Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de JPierre

Roman ou nouvelle?

par JPierre  il y a 2 ans
Bonjour,
J'écris un roman, un pavé même, pour le nommer Va Savoir. Très long, je ressens le besoin de faire une pause. Mais pas celle d'écrire. Je me lance donc dans une nouvelle, d'un genre différend, plus "contemporain".
Et là je me dis, qu'en fait, l'écriture d'une nouvelle est plus difficile. La concentration demandée, à plusieurs niveaux, est exigeante. Très enrichissant mais aussi très frustrant, en ôtant à ce mot les aspects négatifs, il faut pouvoir réaliser des raccourcis sans pour autant réduire la compréhension.
Et vous ?
Image de profil de ... ...
... ...
Encore un fil de discussion que j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt. Tous ces questionnements résonnent en moi. Actuellement, je n'écris que des nouvelles et je suis tout à fait d'accord sur le fait que c'est un genre techniquement très exigeant. Et c'est justement ce que j'aime. Ce qui me plaît, c'est, en peu de mots, livrer toute l'intensité d'une émotion/d'un personnage/d'une idée... Certes, le lecteur ne va pas pouvoir se familiariser autant avec ton/tes personnage(s) que dans un roman. Il va donc falloir lui donner une autre raison de le suivre. Pour moi, le roman s'apparenterait plus à la relation amoureuse à long terme avec le lecteur (on apprend à se connaître, à travers le temps) alors que la nouvelle, c'est plutôt l'étincelle d'un soir (tu ressens le fluide électrique...ou pas). Bon, c'est une image...
Image de profil de JPierre
JPierre
Mais rien n'empêche de créer de la récurrence avec des nouvelles et donc d'avoir un personnage (ou une époque, un site, etc.) L'exemple qui me vient à l'esprit Conan Doyle, Jean Ray. Bon y en d'autres mais là j'ouvre à peine les yeux et c'est presque avant le café…$$
Image de profil de ... ...
... ...
Effectivement, la récurrence est possible avec des nouvelles. Cependant, je crois que je préfère envisager ce genre comme quelque chose qui ne se poursuit pas, ne se répète pas. Un peu comme une boîte qu'on ouvrirait et dans laquelle se déroulerait une scène, une tranche de vie...et dont le couvercle viendrait s'abattre avec surprise.
Image de profil de Eros Walker
Eros Walker
Je trouve que la nouvelle est un genre intéressant, en ce sens qu'il s'accommode bien du temps (d'écriture) court. elle permet d'écrire et publier assez vite, quand on sait que l'on aura pas six mois devant soi pour un roman. Pour ma part, je me donne comme objectif de l'écrire quasiment d'une traite, quitte à la reprendre et corriger plus tard. Par contre, il faut savoir dès le début où l'on veut aboutir. Comme il a déjà été dit plus bas, la chute est l'élément le plus important. Il faut donc connaitre la fin avant de commencer à écrire.
Image de profil de Anna Walders
Anna Walders
Je partage votre avis : la nouvelle, techniquement, est plus compliquée à écrire qu'un roman.
L'action est centrée sur un événement précis et les personnages secondaires sont peu nombreux, contrairement au roman où ces personnages-là donnent du corps à l'histoire.
Le rythme est soutenu et la chute souvent surprenante.
Brièveté, concision, densité d'information dans un texte condensé est un objectif que je trouve difficile à atteindre. Je mets personnellement beaucoup de temps à écrire une nouvelle... Et comme le disait un de mes professeurs : "être un bon romancier ne donne pas la garantie d’être un bon nouvelliste".
Image de profil de JPierre
JPierre
L'important au final n'est-il pas ce que roman ou nouvelle apporte à l'imagination de chacun, la sensibilité, rêve et toutes autres sensations que la lecture apporte.
Image de profil de c-arm
c-arm
Bonjour,
Je viens de lire (mais incapable d'en nommer la source) : Chaque chapitre d'un roman
doit se voir comme une nouvelle (le muscle de l'intérêt sans la graisse de l'ennui). Mais la fin ne serait pas une chute sans suite, mais un domino en faisant tomber un autre...
Aller, bonne écriture
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Il faut nuancer, parce qu'une nouvelle tient debout toute seule, alors qu'un chapitre est le maillon d'une chaîne. Sans celui qui précède et/ou celui qui suit, un chapitre est comme un gamin égaré dans un grand magasin: si on ne retrouve pas ses parents, on ne saura pas quoi en faire.
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
J'aime les romans (J'en rédige un actuellement) mais ne me ferme pas à l'idée d'écrire des nouvelles.

