Chapitre 7.4 - La géante qui aimait les trésors

5 minutes de lecture

Vexés, les deux autres tentèrent de la rattraper, mais leurs pattes étaient encore trop courtes ; ils se contentèrent d'éjecter de gros glaviots baveux et de pousser des cris de joie lorsque les crachats s'écrasèrent sur l'échine de leur sœur.

Tout près d'eux, non loin des pattes de Mamounette qui ébranlaient le sol, galopait un autre genre d'énergumène. Les trois petits le regardaient du coin de l'œil, le fixant de leur regard alerte. Diogon ne disait rien, ne braillait pas comme eux l'enthousiasme de leur course folle, mais ils pouvaient lire, sur son visage, une euphorie qu'il n'avait pas l'air de comprendre lui-même. Peut-être se sentait-il à sa place, au milieu de ce quatuor délirant, aux muscles boursouflés d'écailles et de plumes, qui faisait trembler la forêt et ses occupants. Ses grandes foulées avalaient le sol, ses sabots de corne bondissaient vers l'avant en faisant jaillir l'humus sous ses pas, le portaient plus vite encore que les trois petits ; et malgré cette stature verticale qui leur paraissait si étrange, à eux qui couraient ventre à terre et nuque tendue vers l'objectif, ils ressentaient quelque chose face à sa course de bipède, sa course d'animal qui était né chez les hommes ; une certaine majesté, une puissance particulière dans ses jarrets saillants, dans son pelage moiré.

Diogon, même s'il était bien plus sage qu'ils ne l'étaient, même s'il avait l'air de connaître bien plus de choses qu'eux qui étaient nés dans la forêt, se plaisait profondément dans cette course prédatrice ; et le bonheur manifeste qui transparaissait dans ses traits alimentait encore celui des trois petits.

Soudain, au dessus d'eux, la canopée éclatante d'émeraude et de lumière se dispersa, s'émietta dans le ciel bleu et pur, avant de disparaître pour de bon.

Mamounette parcourut encore plusieurs mètres, dans une unique et formidable foulée qui fit trembler les feuilles des fougères au dessus de sa tête, avant de s'immobiliser.

Les trois petits la rejoignirent et s'arrêtèrent à ses pattes ; Diogon ralentit et vint se placer à leurs côtés. Tous les quatre haletaient comme des damnés. Au dessus d'eux, les énormes mâchoires de Mamounette goûtèrent l'air à petits coups précis. Elle n'était même pas essoufflée.

– Ici s'achève la forêt, dit-elle de sa grosse voix en baissant son regard ombré vers eux. Je vous ai déjà amenés dans la plaine, mes trésors, vous savez ce qu'il ne faut pas faire. Ne vous éloignez pas de moi. Les grands-volants craignent les géants-à-plumes, et ils me connaissent pour la plupart, mais vous êtes encore assez petits pour qu'ils vous considèrent comme des proies. Quant aux autres, ma présence devrait les garder éloignés. (Une étincelle de méchanceté luisit dans ses yeux habituellement débordants de bonté.) Sauf les véloces-dentus. Mais ceux-là, j'en fais mon affaire.

Elle fit une pause, surveillant toujours les alentours de son regard alerte. Les arbres-fougères murmuraient tout autour d'eux, leurs ailes vertes palpitant au vent.

– Diogon !

– Oui, Mamounette ?

– Considère-toi comme mon petit, au moins le temps de cette chasse. Tu es plus grand que tous les autres tout-poils, et tu n'as pas grand-chose à craindre des petits-écailleux ou des autres petits ; mais il suffirait d'un grand-écailleux ou d'un grand-volant pour te tuer. Or ils sont légions dans la plaine. Les petits restent dans la jungle, car elle les protège ; mais les grands règnent là où nous allons.

– Si les grands règnent dans la plaine, pourquoi vivez-vous dans la forêt ? demanda Diogon, et une curiosité empreinte d'intelligence teinta son regard.

– J'aime la forêt, c'est chez moi. J'y suis née, j'en suis partie une fois adulte, puis j'y suis retournée et j'y ai tué le père de mes enfants, ce qui est probablement l'un de mes meilleurs souvenirs. Et j'ai trois petits à protéger des grands, taquina-t-elle en chatouillant Ciel du bout d'un ergot.

– Maman ! On est des grands ! gémit le trio dans un même chœur. Des futurs grands…

– Regardez ! s'exclama soudain Diogon, son regard vigilant fixé sur la plaine.

