Chapitre 1: À la croisée des chemins

8 minutes de lecture

Pierre d'Ambroise

Jeudi 17 du mois d'Avril de l'an de grâce 1205 AE.

Forêt du domaine d'Ambroise, non loin du gué de Sainte-Anne ; quelques heures après la prière de Laudes.

Royaume du Corvin

Pierre était perdu dans ses pensées. La forêt exerçait sur lui une sorte d'attirance, et cela depuis son enfance. Les chênes et les peupliers épars sur les bords de la piste forestière cachaient en partie les rayons du soleil qui peinait à atteindre son zénith. Le regard du jeune homme s'égarait à la hauteur de la cime des arbres où les jeux de lumière proposaient un certain spectacle attirant à ses yeux. Toujours absorbé par ses pensées, il entendit une personne lui parler d'une manière indistincte. Il se tourna alors vers son interlocuteur pour saisir le sens de ses mots.

— Eh bien, Pierre, tu m'écoutes ? demanda Charles d'un air renfrogné.

Pierre, fils du seigneur d'Ambroise, chevauchait à ses côtés sur un destrier de noble lignée à la robe noir et à la crinière blanche. Juché sur sa selle de cuir, Charles regardait Pierre. Un havresac pendait à l'arrière de sa monture et une gourde d'hypocras se balançait au gré des mouvements de la monture. Vers l'avant de sa selle, juste à côté de la flasque, trônait une épée au pommeau ouvragé.

— Désolé, dit Pierre d'une voix claire.

Charles eut un petit sourire en coin en regardant son ami. Il saisit alors la gourde et la lui tendit.

— Tiens, le rêveur, ça va te remettre les idées en place.

Le jeune Ambroise empoigna la bouteille de cuir que lui tendait Charles et l'ouvrit d'un geste vif. Il commença à boire de légères gorgées. Le breuvage coula dans sa gorge et il sentit le goût sucré du vin miellé associé a de légères notes épicées. Le revigorant de part ses notes et aromes prononcés. Il rendit alors la gourde à son propriétaire qui, à son tour, se désaltéra.

S'essuyant le coin de la bouche avec sa main gantée, Pierre jeta un regard en arrière.

Les deux cavaliers étaient suivis par une petite troupe. Les trois cavaliers les plus proches étaient des hommes d'armes à cheval. Équipés assez légèrement, ils revêtaient une chemise gambisonnée sur laquelle était tissé au niveau du cœur l'insigne familial de la maison d'Ambroise. Le blason brodé en laine de bonne qualité représentait la tête d'un ours rugissant, illustre symbole de la famille de Pierre depuis des décennies. Celui-ci, connaissant bien chaque courbe et ne se lassait pas de l'étudier. D'éprouver un profond respect pour l'histoire qu'il représentait.

Enfin, suivant de quelques pas les cavaliers, se trouvait le maître de chasse de la famille d'Ambroise. Ce dernier à la stature plutôt imposante portait un arc et des flèches emballées contre son dos. Il transportait sur son épaule droite un bâton où pendaient les trophées de la chasse matinale. Seuls quelques lapins y étaient attachés. Bien qu'haletante, la traque ne s'était pas couronnée par les prises escomptées. Telles des marionnettes auxquelles on aurait coupé les fils, les corps des lapins se balançaient au bout de leurs cordes au gré de la brise qui balayait les branches de la forêt.

Le maître de chasse marchait d'un pas assuré, la tête sous son capuchon. Jurant dans un patois local, il motivait son apprenti qui fermait la marche.

Ce dernier était un petit blondinet de seulement treize étés. Il revêtait des habits d'une grande simplicité et marchait accompagné par deux grands limiers.

Les bêtes puissantes tiraient sur leurs laisses, ce qui forçaient l'apprenti à marcher plus rapidement qu'à l'accoutumée.

Détournant le regard, Pierre se remit à observer la route devant lui. Resserrant sa capuche pour se garder du froid, il se laissait conduire par son cheval. La monture, connaissant par cœur les chemins du domaine et avait ainsi nul besoin d'ordre pour se diriger.

La pluie s'était abattue toute la nuit, elle avait transformé les sols en boue. Malgré le soleil , ils ne s'étaient pas totalement reformés et le sol difficile ralentissait la troupe.

