Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de lala

Personnages (EN COURS)

par lala  il y a 4 ans
LE PERSONNAGE DE LALA
GIL CARISSIMO

Je m'appelle Gil Carissimo. J'aime mon nom, il veut dire «très cher, très apprécié», et j'ai besoin de me sentir aimé.

Ma mère est Lorraine, mais je descends d'une lignée d'Italiens depuis mon aïeul Alfonso Carissimo, originaire d'un village du sud de Milan, qui immigra en France au début du XX ème siècle.

Alfonso né en 1880
Emiliano né en 1910
Massimo né en 1935
Lorenzo né en 1965
Gil né le 2 octobre 1989
Mon signe du zodiac est balance.

Mes qualités: minutieux, curieux, serviable
Mes défauts: indécis, envieux, revanchard

Mon résumé de vie:

Je suis steward chez Air France – KLM depuis le premier mars 2016. Une très courte expérience! Mais pour l'instant je me plais et je profite du métier pour voyager. Je rêvais d'être pilote mais je n'avais pas le niveau d'études suffisant. Je ne savais pas quel autre métier faire.
Après mon bac, j'ai fait un BTS de commerce international. Après mon BTS j'ai vécu deux ans en Angleterre. J'ai travaillé dans des hôtels touristiques pour accompagner des groupes de francophones. Je maîtrise bien l'anglais et l'italien. J'ai rencontré un franco-britannique, Jimmy, qui voulait ouvrir une boutique de vêtements en France. Comme je voulais rentrer en France, et qu'il avait besoin d'être secondé, je suis rentré avec lui et je suis devenu vendeur.
J'ai toujours eu une passion pour les avions, le simple fait de les regarder traverser le ciel, ou décoller, me fait rêver. Je me trouvais peu payé pour mes ventes alors que Jimmy gagnait de plus en plus d'argent. Je ne le supportais plus, pourtant c'était un gars sympa, cool, et d'ailleurs je suis toujours resté en contact avec lui.
En surfant sur internet, j'ai eu comme un déclic pour le métier de steward. J'ai passé les visites médicales, les formations de secourisme, et je me suis présenté au recrutement d'Air France. Ils ont beaucoup de candidats qui n'ont que le bac et un anglais scolaire, alors mon profil leur a plu.
Je suis célibataire et je vis seul dans un petit studio en région parisienne. Je ne gagne pas beaucoup d'argent alors je fais aussi des traductions au black. J'ai une copine depuis quelques mois, mais on préfère ne pas vivre ensemble. J'ai besoin de réfléchir, je ne veux pas m'engager, et mon métier est un peu compliqué à gérer pour un couple.
Image de profil de Athenajwel16
Athenajwel16
Bonjour à tous, et voici mon personnage indigène de la tribu Panthère ! N'hésitez pas à lui créer des compagnons, elle en a besoin ;).
Personnage : Rägna indigène extra-terrestre : tribu Panthère
Âge : indéterminé, femme d’une vingtaine d’années en apparence mais possède une vie plus longue que les humains
Historique du personnage :
Parents mutants eux aussi, fille unique, élevée comme chasseresse. Mère guérisseuse et père chasseur. Relation familiale normale jusqu’à que ceux-ci soient tués par des membres de la tribu Ours. Rägna orpheline depuis ses douze ans, l’a vécu comme un traumatisme et devient quelqu’un de dangereux et assoiffé de sang. Elle vit seule mais au sein de la communauté et n’a pas de but précis, si ce n’est venger ses parents et nourrir sa tribu. Elle est très solitaire et ne s’attache à personne.
Personnalité du personnage :
A toujours suivi sa propre conscience, sans néanmoins désobéir aux ordres qu’on lui confie. Elle croit aux dieux protecteurs qui lui ont conférer le pouvoir de changer de forme à volonté. Elle vénère la Nature. Elle est l’assassin le plus redouté des autres tribus et parvient toujours à ses fins. Elle représente l’atout de la tribu Panthère, majoritairement constituée de vieux guerriers et de femmes non entraînées. Ses qualités sont la rapidité et la force. Elle est aussi cependant sans pitié et n’a que faire de la morale. Elle privilégie l’honneur et l’action aux discours et aux promesses. Elle chasse au crépuscule et ramène son gibier au petit matin. La journée, elle aide au camp et planifie ses excursions. Elle parle peu, de manière assez violente et brève. Elle a la fâcheuse tendance de montrer ses crocs lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec elle. Elle aime toutefois contempler les paysages qui s’offrent à elle et rêve de pouvoir sortir de ce cycle sans fin qu’est la vengeance. Elle pense que son enfance a été bafouée et qu’à cause de cela elle n’aura pas accès au bonheur. Elle déteste être dérangée et suivie dans ses missions et les gens qui posent trop de questions. En général, elle est méfiante envers les étrangers et ceux des autres tribus. Elle ne se confie à personne. Elle regrettera toujours la disparition de ses parents, se sentant coupable de n’avoir rien pu faire, étant trop jeune et peu entraînée. Son unique faiblesse réside en sa peur la plus terrible qu’elle essaye désespérément de cacher : son anthropophobie (peur des gens et du contact).
Description physique du personnage :
Cheveux tressés longs et bleus. Peau totalement noire (couleur goudron), yeux argentés. Ambidextre et très grande, frôlant les deux mètres. Elle est extrêmement musclée. Visage coupé au couteau, dur et sans rondeur. Bouche charnue et front dégagé. Première impression : intimidation, puis sensualité non désirée (côté félin). Possède des griffes rétractables au bout des doigts ainsi que des crocs. Vêtements : porte une brassière en feuillage afin de dissimuler sa poitrine et un pagne assez court pour ne pas être gênée dans sa course. Pieds nus, mais dispose d’un bon nombre de bijoux sacrés, symboles de son appartenance à la tribu et de sa croyance religieuse. Elle ne porte pas de cicatrise, possédant un savoir médical assez exhaustif venant de sa mère. Oreilles pointues. Portes toutes sortes d’armes, à savoir : l’arc, les poignards, les fléchettes empoisonnées, la lance...
Contacts du personnage :
Extrêmement solitaire et introvertie, elle ne possède aucun ami. Elle assiste aux conseils de guerre ainsi qu’aux réunions de la tribu mais participe rarement à la conversation. Elle se procure ce dont elle a besoin par elle-même (métal, denrées, aliments...). Elle ne connait pas l’amour.
Image de profil de ChrisH
ChrisH
Mieux vaut tard que jamais (hum hum...), voici mon voyageur sur le vol Paris-Buenos Aires !

