5. Le charme du serpent

15 minutes de lecture

Le chaos s'était abattu sur la tour Stark. Natasha se prépara à attaquer dans l'éventualité où l'ennemi se trouverait encore dans les lieux. Elle se tourna légèrement vers Loki qui sous ses yeux matérialisa son armure asgardienne. Son casque dont les deux cornes s'élevaient aux cieux, parachevait le tableau guerrier. Il se saisit de deux dagues et passa devant l'humaine d'une part par galanterie, de l'autre parce ce que sa constitution divine pouvait encaisser un choc au moins cent fois plus élevé que la rouquine.

La cuisine américaine avait littéralement volé en éclat. La vaisselle jonchait le sol en une myriade de mosaïque blanche. Le mobilier était brisé et jeté à l'autre bout de la pièce. Les murs blancs étaient marqués trous et brûlures. De vrai trous qui permettaient de voir la pièce d'à côté dans le même triste état.

Loki avançait de pièce en pièce sur le qui-vive. Lorsqu'il arriva dans le salon de réception, il se stoppa net. Une véritable guerre avait eu lieu et les deux guerriers étaient assis sur le cadavre de la grande table. L'un à chaque bout. Seule la carcasse du lustre de cristal les séparait puisqu'il semblait qu'il soit la cause de l'état de la table en acajou, brisé net en son centre.

Thor dont le regard noir trahissait une véritable envie de quitter la tour avait le nez en sang. Cela troubla énormément Loki car cela faisait une éternité qu'il n'avait vu un dieu saigner, ni même Thor avec un regard aussi noir d'ailleurs. Pour autant il n'oublia pas la rancoeur qu'il avait à l'encontre de son frère et reporta son attention sur Stark, en armure et assis à l'autre bout de la table. Armure qui était dans un état semblable à celle de la tour, le casque était brisé et des étincelles sortaient par ci par là. Mais Tony n'en faisait rien et se contentait de boire son verre de whisky dans un verre dont le bord était fendu à plusieurs endroits. Son oeil droit était encerclé d'un hématome rouge qui commençait à tendre sur le violet.

Quand ils s'aperçurent de la présence du dieu de la malice, ils se figèrent et le regardèrent en silence. Loki ne dit rien et prit le parti de reporter son attention sur l'humain plutôt que sur son frère car cela lui rappelait douloureusement la nuit passée. Heureusement que Natasha arrivait pour faire cesser cette situation plus que pénible pour lui.

« - Non mais dites moi que je rêve ! » S'énerva-t-elle en écarquillant les yeux et en faisant un tour dans la pièce.

Elle commença à enguirlander les deux hommes. Dans cet échange houleux entre les trois héros de New York, Loki put entendre que les autres se trouvaient soit de sorti soit dans leurs appartements car ils n'avaient pas souhaité interférer dans une histoire qu'ils ne comprenaient pas. (ou qu'ils ne voulaient pas comprendre).

Loki en profita pour se dissimuler et quitter les lieux arrachant son regard à celui de Stark dont le noisette des yeux semblait vouloir sonder son esprit. Il monta à l'étage et s'enferma dans sa chambre. Il fit disparaitre son armure et se jeta sur son lit pour essayer d'en terminer avec son mal de tête.

Mais depuis quand avait-il mal à la tête ? Il ne se rappelait pas la dernière fois que cela lui était arrivé et il détestait ça. Son cou était douloureux et ses épaules le tiraient affreusement.

Il réfléchit à la situation. Il ne pouvait pas disparaitre à nouveau sous peine de perdre définitivement la confiance des habitants. Mais rester devenait assez bizarre. Entre Thor qui l'avait violenté et qui maintenant n'osait même plus le regarder en face alors imaginer lui parler ... Et Anthony Stark qu'il avait essayé de pigeonner et qui maintenant ne voulait qu'une chose : se venger. La situation devenait trop complexe et cela amplifia la douleur qui lui vrillait les tempes. Mais un retour sur Asgard sans avoir « purger » sa peine signifiait retourner croupir en prison le reste de sa vie même dans le confort dû à son rang alors non merci ... JAMAIS que les Norns l'en préservent !

