L'insoutenable banalité de l'infortune

Moins d'une minute de lecture

Carrelage mouillé, moi pressé. Oreille fracturée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Ladaline
Septembre, les élèves font leur rentrée au Lycée Pascal. Quelques mois auparavant, l’établissement a été marqué par la mort d’un garçon, dans d'étranges circonstances. Le drame est encore présent dans les esprits, mais la vie doit continuer.
Ambre, Tristan et Mei sont heureux de se retrouver. Ils appréhendent, chacun à leur manière, cette année de Terminale : Les tracas quotidiens, les changements qui s’opèrent en eux, les interrogations sur leur futur, les relations tendues avec les adultes, mais surtout les sentiments complexes du cœur adolescent.
Ils vont faire la rencontre d’Hicham. Il vient d’emménager chez son père, découvre sa nouvelle vie, son nouveau lycée et rencontre également quelques difficultés.

Cette année sera-t-elle vraiment différente des autres ? Sont-ils prêts à l’affronter ensemble ?

___________________________________________
Contenu sensible

Photo de couverture de ATC Comm - Pexels

Playlist pour accompagner votre lecture :
https://open.spotify.com/playlist/6HgOwcmiO2IVJAuy3EE2Yk?si=jCc3rYRpQ92Moa7NweAnSw
___________________________________________
Club Valentine : les annotations sont les bienvenus.

Ne vous embêtez pas à corriger les accents circonflexes, je ne suis pas fâchée contre eux, mais j'utilise les rectifications orthographiques de 1990 ^_^
487
843
2287
311
Angelique_DX
Dans exactement un mois, la police fera la découverte du sixième corps sans vie au bois de Boulogne. Le tueur, surnommé le Fantôme de Boulogne par les médias, sème la terreur dans les rues de Paris.

Le corps nu, la peau sur les os et des ecchymoses teignent chaque partie de leur corps, les victimes étaient retrouvé un an après leur enlèvement, sans vie. Après six ans d'enquête infructueux le détective Jay Anderson, avec l'aide de son fils fraîchement diplômé de l'école de police, doivent reprendre l'enquête à zéro.

Arriveront-ils a arrêter le coupable avant la mort de la sixième victime ?

Arriveront-ils à le sauver ?

Cela dure depuis bien trop longtemps...
Quelqu'un doit tous stopper.
108
139
1215
125
Jean-Paul Issemick

       AMARINAGES

Marée haute de nos mots, de nos exigences
   de nos expériences, de nos sentiments
Marée haute de leurs peurs qui se brisent
   comme vagues à la falaise

La mer les repousse du rivage comme elle nous a
   repoussés de l'enfance
Nous tentons de leur prendre la main et déjà
   le ressac les emporte, enveloppés de l'écume
   de nos désirs confondus

Alors l'envie nous prend de démonter la mer
   pour un instant étal
   un pas au-dessus de la frontière d'un devenir


Marée basse de leurs mots, de leur solitude
   de leurs failles, de leurs incompréhensions
Marée basse de nos incertitudes qui se déploient
   comme vol de goélands
La mer les découvre comme nous découvrons
   ce qu'il nous reste d'enfance
Nous tentons de les accompagner sur la plage déserte
   où persiste l'écho des appels désenchantés

Alors l'envie nous prend d'imaginer un départ
   pour un voyage de théâtre
   un rêve suspendu sur de possibles amarinages.


Marie Tournelle
3
2
0
1

Vous aimez lire MARQUE ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0