Laissez-moi donc vous présenter Ali Ben Khadra :
Ali est un homme d’une trentaine d’années. Ses parents ont quitté le Maroc pour la France peu avant sa naissance, espérant y trouver des conditions de vie meilleures. Ali a toujours été un élève réussissant très bien sans faire d’efforts ; il a appris le français et l’arabe dès son plus jeune âge, puis l’anglais et l’espagnol à l’école, mais il a surtout rapidement montré de grandes aptitudes dans les matières scientifiques, lui permettant même de décrocher une bourse pour une prestigieuse école. Il a été marqué à l’âge de 9 ans par un séjour en classe de neige avec sa classe de CM1 au cours duquel une avalanche emporta certains de ses petits camarades. Il a surmonté ce traumatisme en ayant besoin de tout contrôler pour se rassurer, en tout cas c’est ce que la psychologue avait dit à l’époque à ses parents. Ali est de taille et corpulence moyennes, la peau mate, les yeux marron, les cheveux courts rasés, il a un visage plutôt sympathique. Il n’est toujours pas marié, au grand désespoir de ses parents ; il sait que la compagnie d’une femme peut être très agréable, mais qu’elle peut aussi apporter son lot d’emmerdes, alors il ne se laisse pas tourner la tête. Par ailleurs, il voyage souvent dans le cadre de son travail et il va régulièrement au Maroc voir sa famille restée là-bas. Il aime aussi beaucoup le jazz et il joue de la guitare. Il travaille dans une société de biotechnologie où il occupe un poste à responsabilités, il y est apprécié pour sa rigueur. C’est donc un homme très occupé qui s’apprête à prendre le vol Paris-Buenos Aires pour se rendre à un congrès de biotechnologie...

Voilà, j'avoue avoir fait l'impasse sur beaucoup de détails techniques (j'ai lu que certains avaient renseigné carrément le signe du zodiaque, le groupe sanguin... O_o Wow, je suis impressionnée !!!).

A très vite dans l'avion ;0)
Image de profil de Liam Juk
Liam Juk
Voilà mon personnage pour l'époque actuelle

Présentation général :

Nom : Vicenta
Prénom : Tal
Surnoms : l'ermite
Date de naissance : 12 août 1975 => 41 ans
Sexe : Masculin
Groupe sanguin : O -
Orientation sexuelle : Hétéro
Métier/étude : chasseur/militaire/psychologie/phytothérapie/jardinage/ésotérique/arts martiaux/médicale/survie/cuisine « sauvage » (rien de transformé !)/bricolage
Nationalité : française
Religion : à ses propres croyances

Physique :

-Yeux : vert
-Cheveux : châtain long jusqu'aux milieux des omoplates, nattés en queue de cheval
-Peau : clair, mais marqué par la vie
-Taille : 1m82
-Poids : 72 kg
-Silhouette général : fine, élancée, bien bâtie
-Musculature : bonne
-Signe distinctif : des cicatrices sur tout le corps, dont une d'un ours au niveau du visage
-Santé : bonne, mais peut avoir les nerfs qui lâchent s'il y a de la tension dans l'air. Son physique commence à pâtir de son age et de ses efforts au quotidien, même s'il s'en tire bien,
-Style vestimentaire : simple, pas de vêtements de marque, il faut du simple et de l'utile donc : de la laine, du cuir, du coton, du chanvre, du lin SURTOUT PAS DE PLASTIQUE
-Accessoire : un bon couteau toujours dans son dos et son arc à poulie jamais bien loin. il possède aussi un cordon autours du cou où est appendu un arbre taillé dans de la corne. Ainsi qu'un bracelet en cuir tressé au poignet droit,

