Chapitre 29: Le Sabbat partie I

9 minutes de lecture

Pierre d’Ambroise

Lundi 18 du mois de Mai de l’an de grâce 1205 AE.

Route de la région de Cologneux ; après la prière des Complies

Royaume du Corvin

L’attaque des hommes du pacte avait été rapide et sanglante. S’infiltrant silencieusement dans l’ancien monastère, ils avaient supprimé les gardes en patrouille en laissant une traînée sanglante dans leur sillage. Ils s'étaient ensuite dirigés vers les quartiers des hommes de Kreisth pour supprimer les combattants dans leur sommeil. Seule Lise avait senti leur venue et l’avertissement qu’elle avait envoyé à Pierre avait sûrement sauvé la vie du jeune homme ainsi que celle du reste des hommes de l’inquisiteur endormis. Le corps à corps qui avait suivi fut acharné et nombre de soldats de l’inquisition y avaient laissé la vie. Les combattants du pacte avaient vendu chèrement leur peau. Nul attaquant n'avait survécu au combat. Après s'être assuré de la sécurité des lieux, Kreisth et son capitaine avaient fait conduire les blessés à la salle commune. Les cris des hommes mourants avaient empli les lieux autrefois saints et plusieurs vies ne purent être sauvées malgré les efforts de l’inquisiteur. Pierre, quant à lui, aida Lise à guérir ses blessures du mieux qu’il put.

L’inquisiteur prit le temps de s’occuper des corps de ses défunts combattants. Après une courte cérémonie menée en la mémoire de ses fidèles acolytes, Kreisth fit creuser une tombe pour chacun des corps. Se transformant en véritable religieux, il récita des psaumes pour accompagner ses hommes vers leur dernier voyage, vers l'au-delà et vers les Sauveurs. Les paroles et le ton de l’inquisiteur étaient très solennels et le jeune seigneur d’Ambroise ne pouvait que respecter ses talents d'orateur. Sa tâche accomplie, Kreisth rappela l’importante mission qui les attendait tous. Beaucoup étaient déjà morts, mais les vivants, eux, ne pouvaient trahir leurs sacrifices en abandonnant face aux sombres forces du culte. Ils n'étaient plus assez nombreux, ils n'avaient plus l'avantage du nombre. Leur troupe d’une trentaine de combattants n’allait pas pouvoir attaquer le sabbat dans des conditions optimales. Mais comme venait de le rappeler l’inquisiteur, il était de leur devoir de se dresser et de combattre ce dont la plupart de gens n’avaient même pas conscience. Ils étaient la lumière qui se dressait face au pouvoir insidieux et sombre du culte. Ceci fait, le groupe se mit en marche, le sabbat ne pouvait attendre. Les cavaliers n’épargnèrent pas les montures, un silence pesant avait pris place et chacun des membres commençait à être concentré sur la difficile tâche à venir.

La troupe fit halte en début de soirée lorsque l’inquisiteur, après avoir observé ses cartes, mit pied à terre. Ses combattants firent de même bientôt imités par Pierre et Lise. Remontant la file de soldats qui progressaient vers Kreisth, les deux jeunes gens approchèrent de l’inquisiteur.

- Bien, il semblerait que nous y soyons. Plus de retour en arrière. Tout repose sur vous à présent, jeune fille, finit-il en montrant la forêt de sa main libre.

Lise avança en devant du groupe, les mains tendues de chaque côté de son corps. Une sorte d'énergie semblait émaner de ses mains. Pierre ressentit alors à nouveau cette étrange et dérangeante présence de magie ésotérique. Dans la lumière déclinante de la journée, l'énergie dégagée par Lise semblait presque aveuglante. Puis la luminosité du sort commença à cesser et les combattants présents sentirent comme une énergie les couvrir, comme pour entourer le groupe.