Grâce à son ouïe plus développée, il put entendre les voix basses de la conversation entre Natasha, Thor et Tony. La jeune femme était au bord de la crise de nerf et honnêtement, il la comprenait parfaitement. Elle criait donc à qui voulait l'entendre que les deux hommes étaient aussi immatures que des gamins de cinq ans et que même un gamin n'aurait pas fait pire.

Thor voulut répondre qu'à cinq ans, il avait fait bien pire mais visiblement il se tut d'un coup, sûrement du fait d'un regard menaçant de la jeune rousse. Puis Tony mit son grain de sel en rappelant qu'il s'agissait de SA tour et que par conséquent s'il voulait en faire du gravier, il en faisait ce qu'il voulait.

Thor quitta finalement la tour. Il monta sur le toit et il appela Heimdall avant de disparaître dans le spectre arc-en-ciel du Pont des Ases.

Un problème de moins. Pensa-t-il.

Il ne fallait pas se bercer d'illusion, il reviendrait. Mais cela lui laissait au moins quelques temps pour régler le problème "Stark". Il se dressa d'un coup sur son lit en sentant une présence approcher. Vision arrivait dans sa chambre par le plafond. Ce que l'on pouvait dire, c'était que cela sortait de l'ordinaire, même à Asgard. L'entité se posta juste en face du lit, pas le moins du monde dérangé par l'idée de pénétrer dans l'espace personnel d'autrui sans autorisation.

« - Vision. Marmonna Loki en s'asseyant sur le bord du lit. »

Loki ne put s'empêcher de fixer pendant un instant la pierre qui était fixée sur le front de l'entité. La querelle qu'il eut avec lui s'imposa dans sa mémoire et il n'en était pas fier. Il avait perdu son sang-froid et il se détestait pour ça. On ne l'y reprendrait plus.

« - En quoi puis-je t'aider ? Dit-il le plus poliment possible. »

Vision semblait perdu dans ses pensées. Mais il répondit d'un ton sec et assuré.

« - Non, c'est moi qui vous doit des excuses Mr Laufeyson. »

Loki se retourna tant il ne s'attendait pas à cette réponse. Mais Vision ne lui laissa pas le temps de continuer.

« - On m'a fait comprendre que j'avais dépasser « les limites ». Alors qu'étrangement, je suis atteins du même mal que vous, j'aurais dû faire preuve de plus de tact. »

Loki se leva et alla prendre un verre dans la petite commode à droite de la porte. Il leva un verre vide pour en proposer un à Vision qui refusa d'un signe de la tête.

« - Je ne connais ni la faim, ni la soif. Dit-il simplement.

- Mais tu es doté des mêmes pouvoirs que celui de la pierre de l'esprit. Relança Loki en buvant son verre.

- En effet. »

Loki plissa les yeux. Le fait de boire lui vrilla la tête. Ce n'était pas une si bonne idée. Vision s'en rendit compte mais ne dit rien, même quand Loki déglutit péniblement pour chasser le goût.

« - Tu as donc la possibilité de modifier ton apparence ou encore de créer des illusions. Pourquoi ne te fabriques-tu pas une enveloppe humaine ?

- Pour être tout à fait honnête, je n'y avais jamais vraiment réfléchi. Dit Vision en regardant le sol. »

Loki sentit une faille s'ouvrir dans l'esprit de Vision. C'était l'occasion ou jamais d'en apprendre davantage. Ni une ni deux, il s'y engouffra. Mais Vision s'en rendit immédiatement compte et repoussa Loki qui eut le temps d'obtenir les informations qu'il souhaitait.

Loki s'appuya sur ses genoux en haletant légèrement. Forcer l'esprit d'une personne lambda ne lui coutait rien mais forcer une pierre, surtout celle de l'esprit, l'avait épuisé. Elle avait littéralement pompé son énergie. Mais il avait vu pourquoi Vision voulait changer. Le pourquoi ils étaient semblables mais à la fois différents.

« - Tu ne le ferais pas pour toi ... Ricana-t-il entre deux respirations. ».

Vision le regarda passablement énervé mais il resta pourtant calme, en apparence.

« - Elle est si différente. Cracha Vision.»

Loki cessa de ricaner. Vision n'avait pas honte de sa nature, il voulait changer pour être avec elle. Alors que lui voulait changer le monde pour que ce dernier lui ressemble. Le même problème mais des solutions différentes.