J'en ai écrite une récemment, en réponse à un défi. J'ignore si je me suis bien prêté au jeu mais la consigne (réécriture d'un conte) m'a donnée des idées à exploiter dans le même filon (Ca fait très chercheur d'or avide tout ça...)

L'idéal, c'est de ne pas se fixer de limites. Et puis, l'écriture n'a jamais été un exercice simple. On souffre tout autant que les personnages qu'on met en scène.
Image de profil de Old Corille
Old Corille
C'est typiquement français de mettre la littérature dans des cases. Nous appelons nouvelles ce que les étrangers appellent roman court. Ou novella. Certains auteurs écrivent des nouvelles avec rien dedans. Pas vraiment d'action dynamique, sans chute à la fin, et ces écrivains sont des sommités aux USA (par exemple). Personnellement, ces distinctions me gavent. Elles nous sont dictées par les éditeurs qui préfèrent acheter des nouvelles à l'étranger ou écrites par des écrivains reconnus. La France n'aime pas les nouvelles françaises, pas les grosses boîtes d'édition. Alors renommons! Roman court, hop ! ;))
Image de profil de c-arm
c-arm
Bonjour à tous,

N'ayant aucune expérience en écriture... Je pense que la Nouvelle a un avantage. Elle est plus courte. Elle permet de voir un travail fini. Elle ne développe qu'une seule intrigue par histoire. Et quand je dis court, j'ai vu des nouvelles (dans des concours, proposant 30 000 signes environ 5 000 mots). Ce n'est pas si court, 15 pages en taille 12 à l'interligne 1.5.
Pour ce qui est des personnages, et bien je les connais au fur et à mesure, puisque l'objectif est un roman...
Les descriptions plus courtes, certes permettent tout de même de ne pas trop s'éparpiller. Est-ce que cela est utile ?
Après une suite de nouvelles, dans le même monde, avec les mêmes personnages... en retravaillant le tout, les incohérences par rapport aux personnages (le même pourrait bien, dans une nouvelle avoir les yeux bleus et dans l'autre les yeux verts) et en insérant quelques explications en plus... Un lot de nouvelles ne serait-il pas une manière de construire un travail plus long, type roman ?
Je pense que c'est le monde de départ, les personnages qui doivent en premier être connu de l'écrivain et qu'ensuite, les Nouvelles peuvent petit à petit créer la matière première. Les nouvelles traitant d'une "petite intrigue", donneront de la profondeur à l'action principale du roman.
Enfin tout cela n'est que mon avis personnel.
Image de profil de Luvina
Luvina
Personnellement, c'est simple : je ne sais pas écrire de roman, je ne me plais que dans la nouvelle. Je pense que c'est ce qui a fait, entre autres, que j'ai eu du mal à remplir le défi du NaNoWriMo (avec 5000 mots seulement), car je suis tellement pointilleuse que je cherche à tout prix le mot juste et la phrase calibrée au millimètre ! De plus, j'aime les actions courtes, et comme j'ai souvent plusieurs idées d'histoires, la nouvelle me permet de les développer toutes.
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Ci-dessous mes réactions à certains petits bouts lus ici (et comme souvent j'ai des palpitations à voir certains préjugés revenir à la charge).

Pour plus détaillé, je renvoie à ma propre réflexion sur le sujet: https://quasiallegretto.wordpress.com/2016/10/02/de-la-nouvelle-bon-sang/ (pas dénuée de mauvaise foi, en tant qu'adepte de la nouvelle).