Charles, qui avait fini de boire, rattacha sa gourde sur la selle. D'un léger coup d'éperons, il fit accélérer sa monture.

— Je crois que mon seigneur Pierre a besoin de se réveiller, dit-il d'un air moqueur. Faisons une course. Le premier de nous deux qui atteint l'orée du bois à gagné.

Il exerça alors une pression des talons et agita la bride de sa monture. La bête, comme réveillée d'un sommeil trop long, réagit sans attendre. Ses sabots firent jaillir des giclées de boue et le destrier partit au galop.

Pierre, qui vit le départ fulgurant de son ami, ne se fit pas prier pour se lancer à sa poursuite. Au meme moment, le jeune seigneur entendit l'un des hommes d'armes pester et un autre jurer tandis que les deux compères partaient à brides abattues.

Le jeune homme avait quelques secondes de retard sur Charles et cela se faisait déjà sentir. Il se devait de le rattraper, non par une simple envie de battre son ami, mais par le fait que celui-ci ne se ferait pas prier pour lui rappeler amèrement sa défaite. Le cœur de Pierre commençait à tambouriner et il se sentit comme libéré par cette course. Il n'avait plus qu'une idée en tête, plus qu'un objectif : rattraper son rival. Il connaissait bien mieux le domaine et çela lui procurait un net avantage. N'arrivant pas à voir précisément les alentours et à se concentrer sur sa course, il pouvait tout du moins apercevoir des détails avoisinants.

Lors d'un virage serré que Pierre négocia d'une main de maître, il aperçut fugacement un panneau sur lequel trônait en haut un fanion rouge. ll ne pouvait alors que remercier les cours de son tuteur car ils s'avéraient enfin d'une certaine utilité. Il savait exactement ou il se trouvait.

Celui-ci symbolisait la frontière Nord du domaine avec les landes désolées. Les clans pillards Narlhind utilisent ces régions inhospitalières comme point de départ pour leurs expéditions sur les royaumes centraux. Les Narlhind étaient des malandrins vivants dans le continent du nord, terre inhospitalière au-delà de l'océan. Il s'agissait de terres païennes où même la lumière des Sauveurs ne s'aventurait pas. Contrée presque entièrement enneigée, elle regorgait d'une population clanique et guerrière dont la réputation n'était plus à faire.

Les idées fusaient dans la tête de Pierre à mesure que la course se prolongeait. Le fanion était le premier qu'il avait vu ou tout du moins devait être le seul. Bien qu'un doute planait, il décida de sortir du sentier. S'il avait vu juste, Charles qui empruntait le chemin forestier principal était en train de passer par un détour pour se rendre aux domaines agricoles du Nord. Pierre, s'il arrivait à garder un rythme soutenu hors du sentier se dirigerait en ligne droite jusqu'au domaine et arriverait avant son ami. À mesure qu'il s'éloignait du chemin, la forêt se faisait de plus en plus dense. Son cheval ne s'en offusqua pas gardait son rythme, mais le jeune homme commença alors progressivement à sentir des branches fouetter son corps. À mesure qu'il bravait l'épaisse forêt, il ne put réprimer un tic douloureux quand un bras noueux de verdure lui flagella la joue.

Il ne pouvait se permettre de perdre du temps. Continuant de plus belle, il pressa les flancs de sa monture. La sueur qui avait commencé à perler sur son front se fit de plus en plus abondante. Quand elle coula sur sa joue, Pierre sentit comme une douleur diffuse.

Il réprima sa souffrance par un léger grognement. Essuyant sa transpiration d'un revers de bras, il tenta de voir la direction qu'il prenait.

Désorienté par une telle végétation, il devait se fier à son cheval. Son honneur reposait maintenant sur lui.

Pierre avait perdu toute notion du temps. Depuis le début de cette chevauchée, il n'y avait plus que lui et son coursier. Le monde autour de lui défilait à une vitesse telle qu'il ne pouvait voir le paysage. Cela faisait un moment qu'il parcourait ce labyrinthe de verdure quand enfin la végétation devint éparse et les rayons percèrent à nouveau.

Il entrevit finalement la route un peu plus loin ; d'un simple geste, il guida sa monture vers elle.

