Décevoir

Une minute de lecture

 Les remerciements, les félicitations, les encouragements,
 Sont une fenêtre ouverte,
 Une lueur nouvelle
 Qui se jette en pleine face
 En m'éclaboussant.

 Vous me sauvez,
 Et vous me condamner à me sauver.

 À trop rester dans les ténèbres,
 La lumière devient un supplice.

 Je vais te regarder
 Va, saute, vole,
 Je te regarde
 Vis,
 Je te regarde.
 Tu as le droit au faux pas
 - Je n'ai pas le droit au faux pas

 O public, qui me vient enfin,
 Je te trahirai chaque jour, je te trahirai chaque heure, je te trahirai toujours
 Comment faire autrement ?
 Je n'ai jamais connu que l'abandon de moi-même.
 Je ne peux pas supporter,
 Je ne peux pas porter,
 Tenir,
 Vivre,
 M'ouvrir...
 C'est trop tard. Toujours trop tard...

 Parce que je sais que je fuirai,
 Je fuis encore plus tôt,
 J'avance à reculons,
 Je cours et ne bouge pas,
 Ainsi qu'Alice et la Reine Rouge.

 Ô public, ô humains, ô...
 Me supporterez-vous ?
 - Vous ne me supporterez pas.
 M'accepterez-vous seulement ?
 - Vous ne m'accepterez pas.
 Ne répondez pas.

 Peut-être,
 Peut-être,
 Rien que des peut-être
 Se jeter dans le vide
 Avec des peut-être

 Voyez comme je parle et ne dis rien
 Comme je m'ouvre et me ferme,
 Me présente en me cachant.
 Parce que je vais vous décevoir.
 Non ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vingt Quatre

Mon amour, ma vie, mon rocher
Là, l'âme exposée au doux rythme
Des vagues qui fuient au levant
Las du chaos, le vent m'abîme
Sans que je puisse respirer
Sentir la ramure dorée
De l'âtre jaune au firmament
Regarde-le comme il se vrille
Des embruns salés et volants
Tournent autour de moi, m'habillent
Se dérobent en gouttes d'or
Et mon coeur de pierre vacille
Quand tout s'éteint et que tout dort
Les sillons d'eau à crêtes blanches
Gorgent l'océan de bleuets
Sur l'horizon le ciel s'épanche
Et laisse tomber ses reflets
3
0
1
0
Florian Pierrel Officiel
Qui nous dirige ? telle est la question ?
Bienvenue à la société de l'argent où jalousies et richesses détruisent des vies par des voleurs, des histoires bêtes exectera je vous laisse dont imaginer.
7
28
17
2
Défi
Léonie Rude


Sur toutes les lèvres un seul mot : Liberté.
Que brillent nos étoiles toutes de rouge teintées,
Rouge comme le sang qui couvre nos drapeaux
Resplendissante telle la faucille et le marteau.
1
0
0
0

Vous aimez lire RêveurSolitaire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0