Chapitre 22 : Les constats.

9 minutes de lecture

Les jolies prunelles brunes de Nice suivaient les longs et épuisants mouvements de brosse que Faye infligeait à sa chevelure mouillée. Cette dernière souffla avant de lancer sa tête en avant pour les ébouriffés. Le visage un peu rouge de l'effort, elle se regarda avec peine dans le miroir. L'humeur n'était pas à la fête, malgré son envie d’y être.

  • Qu'est-ce qui ne va pas ? lui demanda Nice qui n'était pas dupe de ses faux sourires.
  • Tout va bien, ne t’inquiète pas, dit-elle d’un ton désespéré.

Un léger sentiment d’injustice traversa sa meilleure amie. Pourquoi fallait-il toujours qu’on la tienne à l’écart ? N’était-elle pas la plus observatrice du groupe ? S’il y avait bien quelqu’un à qui on ne pouvait pas mentir, c’était Nice. D’où la tentative de Faye de garder ses tracas dans sa tête.

  • C’est à cause d’Alex ? Pourquoi tu ne veux pas m’en parler ? fit-elle en fronçant ses tout fins sourcils.
  • Parce que…

Très ennuyée, elle baissa la tête tandis qu’elle sortait tout son maquillage de sa trousse. Ce soir, tout le groupe sortait pour fêter la fin de l’année. Le conflit avec Alex n’étant pas réglé, elle redoutait cette soirée. Il la collait de plus en plus et l’idée de se laisser envahir la terrifiait. Cette simple pensée lui remuait l’estomac. Elle s’obligea à rendre un sourire à Nice.

  • Tu sais… ça me fait de la peine quand tu fais semblant d’aller bien, lança cette dernière.
  • Mais non, ça va…
  • C’est faux, la coupa-t-elle en capturant son regard du sien. Ne suis-je pas digne de confiance ?
  • Bien sûr que si !
  • Alors pourquoi ne te confies-tu pas ? demanda-t-elle, tristement.
  • Je ne sais pas… Je...

Des éclats de rires depuis la chambre interpellèrent les deux filles. La porte de la salle de bain s’ouvrit alors en grand et Kimi déboula dans la pièce, des traces de rouges à lèvres sur les joues. Laure suivit, l’arme du crime entre les doigts :

  • Viens ici.
  • Ne t’approche pas plus ! s’écria Kimi qui se cacha derrière le dos de la rousse.
  • Oh allez, juste encore un petit peu, répondit-elle d’un grand sourire malicieux.

Face au manque de réaction qui se prêtait à la situation rigolote, Kimi détacha ses mains des avants bras de sa grande amie et lui accorda un regard plein d’interrogations. Cette dernière observait le sol avec insistance.

  • Eh bien, c'est pas la joie ici, constata Laure.
  • Ça ne va pas ? demanda Kimi d’un ton inquiet.
  • J’essaye de faire comprendre à Faye que nous sommes là pour elle.
  • Nice ! Je sais bien que je peux compter sur vous, mais… c’est notre dernière soirée avant les grandes vacances. Ne la gâchons pas en discutant de…
  • De quoi donc, mademoiselle ? s’amusa Laure à la pointer avec l’objet. Mon petit doigt me dit que ça à un rapport avec Alex. Au fond, je suis un peu curieuse, qu’est-ce que tu penses de lui ?
  • Rien du tout… rougit-elle.
  • De ton sexfriend avec qui tu vas au cinéma ? continua-t-elle de la taquiner.
  • Vous êtes devenus si proches, ajouta Nice.
  • Pourquoi est-ce que vous vous êtes disputés ? l’interrogea aussi Kimi.

Elle sentait les nerfs montés, mais n’avait aucune envie de crier sur ses amies. En fait, elle ne gérait tout simplement plus la situation. Le voir tout d’un coup devenir aussi entreprenant lui avait fait peur. Est-ce qu’il la draguait juste pour le plaisir ? Il pouvait avoir toutes les filles qu’il souhaitait, la preuve avec cette serveuse, sa première fois… Face à cette réflexion, Faye n’arrivait pas à se sentir autrement que comme un bout de viande. Elle n’avait eu que lui et, égoïstement, elle aurait voulu que ce soit réciproque. Encore une fois, elle s’en voulait de penser de cette manière. Elle n’avait aucun droit sur Alex, et inversement, malgré le contrat tacite qui les liaient. Un battement s’envola lorsqu’elle se remémora leur première soirée. Celles qui suivirent ne furent que plus intenses. De jour en jour, ou plutôt de nuit en nuit, il la grignotait à mesure. Il essayait maintenant de mordre dans son coeur. Il se gonflait fort dans sa poitrine. Est-ce qu’il voulait vraiment plus ? Finalement, cette image de lui l’aimant lui paraissait impossible, et ce pour tant de raisons…

Perdue dans ses pensées, l’image peinée qu’elle montrait aux filles les firent réagir. Laure aurait mis sa main à couper qu’elle en était mordue et Nice se revoyait lorsqu’elle n’acceptait pas ses sentiments envers Selim. Que faire face à une fille qui se voile la face ?