Aspect : https://fr.pinterest.com/pin/411094272210668800/

Caractère :

Qualités : curieux, inventif, débrouillard, discret, très empathique et gros nounours quand on apprend à le connaître, garde son sang froid,
Défauts : sauvage, très réservé, voir froid, a vu trop de morts (il est tourmenté), aime pas les armes à feu, déteste le bruit/les lumières fortes/odeurs de civilisation (toutes les pollutions), agoraphobe, a des habitudes « sauvages », buté

Scolarité et compétences :

La période scolaire a été très dure à vivre pour Tal, toujours considéré comme « le bizarre de service », « l'associable » mais toujours celui que l'on venait voir quand on avait beaucoup de soucis personnels.
Il a quitté le système scolaire très vite afin de vivre avec ses parents à la ferme en plein milieu de nulle part.

Histoire :

La ferme…. je ne connais rien d'autre, une fois sortis de l'école je me mis à m'occuper de mes parents, devenus un peu âgés. Ils sont morts pendant l'été de mes 30 ans, la maladie les a emportés main dans la main. Mon père était un ancien médecin et avait quelques bon livres avec lui, il avait décidé de se ranger suite à sa rencontre avec ma mère, une paysanne qu'il a soigné.
Le village où je vis le jour est très simple, tout le monde s'aide, un service pour un service ! On est loin de toute civilisation ici.

Une fois seul en plus de m'occuper de mes poules et de mon jardin de taille raisonnable, je décidais d'approfondir mes compétences d'archerie acquises pendant l'enfance. Vu que mon père était médecin je l'assistait puis après son départ je me mis à potasser tout ses livres afin de le remplacer dans le hameau.

La journée était simple : levé tôt pour aller courir et chasser dans les bois puis une fois le soleil levé je filais m'occuper des quelques bêtes qu'il me restait avant de me remettre à dormir aux heures les plus chaudes de la journée.
Puis… des morts, beaucoup de mort et des bruits de tir d'armes automatiques dans tout les sens ! Un réveil en sursaut ! Un cauchemars ! Foutu service militaire dans ces jungles ! Trop de mort, trop de tourments….
Le soir après un autre entraînement je me mettais au coin du feu et je lisais tout en regardant ma petite marmite avec du ragoût au cerf. Dehors le four à pain me faisait ma pitance.

J'étais bien dans ma petite ferme, ma porte était ouverte aux villageois, combien de points de suture j'ai fais ? Combien de maladies j'ai traité grâce aux plantes locales ? On a même poussé le vice à me demander d'aider une femme à accoucher, nan mais je vous jure. C'était pas ci terrible en fin de compte, quand Tempête ma jument met à bas c'est plus sportif que ça !

