Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de V. Nyl Valhalla

Les auteurs dyslexiques

par V. Nyl Valhalla  il y a 2 ans
J’avais envie d’ouvrir ce sujet depuis un moment,
Mais je n’ai osé, puis d’humeur joyeuse je me suis lancée.

On en parle assez rarement,
Quand l’on parle d’auteurs, on pense à des artistes et savants des mots, des règles d’orthographe et de conjugaison. Pourtant, forcée de constater, avec le temps, que beaucoup de dyslexiques aiment écrire et ont bien souvent une imagination complètement folle qui donne des histoires absolument formidables ; alors qu’en général, les dyslexiques n’aiment pas lire (probablement par frustration, je n’en sais rien, je ne suis pas dans ce cas de figure)


Qu’est-ce que la dyslexie ?
Il s’agit d’un trouble de la lecture caractérisé par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maîtrise de l’écrit = dysorthographie.

Il s’agit véritablement d’un trouble neurologique, attention tous les gens qui font beaucoup de fautes ne sont pas forcement dyslexiques, parce qu’on le voit souvent servi à toutes les sauces. De nombreuses raisons peuvent expliquer la dysorthographie, à commencer par des retards des acquisitions, les troubles sensoriels, les troubles de l’attention et même le fait d’être bilingue.


J’ai ouvert ce sujet, pour avoir quelques trucs et astuces pour faire moins de fautes, qui peuvent bien aussi finalement concerner ceux qui ne sont pas dyslexiques – dysorthographiques, en me basant de ma propre expérience, je me qualifie d’ancienne dyslexique, parce que j’ai eu un papelard de mon orthophoniste qui me le certifie, pourtant ça me fait bien rire quand je vois que finalement mon orthographe est loin d’être « réparée »


-Les inversions de lettres : souvent un correcteur suffit pour nous en avertir. L’inversion des lettres est vraiment un phénomène pénible et parfois sans correcteur l’on peut vraiment passer un temps fou à écrire ce même mot avec la même faute sans parvenir à le remettre dans l’ordre. Par exemple, j’ai très longtemps écris « Temds » au lieu de « Temps », J'ai pris des années pour naturellement acquérir la bonne orthographe de ce mot jusqu'à ce que quelqu’un m’ait gentiment glissé le mot : température. Je pense que l’association d’un mot à un autre aide, d’ailleurs pour vous faire sourire, peut-être, j’ai écris « invertion » au lieu « d’inversion ». Mais ça se complique un peu quand ce sont les syllabes qui s’inversent. Croyez moi, l’ordinateur me sauve la vie, mais parfois me rend fainéante, je réfléchis un peu moins par moment, je me dis que de toute manière, le correcteur est là. Donc un outil qui sert, mais parfois empêche également à la progression sous prétexte que c’est simple. Malheureusement, à part prendre des cours avec un orthophoniste, je doute que d’autres solutions soient accessibles.

- La confusion phonétique : récemment, l’on m’a fait la proposition (il se reconnaîtra peut-être) de lire à voix haute. Malheureusement, c’est encore là un énorme problème. En particulier pour les lettres T, D, B et P (oh mon fameux temps) . Ce problème s’entend à l’oral, des mots banaux peuvent devenir compliqué (et en tant qu’infirmière, je parle en connaissance de cause vis-à-vis des noms imbuvables des médicaments, j’ai le don de passer pour une bécasse devant mes collègues) Mais malgré ça, je pense que ça peut être une bonne chose de s’écouter parler, de réfléchir aux mots que l’on va dire. La lecture des notes est plus simple pour mon oreille que les mots, grand mystère. Une technique serait aussi de découper les mots par syllabes, est-ce dû au final à notre mode d’apprentissage de la lecture par des mots apprit par cœur et non plus comme dans le temps avec les phonétiques et les syllabes ? (il faut bien mettre la faute sur quelque chose…)

- La confusion visuelle : le top du top. Et là, on nous dit : relis-toi. Et là on a envie de dire : je l’ai déjà fait 5 fois. On ne les voit pas, c’est terrible. Que faire ? Bonne question ? Moi je compte un peu sur certains amis pour le relire, sur les annotations de scribay qui parfois me sont de réelles révélations visuelles. Après, moi-même en lisant sur scribay, même si on pourrait me dire pourquoi tu fais ça, t’es pas à al hauteur ; eh bien j’essaie de voir les fautes chez les autres et c’est réellement satisfaisant de se rendre compte que l’on a comprit certaine règle. Aussi, je lis les annotations des autres, ça m’apprend aussi à voir, du moins, j’en ai la sensation. Malgré toutes mes fautes, j’ai la sensation étourdissante d’en faire moins.