- Bien on va voir si vous êtes douée, sorcière, avançons ! conclut l’inquisiteur d’un timbre de voix impassible malgré l’événement surnaturel qui venait d’avoir lieu.

Emboîtant le pas à Lise qui marchait lentement, la troupe s’aventura dans l’épaisse forêt en face d’eux. Les lieux étaient lugubres comme en commun accord avec l’événement qui allait avoir lieu. La tension était palpable et les morts de la veille encore dans la mémoire de chacun. L’épaisse forêt ralentissait l'avancée des soldats pourtant équipés légèrement. Le toit de feuilles des chênes et peupliers centenaires recouvraient les lieux et la troupe semblait disparaître dans le sombre bois. Nul homme n'alluma de torches et les seuls bruits audibles étaient les cliquetis d'objets métalliques ici et là suivis des réprimandes du capitaine.

Les ronces et autres branches au sol telles de nombreuses défenses naturelles ralentissaient la progression. Seule Lise semblait avancer sans difficulté, mais Pierre voyait bien qu’elle commençait à éprouver de la difficulté. Cheminant en tête proche de la jeune sorcière, le jeune seigneur tentait de la rattraper malgré les nombreux obstacles. Il arriva juste à temps pour retenir Lise quand elle commença à chavirer. La rattrapant, il la regarda, du sang perlait de son nez.

- Tu es sûre de pouvoir continuer ? dit Pierre en observant Lise

- Ça devrait aller... on est tout proche. Une fois aux abords de l’autel de sabbat je n’aurai plus à nous occulter, l'énergie des lieux sera telle que toute perception y sera impossible.

- Bon alors continuons, répondit Pierre en aidant Lise à se tenir debout. Je suis juste derrière toi.

Accompagnant la sorcière pendant quelques mètres, il la suivit de près, imité par la troupe au complet. La tension commençait à atteindre son paroxysme lorsque Lise s'arrêta. Devant elle, la forêt se clairsemait et l'énergie qu’elle avait utilisée s’estompa tandis que la jeune sorcière s'appuyait contre un arbre. Les acolytes de l’inquisiteur prirent position en se dispersant à ses côtés, bordant l’espace en face d’eux. Une sorte de petite clairière s'étendait en contrebas de leur position. De nombreux buissons et autres conifères occupaient les lieux de manière éparse, au centre se tenaient de nombreuses stèles qui entouraient un monolithe central couvert de gravures d'une langue inconnue au jeune seigneur. Des feux éclairaient l’endroit, de nombreuses ombres se dessinaient dans la nuit et le lieu occulte semblait être empli d’activités.

La sensation étrange de l'énergie magique n’avait pas quitté Pierre même lorsque Lise avait semblé cesser son sort. Au contraire, l'impression de malaise s’accentuait avec le temps. Des chants et incantations d’une langue inconnue et impie commençaient à résonner dans les lieux. Le groupe inquisitorial se tenait à l’orée du bois et observait le spectacle dérangeant qui se préparait.

Kreisth s'approcha des deux jeunes gens accompagnés de son second à pas de loup.

- Sentez-vous la présence des “dames” des quatre clans jeune fille ?

- Je ne crois sentir la présence que de trois d’entre elles, leur énergie couvre presque celle des lieux, répondit-elle en tentant de reprendre son souffle. Mais une présence est tapie non loin et semble se rapprocher.

- C'est ce que j’ai aussi ressenti. Bien, capitaine, dites aux hommes de préparer leur arbalète. Nous attaquerons dès que le dernier coven sera arrivé.

Sur ces mots, l'inquisiteur quitta Pierre et Lise pour se rapprocher de la gauche où se tenaient plusieurs de ses combattants. Le temps passa, tous restèrent immobiles dans la forêt en observant la cérémonie des covens sur le point de commencer.

