Chapitre 28 : Aya, une amie exceptionnelle.

14 minutes de lecture

POur ce chapitre je vous propose Mon Amie d'Euphonik, un petit rap qui parle d'une relation plutôt proche avec une amie, même si les thèmes abordé sont différent vous voyez le lien et en plus Allan l'écoute au cours du chapitre alors bon. ( Lien en commentaire)

====PDV de Zach====

Après avoir reçu, le message de Sacha je m'empresse de le rejoindre chez lui, laissant Allan un peu en plan mais se doutant bien de ce que je vais faire, il me laisse partir tranquille. Après tout ça j’ai bien besoin d’être au prêt de mon ange. En arrivant je sonne à la porte et je vois mon mec, ouvrir la porte, il porte une chemise blanche avec une cravate noir, un jean noir ainsi que des tennis blanches, l’ensemble donne un style décontracté mais classe qui lui sied à merveille, il avait tout prévu, il est vraiment parfait. Pour ma part je suis vêtu d'un t-shirt, blanc et bleu foncé, un jean et des converses noires. Mais je ne sais pas vraiment pourquoi je décris nos vêtements respectifs sachant bien qu'ils vont très vite voler. Ses parents étant absent, il m'invite tout d'abord à prendre un verre, pour ce faire on s'installe dans le salon et il me sert un coca, et se prend la même boisson. Il présente ça super bien dans un magnifique verre avec le petit citron coupé sur le rebord et une paille et bien évidemment quelques glaçons afin de garder la fraîcheur de la boisson, je trouve ça drôle et classe à la fois, il fait les choses bien mon mec.

On s'installe sur son canapé il se pose dans mes bras et nous dégustons nos verres en zappant les différentes chaînes espérant tomber sur une émission intéressante. On tombe sur une émission qui parle de voiture, après lui avoir demandé si ça lui convient, je le voit faire non de la tête en me regardant droits dans les yeux, ce qui me fait bien évidement fondre sur place. Je ne peux m'empêcher de l'embrasser à pleine bouche, puis de lui faire un petit baiser dans le cou. On sirote notre boisson tout en étant dans les bras l’un et l’autre.

Lorsque nous finissons tous les deux notre boisson. Je me mets à califourchon sur lui, l'embrasse de nouveaux, je prends la télécommande afin de couper le son de la télé et recommence à l'embrasser de plus belles. Je lui fais un petit baiser dans le cou avant de lui défaire sa cravate et de le dévêtir bouton après bouton, j'admire quelques secondes son magnifique torse avant de l'embrasser à pleine bouche et de faire tourner ma langue autour de la sienne, pendant que ses mains passent sur mon torse et redécouvre chaque partie de celui-ci, je les sens parcourir mes abdos un à un, tout mon corps frissonne à ce contact. Il arrête notre baiser un instant afin d'enlever mon T-shirt et de le lancer à travers la pièce.

Puis là comme dans une pièce de théâtre le voile tombe devant la scène, laissant nos deux amoureux à leurs activité des plus sensuels et amoureuses et se réouvre sur une autre scène et sur un autre point de vue.

===PDV d’Allan===

Je laisse Zach, rejoindre son Sacha pour j’imagine, passer un « bon moment » tous les deux. Ce qui je dois bien l’admettre me laisse un arrière pensé regrettant un peu de l’avoir poussé à sortir avec Sacha plutôt que moi, mais son bonheur est avec lui, et le miens ? Il serait avec Victor ? Alors que je continue de me diriger vers l’internat je continue de réfléchir à ce qu’il s’est passé tout à l’heure, tout d’abord la réaction de Victor qui ne semblait regretter aucunement son geste, ensuite moi qui est encore eu un accès de rage, mais j’ai évité son visage cette fois-ci, je fais des progrès… Non il faut vraiment que je me contrôle plus à l’avenir, encore une fois Zach a dû me réconforter et me calmer et il a encore une fois réussi mine de rien. J’arrive finalement devant le grand portail noir qui me sépare du lycée et pénètre à l’intérieur de celui-ci pour me diriger vers l’internat. Je passe dans la chambre de Dan qui est malheureusement vide, cet abruti doit encore trainer avec Aya, qui n’a pas l’air de le laisser indifférent.

Il faut avouer que cette fille à un putain de charme, je suis bien placé pour le dire étant donné que cette fille n’est autre que mon ex. On s’est séparé l’an dernier, se rendant compte que notre relation était en réalité bien plus amicale qu’amoureuse et qu’elle m’avait sorti un truc comme quoi je regardais bien plus Zach qu’elle, ce que j’avais bien sûr nié à l’époque, ne pouvant réellement accepter la chose, mais elle devait sûrement avoir raison, et puis en plus de ça Aldwin hantait toujours mes pensées et m’empêcher de réellement me poser avec quelqu’un. Nous nous sommes quittés tous deux en très bon terme et sommes restées très bons amis. D’ailleurs lorsque je lui ai annoncé qu’elle avait raison et que j’étais bel et bien gay ou du moins bi, elle a été très ravie et m’a dit que je devenais son « meilleur ami gay ».

