Chapitre 23 : Vengeance.

13 minutes de lecture

(Changement de couverture)

Rien n'allait comme prévu pour Kyle. Il ne trouvait pas d'informations pour son plus gros scoop, les étudiants du lycée Gordon ne laissant plus rien sortir des quatre murs de leur école. Et il manquait de crédibilité depuis que Loyd avait enquêté sur son passé. L'idée de lui faire payer restait sa priorité, mais comment ?

Dans un premier temps, il décida de séparer le groupe. Il s'avança alors entre les élèves qui dansaient après avoir repéré un super beau mec et lui offrit un verre :

  • Tu veux bien me faire plaisir ?

Le garçon comprit à son regard qu'il valait mieux ne pas contrarier le petit journaliste. Peu de temps après, le bellâtre se cramponnait à Faye, au plus grand désagrément d’Alex.

  • C’est pas vrai, souffla ce dernier en roulant des yeux, visiblement excédé.

Entre-temps, Kyle s’était déplacé auprès du dj. Ce dernier mit le feu à la salle en annonçant un petit concours de danse improvisé. A ce moment-là, Kimi et Selim sautèrent de joie, ne voyant pas à quel point leur ami était en colère.

Un peu mal à l’aise de ce contact rapproché, Faye ne savait comment gérer le beau garçon. Pour une fois qu’elle aurait apprécié qu’Alex s’en mêle, il n’en fit rien. Le blond râlait dans la foule qui s’animait de plus en plus. Il se sentait affreusement mal. Pourquoi courait-il après une fille qu’il ne pouvait ni aimer, ni obtenir ? Elle s’en foutait royalement de lui. L’alcool et l’ambiance chaude de la soirée vinrent empoisonner ses pensées davantage. Des filles, sexy, belles, mignonnes… Il pouvait toutes les posséder.

Dansant plus qu’à son habitude, Alex ne loupa pas la superbe panthère qui s’approchait de lui à pas de velours. Il n’avait par contre pas fait attention aux chuchotements que Kyle lui avait soufflé à l’oreille. Ce dernier profitait des faiblesses apparentes de ses victimes pour contaminer leurs esprits.

Quand la magnifique brune déposa ses mains sur son torse et déploya ses charmes, Alex ne tenta pas le diable, mais se laissa endiabler. Plongeant ses belles prunelles dans les siennes, la jolie battait des cils avec plaisir pour quelques billets. Plus âgée ? Il s’en fichait. Elle lui plaisait. De toute façon, il n’y aurait jamais rien de sérieux.

Pris au piège, il en oublia presque les personnes autour et ne vit pas que depuis sa place, Faye se décomposait. Le voir se laisser séduire l’enfonça six pieds sous terre. Nice et Laure l'avaient remarqué. Elles partagèrent un regard inquiet. La connaissant, leur copine pouvait à tout moment faire un mauvais choix.

En effet, pour la rousse, l’envie de craquer à son tour devint soudainement tentante. Quand elle vit cette fille jouer de son nez sur le sien et ses lèvres se rapprocher de celles d’Alex, elle se sentit pleurer. Refusant que cette émotion la gagne, elle préféra s’abandonner à la noirceur qui grandissait dans sa poitrine. La rage jusqu’au bout des ongles, elle n’hésita pas à embrasser le garçon qui la gênait quelques secondes plus tôt. Une horrible sensation s’empara d’elle dans l’instant. Il n’y avait rien de plaisant à ce baiser. Ces lèvres désagréables n’appartenaient pas à Alex, elles la dégoûtaient. C’était pourtant lui qu’elle voulait. Il n’y avait que son image dans sa tête. Elle regrettait amèrement et quand elle ouvrit les yeux, il était vraiment là, méprisant, alors qu’il s’apprêtait à faire la même chose.

  • Tu te fous de ma gueule ?! lui cria-t-il à la figure, empli de haine.