«Néanmoins je penses que c'est un très bonne exercice, surtout pour débuter.» (Navezof)
-> Oui mais non. Car ce n'est pas un exercice, c'est une discipline à part entière. Et il faut beaucoup, beaucoup de pratique pour aboutir à un résultat correct.
«Idéalement, si je pouvais compiler des nouvelles pour en faire un roman, ce serait parfait :)
-> Sauf que chaque nouvelle par essence doit être fermée sur elle-même, et autosuffisante. Ce n'est pas un idéal, c'est une aberration... ;)
«pour l'écriture d'un roman, même si on peut plus laisser de place aux détails, il faut plus d'idées, de développement, d'intrigue que pour une nouvelle.» (Poupy)
-> Quinze nouvelles différentes exigent quinze idées différentes. Le roman part d'une seule (principale), et brode autour. C'est tout de même plus confortable.
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Question complexe. Pour ce qui est de l'écriture : personnellement je déteste me restreindre, alors que c'est ce qu'il faut quand on écrit une nouvelle. Je suis d'ailleurs en plein dans ce problème là en ce moment puisque j'écris une nouvelle dans le cadre d'un conclu et que celle ci est trop longue. Et pour l'écriture d'un roman, même si on peut plus laisser de place aux détails, il faut plus d'idées, de développement, d'intrigue que pour une nouvelle.

Du coup je dirais que le plus simple est d'écrire une histoire sans contraintes, courte ou longue, selon ce qu'on souhaite et surtout selon les idées qu'on a. Écrire sans contraintes fixes, pour moi c'est le top !

Après pour la lecture, en ce qui me concerne, je préfère les romans, même s'il m'arrive de lire des nouvelles. Je trouve que dans les nouvelles, le texte étant cours et donc restreint, il y'a moins de décor, on ne connait pas assez les personnages pour s'y attacher, etc. Du coup je vis moins facilement l'histoire. Par contre pour ce qui est des romans là du coup c'est différent : pas de limite donc on connait bien les personnages, le décor prend le temps d'être posé dans son intégralité, ce qui permet une meilleure immersion pour ma part.
Après il ne faut pas non plus que ce soit rébarbatif et inutile sinon je referme immédiatement le livre. Finalement, tout est question d'équilibre. Comme partout d'ailleurs. Et oui, tout est lié !
Image de profil de CnsLancelot
CnsLancelot
Je suis totalement d'accord avec toi. Une nouvelle se devant d'être courte, on a tendance à privilégier l'action à la description et du coup tout ce qui est décor et développement des personnages s'en retrouve restreint. C'est un problème auquel j'ai essayé de remédier avec mon texte Carnival massacre, avec plus ou moins de succès.
Avec le roman, par contre, c'est une autre histoire, on a bien le temps de poser le décor et l'aventure étant plus longue on a plus le temps de s'attacher aux personnages.
Image de profil de Nittya
Nittya
C'est là où j'ai du mal à me comprendre. Ce que je vais dire est purement personnel et je reconnais que c'est un défaut, mais il est vrai qu'actuellement je suis incapable de m'en défaire.
Je me souviens qu'au collège mes rédactions étaient si longues que j'étais la terreur de mes profs de français qui soufflaient toujours lorsque je les leur rendait. Du coup, en 3e, celle que j'ai eu cette année là m'a appris à faire des phrases plus courtes et à aller à l'essentiel. Et je crois que j'ai oublié comment ne pas le faire. Tant et si bien que j'ai écris une série de nouvelle de 9 tomes et 3 appendices ! J'ai pensé à plusieurs reprises à réduire à un seul et unique roman, mais je ne sais pas, je n'arrive pas à déterminer si je me trouve des excuses ou si mon format est un vrai choix réfléchi et cohérent.