Je décide finalement de me poser dans ma chambre n’ayant pas grand-chose d’autre à faire, je check vite fait mon agenda, voyant que je n’ai pas des masses de taff, je reporte ça à ce soir. Puis je me pose sur mon lit, avec mes écouteurs dans les oreilles lançant la playlist aléatoire, qui commence par Mon Amie d’Euphonik ce qui me fait tout naturellement penser à Aya, mais bon. Mes pensées changent rapidement, pour se tourner encore une fois vers Victor, qui m’hante vraiment en ce moment, je ne saurais dire pourquoi. Je pose le pour et le contre sur lui et essaye de réfléchir à ce qu’il représente vraiment pour moi. Je me dis que lorsque je l’ai vu tout à l’heure je n’ai pas pu m’empêcher de bégayer sur la fin, et j’ai même sorti inconsciemment ou plutôt à moitié sciemment « beau gosse » en quittant la chambre. Et puis il semblerait que je ne le laisse pas non plus indifférent, étant donné qu’il a dit me trouver mignon lorsque je rougissais. Mais en même temps après ce qu’il a fait… à mon Zach. Je ne peux pas l’aimer en plus à part physiquement je ne connais pas grand-chose, je ne saurais pas dire si je peux vraiment sortir avec lui… putain … je suis vraiment perdu.

Mes réflexions n’aboutissant pas à grand-chose, et ayant pensé à elle tout à l’heure, la seule solution qui me vient est d’appeler Aya, elle est sûrement avec Dan mais je m’en fou. J’ai besoin de lui parler de son avis et d’un aspect féminin sur la question, je trouve rapidement son nom dans mon répertoire appuis sur appel et attend sa réponse qui ne tarde absolument pas :

Ay : Allo, Allan qu'est-ce qu'il y a ?

Al : Allo, je ne te dérange pas ?

Ay : Non, t’inquiètes. On était posé avec Dan au parc mais on se faisait un peu chier, tous les deux sur nos portables donc bon, tu vois le genre. Ce n’est pas que je m’emmerde avec lui hein ? Mais ton appelle me fait bien plaisir P’tit All, tu sais à quel point j’adore parler, ce n’est pas comme si t’étais sortie avec moi hein ? D’ailleurs je me demande toujours comment t’as fait pour me supporter. Mais du coup pourquoi tu m’appelles, j’imagine que tu dois avoir une bonne raison, ce n’est pas souvent que tu m’appelles, alors tu vois je me demande, enfin tu comprends…

Al : Aya Stop !!!! dis-je en la coupant, si tu veux savoir pourquoi je t’appelle laisse-moi au moins en placer une.

Ay : Oupsi désolé mon p’tit All, du coup pourquoi t’appelles ?

C'est un surnom qu’elle a gardé de notre relation, en soit ça ne me dérange pas, c'est affectif, et je sais très bien que notre relation n'est plus qu'amical maintenant, mais elle ne peut s'empêcher de m'appeler comme ça par réflexe, à chaque fois ça m'esquisse un sourire.

Al : On pourrait se voir pour discuter un peu ?

Ay : Bah oui, pas de soucis. On se retrouve à notre café ça te va ? Je préviens juste Dan que je m’absente pour aller discuter avec toi. Et je suis toute ouïe à tes petits soucis mon P’tit All.

Al : Perfect !! T'es la meilleure, allez à toute !!

Je raccroche, remet de la musique dans mes oreilles, prend ma veste et mon porte-monnaie, pour sortir du lycée. Je prends la grande route qui nous mène dans le centre-ville, j’avance machinalement connaissant la route par cœur. J’arrive dans le bourg, je tourne sur la rue Jean Jaurès, puis ensuite la rue Léon Blum, pour arriver sur la place de la République. Puis je me dirige vers ce petit café qui paye pas de mine, le California, enfin il n’y servent pas que du café, mais des boissons en tout genre passant de l’alcool au chocolat chaud. Ce petit café, c’est devenu le nôtre avec Aya, on y va dès qu’on a besoin de discuter. C’est d’ailleurs ici que je lui avait déclaré mon amour mais aussi que j’y ai mis fin. A force d’y aller on a fini par devenir pote avec le patron Ben. En arrivant Aya qui était déjà depuis quelques minutes, se jette dans mes bras, encore un de ses réflexes dont elle n’arrive pas à se détacher. Même si l’on est plus ensemble la prendre dans mes bras ne me dérange pas, bien au contraire s’est toujours un plaisir et ça fait du bien. Après s’être fait la bise et s’être installer à une table, Ben arrive avec un grand sourire :

B : Alors ! Les jeunes vous avez pris commandes ?

