19- Sortir de sa Bulle (1/3)

5 minutes de lecture

Les mains sur les commandes de la console de mon aerojet, j’aperçois enfin notre destination, elle clignote au milieu d’une étendue verte. J’amorce la descente avec un sourire. Tout s’est passé comme prévu : mes recommandations ont été retenues. J’ai donc quelques jours disponibles et je vais les passer à découvrir le Dehors avec Noway.

Après un atterrissage sans encombre, Noway s’adresse à moi avec une déférence, qui l’espace de quelques secondes, me sidère.

  • Maîtresse, souhaitez-vous que je descende les bagages ?

Je déteste immédiatement. Cela me crispe. Encore de l’ironie, sans doute. Je ne suis vraiment pas d'humeur à supporter un quelconque sarcasme. Après lui avoir lancé un regard réprobateur, j’empoigne, sans mot dire, mon unique bagage et le précède.

En posant pied à terre, je m’écarte pour le laisser passer et prendre le temps d'embrasser les lieux du regard.

C’est une mini-bulle. Nous sommes dans le jardin. À notre gauche on aperçoit l'appartement dans lequel nous logerons, à notre droite se trouve un cube blanc avec une porte pour unique ouverture : le caisson de sortie. À son extrémité doit se trouver le sas d'accès au Dehors. Le dôme qui nous surplombe est transparent. On peut voir tout autour de nous la végétation. je lève les yeux sur un ciel parsemé de nuages allant du gris au blanc sur un fond bleu délavé. Il paraît si loin…et si proche à la fois. Il semble bouger, j’en ai le vertige. Je détourne le regard pour retrouver des éléments plus familiers.

Les formes cubiques et les couleurs métalliques des blocs constituant le jardin me rassurent. Je prends la direction du logis tout en frissonnant ; Mon cœur bat la chamade. Mes jambes tremblent légèrement. Je suis déboussolée mais essaie de ne penser qu’à mettre un pied devant l’autre.

Le tour de l'habitation est vite bouclé : un espace à vivre, avec un salon convertible et une cuisine, une chambre, une salle de bains, des toilettes. Noway a déposé mes affaires dans ma chambre. Je commence donc par les ranger. Mes gestes sont malhabiles, plus qu'à l'accoutumée. Une pile tombe. Je dois tout replier et recommencer. Je n’arrive pas à fixer mon attention et une nervosité sans fondement me gagne.

J’ai fini. Je ne suis pas satisfaite, tout est de guingois. Je recommence Les vêtements semblent animer d’une volonté propre et farouche : s’affaisser et chuter. Si pas un mot ne passe mes lèvres, cela me rend folle à l’intérieur.

Noway est sur le pas de la porte. Depuis combien de temps ?

Il dit quelque chose que je ne comprends pas tout de suite. Trop de mots. Je continue de plier machinalement. Il m’arrête, la main appuyée sur mon avant-bras jusqu'à ce que je le regarde.

  • Je ne vais pas y arriver…

Une ombre passe sur son visage.

  • À ranger vos vêtements ?

Je regarde mes effets éparpillés sur le lit. Hébétée, je me secoue pour retrouver mes esprits. Que suis-je en train de faire ?

  • Ce n'est pas ce que je voulais dire ! Laisse-moi tranquille ! conclué-je d'un ton agressif.

Je le sens se crisper, ou peut-être est-ce mon imagination ?

  • Entendu, répond-il doucement.

Il se redresse et je me force à le regarder. Il me sourit.

  • Si vous avez besoin de moi, je serai dans le jardin. »

Ses yeux profonds plongent dans les miens, il me sourit à nouveau, puis fait volte-face et disparait de mon champ de vision.

Je reste troublée quelques minutes. Regardons les choses en face, je suis agitée, pétrie d’un maelstrom d'émotions contradictoires, à fleur de peau, avec au creux de moi une angoisse indicible. J’ai peur.