Cherchant rapidement du regard, il ne repérait pas son ami, sa ruse avait peut-être fonctionné. Esquissant un léger sourire, il se dirigea vers l'orée de la forêt qui était maintenant visible. Quand il réussit à l'atteindre, il profita enfin de la vue imprenable sur le paysage qui se présentait devant lui.

Balayant d'un regard le décor alentour, il vit s'étendre, sur une large zone, un océan jaune d'épis. Les blés décrivaient des vagues au gré du passage du vent. Des bâtiments étaient construits au milieu des champs. Pierre pouvait reconnaître l'agencement typique d'un domaine agricole du Haut Corvin.

Son regard finit enfin par se tourner vers la droite et il se crispa sur sa selle quand il aperçut un cavalier au repos. Agacé, il guida son cheval vers son compère.

— Alors Pierre, en retard ?! dit Charles d'un air amusé.

Pierre, qui plaça sa monture, se redressa et esquissa un sourire agacé.

— Par les Sauveurs ! Charles, comment as-tu fait pour aller aussi vite ?

Souriant, il caressa le cou de sa monture et se redressa.

— C'est ce cheval qui m'a permis de gagner, un fier coursier des duchés du Sud.

Le jeune Ambroise comprit enfin la supercherie, il n'avait pas réagi auparavant quant au cheval de son ami. Bien que changeant souvent de monture, Charles ne possédait pas de cheval aux traits aussi sudiste.

— Cadeau de ton cher père, dit Pierre en désignant du doigt le cheval de son ami.

— En effet, sa Grâce m'a fait l'honneur de m'offrir cette monture avant de m'annoncer qu'il m'avait inscrit au registre d'enrôlement de l'armée royale.

Pierre ne manqua pas de voir le regard distant de Charles à l'annonce de la nouvelle.

— Ainsi, il t'a chassé définitivement de sa maison.

— Eh oui ! Pierre, on ne peut pas tous être l'aîné de sa famille. En tant que cadet, j'avais le choix d'entrer dans les ordres ou de m'enrôler dans l'armée et tu connais mes goûts pour les plaisirs de la vie. Mon amitié pour toi et ta famille n'a pas arrangé les choses d'ailleurs.

— Je crois bien me souvenir de quelques soirées à la capitale, répliqua Pierre en souriant. D'ailleurs est-ce que ta famille a reçu la lettre royale ?

— Tu parles de la missive sur la mort du roi ? Mon père me l'a montrée avant de me laisser venir chez toi.

— D'après ce que m'a dit le mien, les familles nobles sont toutes convoquées pour voir le nouvel héritier prendre ses fonctions. Sa fille devrait reprendre le trône, elle a un fils en bas âge pour assurer sa succession.

Charles sourit quant à cette nouvelle.

— Tu penses vraiment que les familles traditionalistes du Haut Corvin vont laisser une femme sur le trône, si tu en crois mon pressentiment la passation de pouvoir ne se fera pas aisément.

Sur le chemin du retour, les deux compères admirèrent le paysage local qui les entourait. Ils se tenaient silencieusement sur leurs montures respectives, chacun se remémorant la discussion qu'ils venaient d'avoir.

Des bruits de sabots et des jappement de chiens qui se faisaient de plus en plus entendre, les sortirent alors de leur torpeur.

— Bon, tâchons de rentrer au château avant midi, histoire de ne pas rater le repas, dit Pierre.

Charles acquiesça et suivit alors son ami bientôt rejoint par le reste du groupe de chasse.

Annotations

Recommandations

Défi
Skye23S@lut

Clic. Clac. "Reveille-toi, n°1362. C'est l'heure d'aller rapporter du fric" "Retourne dans ta cellule n°1362 ou tu vas avoir des problmes" " Regarde ton dos! Rien qu'en le regardant on voit combien de coups de fouet tu t'es prise, imbécile"
Voila ce que j'entends chaque matin.
Des bruits de serrure et des bruits de fouet qui claque, aussi.
Il y a longtemps, je m'appellais Coralie. Enfin, c'était il y a longtemps. Maintenant, je suis n°1362, une meurtrière parmi tant d'autre.