« - Le sait-elle ? Lui demanda-t-il. »

Mais Vision se tut. Bien entendu que non. Il voulait lui ressembler pour pouvoir être avec elle, pouvoir vivre normalement et si la jeune femme le découvrait, elle l'en dissuadrait de quelconques moyens. Il était une chose créée grâce à une pierre extraterrestre et dont la puissance équivalait celle d'un Dieu. Même si la jeune femme était une mutante, la probabilité qu'ils vivent normalement était faible voir quasi-inexistante. Une pure illusion, rien de plus.

Loki ne pouvait pas l'en blâmer. Qu'aurait-il fait pour être du même sang que Frida, sa mère d'adoption. Pour pouvoir dire qu'il était son fils sans mentir à demi-mot. Etre du même sang que Thor pour l'égaler. Même son apparence, il avait dû la cacher pour jouer son rôle. L'apparence d'un asgardien à la peau chair et aux yeux verts plutôt que celle d'un géant des glaces à la peau bleu et aux yeux rubis. Il en était venu à détester sa véritable apparence, à comparer les lignes qui traversaient sa peau à des liens qui le maintenaient fermement dans un perpétuel mensonge et non pas à ce qu'elles étaient c'est-à-dire un symbole royal. De cette façon, il n'avait jamais été lui-même. Lui aussi vivait dans une illusion. Pathétique selon lui.

« - Comment fais-tu pour que la rage ne te consume pas ? »

La question surprit Vision. Il ne s'attendait pas à cela. Il regarda Loki qui faisait les cents pas dans la chambre, lentement, comme un félin prêt à bondir.

« - J'essais de ne pas y penser. Depuis que je suis "né", mille questions me viennent à l'esprit. Dès que j'obtiens la réponse à l'une d'entre elles, mille autres m'assaillent. Peut-être qu'un jour, je découvrirais ce que je suis mais j'en doute. »

Les deux tourmentés se stoppèrent lorsque Jarvis interpella Loki.

« - Je vais vous laisser. »

Loki le salua d'un hochement de tête. Mais avant de partir, Vision s'approcha de Loki et posa sa main rouge sur la tempe gauche. Le dieu se laissa faire mais resta néanmoins sur ses gardes. Une vague fraîche envahit la joue puis le crâne de Loki. Sous la douce sensation, il ne put s'empêcher de fermer les yeux. Lorsque Vision ôta sa main, Loki rouvrit ses yeux verts. Il aurait voulu que cela continue. Il se rendit soudainement compte que son mal de tête avait disparu. Vision le salua avant de repartir par le plafond. Il avait vraiment un problème avec les portes.

Loki regarda l'horloge au-dessus de son lit. Trois heures étaient passées depuis son retour à la tour. Il ne savait pas comment fonctionnait le dénommé Jarvis.

« - Jarvis ? » tenta-t-il.

Un moment passa puis L'I.A lui répondit.

« - Monsieur Laufeyson, je suis navré de vous avoir dérangé. Toutefois, Mr Stark souhaiterait que vous veniez dans ses appartements. »

« Que veut-il ? » pensa Loki.

Mais il n'avait pas vraiment le temps de réfléchir à la question. Après tout, il était de nature curieuse (pour son plus grand malheur !) et l'occasion de s'excuser se présentait. Il jeta un coup d'oeil circulaire sur la pièce, ne sachant pas vraiment où regarder.

« - Jarvis ? Dites-lui que j'arrive.

- Bien Monsieur. »

Loki voulut se changer. Il en avait assez de ses vêtements midgardiens. Il se déshabilla et les jeta sur le lit. Puis il se concentra pour matérialiser une tunique asgardienne en soie verte et noire brodée de fil d'or. Il se sentait mieux. Le tissu soyeux lui caressait la peau et il ne comprenait pas pourquoi les midgardiens s'évertuaient à choisir des tissus aussi désagréables à porter.

Il alla se passer de l'eau sur le visage. Puis il quitta son antre pour rejoindre le milliardaire. Il monta à l'étage supérieur et traversa le couloir dans un bruit de tissu volant. La soie sur sa peau telle une aile de papillon était définitivement beaucoup plus agréable que les vêtements des Hommes.