Un jour le ciel était en colère, mes animaux étaient à l’abri, et j'étais au coin du feu comme chaque soir automne. Un grattement contre la porte en bois. Je ferme mon livre et me lève, la mains sur mon couteau de chasse accroché à ma ceinture dans mon dos. Sur mes gardes…. J'ouvris pour voir un loup s'avancer vers moi. Oeil-Noir, un louveteau que j'avais sauvé puis relâché, il conservait un bon lien avec moi, mais il vivait sa vie. Il se mis à m'attraper mon pantalon et me tirer, il voulait que je le suive par ce temps ! Je me mis à quatre pattes pour grogner ma désapprobation mais il continua de plus belle. C'est à contre cœur que je sortis Tempête qui même avec les orages restait calme en ma présence. Le loup partit devant, s’arrêta, me regarda et reprit sa route quand il vit que je le suivais, ma cape en laine rêche sur le dos, mon arc sur mes genoux, une flèche prête à être encochée. Foutu temps ! Une fois bien avancé dans les bois qui bordaient l'arrière de la propriété je me mis à entendre des appels à l'aide, et nous allions dans cette direction.
Je vis des promeneurs, trempés jusqu'aux os, et déboussolés. Un couple avec deux enfants, un garçon à peine plus grands que la petite fille, ils devaient avoir à peine une dizaine d'année ! Je rangeais mon arc et ma flèche et m'approcha de l'homme à terre, il avait plié le genou et grimaçais de douleur, pendant que les enfants étaient glacés :
- aidez nous je vous en pris ! hurla la jeune femme par dessus les coups de tonnerre
je fis oui de la tête, et en silence et sous les gémissements du mari et la crise de panique de sa compagne, j’aidais la petite fille à monter sur ma jument puis j'invitais le mari à prendre place derrière elle. Puis sans perdre mon temps je mis l'arc dans le fourreau sur le cheval puis je pris le garçon sur mon dos, un petit signe de la main à la femme et nous étions en route pour la maison. Une fois arrivé j'aidais tout le monde à enter puis après avoir mis à l'abri et récompensé Tempête, je me mis à m'occuper de mes invités. Une jambe cassé, à peu près tous en hypothermie et une grosse frayeur. Le feu attira de suite les enfants :
- déshabillez vous gardez juste vos sous vêtements, faites une pile de votre linge dans le coin là, je montrait l'endroit, puis prenez les couvertures dans le meuble là bas.
Ma voix était calme et posée, mais ferme. Ils s'exécutèrent pendant que je me mis à mieux diagnostiquer le mari. Rien n'avait l'air déplacé, mais je ne pouvais pas appeler les secours, le téléphone avait été coupé plus tôt dans la soirée, sûrement un arbre qui était tombé sur un pylône…
La femme faisait les cents pas et essayait de rassurer son chère et tendre mais c'était plus pour se rassurer elle même, car elle était survoltée ! Afin de l'occuper et la défaire de son mari qu'elle oppressait je lui mis une main sur l'épaule :
- prenez une casserole accrochée au mur près de la cheminée et faites chauffer de l'eau
elle me regarda en travers puis je partit me chercher de quoi endormir tout ce beau monde. Puis quand je fus de retour je lui tendis une assiette pleine de fleur et de feuilles :
- une poignée pour chacun dans de l'eau bouillante, et laissez les enfants prendre leur poignée qu'ils n'en prennent pas trop, pour vous prenez en une poignée et demie.
- c'est quoi ?
- Thym et fleur d'oranger
- mais vous croyez que…
je ne luis laissait pas le temps de finir et sans rien dire je lui montrait les casseroles au mur, elle vit que j'étais buté et n'insista pas. Je fis un atèle au mari et l'aidais à se déshabiller avant de l'amener au coin du feu.
Je pris ensuite les habits et les mis à les étendre dans la pièce sur un fil à linge qui pendait le long d'un mur.
Pendant que la femme servait l'infusion je profitait de l'eau pour faire une infusion de laurier pour le compagnon de la femme.
Une chance, pour ce soir j'avais du sanglier mijoté avec des légumes et du blé tendre. Personne ne cracha sur la nourriture, même si je dus couper le feu au garçon qui c'était brûlé. Oeil-noir se mis devant moi au moment où j'allais m’asseoir par terre pour manger, la tête incliné sur le coté avant de me monter sa langue et émettre un petit gémissement, je soupirai, me levais et alla chercher un peu de viande et de quoi boire. Je pus enfin prendre ma collation après.
Il se faisait tard quand j'invitais les enfant à aller dormir dans mon lit. La femme toujours inquiète insista pour dormir au pied du lit. Pour ma part j'allais me reposer dans le salon pas loin du feu et du mari afin de l'avoir à l'oeil.
Le lendemain avant que tout le monde soit levé je filais dans les bois, pas de gibier mais des marron pour une bonne soupe ou pour les faire griller à la poêle, je verrais… je trouvais aussi des baies.
A mon retour le mari était réveillé, alors que les autres dormaient comme des marmottes. Je lui posais quelques questions et vérifiais sa jambe, le temps se dégageais. Des voisins se mirent à toquer des haches et des scies à la main, ils allaient avoir besoin d'aide. Après leurs avoir expliqué la situation on décidais de libérer la route la plus praticable. Rapidement je fus de retour avec une ambulance.
Ils partirent tous avec le mari sous le feu de mes reproches et de l'ignorance des escapades en pleine nature !
Quelques jours plus tard le mari revient me voir en béquilles, un magnifique arc à poulies dans les mains...
Image de profil de Ysabel Floake
Ysabel Floake
Ma première idée possédait pas mal de traits de caractère que je retrouvais dans vos personnages, alors j'ai complètement changée ce protagoniste. Elle va être détestée, c'est certain...

Je suis Loredana Devigne Colibo.
Mon prénom est Loredana, pas de diminutif, s'il vous plait, merci.