C‘est alors qu’un groupe entama son approche au loin depuis la droite des hommes de l'inquisiteur. De par les grands feux qui bordaient les lieux, Pierre put voir les nouveaux arrivants plus précisément. Une dizaine de femmes menaient le groupe suivies d’un nombre comparable d’hommes. Elles ne tardèrent pas à se mêler aux autres clans déjà présents. Pierre tourna alors la tête vers Kreisth et, échangeant un regard avec lui, le vit se redresser du sol. Il siffla et c’est alors que les projectiles tombèrent sur l’assemblée en tous sens.

Les acolytes de l’inquisiteur étaient des hommes rompus aux combats et aux forces occultes. Les projectiles fauchaient les personnes qui encerclaient les stèles. Des hommes pour la plupart qui tombèrent net sous l’impact des carreaux. Les cris et injures volèrent en tous sens au même titre que les projectiles. Les sorcières au centre des lieux ne cédèrent pourtant pas à la panique.

Depuis son promontoire, Pierre les observait, quatre d'entre elles entouraient l’une des femmes que Pierre avait estimé être l’une des meneuses. Soulevée en l’air par une énergie invisible, elle se tournait vers leur position. Psalmodiant dans leur dialecte, elle fut comme parcourue par une énergie et une traînée de flammes fila en direction des hommes à gauche du jeune seigneur.

Se couvrant la tête face au sol en emmenant Lise, la chaleur des flammes incandescentes les frôla. Les quelques hommes qui se tenaient auparavant à sa gauche avaient disparu et des corps carbonisés se tenaient à présent à leur place. Pierre réprimant un haut-le-cœur se tourna vers l’inquisiteur qui s’était dressé en l’écoutant.

- QUE LES SAUVEURS GUIDENT NOS LAMES, CHARGEZ !

Les combattants de l’inquisition sortirent de la forêt et dévalèrent la pente depuis leur promontoire en direction du lieu du Sabbat. Les hommes des clans équipés pour la plupart d'armes rudimentaires ou d'épées volées tentèrent alors de charger à leur tour, plus par peur des sorcières que dans un élan héroïque. Les combattants s’entrechoquèrent et la mêlée s’engagea. Une partie des sorcières quittèrent le lieu entouré de stèles pour rejoindre le combat.

Pierre ne pouvait rester là à regarder les hommes de l'inquisiteur mourir, il se leva pour courir les rejoindre mais la main de Lise le retint. Il se retourna alors vers elle.

- N’y va pas, c'est trop dangereux.

- Je le dois, quel chevalier digne de ce nom regarderait des hommes mourir face aux forces du mal. Tu nous as amenés jusqu'ici, alors laisse-moi faire ma part.

La main de Lise lâcha le bras de Pierre et le jeune seigneur courut rejoindre le combat sous le regard triste de la sorcière encore affaiblie par son sort. L’affrontement était acharné, l'entraînement et l'endoctrinement des acolytes affrontaient la sauvagerie des hommes des clans. Pierre entra alors à son tour dans la mêlée et fut de suite attaqué par un combattant ennemi. Armé d’une sorte de pic, ce dernier envoyait des coups perçants en direction du jeune seigneur. Parant comme il l'avait appris, Pierre se rapprocha de l’homme avant de lui planter son épée dans le corps et ce dernier tomba de tout son long sur le sol.

Regardant à sa gauche, Pierre vit une sorcière sortir d’un épais buisson pour souffler une sorte de poudre au visage d’un des acolytes de Kreisth. Criant comme un damné, l'homme se tenait le visage en s'écroulant par terre. Il ne tarda pas à émettre son dernier cri, le visage meurtri. Le jeune seigneur fut arraché à cet horrible spectacle quand un homme des clans vint le charger. Déboulant dans son angle mort, le jeune seigneur fut projeté au sol. Luttant de toutes ses forces, il était maintenant en prise avec son agresseur. Ce dernier essayait de l’étrangler. D’une main, Pierre luttait tandis que de l’autre il cherchait sa lame au sol. L’air commençait à lui manquer mais il ne trouvait toujours pas son arme. Sa vision s'obscurcit petit à petit.

