Paradis perdu

3 minutes de lecture

Paradis perdu


 Simon est assis dans son fauteuil, les jambes allongées, la tête légèrement en arrière, bien calée sur un coussin. Il contemple le panorama par la fenêtre ouverte. Une fine brise vient, par moments, tourbillonner dans sa chambre, puis repart vers l'océan.

 Loin du tumulte et de l'agitation de ses contemporains, dans le silence et l'isolement, il a l'impression de ne pas donner prise au temps qui s'écoule. Il vit reclus dans une ancienne maison de maître plantée sur une falaise face à la mer.

 La maison en briques rouges surplombe l'étendue bleue. Elle compte plusieurs corps de bâtiments. Cette demeure est bien trop grande pour un seul habitant, mais il n'aurait rien voulu d'autre. En contrebas, des cabanes de pêcheurs délabrées résistent encore aux embruns.

 Comme le prisonnier qui trouve réconfortante la compagnie d'un cafard, il apprécie le mouvement des vagues qui lèchent la grève s'évanouissent puis reviennent inlassablement. Il vit dans une claustration monacale, détaché du monde, mais pour quelque temps seulement.

  Il est grand et maigre, les yeux noirs, les cheveux grisonnants, une ride verticale sépare son front en deux, témoin des épreuves subies. Il y a si longtemps.

 Hier, il l'a aperçue. Elle marchait sur la plage, accompagnée d'un enfant qui jouait avec un cerf-volant. Il s'est approché par le sentier qui longe la falaise, mais il l'a perdue de vue. Lorsqu'il est arrivé dans la petite crique, elle n'était plus là. Même les traces de pas avaient disparu. Il a regardé de l'autre côté. Il a aperçu le rivage, puis sur les amas de sable, l'oyat et les ajoncs. Plus loin, le promontoire de récifs découpait l'horizon. Il pouvait voir sur la falaise la tache roussâtre de sa maison au milieu des pins maritimes. Elle était là, immuable, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. Alors il est entré, avec dans le cœur une étrange sensation, comme une certitude qu'ils seraient là, tous les deux, comme avant.

 La maison est ceinte d'un mur de pierre enlierré. Le sol sans végétation est tapissé d'aiguilles de pins et la brise balance avec légèreté la cime des arbres. La maison est vide.

 Dans le grand salon, malgré la cheminée, il fait un froid glacial. D'un coup de tisonnier il ranime les braises agonisantes et y jette une bûche. Il s'approche de la bibliothèque, digue contre la douleur, passe la main sur les reliures comme s'il lisait avec les doigts et pouvait capter les histoires. Des histoires anciennes. Il ne se lasse pas de lire. Il choisit un livre et s'assied sur le sofa. Cette nuit encore il va plonger dans ses souvenirs en s'imprégnant de l'histoire d'un monde révolu. Demain, il retournera sur la plage et l'apercevra à nouveau, ombre, fantôme, illusion à jamais perdue. Elle disparaîtra et il reviendra dans cette maison, son refuge, unique témoin de sa vraie vie.

 Il met un disque. Une voix de femme chante le blues. Les notes s'échappent comme un cri déchirant et l'enveloppent de vibrations. Sur la petite table, un jeu d'échecs, une partie inachevée. Il y jette un regard, songeur.

 Autour de la maison l'horizon est borné par un brouillard opaque, il ne peut pas le traverser, il n'en a ni le droit ni l'envie. Il doit rester dans un périmètre limité, c'est la règle, il doit la respecter.

 Chaque jour se répète à l'infini. Il souffre et pourtant, il ne veut pas être ailleurs. Il a gagné l'éternité, mais il a perdu l'instant.

 Bientôt sa villégiature s'achèvera, il doit repartir.

 Le jour venu, il se dirige vers la cabine et pénètre à l'intérieur. Une voix mécanique l'accueille :

— Votre séjour est terminé, les conditions sont réunies pour votre retour. Préparez-vous.

 Encore quelques instants, il songe à elle et à l'enfant.

 Quelques secondes encore…  

 Son corps se dématérialise. Dans quelques minutes il sera de retour sur la station orbitale XW C15.

