Chapitre 8 (2/-)

3 minutes de lecture

Devant les portes de l’ascenseur, Diegory laissa l’inconnu aux soins d’Elise et de Talyah. Il emprunta les escaliers et s’équipa de son oreillette afin de prévenir Gareth de leur arrivée imminente. Après trois tonalités, la voix du jeune homme pulsa au tympan de Diegory. Ce dernier lui expliqua la situation dans laquelle ils s’étaient embourbés à la morgue avec Elise et, curieusement, son allocuteur ne sembla pas surpris. Tout du moins, son attention paraissait captive d’un sujet bien plus intéressant que la dernière lubie d'Elise.

— Tu m’écoutes ? s’enquit Diegory. On est dans la merde jusqu’au cou s’ils n’ont pas terminé d’analyser le numéro inscrit sur la cuve. Tu peux te renseigner ?
— Vu l’état émotionnel dans lequel le Chef se trouve, tu pourrais même pisser sur son bureau qu’il ne t’en tiendrait pas rigueur. Tu connais l’adage : le « maître » a trouvé son maître. J’sais pas qui est ce type, mais je donnerais cher pour avoir ne serait-ce qu’un poil de son charisme, soupira-t-il. Ils arrivent, je raccroche.

Stupéfié par ces dires et la rapidité avec laquelle Gareth avait raccroché, l'enquêteur mit quelques secondes avant de recomposer le numéro. Les six appels qu'il passa restèrent sans réponse. Diegory relança la communication une dernière fois lorsqu'un signal sonore lui indiqua l'arrivée d'un SMS. Sans perdre un instant, son doigt effleura l'écran.

« Gareth Sleam :

Que ton âme repose en paix. »

Même si le message se présageait funeste, Diegory ne parvint pas à s'empêcher de rire tout en rangeant son téléphone portable, car, à l'évidence, Gareth n'était plus en mesure de décrocher sans éveiller des soupçons. Ce jeune homme était le clown de leur section. Même dans les situations les plus périlleuses, il parvenait à dérider quiconque se trouvait dans son sillage. Il apportait de « l'espoir » là où tous semblaient avoir cessé d'y croire. Parfois, Diegory se demandait ce qu'il adviendrait de sa folie s'il était envoyé sur le terrain.

Sur le palier attenant au hall, l'enquêteur inspira profondément avant d'ouvrir la porte. En quelques enjambées, il rejoignit Elise qui sursauta à son arrivée. Pour la énième fois, il la vit obliquer le regard. La jeune femme arborait cette attitude depuis qu'ils l'avaient retrouvée. À maintes reprises, il l'avait vu détourner la tête, parfois même alors qu'elle observait le coin d'un mur. Bien qu'elle lui eût lancé de multiples sourires, Diegory n'était pas dupe. Elise n'était pas dans son état habituel.

— Tu ne nous accompagneras pas.

Ces mots... venait-il vraiment de les prononcer ? Les yeux bleus de l'inspectrice avaient plongé dans les siens. Sans mal, il lut l'incompréhension et l'inquiétude sur son visage. Comme pour se donner une contenance, il répéta les mêmes mots, mais plus fort cette fois. Tant, que même Talyah se retourna l'espace d'une seconde avant de reprendre sa route.

— Tu ne nous accompagneras pas. Tu n'es pas en état.

— Je comprends.

Qu'avez-vous fait à Elise Rivera ? songea-t-il. D'ordinaire, elle se serait démenée pour l'accompagner, il en avait eu un aperçu avec leur venue à la morgue. Avait-elle, elle aussi, remarqué ne pas être en état ? Au sourire qu'elle épingla sur son visage tandis que ses yeux trahissaient sa peine, il eut soudain le sentiment qu'il allait amèrement le regretter.

— Le Chef passera sûrement te voir, veille à rester dans ta chambre.

Elise opina sans se défaire de ce sourire qu'il savait faux. Il lui tapota l'épaule et s'éloigna en direction de la sortie. Il atteignait les portes automatiques quand la voix de l'inspectrice s'éleva dans son dos :

— S'il te plaît, ne le fait pas se sentir plus coupable qu'il ne pense l'être.

— Je ne peux pas te le promettre, lança-t-il en se tournant vers elle, mais je ferai au mieux.

Annotations

Recommandations

Défi
Estelle Onillon

Patriote, garant pour la paix
Pour une belle humanité
Ou ensemble nous la ferons exister
La haine serait irradiée, brûlée
Nous voulons l’humain, l’authentique, le vrai
Celui qui pense à la solidarité
à aider
Qui fait rêver
Mais nos rêves se sont envolés
Quand la technologie et la pollution nous ont dominés
Envahis comme des parasites qui nous arrachés
Ceux qu’on a de plus cher pour exister

Mais comment peut-on faire pour nous sauver
De ce nouveau monde qui nous as enclavé ?
Comment faire pour nous libérer
De ces chaînes qui nous ont empoisonnées ?
Cela n'est pas facile, non.
Cela se propage comme un poison
Même s'ils ne paraissent pas nocif
Il sont adictifs.
Doux comme des hommes attendris
Mais durs comme de longues agonies
Ils nous ont fait oublier d'autres soucis
Nous pouvons nous en débarrasser
Il suffit de ne pas se défiler
Que cette domination puisse enfin s'arrêter
Mais bien que nous réussissons,
Que ce soit un succès,
L'humanité restera changée
A tout jamais.
1
1
0
1
missblue
Ça et là, chacun mène sa vie, vaque à ses occupations. Et si on prenait le temps? Et si on se plongeait dans le quotidien d'un autre? Et si, l'espace d'un instant, on s'échappait dans la vie d'un autre, juste le temps d'une lecture?
4
4
5
11
Défi
Natacha TIBI
Olivier Py cite : « Le théâtre est cette obscure clarté qui monte vers les étoiles »… C’est un poète qui a de l’humour : Le théâtre est un médecin qui vous dit : « J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle »: -La bonne, d’abord; -Vous êtes sauvé! -La mauvaise? -Je ne suis pas médecin.
1
3
0
3

Vous aimez lire Kiran Syrova ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0