Je suis un idiot

Une minute de lecture

Je suis un idiot encombré de pensées

Languissantes et revêtues de vide.

Un idiot offrant ses pensées

À la lune millénaire sans ride.

Et je suis amoureux d’une dame

Généreuse, débordant de bonheur ;

Qui répand une beauté d’âme

Sur les invisibles et dans mon cœur.

Je suis un idiot, c’est le sage du village

Qui me l’a dit, et moi, idiot, je le crois.

J’offre mon dévouement en partage

Pour un petit service, des moqueries, parfois.

Tu la connais ma crétinerie, intelligente Olga,

Mais toi au moins avec moi tu deviens idiote,

Et me fais rire sur les mots du sage un tantinet gaga

Qui se prend pour un dieu et mène une vie sotte.

Tu me dis : « avec un cœur intelligent,

Aimant la nature où il puise ses amours,

Ce sein n’est pas idiot. Mais il a tort, cependant,

De m’aimer en secret tous les jours. »

Je suis quand même un idiot, car mon cœur bat fort

Quand je la vois, m’adressant de grands signes, les matins,

Dans la ruelle au pied de l’enceinte du fort.

Je ne peux m’empêcher d’aimer ces sourires malins,

Lorsqu’au creux de l’oreille, elle me dit : « je t’aime bien,

Tu es l’ami qui me délivre du dédale des pensées

Des autres qui veulent n’écouter que l’ancien,

Ce vieux barbu aux idées ternes et surannées. »

Tout le village et le sage n’aiment guère Olga,

Ils disent de sa tenue, c’est une débauchée.

Mais ils ne savent pas que ces habits-là

Sont destinés pour plaire à mon âme amourachée.

Nous sommes idiots parce qu’Olga et moi avons de l’entrain,

Aimons la liberté, la nature, l’amour et le bonheur

Et qu’elle me soutient, me tient par la main

Avec son regard sœurette qui fait chavirer mon cœur.

Mais je n’appartiendrai jamais au cœur de cette fille

Qui est intelligente et me raconte des bêtises sur le rocher,

À moi, le sot du village qui ne sait que cueillir la myrtille,

Puisqu’elle embrasse en cachette la fille du maire sous le clocher.

Annotations

Recommandations

Astrée Argol
Venue s’enfermer dans un studio miteux, Léonore pensait échapper aux tourments du quotidien et à ses meilleurs ennemis : les autres. Pourtant, quelques minutes d’absence suffisent à faire basculer sa vie si bien réglée.
Où est Mona ? Qui est Mona ? Deux questions qu’elle n’aurait jamais dû se poser.

Premier jet en construction d'un récit que je qualifierais de "thriller psychologique".
454
799
841
205
Défi
Plume d'ébène
Ecrivons des histoires en six mots.
48
5
0
0
Arnvald
Dans le murmure d’une écriture,
Nait le début d’une peinture,
Dont le crayon est le pinceau,
Et les couleurs sont les mots.

Dans le murmure d’une écriture,
Nait le début d’une aventure,
Qui permet à tous de s’évader,
De s’envoler vers un monde enchanté.

Voici un recueil où je mets tous mes poèmes (y compris ceux des défis), portant sur divers thèmes (nature, écriture, mythologie, humanité, etc.).
141
111
11
18

Vous aimez lire Hubert Pozac ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0