Al : Comme d'habitude pour moi, s'il te plait.

Ay : Pour moi aussi Ben, s'il te plait.

B : D'acc, alors deux Viennois, avec supplément de Chantilly, cacao pour Allan et Spéculos pour Aya. C'est bien ça ?

Al/Ay : Ouaip !!

B : Parfait je vous apporte ça de suite, les jeunes.

Il revient très vite avec notre commande. Et repart vers d'autres clients. On boit un peu de notre café viennois, je suis dans mes pensées mais Aya, ne pouvant s'empêcher de parler, comme toujours, me sort très vite de mon esprit et me fais revenir sur terre.

Ay : Bon Alors ! tu voulais me parler de quoi , mon p’tit Al ?

Al : Euh… de Victor.

Ay : C’est qui lui déjà ? C’est le nouveau c’est ça ?

Al : Ouais enfin il est plus si nouveau que ça, mais ouais c’est bien lui .

Ay : Tu l’avais pas frappé d’ailleurs Lundi dernier, les nouvelles circulent vite dans se bahut.

Toujours aussi directe, cette fille elle ne pèse jamais ses mots, mais bon ça fait une partie de son charme, elle me ferait presque craquer de nouveaux, mais bon les filles ne m’intéressent pas vraiment. Maintenant je le sais mais surtout on est bien mieux en tant qu’amis plutôt qu’en couple on est tous les deux d’accords avec ça. Et puis surtout il y a Dan qui semble vraiment intéressé par elle, je ne vais pas lui voler. Et puis y’a Zach que je ne peux pas m’empêcher de trouver irrésistible mais surtout là en ce moment y’a Victor… Enfin je crois. Je fini finalement par lui répondre après une courte réflexion de ma part :

Al : Ouah t’es directe comme fille !!! Mais ouais t’as raison.

Ay : D’acc, mais pourquoi t’as fait ça P’tit Al ??

Al : Bah en fait si tu veux il a embrassé Zach… de force. Et j’ai réagis au quart de tour tu dois bien de douter pourquoi…

Ay : Oh l’bâtard !!!! Comment il a pu faire ça au ptit Zachary, elle laisse une pause avant de reprendre : Tu l’aimes encore ?

Al : Ouais… enfin je sais pas trop.

Ay : T’aurais réagis comme ça, si tu ne l’aimais pas encore ?

Al : Ouais, je pense.

Ay : Non non, t’es pas quelqu’un de violent Al. T’aurais pas réagis comme ça, si t’aimais pas encore Zach à moins que…

Elle s’arrête et m’observe elle plonge son regard dans le mien, j’ai horreur lorsqu’elle fait ça, j’ai l’impression qu’elle arrive à sonder la moindre de mes pensées voir même sortir des pensées que je ne soupçonne même pas avoir. Et elle sort :

Ay : A moins que tu aimes aussi Victor.

Et voilà qu’est ce que disais, cette fille m’impressionnera toujours, même si en soit je suis un peu pareil quelque fois, mais bon.

Al : Ça se voit tant que ça ?

Ay : Et bien déjà, tu n’as jamais été très doué, pour cacher tes émotions et puis après un an en couple et une amitié aussi forte que la nôtre, je commence à lire en toi comme dans un livre ouvert Allan. Et puis c’est surtout dû au 6éme sens féminin, dit-elle en me tirant la langue.

Al : Le 6ème sens féminin, on aura tout entendu, répliquais-je, mais ouais je crois que Victor ne me laisse pas totalement indifférent.

Ay : Comment ça tu crois, t'es pas sûr de tes sentiments ??? Toi qui es d'habitude ultra sûr de toi. Laisse-moi deviner, t’hésite encore entre lui et Zach ? Et puis après ce qu’il a fait tu doutes de ton amour ?

Al : Ouais t’as tout compris. Mais c’est surtout ce qu’il a fait à Zach, sérieux il a osé embrasser mon Zach.

Ay : Tu nous ferais pas une crise de jalousie toi en fait.

Al : Hein qu’est ce que tu racontes ?

Ay : Bah t’es jaloux parce que Victor à pu embrasser Zach et pas toi.

Al : Euh… T’y es pas du tout là, enfin je ne crois pas… tout ce que je veux c’est le bonheur de Zach et son bonheur est avec Sacha en ce moment. Alors bon je veux simplement qu’il puisse être heureux avec lui.

Ay : Tu sais que t’es trop gentil Allan ? Et vraiment beaucoup trop compliqué ?

Al : Comment ça ?

Ay : Non rien oublie on va faire les choses plus simplement lequel des deux tu préfères Zach ou Victor ?

