Chapitre 33 : Mojave.

8 minutes de lecture
  • STOP ! C’est bon, pause les gars ! Kimi, viens-ici un peu, l’appela l’homme qui se tenait derrière la caméra principale.

En sueur, la blonde s’efforça de trottiner jusqu’à lui et s’arrêta, droite comme un piquet. Elle regretta avoir couru quand la poussière des fins graviers lui revint à la figure dans un nuage d’air chaud.

Face à ce monsieur, elle se retrouvait bête et nerveuse. Elle voulait faire bonne impression au réalisateur de Billy. Eh oui, le moment tant attendu était enfin arrivé ! Kimi en Amérique tournant dans le clip d’une super star ! Excitant ? Ça l’était, mais d’autres éléments vinrent compliquer la tache.

Les trente-deux degrés lui tombant sur les épaules, Kimi pensa que la Californie se voulait aussi chaude qu’elle ne l’avait imaginé. Ses vêtements tendaient à fusionner avec son corps tellement la chaleur grimpait et il n’était pourtant que onze-heures du matin.

Bien qu’il eût un air sévère, le réalisateur était en fait très gentil. Il donna sa casquette à Kimi en la déposant sur sa tête.

  • Couvre-toi, pour éviter l’insolation.
  • Merci, répondit-elle, un peu impressionnée.
  • Alors, la bonne nouvelle, c'est que tu danses à merveille, la rassura-t-il. Par contre, il y a deux trois plans dont je ne suis pas satisfait. J’aimerais que nous filmions encore une fois la chorégraphie complète. Est-ce que ça te va ?
  • Ok ! s’exclama-t-elle en déposant ses mains sur ses côtes et en déglutissant, asséchée.
  • Tu es très courageuse, fit-il d’un ton compatissant. Pour éviter de reprendre durant le pic de chaleur, je t’invite à manger maintenant. Il va falloir que tu prennes une douche, parce que… s’arrêta-t-il à la montrant de ses deux mains, n’ayant besoin d’user de mots.
  • Ouais… C’est plus très beau à voir, ahah.
  • Mais ne t’inquiète pas, tu peux rejoindre la caravane, manger, te doucher. Ensuite les maquilleuses s’occuperont à nouveau de toi et tu seras de nouveau toute fraîche et toute belle, ça marche ?
  • D’accord, ça marche, acquiesça-t-elle plusieurs fois avant de le laisser se perdre à nouveau dans le visionnage des plans.

Kimi passa alors derrière les caméras qui faisaient face à une vaste étendue de sable et de petits cailloux : le désert de Mojave. Il se situait à quatre heures de Los Angeles. L’équipe avait installé les caravanes près de grosses roches et monter des tonnelles pour se protéger du soleil agressif. Elle fut bien heureuse de s’y réfugier pour engloutir de grosses gorgées d’eau. Une voix l’interpella :

  • Ne bois pas trop vite ou tu vas faire un malaise, entendit-elle.

En se tournant, elle vit le beau Billy sortir de la caravane, habillé en conséquence pour la vidéo. Kimi le trouva très séduisant dans sa tenue estivale. Est-ce que la chaleur lui faisait tourner la tête ? Elle rougit légèrement lorsqu’il vint taquiner ses épaules d’un semblant de massage. Le grand brun avait l’air très satisfait.

  • Alors ? Dis-moi un peu tes premières impressions ? De ce que j’en ai vu, tu te débrouilles très bien, tu n’as pas l’air mal à l’aise face à la caméra.
  • Ah oui ? rit-elle nerveusement en évitant de regarder son torse un peu dénudé. C’est vrai que je me sens plutôt à l’aise, continua-t-elle en se grattant l’arrière de sa tête. J’ai déjà été filmé, mais ce n’est pas la même chose. Tout est plus grand, c’est dément !
  • Ahahah, je suis content que ça te plaise ! Et je dois dire que je suis bluffé et pas mécontent de t’avoir choisi, toi. D’autres se seraient plaints des conditions du tournage…
  • Ça n’arrivera peut-être qu’une fois dans ma vie de filmer un clip, le coupa-t-elle. Je trouve que c’est cool et c’est une chouette expérience. Et puis… pas question de me plaindre alors que je voyage presque gratos en Amérique ! éclata-t-elle de rire.
  • J’apprécie ta franchise, lui sourit-il, content. Le staff nous a préparé des salades, laisse-moi te montrer.

Kimi se sentit revivre au contact de l’air frais qui régnait dans le véhicule suréquipé. Depuis le début ce voyage n’était que grandeur. À commencer par le vol en première classe avec l’agent de Billy qui l’avait accompagné depuis l’aéroport. Mais aussi la réaction de Dossan qui la laissait pour la première fois partir sans lui dans un pays étranger et surtout aussi loin. Il eut du mal à couper le cordon. Quant à Kimi, elle avait déjà pris l’avion, mais jamais pour autant de temps. Malgré ses appréhensions, tout se déroula à la perfection et il ne fut pas difficile de discuter avec son voisin de siège. En découvrant le paysage de Los Angeles, elle fut émerveillée par les immenses buildings et les lumières resplendissant dans la nuit. Davantage quand ils se firent conduire jusqu’à l’hôtel qui lui non plus n’échappait pas aux incontournables palmiers. Ils régnaient dans toute la ville. C’est aux visages lever vers le ciel que les touristes et les visiteurs se trahissaient.

