Chapitre 32 : Spectateur (3)

4 minutes de lecture

Vyrian observait les parents de Nick débattre de la dangerosité de leur invention. Le couple se trouvait au grenier, Almarran tenait un marteau, prêt à mettre en pièces le dispositif. Il arma son bras, sa résolution semblait être prise.

— Yvias a de plus en plus d’influence. Nous ne pouvons pas le laisser mettre la main sur cette technologie.

Il fit basculer le marteau, mais Ehmra, son épouse, l'arrêta.

— Mais sans elle, comment veux-tu venir en aide à Dallan et Fara ? Et revoir nos fils ?

Les inscriptions laissées par Mère étaient toujours visibles sur le plancher. Le biologiste ne manqua le regard que leur lança Almarran avant de répondre à sa femme.

— Je l’ignore, mon amour. Les paroles que je vais prononcer ne vont pas te plaire, mais… si le sacrifice de nos amis permet d’empêcher Yvias de prendre connaissance de notre portail, alors je les sacrifierai. Pour nos enfants, jamais nous ne pourrons leur offrir la vie qu'ils méritent… ils sont sûrement mieux là où ils sont.

— Mais tu as vu ce qu’a vécu Nick !

Ces paroles firent douter Almarran qui s’apprêtait de nouveau à frapper le miroir. Vyrian le vit raffermir sa prise sur le manche du marteau. Mais Ehmra avait perçu l’hésitation de son mari.

— Almarran, il doit y avoir une autre solution.

Devant le manque de réponse de son époux, Ehmra regarda dans la même direction que lui, il s’en approcha à petits pas et fit signe à sa femme de se baisser. Elle obéit, pressentant le danger. Almarann se dirigea vers la porte du grenier, Ehmra le suivit légèrement en retrait, après avoir récupéré un vieux colt dans un tiroir poussiéreux.

Avec un temps de retard, Vyrian perçut les bruits qui avaient alerté le couple. Des personnes approchaient. Les intrus ne prenaient pas la peine d’être discrets. Le biologiste espérait qu’ils croyaient les lieux inoccupés, donnant l’avantage de la surprise à Almarran et sa femme. Mais il n’en était rien.

Le couple de Lastys était focalisé sur la cage d’escalier oubliant les fenêtres dans leur dos. Le couple prit connaissance de leur vulnérabilité lorsque les vitres explosèrent suite à une rafale de tirs. Almarann se jeta sur sa femme pour la protéger avant de s’abriter derrière un meuble.

Vyrian fut soulagé de les voir se relever, mais son humeur s’assombrit lorsqu’il vit le visage d’Ehmra terrassé par la douleur et le chagrin. Le biologiste ne comprit pas de suite sa réaction, puis quand un léger courant d’air chassa les nuages, il vit une fleur ensanglantée éclore sur l’abdomen de l’Historian. Almarran chancela avant de s’effondrer. Ehmra tenta de comprimer la plaie, mais le tissu ne cessait de s’imbiber de sang, dégorgeant chaque fois un peu plus sur le parquet.

Des bruits de pas dans l’escalier firent se retourner Emhra qui d’une main tremblante récupéra le pistolet prête à faire feu. Elle manqua de peu la première personne, rechargea et réussit à l’atteindre au bras, mais l’hybride qui lui faisait face lui sourit. Le tir ne lui avait rien fait ! Ehmra réarma, mais il ne lui laissa pas le temps d’effectuer un second tir et se jeta sur elle.

Pendant ce temps-là, quatre personnes pénétrèrent dans la pièce, Yvias fut le dernier à entrer. Il arborait un sourire satisfait et semblait attendre cette revanche depuis bien longtemps. Il fixa la femme qui se débattait avec son homme de main. Ehmra le vit et cessa de se débattre.

— Vous n’avez rien à faire ici !

Yvias lui sourit et lui répondit.

— Ne vous inquiétez pas nous ne sommes que de passage.

Almarran appuya les propos de sa femme.

— Sortez de chez moi !

Mais une fois de plus Yvias ne tint pas compte de leur demande.

— J’ai bien peur l’ami que tu ne sois pas en mesure de réclamer quoi que ce soit. Sur ce, excusez-moi, j’ai un appel à passer.

Il secoua sous leurs yeux un petit boitier et l’approcha de ses lèvres.

— Ça faisait longtemps.

La voix grave du Capitaine sortit du boitier.

— Patience mon ami, bientôt nous rattraperons le temps perdu.

A ces paroles, Vyrian resta hébété. Même avec toutes les connaissances à sa disposition. Il n’avait su voir ce qui se tramait sous ses yeux. Omniscient mais impuissant, il regarda Yvias et son bras droit s’approcher du miroir. Le scientifique renégat se tourna alors vers ses hommes.

— Oubliez pas de nous envoyer les colis.

Les hommes d’Yvias ne tinrent pas compte des gémissements d’Almarran ni des pleurs de sa femme. Ils tirèrent le corps du chercheur en laissant une trace rougie dans leur sillage.

Ehmra tenta de leur arracher son mari. Les hommes de main d’Yvias perdirent patience. Ils l’attrapèrent par le col et la jetèrent à travers le portail. Almarran la suivit. A son tour, Yvias franchit le portail, suivit par son bras droit qui donna les ordres à ses subalternes.

— A notre retour, ce monde doit être le nôtre. Souvenez-vous, le changement doit se faire en douceur. Montrez au peuple les points faibles dans le raisonnement des chercheurs et le peuple se ralliera peu à peu à nous.

Sur ces paroles, il franchit le portail. La vision prit fin. Exilés, habitants des trois mondes, chacun luttait pour ses convictions. Dans ce contexte de violence, les six, ou plutôt sept Exilés réunis, le Projet Trimondes allait pouvoir débuter.

Encore et toujours, Vyrian demeurait un spectateur. Il sentait qu’on le soulevait. Bien que drogué, il parvenait à percevoir quelques stimuli de l’extérieur. Il perçut sur sa peau le contat d'une brise fraîche. Il en fut intrigué, cela ne ressemblait pas à la chaleur du Monde Numérique. La brise se fit plus forte. Vyrian tenta de se réveiller, mais il ne parvint pas à ouvrir les yeux.

FIN PARTIE 1

Merci de m'avoir suivi pendant ce périple !

Si vous avez des conseils, recommandations, sur l'ensemble de l'histoire, je vous écoute avec joie !

En espérant vous retrouver pour la seconde partie :)

Et cette fois, je compte bien l'écrire ! Même si l'écriture risque d'être assez lente car je vais essayer de corriger en parallèle la première partie ^^'

Annotations

Recommandations

Défi
Thomas "Muzai" Seguin
Pour le défis des Haïkus.
60
35
2
1
Aspho d'Hell
Nouvelle
24
80
134
7
Aspho d'Hell
Nouvelle
21
37
17
11

Vous aimez lire Neru ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0