Al : Euh… Tu m’aides pas vraiment là et m’embrouille plus. Zach est avec Sacha alors je n’ai pas à me demander si je l’aime. Même si je crois que la réponse est assez évidente étant donné que c’est toi qui me l’as fait comprendre.

Ay : Pas faux. Bon alors Victor tu lui trouves quoi, exactement ?

Elle me pose une de ses colles là, en plus je l’ai fait au moins 20x dans ma tête la comparaison entre Zach et Victor, mais je ne saurais réellement pas dire lequel des deux je préfères ils ont chacun leurs différences, et leurs qualités. Bon la question porte sur Victor alors comment le décrire de façon plus ou moins subjectives :

Al : Euh.. Bah il est beau.

Ay : Oui All mais encore ?

Al : Bah disons que ses cheveux noirs, sur son visage si fin son tout bonnement magnifiques, et puis ses yeux gris bleus voir violet, lui donne un côté bad boy mystérieux qui me fait craquer, et mon dieu son corps, parfaitement bien bâti que j’ai pu observer dans les douches et les vestiaires. Juste divin. A en faire baver un mort.

Ay : J’en connais un autre qui à un corps bien bâti. Dit-elle en me faisant un clin d’œil.

Al : Ah ah très drôle, on est plus ensemble je te rappelle.

Ay : Ça ne m’empêche de te faire des compliments et c’est vrai.

Al : C’est pas faux.

Ay : Tu veux mon avis et mon expertise féminine, qui est sans faille ?

Al : Euh ouais ?

Ay : T’es amoureux.

C’est simple au moins, avec elle tout devient simple. Mais je ne sais pas pourquoi le fait que ça soit elle qui me le dise me réconforte dans cette idée, alors que je me le suis dit un nombre incalculable de fois, mais le fait que ça soit elle qui dise cette évidence, rend la chose encore plus évidente.

Ay : Du coup c’est quoi le problème.

Al : Bah j’ai à la fois l’impression de l’aimer et de le détester en même temps.

Ay : Tu sais que t'es un mec, vraiment très compliqué, t'es pire que nous sérieux. Et dieu sais que nous les meufs on est compliqué avec l'amour. Dit-elle en riant à gorge déployée.

Al : Oui, je sais ... Mais tu m'aides pas trop là Aya.

A : Oui en effet, mais je tenais à te le souligner mon p'tit Al. Pour en revenir à ton Victor, est-ce que tu l'as vu depuis que tu l'as frappé ?

Al : Ouais, tout à l'heure dans l'aprem on est monté à l'hosto, avec Zach.

A : D'acc, et est-ce qu’il s'est excusé de ce qu'il a fait ?

Al : Ouaip.

A : Et toi ?

Al : Aussi, oui.

A : Donc tout ce que je peux te dire mon p'tit Al, c'est que tu n'as plus de raison de le détester. Il ne te reste plus qu'une seule solution, tu vois là qu'elle n'est-ce pas ?

Al : L'aimé ?

A : Eh oui !! Si vous vous êtes tous les deux excusés sur vos actes, c'est bon pas besoin de vous faire la guerre, et entre nous je pense qu'une mandale de ta part, ne dois pas faire que du bien et dois faire pas mal réfléchir, il va pas recommencé à mon avis.

Al : Ahaha !!! Si tu le dis.

A : Y'a autre chose ?? Je me trompe ?

Elle m’impressionnera toujours, mais je l’ai déjà dit ça. Aya dans toute sa splendeur quand je vous ai dit qu’elle arrivait à déchiffrer des choses que moi-même je ne déchiffre pas.

Al : Bah tout à l'heure quand on était à l'hosto, il a dit un truc qui m'a perturbé : Il m'a dit qu'il me trouver mignon quand je rougissais.

A : Bah, il a pas tort quand tu rougis t'es vraiment irrésistible.

Al : ... euh... Si tu le dis..

A : Ouais je le dis et tu le confirme. Dit-elle en sortant sa langue, décidemment elle aime bien la montrer.

Al : Ah.AH.Ah très drôle... merci je sais que je suis en train de rougir...

A : Bon plus sérieusement, tu as beau être vraiment beau gosse et super craquant quand tu rougis, il ne peut pas dire ça, juste comme ça, y'a un truc, crois en mon 6ème sens féminin.

Je n’en crois pas son 6ème sens féminin comme elle dit, mais plutôt son esprit d'analyse plutôt développé et me dis que je ferais peut-être mieux d’essayer. Ce qu’elle me confirme rapidement. Puis nous continuons de discuter sur ce sujet le temps de finir notre café et de rentrer au lycée, en arrivant je croise Guillaume qui lui aussi est entrain de rentrer, je laisse Aya rejoindre Dan et m’approche de lui pour discuter et essayer de me faire pardonner.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0