Je suis la fille unique d'une grosse fortune, mon père n'étant autre que le Président Directeur Général d'une chaîne hôtelière extrêmement connue dans le monde. Le siège se trouve dans un bâtiment tout neuf, dans la Marne, à une heure de Marne-La-Vallée, en moyenne. Très pratique, car à dix minutes seulement de la maison, en voiture.
A la fin de mes études dans les plus grandes écoles, j'ai naturellement rejoins cette société, pour laquelle je négocie le rachat d'établissements qui courent à la faillite, avec pour but la présence de notre enseigne à chaque coin du monde qui s'y prête. Je fais aussi l'acquisition de terrains vierges où construire l'un de nos prestigieux hôtels.
J'ai très peu d'amies, tout au plus quelques copines. Manque de temps et d'intérêt pour les futilités de ces femmes. Leurs discussions sur leurs maris, leurs amants, sur leurs tenues, leurs coiffures ou leurs ongles vernis m'ennuient mortellement et leurs commérages me rendent folle ! J'évite soigneusement leur compagnie qui me fait perdre un temps précieux.
Lorsque j'éprouve le besoin de me détendre, je pratique quelques longueurs dans la grande piscine de la maison familiale où je possède mon propre appartement. Puis je me prélasse lors d'une courte séance de Spa.
Je suis célibataire, et cela me convient parfaitement. Mon emploi du temps ne laisse aucune place aux préoccupations d'un mari et encore moins d'un enfant pleurnichard. Je préfère les aventures sans lendemain, et dénuées de tout sentiment. Oh, à 32 ans, les demandes en mariage ne manquent pas ! Je ne suis pas prétentieuse, mais je suis consciente d'être une très belle femme. malgré ma petite taille,1m56 pour 50 kilos.
Mes longs cheveux châtains et lissés encadrent mon visage aux traits fins. Il faut dire que je prends particulièrement soin de ma peau, mate, soit-dit en passant. De mon corps. De mon allure en générale.
Mes yeux, très légèrement en amande, de couleur noisette, sont juste soulignés d'un trait de crayon noir, qui assombrit leur douceur. Le monde des affaires est très dur, et les hommes que je rencontre plus encore. Quant à mes longs sourcils, ils n'ont besoin d'aucun artifice, étant donné leur épaisseur.
Mes vêtements ? Aujourd'hui, pour cet interminable voyage, je vais porter une tenue confortable :
- une robe noire en soie, sobre.
- Une ceinture en anneaux argentés,
- une paire de Louboutin noire,
- ma montre Cartier,
- mes lunettes, Cartier, elles aussi,
- ma parure Camée, pendentif, boucles d'oreilles, bague, (elle appartenait à mon arrière grand-mère),
- mon sac à main Louis Vuitton,
- et mon porte-document, surtout mon porte-document !
- Mon I Phone, l'un de mes outils de travail.

J'ose espérer que ma tête en l'air de secrétaire a bien précisé que je veux une place près d'un hublot, lors de la réservation. Et en première classe !

Mes qualités : dynamique, ambitieuse (j'espère bien prendre la place de mon père dans quelques années), intelligente, diplomate (selon mes interlocuteurs), calculatrice, intransigeante.
Mes défauts : Je n'en ai pas, mais certains disent à mon insu que je suis égocentrique, orgueilleuse, hautaine, dure, crue, entêtée, insensible et même immature !
Je ne pratique aucune religion. Je crois ce que je vois, et je suis convaincue que la réussite, le pouvoir, et l'argent se gagnent à force de détermination.

Maintenant que je vous ai dressé mon profil, je dois peaufiner mon plan d'action et retourner mon dressing car je n'ai pas encore décidé quelles tenues vont remplir ma valise. L'heure tourne, il me reste peu de temps avant de partir.
Image de profil de Sword_of_shadow
Sword_of_shadow
J'aime bien le style de présentation de AndrewTheFunnyBunny, c'est complet et ça m'évitera d'oublier certains détails...
Donc voilà le personnage de Sword of shadow (vous pouvez dire seulement sword)

Présentation général :

Nom : Alfond
Prénom : Florence
Surnoms : Flo et DarkAngel
Age : 27 ans
Date de naissance : 24 juillet 1988
Sexe : Féminine
Groupe sanguin : A-
Orientation sexuelle : Si elle même savait...
Métier/étude : BAC S sans mention, suite quelque peu chaotique...
Nationalité : Française
Religion : A reçu une éducation catholique, mais est plutôt du genre agnostique, voir même athée...

Physique :

-Yeux : elle a des yeux vert/marron et dispose d'une vue précise et rapide
-Cheveux : de couleur roux, anciennement noir. De taille mi-long, il lui atteignent presque les épaules dans une cascade de boucles sans pour autant être frisé. Elle se les noue souvent en une queue de cheval pour ne pas être dérangé par eux.
-Peau : pâle, marqué de plusieurs cicatrices.
-Taille : 1m79
-Poids : 70 kg
-Silhouette général : Son visage à une forme triangulaire. Elle n'est pas particulièrement belle, mais elle a son charme.
-Musculature : Elle n'est pas particulièrement développé. Sa silhouette est assez fine, taillé pour la vitesse et la précision plus que pour la force brute.
-Signe distinctif : Elle a une petite cicatrice au sommet du front, du côté droit, signe de son passé tumultueux. Droitière.
-Santé : Très résistante face aux maladies, elle s'est cassée le bras gauche lors de ses huit ans mais n'en garde aucune séquelle notable. Par contre, niveau psychologique, elle garde de profond traumatisme et ses émotions sont instable.
-Style vestimentaire : Elle n'a aucun intérêt pour une mode particulière. Une perte de temps selon elle. Elle choisit plutôt des vêtement pratique, ou en fonction de la situation. Dans les couleurs plutôt sombre et passe partout.
-Accessoire : Une montre au poignet gauche et un pendentif d'argent se terminant par une croix. S'est le dernier souvenir de son père biologique et y attache une grande valeur.

