Chapitre 23: Des souvenirs douloureux...

11 minutes de lecture

Pour ce chapitre je vous propose une musique tiré d'un Animé Yaoi avec comme base la création d'un groupe de musique GIVEN, la musique en question s'appelle Fuyu no hanashi.

===PDV d’Allan===

…..

Aldwin pourquoi, pourquoi j’ai fait ça … et maintenant Victor je recommence à dérailler. Je suis quelqu’un d’instable, je ne suis pas net je ferais bien de voir un Psy plutôt que ce foutu docteur. Je ne sais pas contrôler mes émotions. Toutes les personnes que j’aime je finis par les détruire, Zach qu’est-ce que je vais te faire à toi … Je mets alors mes mains dans mes poches et soudain je sens ce petit dé noir et blanc, que je tourne machinalement dans ma main pour tenter de me calmer.

==PDV Zach==

A partir de ce jour, Allan changea complètement. Il prit en maturité et comprit des choses. Je ne m’en souvenais plus vraiment mais maintenant qu’il reparle de ça. Enormément de choses me reviennent à l’esprit. Je me souviens après qu’Aldwin ait commis l’irréparable, Allan s’est mis à pleurer tout ce qu’il a pu. Il s’est écroulé sur le sol en regardant le vide. Moi j’étais derrière et j’ai tout vu de la scène, je n’étais à l’époque pas aussi proche de lui que maintenant c’est d’ailleurs cet évènement qui nous a rapproché, je me suis avancé doucement vers lui, en lui demandant :

Z : Ça va ? Allan ?

Il ne me répondit pas, il ne disait rien, il regardait l’endroit ou Aldwin venait de se jeter… Je savais que c’était en grande partie de sa faute si Aldwin avait fait ça. Je lui en voulais un peu mais je ne sais pas pourquoi une force me poussa à lui pardonner à venir lui parler et le réconforter, je le pris dans mes bras, il me regarda et se mit à pleureur encore plus.

Al : Zaach !!!! Je crois que j’ai fait une connerie. La plus grosse connerie de ma vie. Je crois que … que… que … je l’aimais.

Z : Je sais bien mec… mais on ne peut rien faire maintenant c’est trop tard…

Je me mis aussi à pleurer toutes les larmes de mon corps, le serrant encore plus fort dans mes bras. Cette soirée qui s’annonçait plutôt festive, détendue et pleine de joie pour fêter notre victoire sur le collège, cette étape de notre vie, venait de tourner au cauchemar. En un instant. Qui aurait pu croire qu’Aldwin allait faire ça. Il nous avait raconter qu’une grave maladie le tuait petit à petit je ne me souviens plus exactement du nom, que ses parents ne l’avaient pas accepté, n’avaient pas accepté l’homosexualité de leur fils je crois me souvenir qu’ils lui auraient même dit qu’il ferait un mauvais exemple pour son petit frère.

Son petit frère qui est d’ailleurs Sacha, ça explique énormément de choses ce nom Fowl qui me disait bien quelque chose, en plus de simplement m’évoquer une série de roman jeunesse que j’ai dévoré et adoré, mais aussi cette sensation de déjà vu, lorsque j’ai rencontré ses parents, la première fois c’était au cimetière lors de l’enterrement d’Aldwin. Je n’avais pas fait le rapprochement il faut dire que j’avais réussi à faire mon deuil et à oublier plus ou moins cet évènement tragique de notre passé.

Mais ce n’est pas le cas d’Allan il a changé du tout au tout après ce drame, il est présent pour les autres avant d’être présent pour lui. Tout ce qu’il veut c’est protéger les autres. Je le remercie de m’avoir empêché de faire une connerie n’ayant pas autant de personnalité que lui, j’ai vraiment peur que s’il n’était pas intervenu tout à l’heure, j’aurais dérapé et me serais laissé plus ou moins faire, ou peut-être une envie d’essayer autre chose ? Mais certaines de ses réactions sont un peu abusives il a fait ça pour me protéger mais de là à frapper Victor et l’envoyer à l’hosto même si je reste persuadé que rien n’est grave pour lui c’est un peu beaucoup pour un simple baiser.

Allan a changé oui, et je me devais de l’aider à remonter la pente, je me devais de l’aider à ne plus penser à tout ça à ne plus se voir comme le seul fautif. Je pensais avoir réussi en le voyant avec Aya l’an dernier, ou encore en voyant qu’il était intéressé par Victor mais en fait il reste persuadé que tout est de sa faute qu’il ne peut pas aimer quelqu’un d’autre qu’Aldwin et surtout que toutes les personnes qu’il aime il leur fait du mal, enfin c’est comme ça que je le comprends. Il faut que je sois fort moi aussi :

(Al : Je le sais...mais... tous les jours depuis sa mort, je ne fais que me ressasser cette scène où je me suis battu contre lui, le moment où je l'ai frappé... et ensuite le moment où il s'est retourné et .... Ensuite je l'ai vu avancer vers la falaise, et .... Et... sauter .... Après avoir dit ces simples mots « Allan, je t'aime, je t'ai toujours aimé et t'aimerai toujours... Adieu... » ........ )

Z : Je sais très bien tout ça Allan, mais on ne peut rien y faire, malgré sa disparition, il faut que tu réussisses à aller de l'avant, tu ne peux pas continuer à te morfondre comme ça depuis 3 ans. Je sais que te rappeler et parler de cet évènement, te fais du bien. Mais il faut arrêter de vivre dans le passé, et voir ce que l'avenir nous réserve. La mort d'Aldwin ...