Sans même frapper, ni même annoncer sa présence, il ouvrit l'immense double porte en métal et après les avoir refermées, il contempla la pièce. Décorée avec goût dans un style sobre et chic, Loki ne trouva pas Anthony. Il avança plus encore dans l'appartement. Des vêtements avaient été posés sur un fauteuil de cuir blanc.

Soudain une porte dissimulée s'ouvrit sur un humain nu et mouillé. Loki arqua un sourcil. Il voyait où Stark voulait en venir, il jouait avec ses nerfs. Ils allaient voir lequel des deux avait le plus de cran.

Anthony Stark sortait d'une douche volontairement prit à ce moment. La preuve était qu'il ne portait aucune serviette. Son corps musclé et doré ruisselait de gouttelettes lorsqu'il s'avança.

Le jeu devait continuer selon les règles de Tony. Loki ne le regarda pas sauf au moment où il se trouvait à un mètre de lui. Il admira ce corps magnifique qu'il ne soupçonnait d'ailleurs pas.

Pas mal pour un homme qui a déjà bien entamé son quarantenaire.

Lorsqu'il arriva au niveau du bas-ventre de l'humain. Il jeta un rapide coup d'oeil qui lui émoustilla les sens avant de remonter vers le visage de Tony avec un sourire en coin. Loki lui tourna le dos pour qu'il s'habille. Dans les fait, c'était inutile puisque le corps de Tony n'avait plus aucun secret pour lui. Mais il s'exécuta quand même.

Il avança un pion en s'asseyant de la manière la plus aguicheuse qu'il put dans l'un des fauteuils blancs. Il avait senti les yeux brulants de Tony dans son dos. Si facilement manipulable. Les Humains s'en remettaient bien trop à leurs sens et à leurs émotions.

Il était venu s'excuser mais finalement, il voulait jouer encore un peu. Autant profiter du fait que Thor était parti. Depuis qu'il était entré, aucun d'eux n'avait parlé. Loki ne briserait pas ce silence. Et visiblement Tony n'avait pas non plus l'intension de s'y résoudre. Parce que quand Loki s'assit, Tony était toujours nu.

« Et pourquoi pas après tout ? » Dit Loki s'abandonnant à tous ses vices.

Il lui laissa remporter cette bataille. Puisque c'est lui qui remporterait la guerre ...

Loki scanna Tony du regard. Il posa ses yeux sur son visage, descendit sur son cou musclé et ses clavicules, sur son torse et ses abdominaux finement musclés, puis sur son bas ventre. Au fur et à mesure que son regard de feu descendait, Tony sentait le même feu descendre dans son membre. Loki le vit bien évidemment mais il reporta son attention sur le visage du milliardaire.

Loki se leva et sans rien dire, il ôta sa tunique qui tomba au sol dans un bruissement quasi-inaudible dévoilant son corps. L'érection de Tony devint vive et très douloureuse devant le spectacle qui s'offrait à lui. Un corps d'albâtre immaculé, un corps de guerrier et élancé semblable aux merveilleuses status du mythique Achille qu'il avait pu voir sur l'île de Corfu alors qu'il était en voyage.

Un détaille attira son attention. Juste derrière la cuisse droite du dieu, Tony aperçut brièvement une fine cicatrice légèrement plus rosée que sa peau. Mais il ne put s'attarder sur ce détail car Loki le toisait d'un regard fiévreux et totalement aguicheur.

A-t-il seulement une idée du charme qu'il a ?! Pensa Tony avant de s'abandonner au désir.

Probablement, sinon il n'en jouerait pas de la sorte.

Tony s'avança jusqu'à Loki. Leurs visages se trouvaient seulement à quelques millimètres l'un de l'autre mais Loki ne bougeait pas. Il se le refusait bien que les lèvres du milliardaire soient très tentantes. Il ne cèderait pas !

Le démon. Pensa Tony.

Le milliardaire pencha légèrement la tête sur le côté et déposa un baiser, un doux baiser sur les lèvres du Dieu qui ne broncha pas. Il souriait. Alors soit, Tony mourrait d'envie de remplacer ce sourire par des soupirs de plaisir.

Il réitéra l'opération plusieurs fois, collant davantage son corps à celui du Dieu de la malice. Puis il mordilla doucement les lèvres de Loki pour l'encourager à ouvrir ses douces lèvres. Il le fit avec un peu plus d'assistance et Loki céda. Petite victoire pour l'humain.