  • Tu l’aimes bien ? lui demanda Kimi en mettant les pieds dans le plat.

Là, était la réponse. Rougissant de la tête au pied, Faye remua fortement de la tête.

  • Non. Pas du tout, non.
  • Hein ! On dirait bien que tu l’as dans la peau ! rigola-t-elle en croisant les bras fièrement de sa découverte.
  • Tu le penses aussi ? Je suis d’accord, acquiesça Nice mesquinement.
  • Oh ! Trois voies contre une ! Donc tu l’aimes ! annonça Laure.
  • Ça ne marche pas comme ça !
  • Oh que si ma poulette ! Chope là Kimi !

Sans réfléchir, la blonde s’exécuta pendant que Laure l’approchait dangereusement avec le rouge à lèvres.

  • Non ! Je viens de me laver !
  • Châtiment !
  • Yah !

Nice s’accrocha fermement au bras de Faye d’un air faussement désolé et glissa jusqu’à sa jambe lorsque cette dernière se débattit. Quelques secondes plus tard, la rousse trouva de gros cœurs rouges dessinés sur son visage. Cette fois, elle rit en voyant son reflet. L’immense joie qu’elle ressentit à ce moment, en acceptant ses marques sur son visage, lui donna soudainement envie de pleurer. Les lèvres tremblantes, elle amena une main dessus et essaya de fuir son émotion, mais Nice l’attrapa dans ses bras.

  • Ce n’est pas une honte d’aimer, la rassura-t-elle.
  • Non, je ne peux pas… Ce n’est pas possible.
  • Chut, fit-elle en caressant son dos.
  • Je suis désolée…
  • Arrête donc de penser que tu gâches notre soirée, dit Laure en lui souriant.
  • C’est trop, vraiment trop… J’ai l’impression que je vais exploser, sanglota-t-elle.
  • Tu ne penses pas que tu devrais lui parler ? suggéra Kimi.
  • Non ! Je ne veux pas…
  • Je veux dire, au moins faire la paix avec lui avant l’été ? Tu ne penses pas que ça te soulagerait ? continua-t-elle en venant dégager une mèche de cheveux de son visage meurtri.

En attrapant sa main, les larmes sortirent et lui permirent de reprendre une bouffée d’air. Ce sentiment envers Alex la détruirait, mais sans doute que Kimi avait raison.

***

C'est dans une ambiance de compétition que les garçons arrivèrent à la soirée qui se déroulait dans le gymnase de Saint-Clair. Mis sur leur trente-et-un, et prêts à en découdre avec les filles ou avec la piste de danse, ils aimaient plaire. Selim fonça dans les bras de sa chérie en la découvrant toute coquette. Il avait deux objectifs très clairs : s'amuser, mais surtout la protéger des éventuels vautours.

Laure se pavanait dans une robe si minuscule que Loyd eut envie de la couvrir. Il resta pourtant longtemps pendu aux compliments qu'elle et Sky se jetaient. Ce dernier la fit tourner pour l'admirer.


  • Magnifique.
  • Hihi, merci Sky ! Tu n'es pas mal non plus !
  • Et toi… J'imagine que tu ne te sens plus juste parce que tu as mis une jupe ? vint-il directement taquiner Kimi.
  • Voyons, ne sois pas si dur, le reprit Loyd en voyant la blonde s'insurger. Tu es très belle, ajouta-t-il en lui faisant un petit clin d'œil.
  • Mignonne, lâcha simplement Alex, beau comme un As et qui essayait de ne pas regarder Faye.

Mais la rousse ne sortait jamais sans un vêtement voyant. La petite veste en cuir rouge qu'elle s'était dégotée attirait l’attention sur un magnifique haut en dentelle. Pour le reste un short en jeans et une belle paire de baskets. Il faisait chaud et elle comptait danser. Avec Selim, ils s'ambiançaient déjà. Kimi avait aussi décidé de prendre Nice sous son aile. Cette fois, il n'y aurait aucun problème.

