Art Immortel

3 minutes de lecture

Regardant l'horizon marin, assis sur du sable fin, il tenait une brindille et tentait désespérément de laisser son célèbre nom dans le sable. Mais il avait beau écrire et écrire encore, les marées passaient, effaçant tout ; de son empreinte, il n'en restait jamais miette.

Artiste touche-à-tout, sculpteur reconnu, peintre avant-gardiste, chanteur national, musicien virtuose, poète enivrant, bref le Tempus Fugi d'aujourd'hui – mais qui se souvient même de ce vieux nom d'autrefois ? Traduits et trahis, ses textes qui jadis faisaient vibrer les foules, ouvraient les yeux des moins voyants et injectaient une pointe de doute jusque dans les esprits les plus érudits, ne sont maintenant que des brouillons pour les étudiants de langues anciennes. Ses plus beaux poèmes écorchés vifs par des incompétents débutants.

Humanité Ingrate !

À peine mort, philosophes et intellectuelles n'avaient pas hésité pas à se jeter sur ses écrits sans défense, qu'ils étirèrent et déformèrent outrageusement, leur faisant dire ce qu'ils voulaient entendre, les brandissant comme figure de proue. Ouvrant des débats passionnés à qui le torturerai le plus, à qui lui ferai dire la plus grande idiotie appuyée de citations recollées lettre par lettre – aujourd'hui encore, le concours se poursuit.

Tous ça pour en arriver à : mais qui était vraiment Tempus Fugit ? A-t-il vraiment existé ? N'était-il pas le porte nom de groupe de gens plus talentueux ? N'a-t-il pas était inventé de toute pièce par un auteur trop timide ? Ou bien par son rival, qui s'ennuyait ? Il s'en fallut de peu, qu'on ne profane son nom ou sa phonie... qu'on suppose intacte.

Humanité Ingrate !

Hors de question, que lui finisse ainsi ! Même mort, il ne le permettrait pas !

Alors quoi, les malédictions, l’obscurantisme, et le vaudou comme garant de ses œuvres ? Les Égyptiens et bien d'autres ont essayé ; aujourd'hui, leurs plus beaux trésors sont dans des musées, en miettes, incompris, leurs matricules justifient de leur incarcération à coup de : «Objet religieux». Pour les plus volumineux et triangulaires, on les étiquette « Tombeaux», «Cadran solaire géant», ou même de «Boussole». Ce splendide sphinx, qui l'a construit ? Pourquoi faire ? Qui l'a retaillé ? Lui a boxé le nez ?

Bonjour messieurs égyptiens, je n'ai pus m'empêcher de remarquer ce gros chat posé dans votre désert, pourriez-vous me dire d'où il vient, et que signifie ces petits dessins sur sa poitrine ? Non, vraiment pas ?...

Humanité Ingrate !

Non, lui voulait créer une œuvre immortelle. Qui chevaucherait les modes, porterait son nom et ses idées jusqu'au terminus de l'univers, et si d'aventure quelques divinités voulaient –par piété– le faire poursuivre en stop au-delà, il embarquerait volontiers.

Suspendant tous projets, il se concentra à la construction de sa pièce ultime. Il éplucha l'histoire, décortiqua les causes du mal, empila des compilations de ses constats et conclusions. Tout art, et styles y passèrent, des incompris aux incompréhensibles, des conformistes aux provocateurs, tous passèrent dans cet énorme mixeur.

Après avoir passé des années à hésiter et se lamenter sur les trésors que l'Histoire oubliait derrière elle, il se mit au travail.

***

Son œuvre achevée, il était aux portes de la gloire éternelle. La grande estrade était encerclée de gradins, garnis de riches gredins mangeurs et cracheurs d'interprétations 'inatteignables pour le commun des mortels', comme ils se plaisaient à justifier leurs dépenses, tout aussi inatteignables pour le commun des mortels.

Braqué de projecteurs, éclairé d'yeux dorés, l’œil du monde le regardait, regardait sa toute dernière œuvre, à deux pas de lui, qui patientait au chaud sous un linceul blanc fièrement dressé. De l'œuvre sous la toile et de son nom, se tissaient des commentaires, pronostiques et paris en tout genre.

L'heure était arrivé, l'Histoire battait du tambour. Un pas. Deux pas. Il caressa gentiment le mince tissu qui le séparait du succès. D'un coup, le suspense tomba, libérant sa pièce maîtresse :

Sous le monticule drapé de blanc: rien !

De vagues lettres passées d'usage, épitaphaient une tombe, griffée par les marées :

«Humanité Ingrate !»

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Andrew
Voilà mon pire cauchemar ^^'
2
4
2
2
vincelamm

Paris, je t'en prie, dis-moi pourquoi
Tu souhaites que je m’éclipse
Pour rejoindre ta surface ?

Ton rayonnement
M’embraserait.

J’aime mieux
La fournaise
De tes viscères
Et continuer à lire
Au sein de ton métro.
95
47
1
0
futurys
Terre, l’an 2068. Après la 3ème guerre mondiale, la majorité des nations du monde se rallièrent entre elles afin de créer un seul et unique Etat Uni.
Le sort de toute la planète est entre les mains de l’humanité. Les cataclysmes, les catastrophes naturelles et les menaces biologiques liées aux déversements nucléaires se multiplient. Les plus grands chefs d’Etats décident de créer l’Académie comme ayant recours à un dernier espoir.
L’Académie est un centre d’Etudes et de recherche très sophistiqué dont la vision est de rassembler tous les esprits brillants de l’univers, toute la crème de la crème de tous les domaines scientifiques dans un seul et même endroit. Ces recherches permettront à la nouvelle génération de trouver une alternative afin de permettre la persistance de la vie sur terre.
Une centaine de jeunes cerveaux de toutes les nationalités y trouvèrent refuge, vivres et savoir en abondance. En contrepartie, à la fin de chaque année, seuls ceux ayant réalisé un grand travail de recherche dans un domaine spécifique pouvant améliorer la vie de l’humanité, pourra quitter l’Académie. Il pourra avoir par la suite tout le soutien des gouvernements dont il a besoin, afin de constituer son propre centre de recherche et de mettre son plan à exécution. Dans la condition de revenir au bout de chaque décennie et de présenter l’évolution de ses travaux et le fruit de ses recherches aux yeux du monde entier.
Le pari est tenu, serait-ce juste assez afin de réparer l’irréparable ?
2
5
24
6

Vous aimez lire BaronDysnomia ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0