Je finis par m’asseoir au bord du lit et m’applique à respirer, seulement respirer, comme avant l’affrontement des Combattants.

Quelques instants plus tard, j’ai retrouvé mon calme et, enfin terminé de ranger mes affaires. Dans la pièce commune, je trouve le sac de Noway posé intact près des sofas. Je me rends jusqu’à la cuisine. Il a rangé nos provisions dans les placards et le réfrigérateur.

Tout est calme. Entourée de silence, je dirige mes pas vers une fenêtre pour jeter un coup d’œil au jardin.

Une esplanade s'offre à mon regard, agrémentée de formes cubiques sur différents tons de vert et d'argent. Les voies de circulation sont soulignées de jaune.

Je suis les lignes, les courbes, les angles, les trompe l’œil. Ce décor familier m’apaise.

Et puis, je l’aperçois. Il n’est pas dissimulé mais a choisi un coin retiré de la bulle, adossé à un grand bloc trapézoïdal, un pied en appui dessus, les mains dans les poches. Je ne vois que son profil et me laisse aller à le contempler. Son corps athlétique sans être musculeux, allie certainement puissance et endurance. Sa peau hâlée que j'imagine si douce. Son visage harmonieux encadré de ses cheveux indomptables aux reflets auburn. De loin, je ne devine pas son expression. Mais il y a comme un reflet sur sa joue. Curieuse, j’appuie sur la fenêtre pour zoomer.

Une larme. Il pleure. Pourquoi ? pourquoi ! Alors qu’il est à quelques mètres, à quelques instants du Dehors ?

Je dézoome et recule. Comme une automate, je vais m’asseoir sur le sofa et attrape une tablette pour lire frénétiquement le descriptif des lieux, en proie à une colère aussi soudaine qu’incompréhensible. Je n'en retiens que des bribes... Parc du Triglav... entouré de montagnes... avec des lacs... des cascades...

Incapable de tenir en place, je lâche la tablette et me relève. Pour m’occuper l’esprit et les mains, je prends deux déj express et les insère dans la Prépa machine. Elle indique quinze minutes d’attente.

Quand je l'entends entrer, je brûle à l'intérieur. Je lui fais face, prête à trouver les traces accusatrices de ses larmes sur son visage défait.

Et rien. Si je ne l’avais pas aperçu dans le jardin, je n’en aurais rien su.

Je l’informe que le repas sera bientôt prêt. Sans un mot, il va préparer la table. Il est gentil et prévenant, comme je le lui ai demandé… Peut-il se douter que j’ai envie de lui envoyer tout ce qui me passe à portée de main à la figure ?

Nous mangeons en silence. Tous ses gestes, le moindre bruit qu’il fait alimente la boule de fureur au creux de mon ventre. Soudain une part de moi réalise, effarée, les pensées qui me traversent. Dans toutes, le sang de Noway finit par couler, à ma plus grande satisfaction… Qu’est-ce qui m’arrive ?

Je finis très vite mon repas afin de pouvoir m’éloigner rapidement. Je me replie sur un sofa tandis qu'il reste attablé, les yeux dans le vide.

Le silence me devient très vite insupportable. Tout cela ne rime à rien ! De peur d’être à nouveau submergée par des vagues de pensées inappropriées, je me force à passer à l’action.

Annotations

Recommandations

Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
30
87
549
58
Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
78
282
197
21
Yanyan
Ceci est la suite de l'histoire de "Le bûcheron maudit", lisez le premier tome avant celui-ci (enfin comme vous voulez mais bon...)

---

Quinquati, de nouveau enfermé dans une sinistre prison, fera face à son monstrueux ravisseur qui lui proposera une offre des plus alléchantes.

En parallèle, Malgati, aidé par le véritable Soucia, tentera de sauver son village de l'invasion des dieux, ainsi que de la cupidité d'un lointain royaume.

---

(oui je sais la couverture est spécialement dégueulasse)
6
9
46
32

Vous aimez lire Carma ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0