Il prit possession des lèvres de Tony et commença un ballet de baisers fiévreux. Pourtant, Loki sentit que malgré tout le désir qui se dégageait de Tony, il se retenait. Et il savait pourquoi ! Tony ne voulait pas le brusquer à cause de ce qui s'était produit avec Thor. Loki repoussa ses souvenirs au plus profond de son esprit. Ce n'était pas le moment de repenser à ça.

Pour montrer à Tony qu'il n'était pas fait de sucre, il passa ses mains sur les hanches du terrien et il le fit reculer jusqu'à son lit. Quand l'arrière des genoux de Tony toucha la soie noire, Loki brisa le baiser et poussa légèrement Tony qui déstabilisé, tomba sur le lit dans un bruit sourd. Loki se pencha sur le corps bouillant de Tony et déposa une myriade de morsure en remontant le long du corps. Il s'attarda sur le sexe dur en mordillant et en soufflant sur l'aine. Puis il jeta un regard de feu à Tony qui en disait long sur ce qu'il allait faire.

Mais Anthony Stark était célèbre pour son caractère. Il décida que c'était à son tour de donner du plaisir à l'homme au-dessus de lui. Il prendrait le sien plus tard ... à n'en pas douter ! D'un déhanché expert, il fit basculer le dieu pour le placer sous lui et il se positionna au même endroit d'où il avait délogé Loki. Ce dernier semblait surpris mais il se reprit rapidement. Il regarda Tony qui lui fit un clin d'oeil.

« - Je vais te faire gémir ! Dit-il à Loki.

- J'en jugerais par moi-même. Lança Loki pour le provoquer. »

Puis Loki perdit pied. Tony le prit en bouche et commença des « va et vient » alternant entre douceur et petit coup de dents. Il n'aurait jamais deviné que le milliardaire possédait un talent pareil ...

Il n'avait jamais ressenti un tel plaisir avec aucun des ses partenaires, homme ou femme. Sauf peut être un d'entre eux mais ils ne jouaient pas dans la même catégorie.

Petit à petit, le plaisir monta, il grimpa à son paroxysme et il se libéra dans la bouche de Tony qu'il n'avait pas eu le temps de prévenir. Le terrien leva le visage et avala d'un coup en regardant le dieu. La provocation était un aphrodisiaque très puissant.

Loki bascula la tête en arrière pour profiter de cocon de plaisir dans lequel il était.

« - Serait-ce inconvenant de remercier ton coup de main ? Souffla Loki.

- Plutôt un coup de langue, non ? Sinon, je passerais le mot aux filles ! »

Voilà comment était Anthony Stark : sans prise de tête. Loki tendit son bras et attrapa les cheveux à l'arrière de la tête de Tony pour l'attirer à lui.

« - Déjà fatigué Mr Stark ? Ricana le dieu malicieux.

- Moi ? Je suis le dieu de l'amour ! »

Cette dernière remarque fit rigoler Loki. Il rigola de bon coeur, sincère. Et cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été sincère, même envers lui-même. Et s'il devait en arriver aux confidences, il devait se l'avouer : il était bien dans ce lit avec Stark. Autant profiter du moment présent. La guerre pouvait bien attendre encore un peu.

Il accueillit l'humain entre ses longues jambes et il l'embrassa encore et encore. Anthony le caressait de toute part, lui profiguant bien être et désir. Son bas-ventre se contractait régulièrement tant le traitement était savoureux.

Lorsqu'Anthony passa un bras sous sa jambe droite, il écarta plus les cuisses pour lui donner accès à son intimité. A cet instant, il se foutait pas mal de ce qu'il pouvait penser de lui. Il le prépara délicatement, sans brusquerie à l'aide de salive et d'attention. Ce fut quand il put inserrer trois doigts qu'il présenta sa hampe de feu.

Il sentit à peine Tony pénétrer son intimité et au fur et à mesure que Tony bougeait en lui, le plaisir gronda dans tout son corps. Tony fermait les yeux pour mieux sentir l'homme autour de lui. Si cela ne tenait qu'à lui, il aurait joui rien qu'en voyant Loki éprouver du plaisir mais il voulait que Loki s'imprègne de lui, qu'il en redemande. Il ne voulait pas baiser comme il l'avait fait avec toutes ces femmes. Il voulait lui faire l'amour, tendrement.