Quand Billy sortit leur mince repas des glacières, elle eut presque la même réaction qu’en découvrant pour la première fois la suite qu’on lui avait réservée. À la manière dont elle aurait voulu se lancer dans l’immense lit luxueux, elle aurait bien mis un pied dans chacun des petits frigidaires. Elle n’avait pas osé à cause de la simple présence de l’agent. Celui-ci l’avait tout de suite guidée jusqu’à la chambre où Billy résidait. Sans surprise, la sienne se voulait d’autant plus somptueuse. Ce dernier et l’équipe était venu quelques jours plus tôt pour faire du repérage. Le chanteur l’accueillit très chaleureusement, sans doute déjà sous l’influence de la belle L.A. Ils firent alors le tour des chambres pour rencontrer les maquilleuses et les stylistes, le cadreur, le réalisateur… Tous firent preuve d’une grande bienveillance. Elle reçut ses premières indications au même moment, apprenant qu’ils se levaient très tôt dans la nuit pour partir dans le désert.

Manger quelque chose de maigre pour que son ventre reste bien plat faisait partie des sacrifices. Elle les remerciait déjà bien assez d’avoir fait le nécessaire pour cacher les parties apparentes de sa cicatrice. À l’américaine, elle ne portait qu’un mini-short en jeans déchiré et un top bandana rouge pour le tournage.

En lui tendant sa portion, Billy lui accorda un sourire compatissant.

  • Promis ce soir tu auras droit un énorme repas, la rassura-t-il.
  • Oh, mais ça va… c’est… bien comme ça…

Elle ne put mentir davantage quand il lui répondit par simple sourcil levé et un visage qui en disait long. Ils s’installèrent l’un en face de l’autre pour prendre leur en-cas.

  • On ne tourne pas ce soir alors ? Pour les scènes dans le bar ? le questionna Kimi.
  • Non, ce sera demain soir. Plutôt que de courir, on a décidé de profiter un peu du voyage aussi. Tu te sentirais encore capable de filmer après les quatre heures de route du retour ? lui demanda-t-il d’un ton amusé.
  • J’avoue que… Mais il n’y avait pas d’hôtel plus proche ?
  • Si, répondit-il rapidement. Mais c’est aussi ma première fois à Los Angeles, donc je voulais être dans le centre de la ville.
  • C’est vrai que c’est magnifique…
  • On est bien d’accord, lui sourit-il. Et puis quand nous rentrerons, Sky sera là. J’ai envie qu’on mange tous ensemble et qui sait ? Qu’on aille s’amuser un peu.

L’idée de sortir à L.A. lui donna à nouveau une impression de grandeur. Quant à son ami, elle se posait des questions à son propos :

  • Pourquoi est-ce qu’il n’est pas venu en même temps que vous ?
  • Je me le demande, répondit-il en appuyant son coude contre la table pour se masser une tempe. J’imagine qu’il ne voulait pas faire le chemin avec moi.
  • Vous…

Elle s’arrêta, n’osant pas se lancer dans un sujet sensible.

  • Alors pourquoi est-ce qu’il est venu ? Il aurait très bien pu rester à la maison.
  • Hum, fit-il en prenant une bouchée. Tu es son amie, non ?
  • it-urit-it-urit-

À ce moment-là, une des maquilleuses vint les couper pour fixer ses cheveux. Il abandonna le reste des feuilles vertes pour entrer à son tour sur scène. Le travail avant tout. Malgré la chaleur, Kimi suivit le mouvement, elle, continuant de manger le peu qu’on lui avait donné. Elle ne voulait pas rater le chanteur à l’œuvre. En comparaison, elle se sentait vraiment comme une débutante. Il était vraiment à l’aise face à la caméra, la draguant de ses beaux yeux bruns. Lui n’avait même pas besoin de danser pour se distinguer. Son existence même suffisait à faire briller des femmes présentes sur le tournage. Elle pensa que naître aussi beau devait avoir de sacré avantage. Plus que ça, c'est le charme qui comptait, car son frère aussi l’était, pourtant il lui sortait souvent par les trous de nez. Malgré tout, elle s’impatientait de le voir.

Sur une grimace, elle décida de se diriger vers la douche. En sortant, la maquilleuse coiffeuse s’occupa directement de lui sécher les cheveux. Ils étaient tous aux petits soins et ouvert à la discussion. La chaleur de l’appareil faisait du séchage un moment désagréable. Elle préféra à des kilomètres le moment où elle lui fit une tresse et qu’elle s’attaqua au make-up. N’allant que sur ses seize ans, ils avaient décidé de camoufler ses traits trop jeunes à grand coup de fard à paupière. Se voir aussi belle, voire sexy, était tout à fait nouveau pour Kimi. Ça ne lui déplaisait pas, bien que le sentiment fut étrange. Elle restait tout de même confiante. Qu’est-ce que Sky penserait en la voyant de cette manière ? Lui qui la critiquait tant. Et Laure ? Elle serait tellement fière. Le groupe entier serait sûrement très surpris lorsque le clip sortirait.

Dossan et Leroy aussi serait sûrement choqué et ses potes du Lycée Gordon lui accorderait certainement un peu trop de compliments et de mérite. Plein d’impatience et de nouveau pimpante, elle trouva l’énergie nécessaire pour retourner danser au milieu du sable brûlant. Elle oublia la chaleur sur sa peau pour quelques minutes et s’en donna à cœur joie. Elle aussi pouvait captiver la caméra et les personnes qui se tenaient derrière.

Ce fut néanmoins suffisant pour la couvrir à nouveau de sueur. Absolument certaine d’avoir réussi la prise du premier coup, elle s’avança cette fois confiante auprès du réalisateur. Très content, il la félicita :

  • On peut dire que c’est facile de travailler avec toi, c’est parfait ! Replié tout, c’est fini pour aujourd’hui, annonça-t-il gaiement.

Un grand soulagement gagna l’équipe, si bien que des applaudissements auxquels Kimi se joignit se soulevèrent, et ce, malgré le fait qu’il n’en était qu’au début du tournage et du voyage.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0