20- Une histoire à tomber de sa chaise

11 minutes de lecture

Saul lance un regard interrogateur à Hélio.

  • Je lui explique ou c’est toi ?

Hélio gonfle les joues et, un fugace instant, je vois le visage du gamin qu’il était encore hier.

  • Non, vas-y toi ! Tu racontes mieux…

Tout sourire, Saul lève la tête et dit à la cantonnade :

  • C’est ma tournée ! Ensuite, je raconterai à notre invité l’histoire qui nous a valu cette bagarre. Pour ceux que ça intéresse, venez chercher votre verre et trouvez un coin confortable à portée de voix !

À mon grand étonnement, tout ce petit monde s’anime. Dans un brouhaha joyeux, les hommes rapprochent tables et chaises du comptoir. Hélio, passé du côté de Saul, sort d'énormes verres et les aligne devant le patron qui les remplit les uns derrière les autres à l’aide d’une sorte de pistolet relié à un tuyau sortant d’on ne sait où. Il en coule un liquide ambré et mousseux. J’en ai déjà vu dans les villes des bordures, mais n’en ai jamais goûté, car j’avais remarqué son effet enivrant. C’est de la Synthetic Beer. Saul pose d’office un bock devant moi. Les autres attendent patiemment leur tour d’accéder au breuvage puis vont se rasseoir à leur place. En passant, certains viennent se présenter, me serrer la main et me remercier d’avoir remis Yann à sa place. J’élude et souris gauchement.

Mais je me sens bien. La tension est retombée. J’entends des voix joyeuses, des échanges chaleureux et des rires complices. Et je réalise combien cela m’a manqué.

Lorsque tout le monde est assis. Saul prend son verre et le lève en tonnant :

  • Aux rencontres inattendues !

Tous l’imitent en chœur. Comme les autres, je trempe mes lèvres dans l’écume blanche pour goûter une première gorgée. C’est frais, c’est pétillant, puis une légère amertume teinte mon palais. J’aime beaucoup !

Saul m’interpelle :

  • Tu es prêt ?

Et comment ! je hoche vigoureusement la tête.

  • Bien, alors écoute bien mon histoire !

Dans la salle, toutes les voix se sont tues. Hélio, les coudes sur le comptoir, bouche ouverte et menton posé dans la paume de ses mains, semble déjà captivé.

Saul ferme les yeux et laisse planer quelques secondes de silence puis sa voix vibrante et chaude emplit l’espace .

  • Cette histoire commence il y a bien longtemps, quatre cents ans… Les bulles se refermèrent sur les Bullites et leurs esclaves et, tout ce que l’humanité comptait de parias, de fuyards, de bandits, de laissés pour compte, de prisonniers enfin libres, mais aussi d’idéalistes, de rêveurs, d’aventuriers, d’artistes et de fous, échoua à leurs pieds. On raconte que, pendant quelques jours, l’Humanité se tut. Un silence comme on n’en avait jamais connu. Aucun son ne parvenait de l’intérieur des gigantesques dômes, si ce n’est la vibration ténue de leur enveloppe. Au dehors, la vie s’était en apparence arrêter. Pourtant, si l’on se penchait avec attention sur ce monde éteint, alors apparaissaient des silhouettes fantomatiques circulant discrètement à l'ombre des grands bâtiments. Ces milliers d’êtres humains attendaient, peinant à croire au départ définitif de ceux qui étaient jusqu’à hier, les maîtres du monde. Petit à petit, ils prirent confiance, certains hardiment se déplaçèrent en pleine lumière puis on entendit à nouveau résonner leur voix. Vous connaissez tous la suite.

Moi, je ne la connais pas. Chez moi, l'histoire du début des Bulles commence très différemment.

  •  Au cinquième jour, poursuit Saul, un cri retentit quelque part dans Paris et rebondit sur ses toits et ses murs. D’autres lui répondirent pour former une clameur immense et sauvage qui ouvrit le temps bref mais intense des Grandes Explosions puis… »

Tout le monde semble comprendre ce que Saul évoque sauf moi, alors je l’interromps.

  • ... Pardon, mais c’est quoi les Grandes Explosions ? »

Des murmures étonnés s’élèvent, mais il me répond :

  • Ah… Il faudrait des heures pour te conter cette période, mais ce n’est pas le cœur de notre récit… Je vais essayer de t’en dépeindre les contours…

Son regard se perd quelques instants au-dessus de son auditoire. Il cherche sûrement à rassembler ses idées. Il reprend juste au moment où des chuchotements d'impatience se mettent à bruisser.