Cette nuit-là, Tony s'en souviendrait comme le jour où il avait fait sien un dieu. Et pas n'importe lequel : son dieu, son prince d'Asgard. Tout deux, ils refirent plusieurs fois l'amour, tendrement, légèrement plus sauvage mais l'objectif était de combler leurs coeurs.

Loki ne cachait pas ses penchants sexuels, il les assumait parfaitement. On lui connaissait de nombreux amants ou amantes mais jamais Anthony n'aurait pu deviner que le Dieu aimait être celui qui recevait. Il avait tenté sa chance et comme Loki ne le repoussa pas, il continua de savourer. Ce fut ce qu'il gouta de meilleurs de toute sa vie.

Du côté de Loki, il oublia tout le reste le temps de cette nuit. Il ne voulait pas penser au petit matin qui de toute façon arriverait inévitablement. Il était bien. 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

filsofkami
Un groupe de tueurs. Une enquête nationale. Une chasse à l'homme à double vitesse. Qui des policiers ou des tueurs arrivera à ses fins ?

Cyns raconte cette enquête de longue haleine qui tourne autour d'un groupe nommé "tueurs de pêcheurs". Des personnes qui ont décidé de tuer ceux qui n'ont jamais été inquiétés pour les délits qu'ils ont commis. Des personnes qui ont décidé de rendre justice eux-mêmes en donnant la mort. Des personnes qui, sans provoquer, se contentent juste de faire ce qu'ils ont en tête, sans un bruit.
1
2
0
2
Lëowenn
Comme indiqué dans le titre, ce sont mes premiers, je n'y connais rien ( vraiment rien ) je veux juste essayer ! N'hésitez pas à commentez, je suis là pour progresser et accepterait les critiques avec joie !
21
17
1
0
Défi
Ayah

Salut mon chaton ! Oui je dois reconnaître écrire une lettre à son chat est assez insolite. Je veux te faire comme une sorte de "déclaration".
Vois-tu, je suis totalement consciente d'être gaga de toi. Tu as été MON premier chat, et pas celui de mes parents ou de mon frère.
Lorsque les chihuahuas sont arrivés, ils ont totalement pris ta place. Au même moment je vivais ma crise d'adolescence et maman sa crise de quarentaine. Nous étions toutes deux délaissés, et je crois bien que c'est ce qui nous à rapproché.
Tu es arrivée à la maison je n'étais qu'en CE1. Au mois d'avril, 11 ans sont passé depuis ce jour. Au début tu me fuyais, et je dois avouer que je te comprend. Entre les voles que je te faisais faire sur le lit de mes parents, dans le jardin, de sur mon lit, du canapé et j'en passe, je ne te laissais pas trop le temps de souffler.
Comme je disais, lorsque les chiens sont arrivés, toi aussi tu as été délaissé, pas pour les mêmes raisons mais ça compte. Alors tu venais vers moi, encore heureux que je ne t'embêtais plus !
Aujourd'hui, je ne peux pas partir une journée sans qu'en rentrant tu viennes vers moi en courant et bien évidemment en miaulant. Tu donnes toujours cette impression de me hurler dessus, et je t'assures c'est totalment hilarant. Lorsque je t'appelle, tu me suis. Très souvent tu ronronnes aussi en essayant de me monter dessus. Ah! et j'allais oublier : Tu as toujours les pattes arrière de chaque côtés de ma taille, tout comme un bébé. Quand tu es trop contente de me voir, tu ronronne, tu prends ta position de bébé, tu fais piano-piano, et tu me baves dessus ! Alors je te regarde à chaque fois dans les yeux, et tu me fixe avec incistance tout en me miaulant dessus, comme ci tu me disais "je t'aime".
Tu sais ce que signifie ton prénom ? C'est un prénom bulgare qui signifie "je t'aime", c'est une coïncidence ?
Tout ça pour dire mon chat poubelle (oui oui je te trouve vraiment de drôle de surnom !), je t'aime fort fort fort et lorsque tu disparaîtra tu me manqueras énormément.
Bisous mon gros chat, je t'aime.
1
1
23
2

Vous aimez lire MellolleM ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0