Il poussa violemment le jouet de Kyle quand celui-ci fit écran, faisant voler les bières des personnes qui s’écrasèrent en domino derrière eux. Jugeant la situation d’urgence, Sky et Loyd n’eurent besoin de se concerter pour l’attraper. Ils n’avaient jamais vu leur ami pris d’une telle rage. La première étape de Kyle qui consistait à éloigner Kimi et Selim échoua avec cette deuxième tentative d’éclater le groupe. Ils rappliquèrent directement.

Quant à Faye, elle restait paralysée face à cet Alex enragé :

  • Toi ! Ça te plait ? Ça te plait de me rendre fou ?! Je te jure, n’essaie même plus de… Je veux plus voir ta tronche ! Putain, je vais le détruire !

Encore une fois les garçons l’empêchèrent de foncer tête baissée dans le gaillard. Pendant ce temps, une larme froide coula sur la joue de Faye. Elle se retourna pour cacher cette faiblesse et s’enfuit dans la foule. Laure et Kimi décidèrent de la suivre. Cette dernière tendit la main à Nice pour qu’elle fasse de même, mais elle lui fit signe qu’elle ne venait pas. Surprise, elle se laissa engloutir par les autres élèves tandis que la petite décida plutôt de rattraper les garçons.

Ceux-ci employèrent tous leurs moyens pour pousser Alex dans un coin plus calme. Contre toute attente, il bouscula Selim qui tentait de le calmer. Sang chaud pour jalousie, les deux meilleurs amis commencèrent à se battre et les deux autres Richess durent redoubler d’efforts pour les séparer :

  • Stop ! Les gars ! leur cria Loyd.
  • Tu m’as foutu un poing ?! À moi ?! Je vais te casser ta gueule ! lui hurla Selim.
  • Mais viens ! Viens seulement !
  • C’est quoi ton problème bordel ?!
  • Mon problème ?! Si tu m’avais laissé, c’est lui qui se prenait un poing !
  • Allez stop, Alex. C’est bon maintenant, le retenait Sky.
  • Parce que tu crois que c’est la solution ?!
  • Tu aurais fait quoi à ma place ?! Putain ! Et si ça avait été Nice ? Qu’est-ce que tu aurais fait toi, hein ? demanda-t-il d’une voix si désespérée que les quatre garçons se calmèrent légèrement.
  • Parce que tu crois que ma Nice m’aurait fait ça ? Tu rêves mon pote, on est un couple soudé, nous. Maintenant soit tu te calmes, soit je te démonte ! C’est pas parce que je suis un minus que je peux pas t’atteindre ! s’exclama-t-il en frappant son poing dans sa paume.

“Nous”, cette simple appellation lui fendit le cœur. Il comparait l’incomparable. Le temps de se couvrir le visage de honte pour cacher la montée des larmes, Nice arrivait après un long périple, toute essoufflée et ébouriffée. D’un pas ferme et énervé, elle aussi était bien décidée à lui foutre une raclée. Quand Alex la découvrit à ses pieds, il n’aurait jamais imaginé recevoir une telle gifle.

  • Bébé ?! s’écria Selim.
  • Waw… fit Loyd, impressionné.

Sky lâcha un petit sifflement dans l’air pendant qu’Alex la regardait bouche bée, vide de pensées. Nice frottait sa paume rougie. Elle tremblait de tout son soûl et le défiait de son minuscule index.

  • Alex Stein !!
  • O… Oui… ?
  • Je commence à en avoir marre de ton comportement ! Est-ce que tu sais à quel point tu as pu lui faire de la peine !
  • Mais… Elle...
  • Non !! Je m’en fiche de tes excuses ! Peu importe qui a embrassé qui ! Réfléchis plutôt bien à pourquoi tu n’as pas envie qu’elle embrasse quelqu’un d’autre. Tu y as pensé ? se calma-t-elle.
  • Non, je… Si, bien sûr, baissa-t-il la tête.
  • Et donc ? Il ne serait pas temps que tu lui dises ? lui demanda-t-elle d’un air assuré.
  • Lui dire que… Je suis amoureux d’elle ? fit-il d’un regard pétillant.

