’est ça ! Et toi ? Tu es un Pikachu, non ? Il n’y en a pas beaucoup dans cette forêt.

— Non… je suis… Je suis…

Je marque une pause. De toute évidence, j’ai l’apparence d’un Pikachu et la voix qui va avec. Je suis donc cette fameuse souris jaune électrique qui est si souvent apparue dans ma jeunesse. Une minute… suis-je réellement un Pokémon ? Je me pince une patte arrière…

— Aïe ! Je suis vraiment un Pikachu…

— Pourquoi fais-tu cette tronche ? couine le pingouin. Quelque chose ne va pas ?

— Où suis-je… ? Qui… suis-je… ? Oulalah… Ma tête…

Déboussolé, je tombe sur mon arrière-train. Je souffre d’amnésie et Tiplouf semble comprendre ce qui m’arrive, car il vient m’aider à me relever.

— Ça va… tout doucement, dit-il. Tu t’es cogné la tête, c’est ça ? Comment tu t’appelles ?

Je suis incertain. Je ne sais même pas si j’ai un prénom et fait signe que non de la tête. Est-il possible que je sois réellement un Pokémon ?

— Je ne suis même pas sûr d’avoir un prénom… répété-je à haute voix.

— Ouais bah, ça va. On peut toujours t’appeler Pikachu.

— T’es qui… déjà ?

Vexé, le pingouin fronce ce qui semble être ses sourcils et se met les pattes sur les hanches.

— Tiplouf ! Non mais, t’as la mémoire courte, ou quoi ?

Il réalise que cette remarque m’a blessé. J’ai perdu tous mes souvenirs après tout, il ne devrait pas être si dur avec moi.

— Pardon, soupire-t-il. Ce n’est pas tous les jours qu’on croise un Pokémon inconscient, qui flotte dans la rivière. Je suis allé chercher des baies avec espoir de te les offrir à ton réveil. Je pensais que tu avais perdu connaissance à cause de la faim… tu vois ?

Je hoche la tête. Mon estomac se met à gronder, comme si je n’avais rien avalé depuis plus d’un siècle. Depuis combien de temps ai-je été inconscient ? Je ne saurais dire. L’odeur des baies me chatouille déjà les narines. Je sens mon corps tomber vers l’avant, Tiplouf me rattrape de justesse et m’aide à me déplacer vers les fruits sauvages.

— Effectivement, tu es affamé, mon pauvre ! Maman m’a toujours dit d'aider les sans-abris. Attends… tu vas voir, ces baies sont excellentes !

Tiplouf a la parole facile, on dirait bien ! Ma tête fait un peu la girouette avec son débit. Il parle de tout et de rien alors que j’empoigne une énorme baie bleue, pour la mettre dans ma bouche. Tant pis si elle est tombé au sol – l’instinct animal en moi me pousse à survivre.

— Mais… mais… c’est trop bon ! je m’exclame alors que je dévore le fruit.

— Pas mal hein ?! J’ai fait pousser tout ça dans mon propre jardin ! Enfin, il appartient à mes parents, mais je travaille pour eux, alors…

Je n’écoute pas ce qu’il me raconte, car je suis trop occupé à dévorer les baies l’une après l’autre, jusqu’à me sentir repu. Je m’allonge alors au sol, un sourire béat sur le visage. Tiplouf me donne une tape amicale sur le dos pour me montrer qu’il est là pour moi.

— Alors, tu te sens mieux ? demande-t-il.

— O… oui, acquiescé-je , heureux. Par contre, il y a quelque chose qui cloche…

— Ah bon ? Pourquoi donc ?

— Les Pokémon ne parlent pas le langage des hommes et pourtant, je te comprends… Comment est-ce possible ?

— Les… zommes ?

— Les hommes… les humains.

— Zu…mains ? Mais de quoi parles-tu ?

Tiplouf ne sait pas ce que sont les humains ? Nos espèces cohabitent quand même sur ma planète depuis toujours. À moins bien sûr de m’être retrouvé dans une autre dimension ? C’est ça. Il n’y a pas d’autre explication logique. Je suis en train de perdre la boule.

— On ne devrait pas rester là, déclare mon nouvel ami. Peut-être qu’on devrait rentrer avant la tombée de la nuit. Chez moi, c’est pas si loin que ça, en fait.

— Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il se passe, la nuit ?

— Des Pokémon dangereux rôdent dans les bois… et on raconte qu’ils dévorent les espèces les plus fragiles pour jeter leurs os dans le vieux puits du manoir abandonné.

Il sait ce qu’est un manoir, mais pas ce qu’est un humain. Maintenant, c’est à mon tour d’être perplexe. Je cligne les yeux avant de lui dire :

— Dans ce cas, conduis-moi chez toi. Je finirai bien par me souvenir d’un détail…

Je me frotte la tête, en espérant qu’un miracle se produise, mais rien. Je suis malgré moi, toujours coincé dans ce corps de Pikachu, et j’ai pour seul compagnon, un Tiplouf sympathique qui m’a trouvé à la dérive, dans une rivière. D’ailleurs, j’entends l’eau qui coule près de nous. Je m’en approche un peu et pour observer mon reflet. Mon visage est bel et bien celui d’une souris électrique. Il n’y a pas de doute, je suis devenu un Pokémon !

Quelque chose me dit que je ne suis pas sur le point de savoir qui je suis vraiment…

Annotations

Recommandations

Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
27
34
659
73
A.C. Crossway
Un livre mal rangé, des souvenirs flous, une vague d'angoisse. Il en faut peu à l'homme pour tomber dans la paranoïa.
32
23
4
12

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0