- La compréhension : Parfois le sens d’une phrase nous parait censé, alors qu’elle est aberrante. Et d’autres fois, des phrases simples nous paraissent incompréhensibles, ce qui abouti à des phrases vraiment étranges. Personnellement, pour gagner en fluidité, j’essaie de laisser mon texte de coté, une journée ou deux et de relire à froid, ça m’aide à voir autrement et que mon cerveau par moment semble plus disposé à la compréhension.

- Les découpages étranges : c’est presque un don pour les jeux de mot, comme l’égume ou il dans ce. Ce pourquoi il faut réellement s’interroger sur le sens des mots avant d’écrire. Là, seule la relecture et les correcteurs humains me semblent être mes sauveurs.

- L’omission : oublie de lettres, là encore le correcteur me sauve la vie.

- Conjugaison : Grosse, même monumentale, difficulté à réellement assimiler les règles de conjugaisons. Je ne sais pas combien de fois on va encore m’annoter que l’impératif ne prend pas de S même si je m’adresse à un « tu », mais ça revient toujours, bien que je m’efforce à y faire attention. Ce n’est pas de l’inattention, ni même que je suis bêtement têtue, bon sang c’est un tel rêve que d’arrêter toutes ces conneries ! Solution : un Bescherelle (rudement fastidieux comme solution) ? Retourner en CE1 ? Se faire un tatouage sur le bras concernant la règle des accords ? (je plaisante évidemment)

Voila, voila, peut-être avez-vous d’autres problèmes avec votre dyslexie, j’ai essentiellement parlé des difficultés que je rencontre personnellement et je serais ravie d’entendre vos petites astuces (que vous soyez dyslexique ou pas) sur un ou plusieurs points.

Tout ça pour dire,
Pour une note finale, parce qu’il faut bien que je m’arrête à un moment donné,
J’ai beaucoup de respect pour les personnes qui ne se sont pas dégonflées parce qu’elles font des fautes, je ne remercierai jamais assez la personne dyslexique qui m’a montré cette voie de l’écriture qui ne semblait pas être pour moi. Elle m’a prouvé que mes mots ne valaient pas moins que ceux d’un autre, que certes, il y avait plus de travail à fournir, mais qu’il ne faut pas laisser tomber et faire ce que l’on aime et c’est ce que j’aime.

Et bien entendu, pardonnez mes fautes tout le long de ce quasi article (je me suis emballée, je crois), vous pouvez m’envoyer vos corrections, j’aurais probablement encore zéro.
Image de profil de Epic Whale
Epic Whale
Comme tu dois le savoir avec tous les mélanges bizarres que je t'envoie parfois ( :') ), je suis dyslexique. Du moins, c'est ce qu'on m'a dit quand j'étais jeune. Mes parents m'ont même payé des cours avec une orthophoniste. Résultat ? Elle ne pouvait pas me voir et a mis fin à mes cours à la moitié :") Heureusement pour moi, ma dyslexie n'est pas grave mais à partir du moment où je suis un peu fatiguée, elle m'handicape beaucoup. Et comme j'écris généralement le soir...

Pour moi, c'est naturel d'écrire. D'ailleurs je suis plus à l'aise à l'écrit qu'à l'oral ! En plus, il suffit que je m'énerve un peu pour ne plus être capable de dire un seul mot correctement, je mélange les lettres et les syllabes. Ca m'arrive aussi à l'écrit et ça donne des choses très étranges (sauf qu'à l'écrit on peut se corriger. A l'oral ce qui est dit est dit).

Personnellement, je suis très au courant de la conjugaison et de la grammaire, ce sont les mots qui me posent problème. Ne pas confondre ceux qui se ressemblent, ou même les lettres et les syllabes elles-mêmes. C'est le plus dur pour moi même si, à tête reposée, j'arrive à voir ce qui ne va pas (la plupart du temps). En cas de doute, je demande à ma sœur de corriger pour moi.

Quand j'ai des doutes en cours d'écriture, je vais sur des conjugaisons en ligne ou des synonymes, même le Larousse pour l'orthographe (ma sœur a piqué tous les dico de la maison donc je suis obligée d'aller voir sur internet :') ). Ca m'aide beaucoup. Pour éviter les erreurs de participe passé, les répétitions, ou les erreurs de lettres (quand je m'obstine à écrire un mot avec des lettres qui ne sont pas les bonnes et que le traitement de texte n'arrive pas à me dire la bonne orthographe :') ).