 Il fait partie des rares privilégiés à pouvoir revenir sur Terre pour de courts séjours depuis la grande catastrophe. Les vainqueurs ont gagné la bataille de l'élixir d'éternité, mais au prix de la destruction d'une partie de l'humanité. La Terre n'est plus qu'un champ de ruines. Quelques îlots ont été décontaminés et en particulier une maison au bord de l'océan, une maison où il a habité, il y a longtemps, très longtemps…  


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 20 versions.

Recommandations

MiliePlume
One-shot court pour me remettre dans le bain de l'écriture. Quoi de mieux que d'écrire mon rêve de cette nuit : cette femme, pas tout à fait réelle, pour qui je pourrais tout abandonner.
1
0
0
2
La Plume Sage

Il est dans ma tête, il me suit depuis quelques temps déjà sans que je ne puisse rien y faire. Je n'ai pas mon mot à dire, il a élu domicile à l'intérieur de mon crâne, caché près de mon lobe cérébral droit. C'est un parasite, un de la pire espèce, un de ceux que tout le monde redoute lorsque l'on apprend son existence. Il est trop tard pour moi, rien ne le délogera, il est bien trop résistant. Cet étranger à trouvé un hôte qui lui convient, ainsi jusqu'à mon cercueil il m'accompagnera. Personne ne connaît leurs origines, ces parasites ont été découvert il y a seulement quelques semaines, environ 30% de la population mondiale serait affectée par cet organisme. Les scientifiques sont tous restés pantois lors de sa découverte qui résulte d'un fabuleux hasard. Il n'y a pas de symptômes particuliers, aucune complication de santé n'a été détectée chez tous les hôtes, de plus il est impossible de le retirer sans tuer le porteur. Sur le long terme, nous aurons peut-être des réponses. En attendant, nous sommes des millions à vivre dans la crainte quotidienne que quelque chose se produise.
Une forme de ségrégation s'est instaurée au lendemain de l'exposition médiatique. Tous les infectés malgré l'absence de danger pour autrui se voient refuser l'accès à de très nombreux lieux publiques, il leur est vivement conseillé de rester à l'écart des gens sains. Tout comme moi, les autres infectés sont affublés d'une étoile rouge sur notre manche, permettant ainsi de montrer aux yeux de tous que nous sommes différents des autres, que nous sommes plus monstrueux car cela les rassures aux fonds d'eux. La société est divisée entre deux clans, les sains et les infectés, le monde tel que nous l'avons connu n'as plus rien à voire avec ce qu'il était, ou du moins c'est ce que pense les gens.
Je crois que je me suis fais à cette idée d'avoir un invité, d'ailleurs je ne me sens pas plus différent que d'habitude, je pense même que je n'aurais jamais remarqué sa présence si je n'avais pas été obligé de faire un test. Pour ma part je suis persuadé que ce parasite est présent en nous depuis notre naissance, c'est juste que personne n'avait jusqu'alors remarqué sa présence. C'est peut-être quelque chose de normale, nous comptons un nombre incalculables d'organismes vivant sur notre peau alors pourquoi pas un logé dans notre cerveau ? Le parasite ne fais pas de mal pour l'instant, il vit sa vie tranquillement, bien au chaud sans se faire remarquer, pourquoi les gens sont-ils aussi méfiants envers nous, auraient-ils peur que d'un coup nous nous transformions complètement en machine à tuer sans âmes ou je ne sais quoi ?
Les médias parlent en boucle de cette découverte mais peut-on leur faire confiance à eux qui sont avides de sensationnels, avides de scoops en tout genre ? Ils nous dénigrent publiquement et nous sommes sur le point d' entrer dans un régime que personne n'a envie de subir, pourtant nous y allons forcement à ce rythme là. La folie est une maladie humaine, le parasite l'a juste rendue plus importante, et nous ne sommes qu'au début des recherches.
6
6
63
2
SkyOfStarryBlue
Entrer dans le monde fascinant des anges et des démons ! Il plane au dessus de leurs têtes une malédiction que deux ados vont peut être réussir a surmonter. Défis, mort, amour et tentation sont en rendez-vous.
1
0
37
6

Vous aimez lire Gérard Legat (Kemp) ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0