C'est alors que l’agresseur fut traversé par une lame. L'inquisiteur le poussa du jeune homme et tendit sa main libre, Pierre la saisit pour se relever en reprenant ses esprits.

- Votre heure n’est pas encore venue, Ambroise, restez avec nous !

Les acolytes qui commençaient à mourir en nombre étaient à présent regroupés autour de l’inquisiteur qui combattait, porté par la force de sa foi. Galvanisés par la vision de l’homme luttant avec héroïsme, ses combattants tentaient de faire face mais les ennemis commençaient à être trop nombreux. Échangeant des coups, le seigneur d’Ambroise combattait avec acharnement aux côtés des guerriers de l’inquisition. Tous luttaient à présent pour leur survie et la situation prenait une très mauvaise tournure.

Les hommes des clans commencèrent cependant à reculer soudainement et les combattants de Kreisth maintinrent leur position. Les deux entités se faisaient alors face et les soldats derrière Pierre serrèrent les rangs autour de l’inquisiteur. Une voix féminine se fit alors entendre dans les lieux. Puissante, elle semblait pénétrer les esprits.

- Vous êtes venus pour profaner notre sabbat, mais tout ce que vous allez récolter sera votre propre mort. Regardez-vous, je sens votre peur, vous en êtes emplie. Aucun de vous ne verra le soleil se lever !

Le capitaine de Kreisth tira Pierre qui se tenait en avant pour le mettre à l'abri à ses côtés. Contrairement au début de l’affrontement, ce n'était pas une sorcière mais quatre qui s'élevaient au-dessus du monolithe central et une énergie impressionnante s’emmagasinait au-dessus d’elles.

Pierre pouvait sentir la puissance de l'énergie. Il pouvait sentir la puissance de la haine des hommes et femmes en face d’eux. Les braves combattants de l’inquisition étaient presque insignifiants face à tant de haine, de surnaturel ; il en était de même pour lui. Mais Pierre pouvait sentir une autre force, une autre puissance. Lise, qui semblait surgir de nulle part, s'avançait dans les rangs des acolytes. Ces derniers lui ouvraient un passage dans leur rang. Se trouvant à côté de Pierre à présent les deux se serrèrent la main. La décharge d’énergie des sorcières se déversa alors et un nuage noir qui filait droit dans la direction du groupe inquisitorial. Pierre qui pensait leur dernière heure arrivée ferma les yeux.

Annotations

Recommandations

Défi
Anne Cécile B
Dans nul lien se s'emmêle...
9
13
1
0
Défi
Or
La journée commence normalement malgré le pesant brouillard, mais... si tout basculait... dans l'effrayant ?

Imagination ou réalité ???
5
4
36
1
Défi
OD'UN


Vous avez eu droit à la prédiction de l'Ange.
Que vous a t-il dit?
Non mais vous cherchez des histoires à Scribay. Okay...Caisses-que l'ange m'a dit ? Une caisse de Leffe, car t'es nouille Od'un. Tu vas sauter les Mathusalem au Cointreau/Xérès ou à l'or, on te Bic ton stylo-plume. Que feriez-vous si vous deviez sauter avec votre nouille ? Moi, j'ai opté pour un Big Band, car c'était plus judicieux, étaient mésanges cachées dans le texte. C'est ainsi que mon ZZ Topless à l'air et Césaire de Miss...Terre en vue : Od'un, tu y as droit...adroite. Non, Descartes au Monopoly...Tic/Tac...Tic/Tac. Une Joconde, je vous montre mon splashdown ? Ça fusain Tom à confectionner des pizzas, car à présent, c'est le pizzaïolo français de l'espace. Cependant, j'effet le saut de l'Ange, épi Sean...connerie de parachute : El Capote en corps Anubis ?
5
6
0
1

Vous aimez lire Kost . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0