Le plus dur, pour un dyslexique (selon moi), c'est de s'accepter. Je connais des dyslexiques graves qui ont honte d'eux. Ce n'est pas de leur faute pourtant, ils n'ont pas demandé à être dyslexiques. Mais on critique trop l'orthographe sans chercher à comprendre les fautes. On leur dit toute leur scolarité qu'ils sont nuls sans les aider à s'améliorer. C'est le plus gros problème. On n'aide pas quelqu'un en l'enfonçant dans ses problèmes =/

Tout ça pour ne rien dire au final ! A part bon courage à tous, ce n'est pas évident de faire face à sa dyslexie tous les jours.

(Personnellement, il m'arrive aussi d'ajouter des mots ou lettres qui existent dans le parler de chez moi mais qu'on ne voit pas normalement et qui choquent les gens ! Des "y" partout ("j'y sais pas" par exemple) et des mots comme "yeuter" (que personne ne sait comment ça s'écrit au final, mais je l'utilise à l'oral). Mais bon, ça c'est une autre problème ! =) )
Image de profil de Miraya
Miraya
Oh, wah je sais même pas quoi dire.. '-'
Bravo à toi, à vous, et bonne chance pour la suite !
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Ayant appris à lire chez moi en posant juste des questions à ma mère avant d'apprendre à vraiment lire à l'école, je n'ai aucune de ces difficultés. J'ai même des facilités à lire les écritures horribles car j'en ai moi-même une et que mon cerveau reconstitue incroyablement les mots par apprentissage des formes des lettres précédentes...

Bref, je ne connais vraiment pas ce problème et j'ai souvent été "dérangé" par celui-ci car j'ai vraiment toujours envie d'aider mais que c'est pas simple du tout, en fait. (et j'ai mis longtemps à comprendre que les autres pouvaient être si différents)

Concernant les règles à suivre... Il faut juste les connaitre ! Et souvent les personnes dyslexiques (j'ai eu deux meilleurs amis dyslexiques tiens...) ne font pas l'effort de comprendre les règles au moment où on les apprend, car ils peinent déjà à lire les mots. Du coup l'idée de ressortir les règles du placard est une bonne idée ! (J'ai du mal à comprendre pourquoi on pourrait pas retenir une règle d'accord mais qu'on puisse retenir une recette haha enfin si je vois pourquoi : car la personne dyslexique ne se fait souvent pas du tout confiance par avance. Il faut y aller !)

D'ailleurs, je vais t'aider pour une faute récurrente dans ton texte avec un petit mémo : tu as écrit "j'ai écris" et "j'ai comprit".
Le "truc", c'est de mettre ce participe passés au féminin, pour trouver qu'on dit plutôt "une lettre écrite" et "elle m'a comprise" par exemple dans sa tête, pour retrouver cette dernière lettre. D'ailleurs ce genre de mémos, ma mère m'en a toujours donné des tonnes, car même si elle s'est arrêtée à l'équivalent de la troisième, elle ne fait aucune faute... Justement grâce à ce tas de mémos !

N'empêche que tu m'as corrigé des fautes dans mes textes... comme quoi !
Un super article, qui m'aura pas appris énormément de choses mais qui est salvateur pour introduire bien tout le problème.

Une petite citation (en ce moment je m'y mets alors que je déteste ça) :
"Moi j'dis que plus l'combat est grand, plus la victoire est immense" - Kery James
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Merci pour ton post, je me sens moin seul d'un coup ! Assembler les lettres pour bâtir un texte est une épreuve. Ecrire pendant des heures pour ensuite passer de longues minutes à changer les mots de place pour un résultat que l'on souhaite réécrire...
Cela fait onze ans que je travaille mon premier roman et j'en ai presque honte ! Écrire n'est pas naturel pour nous, c'est un fait ! Cependant je suis persuadé que notre message(mûrement réfléchit - normal, c'est tellement galère) en vaut la peine si nous l'estimons.
Si ça peut te rassurer, dans dix ans tu feras moins de fautes d'orthographes si tu persévères ;)
Si je peux te conseiller, ce serait d'acheter un bon correcteur d'orthographe cela te feras gagner du temps sur la forme... au final, notre pire ennemi pour nos projets, c'est le temps...
Image de profil de Clancy Bathtime
Clancy Bathtime
Ton témoignage me touche beaucoup,
J'admire ta persévérance et je suis persuadé que tu arrivera à boucler ton histoire ! Merci de ces encouragements, j'espère que les années aideront à l'amélioration de mon écriture.