Du coup, je me dis que possiblement, d'autres se retrouvent dans le même cas que moi, que ce soit avant ou après l'intervention de ce professeur.
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Pour moi, si tu n'arrives pas à les passer en roman, c'est qu'elles doivent rester des nouvelles,. Si tu y réfléchis depuis longtemps et que ça ne change rien, c'est que c'est ton instinct d'écrivain qui te souffle discrètement de ne pas le faire. Et puis à quoi bon chercher midi à 14h ! Nous restons des écrivains amateurs après tout, et nous écrivons passionnément certes mais ça reste un jeu. Aucune ME ne nous attend au tournant (ce serait bien d'ailleurs qui en ait une ) !
Ça devrait rester un jeu avant tout pour les écrivains publics aussi, mais malheureusement le marché du livre est devenu un trop bon business. Tout ça pour dire : te casse pas la tête et si tu veux vraiment trouver une solution pour tes nouvelles il y a tout Scribay qui est là pour t'aider !
Image de profil de Nittya
Nittya
Justement, le but c'est l'édition.
Image de profil de JPierre
JPierre
Sans aucunement préjugé de l'effet négatif ou positif de l'intervention de ton professeur, je ne pense pas qu'elle puisse être la cause de ton inclination à la nouvelle.
Un roman n'est pas un concours de longues phrases. Il s'écrit, pour autant que je puisse en juger, à l'identique. La problématique, si c'en est une, est d'avoir de la matière pour "noircir" des centaines de pages. Ensuite ou en même temps interviennent des "détails" techniques comme plan, but, découpage, cohérence et quelques autres. Là est la vraie différence!
Pour rejoindre Jean-Christophe Heckers et pour pratiquer les deux, la nouvelle a de nombreux avantages, concision, expérience, logique. Et un inconvénient qui peut être avantage : 15 nouvelles demandent 15 idées alors que, oui, un roman peut n'en contenir qu'une… Même si ce n'est pas toujours vrai loin s'en faut.
Reste que les deux sont écritures au même titre que poésie, essai, etc. et qu'écrire reste écrire, sans discrimination; juste chacun a son inclination, sa voie préférée… au même titre que la lecture.
Un jour viendra, ou pas, où tu trouveras "matière" à roman. Ce jour-là, c'est comme en amour, tu sauras ( grandiloquence mise à part :-) )
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Nittya si ton but est l'édition alors tente sous forme de recueil ou alors retravaille encore l'idée de roman. Je ne sais pas si tu lis plus de nouvelles que de roman mais peut-être que la lecture régulière de cette catégorie pourra t'aider à en écrire. Et sinon publie les ici pour qu'on puisse t'aider. J'espère de tout cœur en tout cas que tu parviendras à ton but
Image de profil de Nittya
Nittya
En ce qui me concerne je suis dans l'optique inverse.
J'aime aller droit au but. J'aime que mon lecteur aille d'action en action lorsqu'il faut du rythme, j'ai ralentir lorsqu'il faut de la tension et j'aime poser les choses lorsqu'il faut du calme. Je n'ai pas l'impression, et c'est très personnel, que le roman me permette de jouer ainsi avec le rythme.
Toujours selon mon ressenti, un roman doit comporter des longueurs pour être suffisamment étoffé pour être un roman.

Après, j'entends parfaitement que je puisse me tromper. J'imagine d'ailleurs que c'est le cas. Mais en ce qui me concerne je trouve plus aisé et plus confortable d'écrire une nouvelle qu'un roman. Mais c'est mon prochain défi : en route vers le roman !
Image de profil de JPierre
JPierre
"Un roman doit comporter des longueurs" Peut-être pas trop quand même sous peine de voir tes lecteurs aller voir ailleurs. Des temps forts, des temps faibles sûrement, pas des temps d'ennui même majestueux comme les descriptions de Balzac ( ce n'est pas forcément une critique de ma part mais j'avoue qu'ado, j'arrivais à décrocher et maintenant aussi) Ceci dit un roman est un équilibre et s'il y a un secret, j'en ignore la recette.
Le mieux c'est quand même d'écrire à l'aune de ses envies. Toute écriture est respectable, à priori!
Image de profil de Nittya
Nittya
Je crois qu'il faut que j'explique mieux cette phrase. De mon expérience de lectrice, chaque fois que j'ai lu des romans j'ai eu des moments où je commençais à lire en diagonale parce que ce qui était décrit (le plus souvent ce sont des descriptions ou des rappels d'éléments dont je me souvenais parfaitement) me semblait long et inutile.
Oui, une description plante le décors. Elle en dit énormément sur les personnages et l'ambiance du lieu.
Il y a aussi ces moments où les personnages ne font pas grand chose. Et tu te dis "mais qu'est-ce que vous attendez pour faire avancer l'intrigue ?"
Evidemment que la plupart du temps ces moments sont voulus pour instaurer un sentiment comme le malaise, la tension, le désespoir même.
Mais voilà, j'aime quand ça avance.

