Retour à l'usine

4 minutes de lecture

 Je passe le reste de la journée à trouver un train pour m'emmener prêt de la fameuse usine, point de départ de nos aventures passées. Souvent, je me demande si j'avais bien fait de rallumer ce super-calculateur. Mais d'un autre côté, je n'aurais jamais pu la rencontrer et tomber amoureux d'elle. Aelita est une fille géniale, elle ne méritait pas de rester coincé dans ce monde virtuel.

 Ca y est, j'ai trouvé un train pour 20h14, je serais là-bas vers 22h30. Je resterais la nuit à l'intérieur pour inspecter les lieux. Encore une nuit blanche à passer devant l'ordinateur, ma mère me tuerait si elle savait. Je réserve mon billet et commence à me préparer. J'enfile mon anorak, mon sac à dos, prend ma paire de lunettes de rechange au cas où, ma trotinette et je pars pour la gare.


***

 Je suis à bord. J'ouvre rapidement mon ordinateur portable, branche ma clé internet et me connecte au réseau. Je replonge après plusieurs années dans mes anciens codes de programme que j'avais élaboré pour nous aider sur Lyoko. Le train se met en marche et je vérifie que je peux me connecter au super-calculateur. Impossible, erreur 404. Il semble toujours éteint car je ne reçois aucune réponse de sa part.

 Comment est-ce possible ? Ce symbole est pourtant la preuve de son retour, de ce fait, le super-calculateur devrait être allumé. A moins que... Je dois en avoir le coeur net.

***

 Le train est arrivé avec quelques minutes de retard. Pas le temps de trainer, je fonce directement à l'usine. En sortant de la gare, quelqu'un me tira mon anorak puis un bras m'enveloppa le cou.

  • Bah alors Einstein ! Tu ne dis pas bonjour à ton pote Odd ?

  • Tu m'as foutu la frousse plutôt ! Comment vas-tu Odd ?

  • Disons que mes cheveux pourraient aller mieux si il n'y avait pas autant de vent et d'humidité. Mais à part ça, ça baigne. Et toi ? Toujours sur ton ordi ?

  • Ahah ! Et oui. Bientôt la fin du calvaire des cours supérieur.

  • Arrête de te la jouer rebelle, je sais que tu adores ça.

 Je ne pensais pas que revoir un ami procurerait un tel plaisir. Mais Odd est le roi pour remonter le moral. Cela me fait beaucoup de bien. Un petit silence s'installe et je décide de le rompre en posant une question :

  • Au fait Odd, pourquoi es-tu déjà là ? J'avais dit à Aelita de vous...

  • Hop là, je t'arrête tout de suite ! Je n'ai pas eu besoin de l'appel d'Aelita pour venir. Et puis même si elle me l'avait dit avant, on vous connait trop bien tous les deux. Je pense que les autres arriveront dans la nuit aussi, on devrait se dépêcher d'aller à l'usine.

  • Tu as raison, allons-y. Dis-je en me grattant la tête.

 Odd avait aussi pris son skateboard, comme au bon vieux temps. Nous avons roulé pendant une bonne demi-heure tout en luttant contre le vent. Mon ami aux cheveux blonds avait quitté prématuremment l'école pour faire de l'interim. Mais il consacre la grande partie de son temps à son groupe de pop rock dont il est le guitariste principal. Rien d'étonnant après tout, il est doué pour ça.

 Odd et moi arrivons aux abords du pont menant à l'usine situé sur la presqu'île et nous nous faufillons discrètement en observant les environs. Personne en vue, tout est calme. Nous entrons par la porte principale, puis nous nous dirigeons près du monte-charge. Le tableau de commande de l'ascenseur est cassé. Nous décidons donc de passer par l'échelle pour descendre vers le centre de commande de l'ordinateur. En me retournant, j'apercois l'écran du super-calculateur allumé mais le fauteuil vide. Mes pensées étaient donc fondées, quelqu'un d'autre a allumé à nouveau le générateur. Mais qui ?

  • Oulà ! J'en connais un qui ne va pas être content qu'on fasse jouejoue avec son super-calculateur.

  • Je t'entends Odd.

  • Allez ! Rigole un peu !

  • Non Odd, ce n'est pas vraiment le moment de plaisanter. Regarde les news ! A ton avis, depuis combien de temps la personne a-t-elle allumé le super-calculateur ? On n'a pas de temps à perdre au boulot je vais inspecter la base de données et lancer le superscan pour détecter une possible anomalie dans Lyoko. Pendant ce temps là, peux-tu aller jeter un coup d'oeil à la salle des scanners s'il te plait ?

  • A vos ordres chef ! répond-il en saluant de la main.

 Pas le temps pour moi de dormir et de laisser ces phénomènes durer plus longtemps. Il faut à tout prix que je découvre ce qu'il s'est passé et depuis quand tout a été remis en marche. Je m'installe alors sur le fauteuil, branche mon casque sur l'ordinateur, prend une grande respiration et commence à pianoter sur le clavier en espérant trouver rapidement.

 Soudain, j'entends les bruits de quelqu'un descendant l'échelle. Pensant qu'il s'agissait de la personne responsable, je descends rapidement du fauteuil et me cache derrière les nombreux câbles. Qui est en train de descendre à cette heure tardive ?

Journal de Jérémie Belpois

JOUR 0

Retour à l'usine

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Totoj ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0