Tu dis qu'écrire n'est pas naturel pour nous, pourtant, parfois je le sens vraiment, c'est naturel, c'est instinctif. Mais il est vraiment que cela se confronte à cette barrière, à ce flux d'anomalies dans mes textes, parfois ça donne un peu de caractère. Des associations de mots étranges, que les gens aiment, alors que ce n'était pas forcement volontaire.

Quel correcteur d'orthographe me proposerais-tu ?
Et je suis complètement d'accord avec ta dernière phrase.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
J'ai acheter Antidote depuis peu et c'est une révolution pour moi !
Quand, je dis que ce n'est pas naturel cela ne veux pas dire que nous ne pouvons pas écrire de belles choses... Et justement cela peux probablement de nous différencier, de mettre du relief, je suis d'accord avec toi.... Mais pas naturel dans le sens de l'effort pharaonique que cela nous oblige à faire pour produire un texte...
Par ailleurs, pas facile de ce faire des amis sur un site d'auteur quand on "sais (ou aime) pas lire"...
L'important est que tu prennes du plaisir dans ce que tu fais et ici tu seras encouragé... J'ai beaucoup progressé (à mon échelle évidement !)
Image de profil de Clancy Bathtime
Clancy Bathtime
J'y penserais comme cadeau de noel, il est un peu cher, mais si ça peut être une révolution, ça vaut le coup !
Image de profil de Luc Witz
Luc Witz
je suis dyslexique, alors oui je ne lis pas toujours ce qui est écrit et je n'écris pas toujours ce que je veux mais ca n'est pas incapacitant.
parfois un peu gênant mais sans plus.
bien se relire ne suffit pas toujours par ce qu'on peut lire de travers ce qu'on avait déjà écrit de travers mais il faut insister.
et surtout il n'y a vraiment pas de quoi complexer. l'illettrisme a depuis longtemps gagné les sphères littéraires dans l'admiration générale alors vive les fautes saines
Image de profil de Clancy Bathtime
Clancy Bathtime
Je ne dis pas que c'est incapacitant, c'est un énorme travail supplémentaire à fournir et sans pouvoir obtenir un résultat impeccable. Chacun vit ça à sa manière, personnellement, à mes débuts, sur des jeux de roles écrits, je me suis sentie humiliée par les critiques sur mon orthographe, ça été très difficile pour moi de dire : oui j'ai des fautes, mais j'ai de l'idée ! Cela peut devenir un complexe, me concernant, ça a longtemps en été un.
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Hum, je pense que les dyslexiques sont vraiment courageux de suivre une voix qui leur est aussi compliquée. J'en ai connu quelque uns et je me souviens notamment du fait que personne ne faisait rien pour les aider. Enfin bon, c'est une autre histoire.

Je ne suis pas d'accord avec sur un point. Quand tu parles des écrivains, tu dis je cite: "artistes et savants des mot, des règles d'orthographe et de conjugaison". C'est comme si tu me dis: "les gamers sont forcément des no-life qui n'ont aucune vie sociale et qui ne font rien de leurs journées."
Certains sont comme ça dans les deux cas mais ce sont des extrêmes. Si tu te prends les grands auteurs comme Stendhal, Zola ou Balzac c'est peut-être vrai mais pas dans une majorité des cas. Visiblement tu n'es pas comme ça et moi non plus.
Donc, tout ça pour dire que quand tu me parles d'écrivain, je vois plus quelqu'un qui a une imagination débordante et qui est un peu rêveur. Je me dis aussi que les écrivains ne sont pas forcément connus, ils écrivent pour eux et c'est ce qui les rend plus noble.

Bien, voilà, je ne t'embêterais pas plus longtemps. :-)
Image de profil de Clancy Bathtime
Clancy Bathtime
Il faut avouer que sans l'aide d'un professionnel il est très difficile de surmonter sa dyslexie, partiellement certes, mais ça ouvre des portes.

Je n’ai pas dit que c’était ce que je pensais au sujet des auteurs, d’ailleurs, tout ce que j’ai écrit dit le contraire justement. Mais je parle de la représentation sociale et oui, les gamers dans les représentations sociales sont des no life et les politiciens sont des charlatans (c’est peut-être fondé ceci dit…), les fonctionnaires sont des fainéants et l’on attend des auteurs un certain niveau dans l’écriture, socialement l’on imagine pas qu’un auteur soit un fauteur.
Image de profil de Sangre13
Sangre13
C'est bien vrai ce que tu me racontes là mais nous sommes alors les parfaits exemples des personnes non conformistes contraires à ceux que les gens crois (cette phrase était bien trop compliquée pour ce qu'elle veut vraiment dire mais on va partir du principes que tu as compris ^^).
0