Al : Je t’interdis de prononcer son nom !!!!! me coupe-t-il énervé.

Z : Allan… Je suis désolé, je ne voulais pas. Mais tu dois comprendre que tu ne peux pas revenir en arrière, que tout ça c’est du passé. C’était il y a trois ans Allan, il faut que tu avances maintenant et surtout ne mets pas fin à tes jours, tu laisserais derrière toi beaucoup de personnes et les feraient souffrir. Tu aimerais faire souffrir ces personnes comme toi tu as souffert. Tu aimerais me laisser sans mon meilleur ami, tu aimerais laisser Sacha sans son frère de substitution, car oui j’ai compris maintenant pourquoi tu t’es rapproché de lui aussi facilement c’était pour te racheter, et bien je suis sûr que tu as réussi et que tu as su remplacer le frère que Sacha avait perdu.

Al : Par ma faute, dit-il en me coupant la parole et commençant à pleurer de nouveau.

Z : Non, à cause du destin, je te l'ai déjà dit Al, plusieurs facteurs l'ont mené à prendre cette décision, certes tu en faisais partie, mais tu n'es pas le seul. Nous en vrai on laissait faire sans dire grand-chose. On aurait dû te contrôler plus... dans cette histoire on est tous fautifs et …

Al : Le destin... c'est nous qui l'influençons ... tout est de ma faute putain. Si j’avais compris plus tôt que je l’aimais… MERDE !!!!!!!!!! …il…il serait peut-être encore là près de moi.

Z : Allan écoute moi s’il te plaît. Il y a des choses sur Aldwin que tu ignores. J’aurais dû t’en parler plus tôt mais je pensais que tu arrivais toi aussi à l’oublier, mais je vois que non… Alors je vais te les dire maintenant en espérant que ça te permette de comprendre que tu n’es en rien le seul responsable de sa disparition.

Al : Quoi ?? Comme choses ?

Z : D’abord il faut que tu saches que ses parents refusaient que leur fils puisse aimer un garçon. Ils l’ont peut-être même battu j’en sais rien. Mais Ald… il souffrait énormément, ce que t’as fait n’a certes rien arrangé, mais je sais que tu as changé… tu me l’as encore rappelé la fois où on est allés te voir à l’hôpital et que tu as promis de nous protéger. Et en plus de ça il avait une maladie qui le tuait à petit feu et l’affaiblissait énormément.

Al : Ses parents l’ont rejeté … et attends il avait quoi comme maladie ... si j'avais su...j'aurais...j'aurais fait quelque chose... ... pourquoi j'ai pas réagi plus tôt... ...je l'aimais ce mec mais je ne m'en suis jamais rendu compte de ... de ...de son vivant... à cause de cette putain de fierté...à laquelle je tenais tant...

Z : Je ne m'en souviens plus exactement, il nous avait juste parlé de cette maladie sans pour autant préciser les symptômes ou autre. Il a quand même réussi à vivre 14 ans, avec ça franchement, il avait du courage. Je crois même Allan que tu devrais voir sa mort comme un sacrifice de sa part, plutôt qu'un crime que tu as commis.

Al : Un sacrifice ??

Z : Et bien je pense qu'il a préféré partir quand il était encore seul et que peu de gens l'appréciaient, parce que bon. Pour nous tous c'était un ami certes mais on ne le montrait pas et on s'en est vraiment rendus compte après coup. Je crois qu'il n'avait pas de véritable ami sur qui se reposer, sa famille le rejetait et en plus de ça la personne qu'il aimait avait refusé de sortir avec lui et le martyrisait. Mais je pense qu'au fond de lui il espérait. Il espérait que tout ça change. Que tu changes... Il a donc préféré partir avant que tu ne t'attaches et qu'à cause de cette maladie, il parte alors que des gens tenaient à lui... il s'est donc sacrifié pour que nous puissions, nous continuer à vivre heureux sans trop se soucier de ça. Enfin je le vois comme ça personnellement et c'est ce qui m'a permis de plus ou moins tourner la page sur cet évènement si dur de notre passé.

Al : Tu… tu …tu crois.

Z : Oui Allan ne t’en veux pas autant pour ce que tu as fait, tu as largement prouvé que tu n’étais plus le même. Nous le savons tous. Tu es même allé à la rencontre de son petit frère pour te faire pardonner et te racheter je me trompe ?