Les mains sur les côtes, Nice lui lança un petit sourire. Désemparé, puis illuminé, Alex rougit légèrement en se rendant compte de la situation. Il attrapa la petite dans ses bras.

  • Petite sœur.. Tu m’as éclairé, dit-il en l’embrassant ensuite sur le front.

Excessivement outré, Selim n’eut le temps de lui lancer qu’un doigt d’honneur que son meilleur pote s’empressait de sortir du bâtiment. Son cœur battait la chamade. Il se sentait un peu fiévreux et s’en fichait de bousculer d’autres personnes sur son passage. En franchissant la porte, il tomba sur les filles dans la nuit. La claque d’air frais lui donna un peu de courage. Si seulement ça pouvait tout simplement se passer comme dans les films, il lui courrait après, l’attraperait par le bras et l’embrasserait sans réserve après avoir lu dans ses yeux ses sentiments réciproques. La réalité fut que Faye rejetait déjà ses deux copines et quand il s’approcha, elle fuit vers l’entrée de la cour dans l’espoir d’en sortir.

  • Je vais lui parler, leur dit-il à bout de souffle.
  • Laissons-les, répondit Laure après un long regard partagé avec son rival.

Kimi montra un poing serré à Alex pour l’encourager. Il ne perdit pas de temps et rattrapa Faye pour lui barrer le passage.

  • Attends...

Elle lui passa à côté, refusant tout contact.

  • Je t’ai dit d’attendre, insista-t-il en s’empêchant de la retenir, voulant qu’elle reste de sa propre iniative.
  • Je n’ai rien à te dire, grogna-t-elle dans ses dents, sans même le regarder.
  • Rien ? Je… J’ai fait le con…
  • Le con ?! se retourna-t-elle. Tu… m'a humiliée ! Ou plutôt tu… Laisse tomber, fit-elle en voyant son visage s'éclairer. Tu ne veux plus voir ma tête ? Bien, tu ne la verras plus.
  • Je ne le pensais pas, répondit-il d’un ton très sérieux. Te voir avec ce gars, ça m’a rendu fou…
  • Mais je n’ai rien fait !!
  • Si ! Tu l’as embrassée !
  • Parce que tu jouais avec cette poufiasse !

Il ne put s’empêcher d’être un peu heureux, car sa colère ne prouvait qu’une chose. Cette réaction rendit Faye complétement folle. Elle essaya encore de se débarrasser de lui, à contre-coeur. Au fond, elle apprécia qu’il la chope pour de bon, emprisonnant ses deux poignets. À L'inverse, Alex ne supportait pas d'en arriver là, bien qu’il aimait honteusement l’idée de pouvoir la forcer à rester à ses côtés. Il la regarda presque avec supplice.

  • Lâche-moi ! Pour qui tu te prends ?! Tu crois que tu peux…
  • Tu es jalouse, souffla-t-il.
  • N’importe quoi ! cria-t-elle en se débattant.
  • Ça me plait.
  • Espèce de malade…
  • Peut-être. Non c’est vrai, je suis fou de toi.

Le moment tant redouté arriva enfin. Il lui fit sa déclaration, d’abord la tête baissée, puis remontant ses yeux dans les siens, toujours en la tenant. Faye refusait.

  • Non…
  • Pourquoi est-ce que tu es comme ça ? Je sais que c’est réciproque, j’en ai l’impression en tout cas. Alors pourquoi tu t’obstines ?! Ça me rend dingue ! Dis-moi Faye ! Dis-moi ! Je n’en peux plus de...
  • Mais parce qu’on ne peut pas être ensemble !! Quand est-ce que tu vas le comprendre ?! Et d’abord, je n’ai jamais voulu être avec toi ! Ce n’est que du sex ! On est rien d’autre que des sex-friends. Tu veux arrêter ?! Très bien ! s’exclama-t-elle en réussissant à se défaire de son emprise.