  • Les Grandes Explosions s’étalèrent sur quelques semaines tout au plus. Quand les Extras réalisèrent qu’ils étaient seuls et qu’on leur avait laissé les clefs de ce monde à l’abandon, ils firent le rêve fou qu’ils étaient libres. Alors ils explosèrent. De toutes les façons possibles : des joies immenses, des fêtes à faire trembler l’écorce terrestre, mais aussi des flambées de violence sauvage, des épopées folles et meurtrières au volant d’engins se déplaçant plus vite que le vent… Les Grandes Explosions sont parées de mille visages que je te conterai plus tard si tu le désires.

J'acquiesce. Peut-être une autre fois.

  • Bien, revenons à notre histoire ! reprend-t-il. Après cette folle transe, advint le Déclin : les ressources se raréfièrent, certaines disparurent définitivement. Les Extras émergèrent dans la douleur de leurs rêves fous de liberté. Avant d’être libres, il fallait survivre et ils n’avaient aucune idée de comment s’y prendre. Les gens effrayés et perdus se regroupèrent aux abords des Bulles, dans les villes désertées dont le décor familier les rassurait. Des communautés humaines se formèrent dans l’espoir de survivre ensemble. Et, comme par hasard, un jour, les Bullites revinrent proposant des denrées essentielles en échange de vies de labeur... dans les Bulles. Ainsi, dans ces petits îlots d’humains repliés sur eux-même, rêver de liberté redevint un luxe, une folie. Pourtant, une minuscule flamme vive subsista, entretenue par l'écho des aventures de cette petite poignée d’individus que l’on nomme les Voyageurs. En effet, durant ces centaines d’années qui nous mènent jusqu’à aujourd’hui, il y eut toujours des intrépides pour se lancer dans de longs périples à l’assaut de l’inconnu.

Je croise le regard brillant d'Hélio qui me sourit. L'histoire de ces audacieux personnages le fait rêver, sans aucun doute.

  • Beaucoup disparurent à jamais dans les no man's land de plus en plus sauvages à mesure que le temps passait et que la nature reprenait ses droits, continue Saul. Pourtant quelqu’uns survécurent assez longtemps pour retrouver d’autres communautés humaines et y laisser le souvenir de leur vie tumultueuse d'arpenteurs de monde. Ainsi s’ouvrit le grand livre des légendes des Voyageurs. Leurs aventures sont depuis toujours contées aux enfants ou pour les plus épiques, entre amis autour d’un verre. Le dernier voyageur célèbre s’appelait Danse, tout le monde connait son histoire folle. Hélas, depuis des dizaines peut-être même une centaine d'années, plus aucune histoire de Voyageur n'est apparue. Le désir ardent de découverte et d'aventure de l'humanité agonisait. Mais, il y a quelques mois à la grande joie de tous, le livre s’est rouvert sur un nouveau chapitre.

À cette évocation, je sens une pluie de regards furtifs s'abattre sur moi. Un frisson me parcourt la colonne vertébrale sans que je parvienne à en identifier immédiatement la raison.

  • Celui-ci commence loin à l’Est, dans les contrées jouxtant Bulle 1, que l’on nomme les Landër. Là-bas, comme ici, des communautés d’hommes et de femmes luttent pour survivre dans un environnement hostile. L’une d’elle se nomme « Hinter Sea » du nom du territoire qu’elle occupe depuis des centaines d’années dit-t-on … »

Je pose mon verre devant moi, interloqué. Je connais ce nom et cette communauté. Saul continue .

  • Cette communauté est composée de quelques centaines d’âmes dont une petite fille, nommée Sélène, cela signifie « fille de la lune ». Cela lui va comme un gant. Sélène rêve en permanence, même les yeux ouverts. Elle dessine de grandes aventures et de grandes épopées solitaires, remplies de combats épiques et victorieux contre les prédateurs féroces peuplant les forêts avoisinantes.

Je suis estomaqué. Cela ne peut pas être une coïncidence. Tâchant de garder un air impassible, je m'accroche à la voix grave de Saul.