Image : https://fr.pinterest.com/pin/543246773783781269/
https://fr.pinterest.com/pin/478226054163400264/
C'est pas exactement ça (notamment pour les tenus), mais ça peut vous donner une petite idée.

Caractère :

Qualités : Combatif ; courageuse ; franche ; déterminé ; loyale ; énergique ; rusé ; agile ; rapide ; patiente ; pragmatique (même si ça peut être considéré comme un défaut) ; sûre d'elle ; observatrice.
Défauts : secrète ; froide ; distante ; dure ; asociale ; violente ; calculatrice ; impulsive ; sans pitié ; colérique ; instable ; belliqueuse.

Scolarité et compétences :

Le début de la scolarité de Florence Alfond a été brillante. Élève appliqué et attentive, elle a montré de nombreuses facilité et a pu ainsi sauté une classe (le cm1).
Le collège a tout aussi bien commencé, mais lorsque les soucis de famille ont commencé à arriver, son niveau a quelque peut baissé. Mais globalement, ce cycle reste positif et son bon niveau scolaire annonce un avenir prometteur.

Mais tout cela se gatte au lycée. Sa situation familiale empire brusquement, Florence commence à laisser tomber les cours. Ses amis ne comprennent pas son comportement puisqu'elle refuse de s'ouvrir à quiconque. Elle arrive à maintenir la moyenne, mais son coeur, auparavant passionné n'y est plus. A dix sept ans, elle obtient de justesse son BAC scientifique.

Après cela, devant apprendre à se battre pour survivre, elle commence à apprendre diverse technique de combat. Les années de pratiques, sa détermination, renforcé par sa haine et sa colère ont fait d'elle une redoutable combattante, implacable, précise et efficace. Elle maitrise aussi bien le combat à main nue que les armes blanches, même si les armes à feu de sont pas sa tasse de thé.
Elle a également appris à gérer la douleur, à l'ignorer et continuer quoi qu'il arrive. C'est une dure à cuire et on ne se débarrasse pas facilement d'elle.

De part son parcourt scolaire, elle dispose d'un minimum de connaissance scientifique, mais elle n'a jamais été une experte dans le domaine.
N'étant pas une linguiste, outre le français, elle ne parle que l'anglais, et encore, son niveau est pas excellent...

Histoire :

L'enfance de Florence est quelque peut idyllique, mais la dureté de la vie lui est rapidement arrivé dessus.
Son père et sa mère l'on élevé, douze ans durant, avec tout l'amour et toute l'attention dont ils pouvaient faire preuve. Fille unique, élève appliqué, enfant douce et sensible, elle comblait ses parents. Ces derniers la chérissaient plus que tout.
Eric était un avocat renommé tandis que sa femme, Laure, était médecin généraliste, travaillant à son compte.
Hélas, tout se gâta vers ses 11 ans. La relation entre ses parents se compliqua rapidement. Florence n'avait jamais su pourquoi, mais quoi qu'il en soit, à ses douze ans, peut de temps après son entré en cinquième, ses parents se séparèrent.

Sa mère obtint sa garde tandis que son père disparut de sa vie. Un an plus tard, Laure se remaria avec un ambulancier, faisant ainsi rentrer un nouvel homme dans la vie de Florence. Les relations entre elle et son beau père ne furent jamais chaleureuse. Au contraire. Flo le haït d’emblée. Cet homme, ce Laurent, n'était pas son père et pourtant, il voulait agir en tant que tel. Gardant une bonne image d'Eric, elle ne pouvait supporter l'idée qu'un inconnu cherche à le remplacer.
Les relations furent froide pendant plusieurs années, mais en 2002, après son entrée en première, la situation se dégrada et devint un enfer.

Des problèmes d'argents firent leur apparition quand Laure tomba malade. Laurent se démena comme il le pouvait pour maintenir la situation. Mais entre la maladie de sa femme, les dettes qui commençaient à arriver et la haine de sa belle fille, il craqua.
Et à ce moment, le cauchemars commença. Il se mit à boire, à se lier avec des personnes peut recommandable et à développer un comportement violent.
La suite... Florence préférerait l'oublier. C'est à ce moment qu'elle se referma sur elle même, se forgeant une carapace autour d'elle. Elle tient bon un an. A 17 ans, juste après avoir eu son BAC, elle fugua, laissant son passé derrière elle. Elle voulait recommencer à partir de zéro, tout oublier et se forger sa propre vie.