Cela fait maintenant 12 ans que j'ai renoncé a une vie humaine. Je trace une nouvelle barre sur le mur droit de ma cellule. 12 ans que j'ai exterminé un population entière. Je suis la fille unique de Cristophe Colomb, et contrairement a ce que dit l'histoire, c'est loi seule qui les a tous tués à moi toute seule. J'étais au service de mon père, car c'était le prix a payer pour rester a ses côtés. Je le chérissait comme rien au monde, c'était ma seule famille, la seule corde a laquelle je pouvais me raccrocher.

Mais finalement, je l'ai tué en même temps que les Maya.

- Eh, n°1362. Ca va faire combien de temp que t'es ici?
Je ferme les yeux en entendant le gardien qui me parle sur un ton méprisant.
- 12 ans, je répond en me retournant pour contempler le mur.
- 12 ans... T'a pas encore perdu encore la tête?
Je cligne les yeux quelque seconde. Quoi, perdre la tête? La bonne blague. Ma tête,
il en manque plusieurs morceaux depuis très longtemps.
- Hé ho. Regarde-moi quand je prend la peine de te parler.
Alors je tourne la tête d'un geste las, et je vois enfin ce garde grassouillet qui me "nourrit" une fois par semaine. Mais cette fois-ci, il est accompagné par un petit garçon.
**

- C'est qui ? T'as pas honte de gacher l'enfance de pauvre petits innocents ?
- Ta g***e, toi. On t'a pas demandé ton avis. Alors apprend que ce mioche est Chris, un enfant...
- Jm'en branle !
- Laisse-moi finir ou tu pourras compter une nouvelle cicatrice sur ton joli minois, murmure le gardien en se penchant vers moi.
Je passe la main sur mon visage couvert de cicatrice horrible et sanglante avec une infime pointe de regret.
- Donc, cet enfant a été évacué de sa maison -et heureusement, car il y a eu un attenta là-bas un peu plus tard-
- Et tu connais son origine ? C'est un Maya.
Je déglutis.
- Voyez-vous ça...
- Je te laisse avec le gamin. Et va pas l'égorger parce que ta pendaison aura lieu dans une semaine, dit-le garde en s'éloignant.
- Je m'en moque! Tu piges ?!
- C'est pas bien de mentir, dit le garde en sortant dehors.
- SALE ***** DE ******* !
Trop tard. De toute façon, il est déja parti.
Alors je me tourne vers le petit..
- Chris, c'est ça ? Tu attend quelqu'un?
- Mon Dady.
- Oh. Et... Il revient quand, ton "dady"?
- Demain.
Je regarde le petit attentivement. Ses cheveux sont d'un brun noisette, et ses yeux bleus reflètent une patience sans fin.
- D'accord.
Un silence lourd s'installe soudain.
- Tu sais, petit, on est un peu pareil, nous deux. On a plus de famille.
- Non, mon dady revient demain. Tu sais, moi je suis pas un tueur.
Purée ce qu'il m'agace ce gamin!
- Si c'est pour dire ça, tu peux p...
- Répetez après moi " Dios Tenga Misericordia"
3
1
6
2
Défi
Or
La journée commence normalement malgré le pesant brouillard, mais... si tout basculait... dans l'effrayant ?

Imagination ou réalité ???
5
4
36
1
Défi
OD'UN


Vous avez eu droit à la prédiction de l'Ange.
Que vous a t-il dit?
Non mais vous cherchez des histoires à Scribay. Okay...Caisses-que l'ange m'a dit ? Une caisse de Leffe, car t'es nouille Od'un. Tu vas sauter les Mathusalem au Cointreau/Xérès ou à l'or, on te Bic ton stylo-plume. Que feriez-vous si vous deviez sauter avec votre nouille ? Moi, j'ai opté pour un Big Band, car c'était plus judicieux, étaient mésanges cachées dans le texte. C'est ainsi que mon ZZ Topless à l'air et Césaire de Miss...Terre en vue : Od'un, tu y as droit...adroite. Non, Descartes au Monopoly...Tic/Tac...Tic/Tac. Une Joconde, je vous montre mon splashdown ? Ça fusain Tom à confectionner des pizzas, car à présent, c'est le pizzaïolo français de l'espace. Cependant, j'effet le saut de l'Ange, épi Sean...connerie de parachute : El Capote en corps Anubis ?
5
6
0
1

Vous aimez lire Kost . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0