  • Ce jour-là, elle les mimait avec conviction à sa meilleure amie quand le beau Orion passa devant elle et s’arrêta l’écouter. Elle était amoureuse de ce grand garçon au nom pleins d’étoiles alors elle en rajouta, notre petite Sélène. Elle donna tout ce qu’elle avait pour l’éblouir. Hélas, à la fin de son récit qui disait qu’elle revenait, en fière guerrière auréolée de gloire, à Hinter Sea, il rit au lieu d’applaudir. Blessée, elle serra ses petits poings et demanda la raison de son hilarité. Il répondit, moqueur comme savent l’être les adolescents, que c’était un bien joli conte mais que cela n’arriverait jamais. Comment elle, Sélène, si frêle, si maladroite, si étourdie pourrait-elle devenir une chasseuse et une guerrière émérite ? Il conclut en disant qu’il espèrait qu’en grandissant elle saurait choisir des rêves à sa mesure. Tandis qu’il s’éloignait, la petite Sélène, le cœur brisé, s’enfuit.

Tandis que Saul continue, je me souviens de cette petite fille terrifiée me racontant son histoire, les yeux larmoyants, les vêtements déchirés et les jambes constellées de griffures récoltées dans sa course folle. Elle m'avait ému.

  • Au crépuscule, personne ne l’avait revue, continue Saul. Ses parents lancèrent des appels d’abord teintés de colère puis, au fur et à mesure que la nuit avançait, de plus en plus inquiets. Le lendemain, on organisa un groupe de recherche mais le soir venu, il revint bredouille. Il en fut ainsi quatre jours durant. Le cinquième jour, tous pensaient que tout espoir de retrouver l’enfant était vain, tous, sauf ses parents. Sa mère, animée d’un espoir sans faille comme seul l’amour inconditionnel peut donner, s’était postée à la lisière du village donnant vue sur la forêt qu’elle savait si fascinante pour sa fille. Assise là depuis l’aube, elle scruta sans relâche les alentours. Le soleil entamait sa lente descente lorsqu’elle aperçut une silhouette sortir des bois. Hélas, même de loin, elle sut que ce n’était pas sa fille. La main en visière, elle entreprit d’identifier l’homme qui approchait. Quelques secondes plus tard, elle sortit son sifflet, celui que tous les membres de la communauté ont dans la poche, et souffla trois coups brefs et aigus pour signaler l’approche d’un étranger. Plus elle le distinguait, plus elle trouvait cet étranger très étrange…

Je me tortille sur ma chaise. Comment est-il possible que cette histoire, la mienne soit parvenue jusqu'ici ? Il me regarde, l’air goguenard et d’un clignement des yeux, m’intime de rester tranquille. Quelques rires émaillent ses paroles puis il enchaîne .

  • L’étranger était grand. Ses vêtements semblaient de cuir tanné. Un pantalon qui lui arrivait à mi- mollet était ceint d’une large bande maintenant un étui sur chacune de ses hanches.. En dépassaient deux longues lames de couteaux. Son torse nu était caché d’un côté par son bras maintenant un bâton sur son épaule, auquel était accroché du petit gibier, de l’autre par ce qui semblait être un paquet de tissu, un sac peut-être. Au milieu, brillait un pendentif adamantin de forme singulière, un papillon. Alors que les hommes de Hinter Sea accouraient pour accueillir ou affronter le nouvel arrivant, il était assez proche pour qu’elle puisse observer les traits de son visage, un teint de couleur caramel, des yeux d’un bleu intense et une chevelure dense et brune. Soudain, la femme hurla, ce n’était pas un sac dans les bras de l’étranger, c’était sa fille. Inerte !

Saul marque une pause pour me regarder. je ne peux qu'acquiescer : oui, cette femme s'est précipitée vers nous. À ce moment-là, j'ignorais qui elle était et même si nous avions ou non retrouvé le Clan de Sélène. J'étais inquiet et sur mes gardes.

  • Alors qu’elle s’élançait comme une furie pour la lui arracher, elle fut maîtrisée par un de ses compatriotes qui lui mettant la main sur la bouche, la sommait de se calmer. L’étranger avait fait halte à quelques mètres. Son attitude vigile et son regard vif communiquaient son état de tension.

Bien sûr que j'étais tendu, ils avaient tous sortis leurs armes.