C’est plutôt qu’Alex se décida à la lâcher. Ses mots lui faisaient trop mal. La lionne en danger sortait les griffes. Il les sentit s’enfoncer profondément dans ses entrailles, mais le regard larmoyant qu’elle lui accorda avant d’encore une fois lui tourner les talons le convaincu.

  • Je t’aime, lâcha-t-il d’un ton fatigué et profondément désespéré.

Faye se figea sur place.

  • Je t’aime… Je suis amoureux de toi, non je… Comment puis-je… bégaya-t-il en déposant une main sur ses yeux qui commençaient à pleurer. Je t’aime. Je t’aime, Faye. Je m’en fous des lois, de ce statut de Richess.

Elle n’avait jamais entendu sa voix trembler autant et en même temps, elle ne l’avait jamais trouvé si sincère. Elle aussi cachait ses larmes.

  • Et tu m’aimes aussi, je le sais… Alors, s’il te plaît, sors av…

Il s’arrêta quand elle lui montra son visage en pleurs, torturée de vouloir dire non, alors que tout le reste lui criait “oui”. Faye ne voulait pas qu’il la supplie pour quelque chose qu’elle voulait tout autant que lui. Elle tapa sa basket férocement contre le sol, frustrée, et essuya ses larmes de ses poings, puis avança un pied, puis l’autre et finit par courir dans ses bras. Enfin, elle laissait sa fierté et ses craintes de côté. En la réceptionnant, Alex se sentit revivre et peut-être même, complet.

  • Ne me lâche pas, lui murmura-t-elle entre deux sanglots.
  • Toi, ne me lâche pas.

Quand il l’embrassa, des applaudissements au loin les firent rire tous les deux. Le groupe encourageait le nouveau couple.

  • C’est pas trop tôt ! s’exclama Kimi.

Avec Laure, elles débutèrent une petite danse de la joie. Selim prit Nice à part pour s’octroyer un moment câlin également, puis décida de l’emmener embêter Alex et Faye. Les deux plus petits du groupe y prirent grandement plaisir. Il n’y avait plus de rancœur, que du bonheur à répandre : la soirée pouvait continuer.

Plus tard, Sky allait se chercher un dernier verre au bar improvisé et prit une gorgée en jetant un œil à tous ses amis. Il était ravi.

  • C’est vraiment une bonne fête, entendit-il derrière lui.
  • Kyle… Tu cherches la misère ? Si c’est le cas, je t’invite plutôt à prendre des photos de notre nouveau couple.
  • Dommage que je n’ai pas mon appareil.

Une espèce de malaise s’installa entre les deux garçons.

  • Ça ne doit pas te faire grandement plaisir, continua Kyle. D’abord, Selim et Nice. Maintenant, Faye et Alex. Les couples de “Richess” voient le jour et tu es toujours seul… Ça doit être difficile, fit-il en prenant une boisson à son tour.
  • Je n’ai… pas l’intention de me mettre en couple avec qui que ce soit. Je suis bien comme ça, répondit-il sur la défensive.
  • Oh ça c’est ce que tu dis devant les autres, mais quand tu pleurniches dans les bras de Laure, c’est autre chose. Tu sais bien que j’arrive à toujours tout savoir, lui sourit-il malicieusement.
  • Va te faire foutre…
  • Et tu es si malheureux, ça en est pitoyable.

Mordant à l'hameçon, Sky le chopa par son col et pointa son poing au-dessus de sa figure. L’envie de frapper était irrésistible.

  • Si tu réagis, c’est que j’ai raison… Tu vas finir seul, Sky. Tu seras le garçon le plus riche du pays, mais aussi l’homme le plus malheureux sur terre.
  • Qu’est-ce que tu fais ?! débarqua Laure en trombe.

Directement, il le lâcha et laissa tomber son verre qu’il tenait toujours dans l’autre main. Laure comprit tout de suite qu’il y avait un gros problème. Plutôt que d’attaquer Kyle, elle força Sky à la suivre en le prenant par la main. Ce dernier avait les yeux vides, comme s’il venait de subir un lavage du cerveau.