Mais on n’oublie pas son passé aussi facilement... Seul, sans toit ni ressource, coupé de tous ses amis, la survit s'annonçait difficile. Elle fit ce qu'elle devait faire pour cela. Vole, trafique et même intimidation. Tout ce qui devait être fait y passa, y compris l'assassina.
Elle se lit d'abord avec des petits groupes, puis, à ses 22 ans, une importante organisation criminel la prit à son service. Elle faisait une bonne garde du corps, mais aussi une observatrice habile, une bonne infiltré et un assassin redoutable.

Malheureusement pour elle, il y a de ça 4 ans, l'organisation subit une violente attaque. Un groupe de militaire d'élite attaqua et élimina tout sur son passage.
Florence ne survécu que grâce à son envoi en mission d’assassinat.
Les trois années suivante, elle continua à faire ce qu'elle savait faire. Elle travaillait dans l'ombre. Son visage était invisible pour la police, mais son surnom, DarkAngel était connu de tous.

Mais il y a de ça quelques semaines, une rencontre bouleversa toute sa vie. Au cour d'une simple mission de livraison, elle croisa Laurent, son père adoptif. Et là... elle perdit le contrôle. Elle l'avait croisé dans la rue, en pleine journée. Laissant tomber sa mission, elle l'interpella et le mena à part. Sans pitié, elle se vengea de tout ce qu'il lui avait fait subir. Laissant son cadavre derrière elle, elle reprit sa route.

Malheureusement pour elle, son absence avait fait échouer la mission. Le commanditaire voulant sa revanche, Florence devint activement recherché par les hommes de mains de ce baron de la pègre.
Depuis, elle était en fuite. Son monde c'était écroulé. Elle gardait quelque contacte qui l'aidait à s'en sortir, mais une seule solution s'offrait à elle : la fuite.

A présent, elle s'apprête à tous quitter. A quitter la France, son pays natale, les rares amis qu'elle s'est fait. Elle a changé de physique, mettant des lunettes, troquant ses cheveux noir et relativement long en une chevelure rousse et courte.
Sans un regard en arrière, elle partait à l'autre bout du monde, espérant y vivre enfin en paix.


Nda : et voilà mon perso... je sais pas si son passé est bien claire, mais bon, je pense que vous avez compris l'idée...
Sinon, entre le anti héros de lala, le héros positif de AndrewTheFunnyBunny et mon héros négatif, on a un peu de tout... ce qui promet des situations assez intéressante !
(désolé yonjuunana mais je vois pas dans qu'elle catégorie te mettre...)
Image de profil de AndrewTheFunnyBunny
AndrewTheFunnyBunny
Héros positif ? C'est que c'est mal me connaître, haha ! C'est censé être un mercenaire implacable, bien qu'avec certaines valeurs, mais qui n'en a pas ;) ?
Image de profil de Sword_of_shadow
Sword_of_shadow
J'ai plusieurs noms de personnages inventés par mes propres soins qui me viennent en tête...
Et entre Florence et Svenn, le héros positif, c'est pas Flo... A moins que tu ne nous ais caché des choses...
Tu insinues donc que les mercenaires ne peuvent pas être gentil ? C'est méchant pour eux ça...
Image de profil de AndrewTheFunnyBunny
AndrewTheFunnyBunny
Je dis simplement que mon personnage n'est point quelqu'un de miséricordieux, en fait, je ne vois pas comment il pourrait être un héros "positif".

Je doute que tuer des gens, jeunes ou vieux, fasse des mercenaires des personnes de cœur, au vue de leur parcours.
Image de profil de Sword_of_shadow
Sword_of_shadow
Au vu du niveau de mes héros positifs, ça va pas être bien compliqué pour lui de s'y intégrer... Sauf si c'est un méchant. Là...

Tout ce que je sais de son activité de mercenaire, c'est qu'il en est un et qu'il travail pour de l'argent... Il aurait put être un gentil quand même ! Mais si tu m'assure du contraire, je vais pas insister...
(et ce sera le héros qui semble positif de Liam Juk dans ce cas !)
Image de profil de AndrewTheFunnyBunny
AndrewTheFunnyBunny
T'inquiète pas, je ne suis pas négatif sur un côté positif (Ironique non ?), non, je demandais juste, avec mon tact absent, je m'en excuse par ailleurs, ce qui pouvait faire de lui d'un "héros positif", peut-être que je me suis mal exprimé :(. Désolé :).
Image de profil de yonjuunana
yonjuunana
Présenter mon personnage réside dans le mystère.

Cela attise beaucoup de méfiance ou de mépris envers mon personnage. Seul son nom est connu lorsqu'on lui pose la question : Tina.

Tina est donc mystérieuse mais aussi espiègle. On sent qu'elle prépare toujours un mauvais coup, mais on ne sait pas quoi. Elle ne fait jamais vraiment de mauvais coups, c'est juste une impression, ou sa personnalité.