  • Le père de Sélène s’avança et dit d’un ton qu’il voulait mesuré et ferme : "Bonjour étranger ! C’est ma fille que tu tiens là !" L’étranger tourna vers l’homme un visage impénétrable et dit : " Elle m’a donné le prénom de son père ! Comment t'appelles-tu ?" L'homme lui affirma se prénommer Thomas. L’étranger l’étudia attentivement puis reporta son attention sur la petite fille. Doucement, il la réveilla et lui annonça qu’elle était rentrée chez elle. Elle ouvrit des yeux tout chiffonnés de sommeil. Sa mère poussa un cri étranglé. Sélène reconnut sa voix et se tourna dans sa direction. Un joyeux « maman » jaillit de ses lèvres. L’étranger la déposa à terre et elle courut se nicher dans les bras ouverts qui l’attendaient. Leur étreinte suspendit le temps. Quand celui-ci reprit sa course, son père qui s'était rapproché, lui demanda à l’oreille si elle allait bien, si l’étranger l’avait bien traité. La petite Sélène ouvrit deux grands yeux étonnés et s’écria : " Noway ? Il est super gentil, papa ! Et il est super fort ! Il s’est battu contre des loups pour me sauver ! Il s’est même fait mordre ! Après, il m’a porté, il m’a donné à manger et il m’a promis de m’aider à rentrer chez moi !" Voilà comment s’ouvrit à nouveau notre grand livre des légendes et aventures des Voyageurs, avec pour nouveau héros : Noway.

Je reste figé une seconde. Aucun doute ne subsiste. Aussi fou que cela puisse paraître, ils connaissent tous une partie de mon histoire. Ils me voient comme un héros. Cela me pétrifie, je n'en suis pas un. Je suis un homme perdu dans un monde fou et froid. Pourtant, Saul continue.

  • Depuis, mille et unes anecdotes viennent régulièrement le compléter.On dit qu’il est grand, qu’il est fort, qu’il est beau, qu’il sent bon le sable chaud. Enfin, surtout les jeunes filles. Elles rajoutent, avec moults exemples, qu’il a l’instinct des justiciers, repérant d'un seul coup d'oeil les êtres retors et ne leur laissant aucune chance. C'est un guerrier sans aucun doute mais il est aussi généreux et courageux. Par exemple, la dernière histoire concernant notre héros raconte qu’il quitta Hinter Sea accompagné d’un membre du Clan. Celui-ci se cassa les deux jambes à mi-parcours. Heureusement, notre héros trouva la force de parcourir l’autre moitié du chemin et de rallier B2 en portant ce pauvre homme sur son dos. D'ailleurs, c’est sûrement grâce à ce rescapé que nous est arrivé l’écho de l’histoire de Noway. Elle garde de nombreuses zones d’ombre, mais s’étoffe de jour en jour. Ce dont on est sûr aujourd’hui, c’est qu’à Hinter Sea comme dans tous les lieux où il a séjourné, Il a partagé les connaissances acquises lors de ses voyages. Les plus précieuses sont liées à l’orientation et à la cartographie. Noway sait se repérer à l’aide des groupes d’étoiles dans le ciel que l’on nomme constellations. Elles ont des formes particulières associées à des noms fabuleux : la Grande ourse, la Petite, Pégase le Cheval ailé, Cassiopée… Il a également appris à se repérer sur une carte lors d'une halte dans une communauté survivant dans le no-mans land entre le quatrième et le cinquième consortium. Celle-ci avait conservé ce savoir et l'avait enrichi au cours des années. Ainsi, Noway possédait une carte de notre continent sur laquelle il notait le chemin parcouru et tous les détails importants de son voyage. Il l'a montrée, expliqué où il l’avait trouvé, et permis qu’on retranscrive ses indications… Ainsi, il a rouvert la porte des Voyages. À sa suite, armés de cartes, de nouveaux esprits aventureux ont quitté leur territoire et ont réussi à rallier d’autres Bulles. Nous avons enfin des nouvelles de nos frères d’infortune disséminés tout autour de la première ceinture ! Puissent ces liens perdurer et se consolider ! »

Tout le monde approuve et applaudit. Saul se tourne vers moi .

  • Voilà pourquoi nous étions si circonspects quand nous avons appris ton prénom… Hélio dit que tu portes le pendentif évoqué dans ce récit. Est-ce vrai ? Peut-on le voir ?

Annotations

Recommandations

Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
30
87
549
58
Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
78
282
197
21
Yanyan
Ceci est la suite de l'histoire de "Le bûcheron maudit", lisez le premier tome avant celui-ci (enfin comme vous voulez mais bon...)

---

Quinquati, de nouveau enfermé dans une sinistre prison, fera face à son monstrueux ravisseur qui lui proposera une offre des plus alléchantes.

En parallèle, Malgati, aidé par le véritable Soucia, tentera de sauver son village de l'invasion des dieux, ainsi que de la cupidité d'un lointain royaume.

---

(oui je sais la couverture est spécialement dégueulasse)
6
9
46
32

Vous aimez lire Carma ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0