La rose

Une minute de lecture

Je te vois étouffer dans un vase écarlate ;

Tu sembles manquer d’eau tant la main scélérate

Armée d’un ciseau t’avait taillée sans cœur.

Elle remonte l’allée puis s’en prend à ta sœur.

Conte-moi ta naissance agréable au début du printemps

Et tes amours de poète comme la douceur des vents.

Ceux qui dodelinent tes robes empourprées,

Ont bien dû te narrer des légendes passées.

Moi, je te rêve dans l’opacité de mon brouillard,

Tu es nue, couverte d’eau, je te suis du regard,

Et je t’invente un domaine paisible, une terre divine

Où la face de l’homme et de la femme aimables se devine.

J’aurais voulu te voir verdoyer ma tendre rose,

Dans ce parc de l’enfer où veille le démon morose.

Mais la vie revient, n’est-ce pas, après chaque saison.

Et la vie sans cesse se taille avec déraison.

Vous êtes nées pour la coupe du jardinier

Et de cette femme assise au pied du châtaignier,

L’esprit abandonné dans le rêve et la lecture.

Parfois, l’œil biaisé, surveille l’homme et sa nature.

Je ne saurai jamais pourquoi elle retire en vainqueur

La vie, le parfum que tu véhicules dans les cœurs, ma fleur.

Serait-elle jalouse de toi, rose issue du printemps ?

Rose fraîche et pleine d’espoir, je veux t’aimer longtemps !

Si je ne sais jamais, je ne comprendrai jamais pourquoi

L’indécence, la cruauté, le geste et l’indifférence, moi,

Cet homme pleurant face contre terre devant ta grâce,

De voir cette main répandre la mort, afin de plaire à un cœur de glace.

Annotations

Recommandations

Défi
Plume d'ébène
Ecrivons des histoires en six mots.
48
5
0
0
Astrée Argol
Venue s’enfermer dans un studio miteux, Léonore pensait échapper aux tourments du quotidien et à ses meilleurs ennemis : les autres. Pourtant, quelques minutes d’absence suffisent à faire basculer sa vie si bien réglée.
Où est Mona ? Qui est Mona ? Deux questions qu’elle n’aurait jamais dû se poser.

Premier jet en construction d'un récit que je qualifierais de "thriller psychologique".
455
801
843
205
Arnvald
Dans le murmure d’une écriture,
Nait le début d’une peinture,
Dont le crayon est le pinceau,
Et les couleurs sont les mots.

Dans le murmure d’une écriture,
Nait le début d’une aventure,
Qui permet à tous de s’évader,
De s’envoler vers un monde enchanté.

Voici un recueil où je mets tous mes poèmes (y compris ceux des défis), portant sur divers thèmes (nature, écriture, mythologie, humanité, etc.).
141
111
11
18

Vous aimez lire Hubert Pozac ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0