Loyd prit la relève :

  • Qu’est-ce que tu lui as dit ? s’énerva-t-il presque.
  • Tu veux vraiment le savoir ?
  • Tu n’es pas en position de jouer avec moi, rétorqua-t-il d’un air très fier.
  • Oh oui, c’est vrai, tu connais des éléments de mon passé. Certes, mais tu sais que j’ai toujours de quoi riposter.
  • Je ne céderai pas à ton chantage. Il est temps que tu laisses mes amis tranquilles.
  • “Amis” ? gloussa-t-il.

Bien qu’il sentit le piège, Loyd ne résista pas face à ce sous-entendu.

  • Qu'est-ce que tu insinues ? demanda-t-il d'un air grave.
  • Où penses-tu qu'ils soient partis ? Tes deux chers amis ? La fille que tu aimes et ton meilleur pote… Ils ont pris rapidement leurs jambes à leur cou, tu ne trouves pas ? répondit-il, très content. Tu as envie de le savoir ? Je peux te montrer.
  • Arrête, je connais ce genre de jeu…
  • Laisse-moi donc t'emmener où ils se cachent. Ensuite, nous serons en mesure de discuter.

La tentation était trop forte. Il avait piqué sa curiosité et sa soif de savoir également. Sky et Laure avaient toujours été très proches, très secrets… Il le suivit hors de la soirée sans broncher et se rassurait sur le chemin. En arrivant devant l’annexe qui servait aux dernières années, il ne comprit pas bien. Qu'est-ce qu'ils pouvaient bien faire à cet endroit ? Et est-ce que même ils y étaient vraiment ? Dans la nuit, le local paraissait lugubre. Pendant un instant, il eut bien peur que Kyle veuille l'éliminer définitivement. Ce dernier lui fit signe d'être discret avant de s’approcher des fenêtres desquels se dégageaient une petite lumière bleue. Sans doute celle d’un téléphone. Le blondinet se pencha discrètement pour regarder à l’intérieur pendant que Loyd restait en retrait. Il s’inquiéta quand il lui découvrit une expression de plaisir intense :

  • Je n’aurais pas cru...

D’un coup, il se dépêcha de faire la même chose et oublia d’être discret. De toute façon, ils n’y verraient rien. Sky et Laure étaient bien trop occupés à s’embrasser, langoureusement et chaudement sur le fauteuil à l’intérieur. La vision le fit reculer d’un pas et revenir à sa position initiale. Caché, il baissa la tête et tenta de recoller les morceaux. Il ne comprenait rien. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’ils s’embrassaient ? Il s’attrapa doucement la tête, sous le regard vicieux de Kyle, et y appuya fermement ses doigts. L’image le faisait souffrir. C’était atrocement douloureux. Il plissa les yeux : “Oublie”.

  • Tu ne veux pas leur rendre une petite visite ? chuchota Kyle.

“Oublie”, se répéta-t-il en agrippant son visage. Il y enfonçait ses ongles, malheureux comme le monde.

  • Peut-être qu’ils ne font plus rien ? continua l’autre d’un ton innocent.

Qu’importe. Il voulait juste oublier cette vision. Et soudain, il releva la tête, laissa ses bras tomber le long de son corps et regarda au loin devant lui. Il n’y avait que du noir. Kyle s’activa, curieux de le voir reprendre une posture droite, lever le menton bien haut… Ses petits yeux fourbes brillaient dans la nuit.

  • Tu es prêt à te venger ? fit le blondinet.

D’un geste très lent, Loyd déposa un doigt sur la bouche du journaliste et écrasa ses lèvres avec. Un court instant, le masque noir qu’il portait le fit déglutir et puis frémir, quand il le vit reprendre un air gentillet :

  • Voyons, ce n’est pas mon style, souffla-t-il d’un ton léger.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 11 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0