En entrant au cœur de la fête, le groupe tomba nez à nez avec les deux rongeurs de l'école : Kyle et Steve. Si le rat restait planqué dans son coin, un verre à la main, la fouine s'amusa à jeter du feu aux poudres :


  • Quel bel homme nous avons là ! s'exclama Steve en venant placer une main sur la nuque d’Alex, tout sourire.
  • Ça commence à être une mauvaise habitude, répondit-il en la dégageant de suite.
  • Ma main ? fit-il en l'agitant. Je me demande où je vais pouvoir la poser ? Le nombre de filles canons ce soir… même un génie comme moi ne pourrait les compter, mais… Faye, ce soir… Waw !
  • Commence pas à me chauffer, je veux passer une bonne soirée.
  • Ça, c'est plutôt le style de Kyle, rétorqua-t-il en lui faisant un clin d'œil inspiré du blondinet. Plus sérieusement, dépêche-toi mon grand. Tic tac. Si tu ne fais pas attention, elle va te filer entre les doigts.
  • Qu'est-ce que ça peut te foutre, franchement ?!
  • Elle est belle, elle est sexy, mais aussi interdite. Tu as joué et tu l'as séduit, mais maintenant c'est toi qui en est dingue. Je t'ai toujours détesté. Depuis que tu as couché avec la fille que j'aimais. Mais j'avoue que te voir souffrir pour cette belle nana, j'adore ça ! J'en viens presque à t'apprécier, c'est fou non ?
  • C'est toi qui es dingue…
  • Steve Matveïev, à votre service, répondit-il d'une grimace satisfaite tout en claquant ses deux mains sur ses joues.

Le bel asiatique n'hésita pas une seconde à relooker Faye sur son passage, rien que pour le plaisir d'énerver son ennemi.

D'un autre côté, Loyd avait tiqué sur le fait que Kyle ne portait pas son appareil photo. Il le regarda d'un mauvais œil, ce à quoi il répondit par une vile esquisse. Avant de pouvoir établir une théorie dans sa tête, il se fit agripper par l'épaule :


  • T'embête pas avec lui ! Ce soir on profite un maximum, ok ? lui cria Sky en lui tendant sa main pour dealer.
  • Ça marche, répondit-il en lui faisant une tape sur l'épaule.
  • Aaaah les garçons, fit Laure en les prenant tous les deux par le bras. Lequel de mes deux chevaliers me serre un verre ?

Sky s'exécuta dans l'optique de laisser ses deux meilleurs amis ensemble. Dans l'attente des boissons, il les observa. Loyd ne réussirait pas à la charmer de cette manière. Il était bien trop gentillet. Heureusement que Selim et Faye répandaient leur folie autour. Avec Nice par contre, ce dernier devenait un vrai paon et la petite ne pouvait pas s'empêcher de rire face à ses idioties.

Les cocktails en mains, il apporta son dû à Laure et s'étonna de la plus étrange des combinaisons : Kimi et Alex se trémoussaient gentiment ensemble. Rien que pour le plaisir, il vint s'interposer.


  • C'est comme ça qu'une danseuse "professionnelle" danse en boîte ? Je m'attendais à mieux.
  • Si tu veux une stripteaseuse, va t'en payer une ailleurs !

Ravi de sa répartie, il explosa de rire et lui tendit son verre pour trinquer. Étonnée, Kimi apprécia l'attention. Il lui sourit simplement en prenant de la distance pour danser. Elle l'observa prendre plaisir à la fête et voyait le regard des filles autour. Toutes semblaient n'attendre qu'un geste de sa part. Elle l'observait et pensait que sans Sky, sa vie à Saint-Clair aurait bien été différente. C'était sa première rencontre et son premier ennemi dans cette école. Tout avait commencé avec cette baffe, le reste n'étant plus qu'une suite d'événements sans fins, mais surtout de surprises. Ils eurent un "eye-contact". Kimi lui lança un grand sourire et se rapprocha.


  • Je voulais te dire…
  • Quoi ? fit-il en lui tendant son oreille.

Dans le feu de l'action, elle l'embrassa sur la joue. Sky la dévisagea, les yeux d'abord ronds, puis un air coquin sur le visage.


  • En quel honneur ? la taquina-t-il en tentant d'user de ses charmes.
  • Oh, arrête ! Juste… Merci. Voilà. T'es le mec le plus chiant que je n'ai jamais rencontré, mais sans toi…

Elle lui sourit simplement pour finir sa phrase. Face à autant de gentillesse, il ne sut d'abord pas comment réagir. Touché, il ne voulait pas lui montrer et fit semblant d'être dégoûté. Elle savait très bien ce qu'il pensait réellement. Sky et Kimi dansaient pour la première fois ensemble, à la surprise de tout le monde. Évidemment pas comme des amants, mais les voir plaisanter n’annonçait que du bon de cette soirée.

De son coin, Kyle regrettait presque de ne pas avoir pris son appareil photo.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0