Chapitre 5

6 minutes de lecture

Après avoir effectué mon quart d’heure habituel de marche, j’arrive enfin chez moi.

« Maman, je suis rentrée ! m’exclamé-je.

-Coucou ma chérie. Tu as l’air d’avoir passé une bonne journée toi !

-Hein ? Euh non pas spécialement. »

Une bonne journée après tout ce que Tyee m’a fait subir ? Certainement pas ! Je ne sais pas pourquoi elle pense ça.

« Ah bon… reprend-elle. Pourtant ton visage semble particulièrement serein !

-Mon… mon visage ? »

Le rouge me monte aux joues.

« Haha, bingo ! Je n’en demanderai pas plus, mais je suis sûre qu’un garçon se cache derrière tout ça. »

Elle me fixe et ne peut s’empêcher d’effectuer un clin d’œil malicieux.

« Tu dis n’importe quoi ! rétorqué-je. Bon je monte dans ma chambre, j’ai du boulot ! »

Sur ces mots, je dévale les escaliers et je m’empresse de jeter mon sac sur mon lit. Je décide alors de m’asseoir sur la chaise de mon bureau et de vérifier mon agenda.

« Comme j’ai pris de l’avance ce week-end, je n’ai rien à faire pour demain ! » pensé-je.

D’habitude, même si je suis à jour dans mes devoirs, je ne peux m’empêcher de continuer à m’avancer pour les semaines à venir, ou tout simplement réviser pour les devoirs sur table qui arrivent. Cependant, la journée d’aujourd’hui m’a particulièrement éreintée. Je n’en ai donc pas la force.

Ainsi, je décide de ranger rapidement mes affaires, je mets mon pyjama puis je m’affale sur mon lit.

« Quelle journée fatigante… me dis-je, en soupirant. Mais paradoxalement, je suis pressée de revoir Ben demain… »

Euh, quoi ?!

Je secoue la tête avant de me reprendre :

« Non mais ça va pas la tête ? Qu’est-ce qui m’a pris de dire ça ? »

Je tapote mon front avec mes deux mains :

« Je crois que la fatigue me rend dingue ! Si j’ai envie de le voir, c’est juste parce qu’il faut qu’on choisisse le thème de notre TPE ensemble ! Comme ça je pourrai me mettre au travail le plus rapidement possible ! »

Après m’être torturée l’esprit pendant quelques minutes, je finis par lâcher prise.

« Bon, je crois que je mérite du repos. »

Entre-temps, ma mère m’a appelée plusieurs fois pour m’inviter à dîner. Mais je n’ai pas faim.

La soirée s’achève, je décide de m’endormir afin de laisser mes préoccupations loin de moi.

Le lendemain matin, je me réveille avec difficulté, pour ne pas changer. Je me prépare rapidement : j’enfile un jean simple avec un petit sweat blanc uniforme, il fait un peu froid aujourd’hui.

Après avoir déjeuné et salué ma mère, je me rends au lycée. La sonnerie retentit au moment où j’y suis.

« Bon, ce matin je commence par un cours d’histoire géo… Je n’aime pas trop cette matière… » songé-je.

En me dirigeant vers la salle de classe, j’aperçois Ben au loin. Je suis sur le point de lever ma main droite afin de le saluer, lorsqu’une silhouette s’agrippe fermement à ses épaules et saute sur lui.

« Hellooo Beeen ! hurle-t-elle. »

C’est Lola.

« Salut Lola, t’es en forme ! répond-il, souriant.

-Ouii ! J’espère que toi aussi ! »

Je ne sais pas pourquoi, mais les observer discuter ensemble de cette manière me désespère. Je décide donc d’ignorer tout le monde, comme à mon habitude, et de rentrer en classe.

« Bonjour tout le monde ! s’exclame le professeur. »

Monsieur Volupe est notre professeur d’histoire et de géographie. C’est un professeur particulièrement passionné. Il est tellement dévoué qu’il nous bombarde constamment de travaux, oubliant que l’on reste une section scientifique et que sa matière est loin d’être la plus importante à nos yeux…

La classe s’installe assez vite. Monsieur Volupe est très gentil, mais il sait se montrer très autoritaire, lui aussi.

« Bon, j’espère que vous êtes en forme.

-Ouais ! chuchotent certains élèves.

-Aujourd’hui, je vais vous rendre les copies du contrôle que vous avez effectué la semaine dernière.

-Oh nan, c’est pas vrai… »

La classe s’agite.

« SILENCE ! » hurle le professeur.

Tout le monde sursaute et se tait.

« Si vous êtes pas contents, vous aviez qu’à mieux réviser ! » continue-t-il.