Al : Non… c’est bien pour ça que je suis allé à la rencontre de Sacha, mais je ne pouvais pas te le dire, je n’y arrivais pas… ça me faisait trop repenser à lui à Aldwin. En fait je l’ai bien revu sur l’île d’Oléron, le hasard ou le destin, je ne sais pas trop, se joue bien de nous parfois… Quand j’ai appris son nom j’ai fait le rapprochement de suite et me suis dit que c’était le seul moyen de me racheter et j’ai tout fait pour bien m’entendre avec lui, on s’est grandement amusés dans l’eau sur la plage, on s’est revus plusieurs fois se callant des rendez-vous. Puis quand j’ai revu ses parents… alors que le petit Sacha venait de me présenter à eux comme son « nouveau grand frère »… ils m’ont d’abord regardé droit dans les yeux j’étais sûr qu’il m’avait reconnu malgré les trois ans qui étaient passés, puis ils m’ont pris dans leurs bras… je comprends maintenant pourquoi… ils ont vu en moi et en eux la cause de la perte de leur premier enfant et à voir mon regard désolé, ils ont compris. Ensuite les liens avec Sacha se sont encore plus renforcés et la suite tu la connais.

Z : D’accord je vois. Merci de réussir à me le dire quand même, j’avais bien remarqué que tu me mentais là-dessus et ça ne me plaisait pas vraiment venant de toi.

Al : Je suis désolé… Zach. J’y arrivais pas. En tout cas merci ta vision des choses me permet de voir tout ça sous un autre angle et me donne envie d’essayer d’aller de l’avant. T’es un ami en or Zach.

Z : Merci toi aussi Allan tu es un ami en or, mais je suis désolé de revenir là-dessus mais concernant Victor…

Le pion arrive devant nous me coupant dans ce que je voulais dire à Allan et le dévisage encore une fois avant de dire sur un ton légèrement énervé :

M : Alors Allan tu t'es calmé on peut discuter maintenant ?

Allan s'est certes calmé mais il n'est pas en état de discuter pour l'instant et de plus je sais parfaitement quoi dire et quoi faire pour que le pion le laisse tranquille sur Victor ou du moins qu'il minimise la sanction qui arrivera forcément, ce n'est pas rien, ce qu'Al a fait tout de même.

Z : Al, va te reposer, t'en a grand besoin, dis-je en lui faisant un clin d'œil et une petite tape sur l’épaule.

Alors qu’Allan se lève et est entrain de remonter à l’internat, je me tourne vers Mathéo avant qu’il ne se lance à sa suite pour l’engueuler et je lui dis :

Z : Mathéo, pour Victor il vaut mieux ne pas trop en parler à Allan ce soir. Tu vois malgré son geste et sa réaction de tout à l'heure, il s'en veut énormément à un point que tu ne peux pas imaginer, pour des raisons que tu ne connais pas et que je ne tiens pas à te dire. Mais en tout cas, il s'en veut énormément. Il a fait ça pour me protéger c'est tout, pour protéger mon couple avec le petit Sacha, parce que, Victor m'a embrassé sans mon accord, et Allan a réagi au quart de tour afin d'empêcher que la situation ne dégénère. Il sait très bien qu'il n'aurait pas dû s'énerver comme ça, et il a vraiment peur du sort de Victor.

M : Je vois. Donc si je comprends bien Victor est aussi fautif dans cette histoire, vu qu'il t'a embrassé sans ton accord. C'est bien ça ?

Z : Oui, c'est ça Victor m'a dit qu'il voulait me parler en privé, puis lorsqu'on était tous les deux il m'a embrassé et c'est au moment où il a commencé à m'embrasser qu'Allan est intervenu.

M : D'accord, je verrai ça avec lui lorsqu'il reviendra de l'hôpital mais pour Allan tu te doutes bien que malgré tout, il doit avoir une sanction. Je ne peux pas laisser un élève en frapper un autre sans le sanctionner.

Z : Oui, je comprends t'inquiète. Mais si tu pouvais réfléchir à une sanction ou voir avec la CPE pour une sanction, pas trop lourde. Ça serait sympa pour lui, il n'a pas besoin de ça en ce moment.

M : Oui ne t'inquiète pas, Zachary. Mais tu veux dire quoi par « il n'a pas besoin de ça en ce moment » il lui est arrivé quelque chose ???

Z : Bah oui et non, mais ne t'occupe pas de ça, je gère avec lui et il gère aussi.

Je dis ça avec un sourire des plus niais, pourquoi j'ai sorti ça aussi ; il va comprendre ou va insister pour en savoir plus, mais mes craintes sont vite dissipées par ce qu’il dit :

M: D'accord je vous laisse gérer vos petites histoires entre vous, mais si il y a le moindre problème n'hésitez surtout pas à en parler à des adultes.

Z : Oui ne t’inquiète pas.

Heureusement Mathéo est assez compréhensif et n'insiste jamais trop, nous laissant régler nos problèmes entre nous. Il comprend que quelques fois les pions sont de trop dans la vie des élèves et qu’on n’est plus des gosses, qu'on est capables de se gérer plus ou moins. Je m'empresse de monter à l'internat pour rejoindre les autres et surtout envoyer un message à Sacha, qui doit s'inquiéter à mort de n'avoir aucune de mes nouvelles depuis tout ce temps.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0