Chapitre 10

5 minutes de lecture

Je m’écarte vivement du chemin de la petite fille.

« Doli, pourquoi t’es sortie ? lui demande Tyee, tout en la prenant dans ses bras.

-Parce que tu me manquais ! rétorque-t-elle, en tapotant les joues de son interlocuteur.

Tyee prend une voix particulièrement apaisante à son contact.

« Je t’ai dit que j’allais rentrer tard ce soir !

-Quoi ?! Mais pourquoi ?! s’exclame-t-elle alors, visiblement agacée.

-Parce que je vais au travail, tu te souviens ? »

Je ne peux m’empêcher de scruter Doli. Elle a des cheveux bruns, attachés en couettes, et son teint basané est quasiment identique à celui de son frère. Quant à ses yeux, ils sont dorés et ornés de longs cils, ce qui la rend particulièrement jolie.

« Je dois aller au travail pour qu’on puisse aller s’amuser tous les deux plus tard, d’accord ? »

Elle ne me paraît pas si jeune, je me demande pourquoi Tyee semble infantiliser la conversation…

Alors que je me perds peu à peu dans mes pensées, la réalité me rattrape très rapidement. Des pleurs se font entendre :

« Pourquoi ?! Pourquoi tu vas au travail au lieu de rester avec moi ?! »

Elle est en larmes.

« Doli, écoute-moi, tu sais bien que…

-Non ! Je t’écoute pas ! Méchant ! » répond-elle, le coupant dans ses mots.

Mais qu’est-ce qui lui arrive ? Elle est sérieusement en train de faire un caprice à son frère pour une broutille pareille ?

« Doli, calme-toi s’il te plaît ! »

Il tente de la raisonner tant bien que mal. Un air inquiet se dessine sur son visage.

« En fait, tu préfères aller travailler parce que tu m’aimes pas ! Comme papa ! »

Hein ?

Tyee perd patience :

« Doli ! Qu’est-ce que tu viens de dire ?! »

Je ne comprends plus rien, ça a l’air vraiment sérieux.

« Lâche-moi ! Méchant ! Monstre ! »

Je suis pétrifiée devant la scène qui s’offre à moi. Tyee a l’air complètement dépassé par la situation. Je ne sais pas quoi faire, mais pourtant je dois agir avant que cela ne s’empire !

Sans réfléchir davantage, je m’avance vers la petite.

« Euh, Doli, c’est ça ? » questionné-je, avec un sourire, tout en m’accroupissant pour être à sa hauteur.

Elle s’arrête un instant, tout en reniflant.

« Je m’appelle Ana, je suis la copine de Tyee.

-La… copine de grand frère ?

-Oui ! Je suis désolée, si Tyee est rentré tard, c’est à cause de moi ! »

Bon sang qu’est-ce que je fous ?!

Ce dernier s’approche de moi, avant de me murmurer à l’oreille :

« Tu joues à quoi ?!

-Tais-toi deux secondes. »

Doli me lance un regard curieux :

« Hein ? Pourquoi ?

-Tu vois, cette ville ? Ce n’est pas la mienne. Je me suis perdue, mais comme ton grand frère est super gentil, il a accepté de m’aider à retrouver mon chemin !

-C’est… vrai ?

-Oui ! Tu vois, ton grand frère est tellement sympa qu’il a accepté de faire ça quitte à rentrer tard ! »

Elle se retourne vers lui :

« Alors… t’es pas un monstre comme papa ? »

Le visage de Tyee se raidit. Il s’empresse alors de câliner sa sœur, avant de rajouter d’un ton rassurant :

« Mais bien sûr que non !

-Pardon grand frère de t’avoir fait de la peine…

-Tu sais bien que jamais je te ferai de mal ! » termine-t-il en lui caressant délicatement le cuir chevelu.

J’observe les deux membres de la famille, en retrait. Je n’aurais jamais imaginé assister à une telle scène dans ma vie, même si je suis heureuse d’avoir su la gérer un minimum.

« Merci copine Ana ! s’exclame Doli, de nouveau gaie.

-Mais de rien !

-Tu veux venir jouer avec moi à l’intérieur ? »

Je manque de m’étouffer, surprise par la demande.

« Oh, non je dois rentrer ! Mais merci pour l’invitation !

-S’il te plaît ! Viens ! Viens ! Allez ! »

Oh non, ça recommence…

« Doli ! Ca suffit pour aujourd’hui, Ana est fatiguée et sa mère doit s’inquiéter. »

Elle fait la moue avant de se recroqueviller.

