C’est comme ça que commencent les relations qui finissent mal.

3 minutes de lecture

Tout va bien, d’après ma gynéco.

— Non, tout va pas bien, Maude. Je suis enceinte.

— Le bébé va bien, si vous préférez.

Honnêtement, je sais pas si je préfère.

— Avez-vous réfléchis à vos options ?

— Je suis pas vraiment d’humeur à avoir cette discussion.

— Ah. Pourtant, la situation s’y prête. En avez-vous parlé avec votre partenaire ?

— Non. Plutôt avaler ma langue.

— Pourquoi donc ?

— J’en sais rien, c’est comme ça.

J’écourte l’entrevue. Penser à Reiner m’a lèse les neurones. Mon répondeur est rempli de ses murmures, mes messages de ses mots coupants. La complaisance a ses limites, même chez les superhéros. Mon silence le contrarie. Il dure depuis huit jours, si j’ai bien compté.

Le gala d’anniversaire organisé par son père est ce vendredi soir. J’ai promis à Reiner d’y être. Les principes, j’en ai peu, mais la parole, j’en ai qu’une. On peut pas avoir que des défauts. J’irai. Pas pour lui parler du bébé, mais j’irai. Advienne que pourra.

L’odeur tabac froid, de poussière, de vieux de cuir et d’huile de moteur m’écœure. Sept ans d’investissement dans une voiture de collection mal restaurée.

Une chanson pop sature les hautparleurs de la radio. Lily pioche dans un paquet de chips qu’elle émiette sur mes tapis, affalée sur le siège passager, les pieds sur le tableau de bord. Elle a fait de la provocation son moyen de commutation principal.

— T’as été hyper longue et il fait hyper chaud, se plaint-elle.

Je coupe la musique. Perdre sa bande son la refroidit, elle se redresse et boucle sa ceinture, ce qui m’empêchera pas de lui faire nettoyer l’intérieur de la Mustang demain.

— T’étais pas obligée de me suivre, rappelé-je.

— Y a rien à faire à la maison. T’as même pas Netflix.

— Mince alors, encore une bonne raison de rentrer chez toi.

— Si tu me rendais mon téléphone, j’arrêterais de t’embêter.

— Bien sûr que non, t’arrêterais pas. Tu serais encore là, chez moi, à râler toutes les fois que je te demande de respecter mes règles. Si la vie était juste, tu te serais retrouvée sur une aire d’autoroute glauque le soir de ta fugue, t’aurais dû claquer tout ton argent de poche dans des frais d’hôtel miteux, pour te réveiller la faim au ventre et sans une tune. Tu te serais faite pincer par la police pour vol à l’étalage d’un foutu sandwich industriel et t’aurais plus eu qu’à attendre que ta salope de mère vienne te chercher au commissariat.

Le salope était probablement de trop. Probablement pas destiné à Emma non plus. J’imagine que c’est terriblement cliché, pour une femme, d’être en conflit avec sa mère, mais c’est difficile d’être originale. Il faudrait que je sache pardonner. La rancune, c’est plus facile, ça s’entretient tout seul, pas comme l’amour. Il suffit d’un rien pour rendre un ressentiment réciproque. Bientôt, Reiner me méprisera pour l’avoir ignoré et je pourrai le mépriser en retour pour m’avoir méprisé le premier.

Lily a perdu sa langue. C’est récurrent. Elle part s’enfermer dans sa chambre dès notre retour à la maison. J’imagine que je peux aller me faire voir si j’ai besoin de son aide pour vider le coffre.

Le jour de ma rencontre avec Reiner, ma voiture était tombée en panne sur le parking du supermarché. En superhéros qu’il est, il nous avait pris, mes courses et moi, dans sa voiture à lui. Sur le trajet, il avait peu parler, mais il avait ri, légèrement. J’aime son rire.

Le soir même, on dormait ensemble, comme dirait ma meilleure nièce. J’étais persuadée que c’était pour un soir. Jusqu’au soir suivant. Celui d’après. Celui d’encore après. C’était il y a un an. Quand j’y penses, j’aurais vraiment dû me faire livrer.

— Bonjour.

Je me retourne maladroitement, encombrée par mes sacs. Un homme se tiens près de la haie, grand, presque blond, plutôt jeune ; l’âge de Winona, peut-être. Je ne le connais pas, mais quelque chose chez lui me rappelle quelqu’un.

— Est-ce que Lily est ici ? demande-t-il.

— Et vous êtes ?

— Gabriel. Je peux la voir ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Plume29

"Vole, vole petit oiseau! Mais tu attends quoi?" Manon, six ans, s'impatiente.
Lui se tient sur la branche, l'observant, la défiant alors que, par de grands gestes, elle essaie de le faire fuir.
Peine perdue, posé, face à elle, l'oiseau empaillé,ne cesse de la regarder.
8
4
0
0
Gorn
Sandor traverse le Royaume pour se donner une chance de rencontrer la destinée dont il rêve. Le chemin qui le mène à la Citadelle de Lidan, lui réserve de terribles défis qui mettront sa volonté à rude épreuve. Parviendra t'il à rejoindre le château dont ses rêves lui parlent ? La vie là-bas sera t'elle à la hauteur de ses espérances ?

Le temps manque au Vaguemestre Elric qui doit rejoindre sa femme à quelques jours de marche de la cité. Elle va accoucher et il veut être à ses cotés. Mais les affaires du Royaume le retiennent plus que de raison.

Le Roi Gorneval, doit faire face à l'invasion des peuples du Nord. Par le passé il a du mener une guerre absurde contre le souverain Gwendal. Il y a perdu ses amis, son père et plus encore, celle qu'il aimait.

Le royaume et la paix qui y règne, reposent désormais sur le destin de ces hommes et leur capacité à retrouver la piste des Dragons légendaires que le Royaume abritait jadis.
114
453
3457
247
Markus Charret
Second tome de la sage Vandi'a (4e de couverture et couverture toujours à créer).
43
46
398
79

Vous aimez lire Ana F. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0