Chapitre 40 : Qui est l'ennemi ?

9 minutes de lecture

Aniah et Seneth appartenaient dorénavant aux résidents de la Cité Céleste.

— Crois-tu que nous fassions partie d’Apex ? réfléchit tout haut Aniah.

– Pour moi, la réponse restera négative tant que nous n’arborons pas de gros « A » tatoué sur notre peau, conclut Seneth.

Leurs vies semblaient dès lors épargnées. Néanmoins, elles ne demeuraient plus de tout repos. Dès le lendemain de leur arrivée, ils se rendirent aux cours auxquels Wain les avait inscrits. Les fins de semaine se trouvaient consacrées à leurs assignations professionnelles. Malgré leur participation commune en classe, ils avaient l’impression de se voir de moins en moins.

L’agence dans laquelle opérait Seneth l’entraînait pour devenir un agent spécial d’élite. Lui, qui pourtant ne demeurait pas un grand sportif, subissait des exercices dont l’objectif visait à transformer son corps en arme fatale. Les premiers mois étaient rythmés par des parcours du combattant, tous plus durs les uns que les autres. Seneth progressait très rapidement. Sa carrure s’affûtait peu à peu, sa force se développait, son agilité s’affinait et ses réflexes se précisaient. Mais sa formation d’agent ne se limitait pas uniquement à ses qualités athlétiques. Il acquérait également des techniques physiques comme l’affrontement au corps-à-corps avec ou sans armes.

Plus étonnant, il travaillait sur des compétences qualifiées d’interpersonnelles. Cela comprenait entre autres l’art de la séduction, et plus encore, celui de la manipulation. L’objectif avait l’air d’être en mesure d’obtenir tout type d’informations et cela auprès de n’importe qui. Seneth semblait toutefois éprouver des difficultés avec ce domaine d’expertise. Cette science sociale ne se montrait pas pour le moment développée et répandue sur Arnès.

De son côté, Aniah collaborait avec les anciennes équipes du projet « débaumage », celles qui l’avaient précédé au centre de recherche du Majestic 13. Grâce aux cours qu’elle suivait à la faculté, elle parvenait progressivement à comprendre les travaux effectués jusqu’alors. Elle y découvrit par la même occasion une nouvelle matière qui lui paraissait totalement inconnue, l’électricité. Apex demeurait plus avancé que ses homologues de la surface et se gardait bien de le rester. Dans la mesure où Aniah œuvrait sous la tutelle de Wain, elle semblait s’être fixé comme mission de l’espionner afin de lever le masque sur sa vraie identité. Proche de ce dernier quand il se trouvait à la charge de son père, Aniah comptait bien se servir de cette relation pour le montrer sous son vrai jour. Elle profitait de son ignorance sur les recherches en cours pour lui poser toutes sortes de questions, même si certaines paraissaient complètement hors sujet et purement personnelles. Celui-ci n’avait pas l’air de soupçonner quoi que ce soit, si bien qu’il se proposa d’être le mentor d’Aniah. Encore une fois, cette dernière trouvait tout cela un peu trop facile. Cela ne pouvait pas relever du hasard, Wain manigançait sûrement quelque chose, du moins c’était ce qu’elle croyait fortement.

Le soir, Aniah et Seneth se retrouvaient dans leur résidence située sur le campus de la faculté. Alors qu’Aniah s’intéressait à Wain, Seneth s’affairait à découvrir l’organisation d’Apex de l’intérieur. Cependant, son champ d’action paraissait plus que restreint à cause de ses travaux au sein de l’agence des opérations extérieures. Il commençait à comprendre pourquoi Alendahl avait choisi de le réaffecter dans cette division, ce dernier ne voulait certainement pas prendre le risque que des inconnus en apprennent trop sur sa guilde. Néanmoins, les compétences que Seneth développait étaient en mesure de profiter à leur cause. Il enseignait la séduction et la manipulation à sa compagne afin de lui permettre de mieux appréhender sa cible. En même temps, elle lui faisait part de son impression de facilité. Tout se passait de manière trop idéale. La preuve en était le fait que Seneth puisse utiliser à son avantage ce qu’Apex lui inculquait contre elle-même. Le sujet soulevé par Aniah troubla Seneth. Il semblait partager l’avis de celle-ci. Il ne comprenait désormais plus rien aux récents événements. Mais il avait l’air d’accord avec Aniah sur le même point, Wain paraissait la clef pour découvrir la vérité sur leur situation actuelle.