Les quatre géants-à-plumes tournèrent leurs énormes gueules vers le fleuve, immense, prédateur, sur les berges duquel croissaient de gigantesques tout-touffes et mi-touffes dans un joyeux chaos verdoyant.

– Des véloces-dentus, siffla Mamounette d'une voix chargée de haine.

Une bande ripaillait non loin du fleuve. Leurs silhouettes nerveuses et fuselées, engoncées dans leurs manteaux de plumes colorées, paraissaient danser dans les restes du cadavre dont ils fouissaient les entrailles.

– Qu'est-ce qu'ils mangent, Mamounette ? demanda Ciel en tendant le cou.

– Un grand-cou, répondit sa mère en plissant les paupières. Un pauvre grand-cou pas assez rapide pour les fuir.

Diogon fronça les sourcils, et releva son regard en amande vers elle.

– Vous ne mangez pas de grands-cous, Mamounette ?

– Je ne mange pas de grands, répondit-elle. Enfin, en général. J'avoue que j'aime bien manger les géants-à-plumes qui viennent me faire la cour de temps en temps. Mais les grands-volants, les grands-cous et les grands-piquants, je n'aime pas m'attaquer à eux. Ils ne sont pas dangereux, et ils sont sages. Pour moi, ce ne sont pas des proies. Et puis il faut être plusieurs pour s'attaquer à aussi gros que soi. (Elle se mit à grommeler.) De toute manière, on se demande bien qui aurait l'idée de manger un grand-piquant, à part les véloces-dentus qui sont plus bêtes que leurs pieds.

Diogon paraissait confus, perdu dans ces notions de proies et de prédateurs qui semblaient tout à fait nouvelles pour lui.

– Qu'est-ce qu'une proie, exactem…

– Plus tard les questions ! rugit soudain Mamounette en baissant le cou comme un grand-piquant sur le point de charger. C'est le moment !

– Chaaaaargez ! mugirent à leur tour les trois petits en bondissant dans les pas de leur mère.

Diogon regarda le quatuor foncer à travers la plaine, hésita longuement, et décida finalement de rester là où il était. Il les observa bondir vers le fleuve, meurtrir la terre en l'ébranlant de leurs pas de titans ; leurs corps puissants, bosselés de muscles et d'écailles, scintillaient sous le soleil de ce monde inconnu, leurs énormes mâchoires tendues vers le troupeau de chasseurs devenu proies ; dans leur sillage s'élevaient des nuages d'oiseaux reptiliens qui tournoyaient au dessus de leur tête, brassant des nuées de vent et de plumes.

Les yeux de Diogon se plissèrent sous la lumière qui faisait miroiter des kyrielles de reflets dans ses iris bleu et or ; il contempla encore et encore, à n'en plus finir, ce monde dépourvu d'hommes et de villages qui vivait et respirait sous le même ciel et le même soleil que ceux qu'il connaissait ; faisant croître ces monstres étranges, laids de peau et grands de cœur, qui cohabitaient ainsi dans la plus grande anarchie et la plus belle des variétés.

Mamounette et ses enfants dispersèrent la bande de carnivores, apportant le chaos auprès du fleuve ; tout se fondit dans une farandole de cris et de dents, un festival de couleurs dans lequel dansaient les prédateurs et les proies, rugissaient les blessés et les futurs cadavres, gloussaient les oiseaux perdus dans leurs valses de plumes. Diogon regardait la vie quitter les véloces-dentus, éloignés de leur bande par les manœuvres expertes de la géante-à-plumes, puis mis en pièces par les trois petits sauriens aux langues roses.

Annotations

Recommandations

Princessehonor

Toute sa vie, elle manqua de tendresse.
Du moins, elle adorait en donner car elle vouait un amour inconditionnel pour les autres.
Elle faisait partie de ces personnes qui aimaient l'amour et la violence, forme d'adoration subtile et d'appartenance intime, marque brutale et éphémère.
Pourtant, ce qu'elle désirait le plus, c'est qu'on la sert dans des bras plein de bieiveillance, qu'on la caresse de douceur et de volupté, qu'on l'assomme de mots qui redonnent espoir, qui l'enveloppent elle et ses tourments d'une plénitude sans fin.
Mais ce côté indomptable, effrayée, solitaire la plongea seulement dans un rêve éveillé et éternel.
1
0
0
0
Défi
fleur rose