Je ne peux m’empêcher d’être peinée par cette enfant qui semble énormément manquer d’affection.

« Si tu veux, je viendrai la prochaine fois ! »

Mon dieu, qu’est-ce qui me prend ?

Cette fois, c’est Tyee qui manque de s’étouffer.

« Pardon ?! Et puis quoi encore ?! »

Doli se relève alors :

« C’est vrai ?! Tu me promets ?!

-Promis ! »

Tyee me fusille du regard avant de faire rentrer sa sœur dans l’immeuble. En même temps, je l’ai mérité. Mais ce n’est pas comme si j’allais réellement honorer cette promesse, c’était surtout pour calmer la situation…

Alors que je m’apprête à tourner les talons, je sens une main s’agripper à mon épaule :

« Attends ! »

Je me retourne vivement :

« Tyee ? Qu’est-ce que tu veux, encore ? »

Ce dernier rougit légèrement en se frottant la tête.

« Je… euh… J’ai pas eu un comportement correct tout à l’heure… »

Sans blague.

« Mais euh je voulais te dire que euh… j’étais… »

Il peine à trouver ses mots, c’en est presque mignon. Si seulement c'était dû à une réelle timidité et non pas à sa fierté mal placée...

« Bon… bref, merci pour ce que t’as fait avec Doli, je crois que j’aurais pas su gérer cette fois… »

Tyee qui me remercie, décidément j’aurai tout vu aujourd’hui.

Cette journée ayant été particulièrement pénible pour lui, je décide de m’abstenir de le titiller sur ça. Je me surprends moi-même à éprouver de l’empathie pour ce crétin.

« J’ai rien fait de spécial… dis-je, en haussant simplement les épaules, nonchalamment.

-Laisse-moi te raccompagner jusqu’à l’arrêt de bus, histoire d’être quittes. »

Je finis par accepter sans trop me faire désirer, non pas pour l’agréable compagnie qu’est ce beau garçon, mais par curiosité. Pour être honnête, les propos de Doli m’ont un peu inquiétée et j’ai peur pour sa sécurité.

Alors que nous marchons dans un silence gênant, je finis par me lancer :

« Tout à l’heure, t’as parlé de gérer cette fois…

-Et donc ? »

Toujours géniales les conversations avec lui !

« C’est pas la première fois que ce genre de crise arrive ? »

Il s’arrête net.

« Franchement Ana, j’suis reconnaissant pour ce que t’as fait, mais ça s’arrête là. Désolé mais t’es la dernière personne à qui j’ai envie de parler de mes soucis persos !

-Bon, si tu le prends comme ça… Pour ta gouverne, je dis pas ça par jugement !

-Ah ouais ? Venant de ta part, ça m’étonnerait pas pourtant ! »

Mais pourquoi est-ce qu’il se braque aussi facilement ?

Je finis par perdre patience :

« C’est ça ton problème ! On peut jamais parler sérieusement deux secondes !

-J’t’ai pas demandée de me parler à ce que je sache. J’ai l’air d’avoir besoin d’une assistante sociale ?!

-Toi non… mais ta sœur oui !

-Pardon ?! Retire tout de suite ce que tu viens de dire. »

Et voilà, c’est reparti… Je retire ce que j’ai dit, il ne mérite clairement pas que j’éprouve de l’empathie pour lui !

Pourtant, je ne peux m’empêcher de persévérer :

« Je suis sérieuse, Tyee. Doli a l’air d’être une fille géniale, mais ce genre de crises, c’est pas normal.

-T’insinues quoi ?!

-Toi-même tu l’as dit, si j’avais pas été là, t’aurais peut-être pas géré. Doli a besoin de voir un adulte ! Peut-être qu’on pourrait lui trouver un trouble, ou un mal-être… »

Il soupire.

« Je sais que tu vas pas me croire, mais je dis vraiment ça dans ton intérêt et le sien !

-J’ai pas besoin de ça… Je sais déjà ce qu’elle a.

-Quoi ? »

Il s’interrompt une seconde, avant de prendre un air sérieux :

« Un TSA. »

Je m’arrête à mon tour, fronçant les sourcils.

« Un… TSA… Qu’est-ce que c’est ?

-Un trouble du spectre de l’autisme. »

Ma gorge se noue. Je regrette déjà d’avoir poussé ma curiosité aussi loin.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Enyris ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0