Seneth ne pouvant agir de près ou de loin sur Wain, il se focalisa sur autre chose. Il décida d’interroger ses nouveaux camarades sur un membre d’Apex qu’il connaissait bien, Zoobohz. Il chercha des individus plutôt âgés, car ces derniers se trouveraient plus susceptibles de l’avoir côtoyé. Nul besoin d’aller très loin, il questionna le chef de son agence.

— D’après ce que j’ai entendu, Alendahl semble assez jeune pour une personne qui dirige, non ? s’enquit Seneth.

— Oui, c’est à cause de son maudit frère, répondit-il. Il a assassiné leur père qui siégeait à l’époque comme meneur.

— Mais qu’est-il arrivé à son frère ?

— Certains racontent qu’il aurait sauté de la Cité Céleste directement vers la surface. M’enfin, tu devrais certainement aller te renseigner auprès de Wain, il était son meilleur ami, il doit en savoir plus que quiconque.

Seneth ne parvenait pas à croire ce qu’il avait entendu. Wain et Zoobohz se connaissaient, et très bien en l’occurrence. Il avait donc omis volontairement de dire à Alendahl que la Liste Noire préparait une attaque contre le Majestic 13. Mais alors, Wain recourrait-il à un double jeu à la fois pour chacun des deux frères ? Cela paraissait tout bonnement invraisemblable. Cela étant, il exécuta ce que son chef lui conseilla, à savoir se rendre auprès de Wain.

Le soir même, Seneth alla auprès d’Aniah dans le but de rencontrer Wain. Au centre de recherche, il repéra d’abord Aniah.

— Oh ! quelle surprise de te voir ici ? déclara Aniah avant d’embrasser son chéri.

— Et ce n’est pas fini, ajouta Seneth. J’ai…

— Seneth ! Tu tombes à pic, l’interrompit Wain. Suivez-moi dans mon bureau, nous nous y trouverons mieux pour discuter.

Le couple talonna donc Wain. Quand ils arrivèrent, ce dernier prit soin de bien verrouiller la porte derrière eux. Il plaça également des rémanences au sol afin d’y former un pourtour circulaire suffisamment grand pour qu’ils puissent y entrer tous les trois.

— Installez-vous au cœur du cercle, indiqua Wain.

— À quoi sert-il ? demanda Aniah.

Wain pénétra dans le périmètre et se mit à s’exprimer. On voyait parfaitement qu’il communiquait, mais on n’entendait absolument aucun son.

— Je pense que tu as obtenu ta réponse maintenant, déclara Seneth.

Ils rejoignirent donc Wain à l’intérieur. Une fois dedans, ils percevaient à nouveau la voix de celui-ci.

— Bien, parlons peu, parlons bien. Si je vous ai invités ici, c’est parce que l’heure pour vous de connaître la vérité est arrivée, annonça Wain d’un ton sérieux et grave. Alors, oui Seneth, je suis bel et bien le meilleur ami de Zoobohz.

Wain commença à leur raconter son passé. Mais il se focalisa sur la partie qui s’avérait la plus pertinente, le meurtre de l’ancien meneur d’Apex.

— Vous allez me dire que vous savez déjà l’histoire, les interpella Wain. Mais vous ne connaissez rien ! Vous avez entendu la version de Whckl. Cependant, lui aussi ignore les faits exacts.

D’après Wain, sans aucun doute, Alendahl se révélait le vrai coupable. Il avait tout planifié pour pouvoir à la fois se débarrasser de l’unique successeur au meneur de la guilde et prendre cette place. Pour appuyer ses propos, Wain leur présenta un dossier. Celui-ci comportait l’autopsie détaillée du père des frères ennemis réalisé par lui-même, dans le plus grand secret. La cause du décès demeurait liée à un empoisonnement. C’était pour cela qu’il avait infiltré le centre de recherche du Majestic 13, pour enquêter sur ce meurtre en toute discrétion, pour ne pas éveiller les soupçons d’Alendahl. C’était Zoobohz qui lui avait demandé de tout accomplir pour rendre justice à son père, juste avant son exil. Si Whckl se retrouvait dans cette sombre histoire, c’était purement dû au fait qu’il se situait au mauvais endroit au mauvais moment.

