Je suis un idiot

Une minute de lecture

Je suis un idiot encombré de pensées

Languissantes et revêtues de vide.

Un idiot offrant ses pensées

À la lune millénaire sans ride.

Et je suis amoureux d’une dame

Généreuse, débordant de bonheur ;

Qui répand une beauté d’âme

Sur les invisibles et dans mon cœur.

Je suis un idiot, c’est le sage du village

Qui me l’a dit, et moi, idiot, je le crois.

J’offre mon dévouement en partage

Pour un petit service, des moqueries, parfois.

Tu la connais ma crétinerie, intelligente Olga,

Mais toi au moins avec moi tu deviens idiote,

Et me fais rire sur les mots du sage un tantinet gaga

Qui se prend pour un dieu et mène une vie sotte.

Tu me dis : « avec un cœur intelligent,

Aimant la nature où il puise ses amours,

Ce sein n’est pas idiot. Mais il a tort, cependant,

De m’aimer en secret tous les jours. »

Je suis quand même un idiot, car mon cœur bat fort

Quand je la vois, m’adressant de grands signes, les matins,

Dans la ruelle au pied de l’enceinte du fort.

Je ne peux m’empêcher d’aimer ces sourires malins,

Lorsqu’au creux de l’oreille, elle me dit : « je t’aime bien,

Tu es l’ami qui me délivre du dédale des pensées

Des autres qui veulent n’écouter que l’ancien,

Ce vieux barbu aux idées ternes et surannées. »

Tout le village et le sage n’aime guère Olga,

Ils disent de sa tenue, c’est une débauchée.

Mais ils ne savent pas que ces habits là

Sont destinés pour plaire à mon âme amourachée.

Nous sommes idiots parce qu’Olga et moi avons de l’entrain,

Aimons la liberté, la nature, l’amour et le bonheur

Et qu’elle me soutient, me tient par la main

Avec son regard sœurette qui fait chavirer mon cœur.

Mais je n’appartiendrai jamais au cœur de cette fille

Qui est intelligente et me raconte des bêtises sur le rocher,

À moi, le sot du village qui ne sait que cueillir la myrtille,

Puisqu’elle embrasse en cachette la fille du maire sous le clocher.

Annotations

Recommandations

Parker
Je suis toujours nulle en résumé, donc je vous laisse vous débrouiller avec le visuel et le titre.

Attention, romance de Noël à l'horizon. Vous voilà prévenus.
176
340
396
110
Alice Druledo
Charlène Leclercq aimerait conjurer l’adversité subie depuis quelques mois. Après la perte récente du père de ses deux adolescentes de douze et seize ans, sa hiérarchie décide de la muter en province, dans une usine condamnée à très moyen terme. Son rôle en tant que DRH. : liquider un maximum d’employés, afin de préparer une fermeture et une délocalisation en Tchéquie. Pour cette humaniste convaincue, c’est une terrible erreur de casting mais surtout un véritable crève-cœur. Elle doit déménager et ses filles ne sont pas franchement motivées à quitter Bruxelles. En outre, trouver un autre emploi, à quarante-cinq ans, s’avère être un processus plus long, humiliant et compliqué que prévu. Le climat social s’aggrave très rapidement au sein de l’usine, et Charlène, qui n’a plus la cote face à sa hiérarchie mais qui gagne peu à peu le respect des ouvriers, doit faire face au suicide d’un magasinier avant de se retrouver elle-même victime d’une prise d’otage. Heureusement, un vent de changement va souffler sur leurs existences…
948
1228
1862
445
GEO
1906, Un détective privé parisien est engagé pour retrouver le fiancé d'une charmante jeune femme.

Son enquête le mènera-t-elle au bout du tunnel ou au fond du trou ?
--
Ce texte est un complet remaniement, je reste évidement ouvert à tous les commentaires possibles et imaginables sur l'intrigue, le style, l'orthographe.
51
72
245
44

Vous aimez lire Hubert Pozac ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0