Je le découvre en face de moi par une vidéo directe sur Facebook, je lui fais part de ma présence. Je ne suis pas toute seule, il a un petit mot pour chaque personne qui lui tape un message. Il évoque ma relation avec lui, c'était une époque nitescence où je le remarquais avec ses yeux brillants et heureux. Il me dit des paroles qui me touchent, j’aperçois, je sens et je vis son émotion. Ses anecdotes avec moi lui évoquent et provoquent un émoi. Il me parle d'une amitié très forte, nous avons quelque chose d'indéfinissable et inexplicable. Nous ne sommes pas revus depuis vingt-quatre ans, mais j'ai l'impression de le retrouver comme si le temps ne s'était pas arrêté. Il demeure le même avec la même franchise, la magie du passé opère, il conserve un souvenir, un sentiment indestructible, inoubliable, je ne devine pas ce que c'est, mais il nous lie une douceur qui apaise nos blessures ou nous réconforte d'avoir vécu comme un moment vernal avec des oiseaux chantant sous un ciel bleu. Un bien précieux digne d'un smaragdin se garde en secret enfoui dans une terre en état de pétrichor et qui veut rester là où il est. Le sortir des ténèbres risquerait de briser et de laisser échapper les étoiles en nous. Il faut savoir préserver le joyau entre nos mains et dans nos cœurs. Avant de conclure la conversation, je devine bouleverser, il me touche davantage, je le retrouvais comme vingt-quatre ans auparavant. Il me plonge dans mes souvenirs où je me sens encore à fleur de peau tous ces sentiments que j'ai dû traverser avec lui. C'était ancré dans mon âme à tout jamais, la plus magnifique histoire et épisode de ma vie, celle qui remue entre amitié et amour.
Nous étions jeunes, vingt ans, le bel âge certains diront, mais c'était lui qui me marquera dans ma mémoire. J’habitais dans une ville que je chérissais et je vivais dans un foyer de jeunes travailleurs. J'étais depuis le mois d'octobre, c'était mon cocon, je mis du temps à trouver ma place, perdue d'autant de personnes autour de moi, avec leurs itinéraires différents, leurs souffrances. progressivement, j'avais mon petit cercle, nous courtisons tous les jours et les discussions s'établissaient petit à petit.
En juin, je finissais mes études, un jeune homme débarque et je ne savais pas que cette personne aurait laissé une trace dans ma vie. Ce n'était pas d'une beauté physique à tomber par terre, mais elle était à l'intérieur de lui. Elle ne voyait pas, mais il la transmettait et nous frappait en plein cœur. Je n'arrivais pas à dormir, je passais à l'accueil, il était là avec sa jambe dans le plâtre avec ses béquilles. Il était dans un moment de détresse affective racontant ses déboires, je ne voulais pas m'immiscer entre lui et la dame en face de lui. Il se laissait aller dans des confessions, j'étais spectatrice, mais je fais connaissance avec lui ainsi et ce n'était que le début de notre histoire. Comme il me voyait bienveillante et à son écoute, il comprenait qu'il venait de trouver une personne de confiance et je répondais à la même sensibilité.
Sa fragilité avec son antécédent faisait de lui un écorché vif, ses douleurs étaient corrosives, cela le rendait vulnérable. En apprenant à le découvrir, je désirais lui apporter le pansement pour renfermer ses cicatrices. Il me dévoilait son univers et je m'attachais à lui petit à petit. On se voyait tous les jours, on passait du temps ensemble, il se confiait à moi et nous partagions nos rires et nos larmes. Nous faisons des sorties tous les deux avec d'autres personnes. Je lui offris la possibilité de fêter ses vingt et un ans au mois de juillet. J'étais bien avec lui, à l'aise et il me procurait tout ce que personne ne pouvait le faire : sa tendresse, son amitié, son écoute. Puis, en d'août, je commençais à l’apprécier un peu plus tous les jours, au point de que l’affection explose dans mon cœur. Je ne savais qu'il ne fallait pas, le seul défaut u'il pouvait avoir c'était son instabilité, mais il m'embellissait. C'était grâce à un de ses poèmes que je tombais amoureuse de lui. Je n'aurais pas dû le lire, mais il me transportait dans un torrent de bonheur. J'étais heureuse auprès de lui, jusqu'à l'apparition de quelques nuages sombres dans notre ciel. Des disputes qui auraient pu être évitées mettaient fin à cette magie entre nous. Bien qu'il commençait à craquer pour une autre, il me déposait un baiser sur les lèvres pour un premier adieu à nos sentiments amoureux.
2
1
3
3
Patrick Peronne



Vol à la tire
un touriste dépouillé 
de son cornet de glace
par une mouette
1
0
0
0

Vous aimez lire Cornedor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0