À l’origine, Alendahl avait uniquement convoqué son frère dans la chambre paternelle. Il n’avait pas anticipé que celui-ci vienne accompagné. Mais grâce à son génie, il trouva rapidement un moyen de se débarrasser des deux d’un coup. Il fit en sorte de retarder Whckl pour qu’il puisse s’imaginer, une fois sur place, que c’était Zoobohz le meurtrier. Il prit aussi soin d’alerter les gardes avant de partir. Une autre chose qu’Alendahl n’avait pas prévue c’était que son frère le soupçonne. En réalité, Zoobohz n’avait pas pris la fuite, il le pourchassait. Il finit même par le rattraper. Toutefois, Alendahl semblait avoir une solution pour tout. Il savait pertinemment qu’un combat face à Zoobohz allait provoquer beaucoup d’attention de la part de la guilde. Il avait néanmoins conscience qu’il le surpassait sur le plan intellectuel. Il l’attira sciemment sur les bords de la Cité Céleste, dans une zone qu’il avait piégée au préalable. Au moment de la confrontation, Alendahl déclencha son système de défense afin de se débarrasser, une fois pour toutes, de son frère. En revanche, ce qu’il ignorait, c’était que l’endroit, où il se trouvait, se situait non loin du centre de recherche. Wain avait assisté à une partie de la scène.

— Mais alors, tu n’as rien entrepris pour qu’Alendahl réponde de ses agissements ? demanda Seneth.

— Penses-tu vraiment qu’à présent je puisse réaliser quoi que ce soit ? répliqua Wain. Il demeure tout bonnement intouchable.

— Très bien, dans ce cas, peux-tu nous décrire ta machination ? questionna Aniah.

— Elle se présente de manière très simple, nous allons attendre le retour de Zoobohz. Et grâce à vous, je sais que ce jour ne semble plus très loin.

— Toutefois, un problème subsiste. Comment s’assurer que lui et la Liste Noire vont réussir à rejoindre la Cité Céleste, si tous les trois nous nous y trouvons déjà ? interrogea Seneth.

— Si Zoobohz et moi apparaissons si proches, c’est parce qu’enfant, il a failli mourir. Pour le sauver, il lui fallait une greffe de rein. J’ai naturellement décidé d’être le donneur. À la suite de l’opération, un lien spirituo-hyloplasmique s’est créé entre nous. Une conséquence de ce phénomène se révèle la capacité à communiquer par télépathie.

— Tu veux dire que tout ce temps, tu échangeais avec lui ? s’enquit Seneth.

— Bien sûr, sinon comment aurions-nous pu mener notre plan contre Alendahl ? sourit Wain.

— Depuis mon arrivée à l’Y, je ne suis qu’un pion sur votre plateau de jeu ? demanda Seneth.

— Tu ne l’es pas, loin de là. Tu représentes la pièce maîtresse qui a bouleversé la partie. C’est justement parce que tu as agi de ton propre chef que nous avons pu prendre l’avantage. Zoobohz et moi t’avons seulement montré des voies à embrasser devant l’infinité des choix possibles auxquels tu étais confronté. Personne n’a manipulé personne. Nous avons légèrement forcé ton destin.

— Forcer mon destin ? Forcer mon destin ! Vous avez ruiné ma vie, ma famille, tout ce que j’avais, s’énerva Seneth en empoignant Wain par le cou.

— Calme-toi mon chéri, je t’en supplie, ne fais pas ça, clama Aniah en tentant de le retenir.

— Avec ou sans notre intervention, ce qui t’arrive semblait inéluctable. Nous avons saisi l’occasion de te rallier à notre cause. Je te concède que nous avons agi à ton insu, tu as parfaitement le droit de nous en vouloir. Mais regarde, grâce à nous tu peux changer l’avenir d’Arnès, le transformer en un monde meilleur. Et surtout, tu as découvert ta véritable famille, ton père Arch et ton cousin Seysus.

— Même si la manière dont ils ont procédé reste discutable, ce qu’il dit est vrai, rationalisa Aniah. Nous n’avons pas réalisé tous ces sacrifices pour tout gâcher maintenant.

Les paroles d’Aniah eurent un impact sur la colère de Seneth. Sa furie cessa. Elle le serra fort dans ses bras. Il lui fallut un long moment pour se calmer, le temps de digérer la vérité. Wain s’excusa. Il laissa le jeune couple s’en aller. Une fois rentré chez eux, Seneth s’en alla s’isoler dans la chambre. Aniah savait qu’elle ne pouvait pas l’apaiser pour l’instant, qu’il avait besoin de se recentrer. Elle s’affaira à la préparation du dîner. Un bon repas représentait souvent le meilleur des réconforts. L’odeur du souper attira Seneth hors de sa tanière. Il s’installa à table. Il semblait avoir digéré les précédentes révélations de Wain.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Le Chon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0