Tu cite Balzac, je pense qu'il a été la terreur de la plupart des collégiens. ;)
Image de profil de JPierre
JPierre
Oh! Oui -:)
En même temps, avec du recul purement objectif, je serais parfaitement incapable d'écrire de tels descriptions…
Image de profil de Bulle
Bulle
Je suis exactement dans ce questionnement en ce moment.
Jusqu'ici je n'ai écrit que du court, parce que je ne me sentais pas "armée" pour me lancer dans l'écriture d'un roman.
Je m'aperçois que la nouvelle est un genre extrêmement exigeant, frustrant parfois. Ça permet d'expérimenter, de tester différentes approches, mais il y a aussi un petit goût de trop peu. J'ai envie de quelque chose de plus long, mais peur aussi de me lasser et de précipiter les choses. Idéalement, si je pouvais compiler des nouvelles pour en faire un roman, ce serait parfait :)
Image de profil de Bulle
Bulle
J'y pense Auteur inconnu, mais ça me paraît honnêtement super ardu. Ça me donne trop l'impression d'avancer à l'aveuglette. Et toi, tu as déjà écrit des formes longues ?
Image de profil de JPierre
JPierre
Je m'immisce :-)
Compiler des nouvelles, c'est possible. Pour peu qu'elles soient dans la même veine ou adaptable à un thème principal.
Souvent le contraire est plus facile. Tu pars sur une forme longue et tu t'aperçois que certains écrits plus anciens sont, en fait ou peut-être, les prémices. C'est ce qui m'est arrivé sur Va Savoir. J'étais parti sur un sujet et au bout de quelques temps, je me suis rendu compte que d'autres anciens jets correspondaient.
Il faut absolument, avis personnel, ne pas oublier notre part d'inconscient, capable de nous faire aller dans une direction, presque à notre insu; un peu comme une mémoire qui emmagasine avant de recracher ce qu'elle a emmagasiné.
Enfin sur un roman, la lassitude peut te prendre effectivement; c'est simple alors, lâcher quelques temps pour faire autre chose ou rien. Ca reviendra tout le temps. Hors une discipline comme tout "boulot", il ne faut jamais forcer comme toute création qu'elle soit artistique, manuelle ou autre.
Si tu as beaucoup de "matériel", relis-le et vois s'il n'y a pas trame commune ( en faisant abstraction des époques éventuelles, des lieux juste ambiance, logique, but.) Tu risques d'avoir une surprise quelle qu'elle soit. Ne serait-ce que voir jaillir une idée (qui pourrait s'avérer totalement différente)
Image de profil de Navezof
Navezof
(Je suis pas sur de ta question, mais voila une réponse :) )

L'avantage d'une nouvelle, d'un point de vue d'écrivain, c'est qu'il y a généralement moins de mots qu'un roman. Par contre c'en est pas pour autant plus facile. Plus rapide peut être, mais assez contraignant pour pas mal d'éléments (la limitation des mots, se forcer à être le plus direct possible, gérer un temps assez restreints)

Néanmoins je penses que c'est un très bonne exercice, surtout pour débuter. Cela permet d’acquérir un certain sens de l'optimisation qui manque parfois à certains textes que j'ai pus lire sur scribay (L'un des conseils que je donne le plus souvent sur un texte est de ne pas s'attarder sur ce qu'a mangé le héro au petit déjeuner, parce que le lecteur s'en moque, la plupart du temps)

Apres, ce n'est pas l'idéal pour construire tout un univers. J'ai commencé par écrire mon texte Vertikal en tant que nouvelle, j'en étais à 20 000 mots et je me suis rendu compte que ce n'etait qu'une suite de scène d'action difficilement comprehensible. Du coup je suis passé en mode roman, et je suis en train de réécrire des scènes, ajouter des informations sur l'univers, ajouter une intrigue, etc... Mais ce n'est pas évident, donc je conseillerais de soit partir comme une nouvelle ou bien un roman, mais pas switcher en cours de route, à moins d'etre préparé à réécrire beaucoup de chose :)
Image de profil de JPierre
JPierre
Réactif au compte goutte… :-)
C'est une question sous forme de constat question si j'ose dire!
Ecrire une nouvelle est plus rapide uniquement car plus courte mais il est une constante. Ecrire une page (en traitement de texte), hors correction, prends un certain temps; pour moi une heure. C'est donc un élément indéboulonnable .
Sinon je te rejoins le switch nouvelle vers roman est un peu une gageure; quoique pas impossible car finalement écrire reste écrire, une construction au même titre qu'un meuble, une maison ou autre.
0