Il sort un tas de feuilles blanches qu’il dépose assez brusquement sur son bureau. Puis il fixe la classe d’un œil assez perçant, comme s’il cherchait à nous défier de son sévère regard. Il s’arrête alors net.

Son regard se porte sur Tyee, qui visiblement n’en a rien à faire du devoir vu qu’il est actuellement la tête dans les bras, en train de piquer du nez sur sa table…

« TYEE ! » crie-t-il.

Ce dernier se réveille de stupeur.

« Oui, monsieur ? demande-t-il, à moitié en train de bâiller.

-Tu peux sortir si mon cours ne t’intéresse pas, vermine ! »

La classe ne peut s’empêcher de ricaner.

« Quoi, pourquoi vous dîtes ça… »

Monsieur Volupe s’approche alors du métisse, avant de lui tendre la copie de son contrôle.

« Quatre sur vingt, Tyee, tu trouves ça normal ?!

-Oh. »

En assistant à cette scène, je ne peux m’empêcher de pouffer de rire, moi aussi. Décidément, la roue tourne. Bien fait pour toi, Tyee !

Le professeur a passé près de cinq minutes à le sermonner, lui rappelant l’importance d’être assidu en cours, les bulletins et tout un blabla sur son avenir qu’il était en train de briser…

La distribution des copies s’est poursuivie tout au long de la classe, jusqu’à la mienne.

« Ana, prononce le professeur, excellent ! Vingt sur vingt ! Prenez tous exemple !

-Oh ! »

Des murmures se font entendre.

« Pfff, je suis sûre qu’elle triche… marmonne Lola.

-Comme d’habitude toujours parfaite… ajoute un autre élève. »

Je fais mine de les ignorer. Cependant, je ne peux m’empêcher de me retourner vers Tyee pour lui lancer mon sourire le plus mesquin. Mais ce dernier s’est déjà rendormi… Sérieusement, il a qu’à arrêter l’école ce débile !

En me retournant, je jette vivement un œil à la classe. C’est avec surprise que mon regard croise celui de Ben, assis au fond à côté de Lola. Je détourne alors les yeux par réflexe, gênée. Pourquoi est-ce qu’il était en train de me fixer celui-là ?!

Je remarque ainsi la distance entre Ben et Tyee. Ils seraient donc toujours en froid…à cause de moi ?

« Sur ce, nous allons reprendre le cours ! La dernière fois, nous étions en train de parler de la Seconde Guerre mondiale… »

Les heures de la matinée se sont écoulées assez vite, à mon plus grand soulagement… La sonnerie annonçant la pause du midi retentit.

« Il faut que j’aille voir Ben pour les TPE ! » pensé-je.

Ben est sorti de la classe avec ses camarades. Je dois le rattraper si je veux avoir l’occasion de lui parler.

Je hâte donc le pas vers sa direction et je finis par le rejoindre. Je l’interpelle en posant ma main sur son épaule gauche.

« Ben ! »

Il se retourne, surpris.

« C’est toi Ana ! Tu m’as fait peur.

-Ah, désolée ! » répondis-je en gloussant.

Il se retourne vers moi et reprend :

« Tu as besoin de quelque chose ? »

Les yeux de ses amis sont tous rivés sur moi, ils semblent s’impatienter.

« Euh, je voulais te parler… si tu as deux minutes.

-Bien sûr. (Il fait un signe de sa main.) Les gars, allez-y, je vous rejoins. »

Ses camarades le laissent donc, bien que certains semblent me dévisager légèrement, notamment Lola.

« Je voulais savoir si tu étais libre, cet après-midi, après les cours… J’aimerais qu’on discute du thème à choisir pour les TPE… euh ensemble quoi… »

Pourquoi est-ce que j’ai tant de mal à m’exprimer ? La présence de Ben m’intimide.

« Ouais, ça me va. On peut se retrouver au CDI après les cours.

-D’accord, super ! »

Je suis heureuse de sa réponse. Pourtant, pas de quoi casser trois pattes à un canard… Décidément, je dois me reposer, moi ! Je divague complètement !

« Au fait, ta jambe, ça va ?

-Oh, oui merci, grâce à toi.

-Tant mieux, je suis rassurée. »

Le rouge me monte aux joues. Son empathie me touche…

« Bon, je dois filer, sinon les gars vont me tuer ! A toute Ana !

-Oui, salut ! »

Oh, j’ai oublié de mentionner Tyee dans tout ça… Bon, tant pis, j’aurai l’occasion de lui en reparler tout à l’heure…

Sur ces mots, je m’empresse d’aller au réfectoire pour déjeuner...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Enyris ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0