Tina a les cheveux blonds, mi-longs et en bataille. Elle porte toujours un chapeau, même si on le lui vole. Elle trouve toujours le moyen d'en trouver un autre. On pourrait presque dire qu'il s'agit d'un pouvoir magique, qui ne sert à rien (ou peut-être que si mais on ne sait pas ...)

Elle est plutôt grande, les yeux argentées. Ce détail peut être à la fois charmant et intriguant, ou juste répugnant. Ses formes sont parfois mises en valeur, portant une salopette grise dont les jambes sont découpées. Elle s'habille léger, et si par le plus grand des hasards il pleut ou neige, ou que la température le nécessite, elle enfilera une doudoune. Evidemmment, elle a souvent les mains dans les poches latérales (pas celles des jambes hein) de sa salopette.

Sa peau est plutôt pâle et elle souvent une mèche rebelle qui masque un oeil.

Que dire de plus ? Rien, on ne sait rien d'elle.

Mis à part que le mystère plane !

Mais pour spoiler un peu, disons qu'elle pourrait être aussi bien une hallucination, que un fantôme (pourquoi vous riez !), ou simplement qu'elle ne parle pas d'elle, donc on en sait pas.

Evidemment ... par souci scénaristique, des précisions seraient utiles.

En fait, elle a juste besoin d'être là. Son passé n'a pas d'importance. Ce n'est pas que je me prélasse mais elle n'en a pas vraiment (besoin). Cela remettrait trop de choses en question.

Son tempérement est donc mystérieux et espiègle. Elle donne l'air de venir d'ailleurs, et d'être détachée de tout. Mais lorsque les situations se présentent ou se bousculent pour la mettre en lumière, elle est assez intuitive, comme si elle savait déjà tout. Elle a un arrière gout, et un avant gout, de folie passagère qui s'installe.

Signe particulier : elle n'est pas du tout attirée par les choses conventionnelles, comme l'argent ou la notoriété. Ce qui renforce son côté méprisable. La seule chose qui l'intéresse semble l'alcool. Ainsi, elle passe pour une sorte de contrebandière qui est un peu atteinte.

Caractéristique principale : la Chance

Tina a un lien très étroit avec la Chance (cela inclut la Malchance évidemment, même si les mots sont pas les plus adaptés, le thème passe).

Tina n'est pas vraiment appréciée donc, car son côté rationnel lui fait souvent défaut (d'opinion) mais elle échappe quasiment toujours au pire. Cela lui vaut donc aussi, ou parfois, d'être appréciée par intérêt ou par émerveillement. Elle est sociable mais son caractère fait qu'elle n'interagit pas tant que ça avec les autres (vu qu'elle n'est pas appréciée).
Image de profil de AndrewTheFunnyBunny
AndrewTheFunnyBunny
~~~~~~~~~~ Carte d’identité ~~~~~~~~~~

Nom : Sheward
Prénom(s) : Svenn Royce (R.)
Surnom(s) : et raison(s) de ce(s) surnom(s)
Âge : 30 ans
Date de naissance : 11 Décembre 1985 (O+)
Sexe : Mâle (Sexe masculin à la naissance)
Genre : Masculin (Régit sur le Psychisme de la personne)
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Métier/études : Mercenaire/Ancien Capitaine./Ancien Soldat/Ancien agent d’infiltration
Nationalité : Américano-Norvégienne
Religion : Aucune

~~~~~~~~~~ Physique ~~~~~~~~~~

Physique image : https://fr.pinterest.com/pin/434315957795880214/

- Yeux : Des yeux chocolat, il a une vue normale. Ces derniers sont de formes occidentales, mais tout de même moyennement entrouverte.
- Cheveux : Sa chevelure est d’une couleur chocolatée, courte arrivant presque à la nuque, ils sont faiblement ondulés.
- Peau : Il a une peau bronzé caramel, de par ses longues heures d’excursion sous les hautes températures et chaleurs du soleil. Il possède quelques crevasses, presque invisibles à l’œil nu, mais en grand nombre.
- Taille : 1m86
- Poids : 86kg
- Silhouette générale : Il possède une barbe complète de deux semaines, assez volumineuses mais légère à l’uniformité du visage, ce dernier est carré voir même ovale par le menton.
- Musculature : Ayant été entraîné pendant de longues années et jusqu’à encore aujourd’hui, il possède une généreuse et parfaite musculature, ni mince, ni volumineuse pour avoir acquis le parfait équilibre de force/vitesse.
- Signes distinctifs : Il possède un tatouage tribal sur tout le bras, où l’on peut apercevoir un tête de mort : cette dernière signifie sa propre mort mais aussi sa résurrection.
- Santé : Il n’a aucun problème de santé aux niveaux de son physique, seul bémol qu’il ne peut s’empêcher de réprimer et son aversion pour les grands eaux profondes, il en une peur bleu.
- Style vestimentaire : Déguisement est mot à utiliser avec parcimonie, chez Svenn, non. Son style vestimentaire primaire, celui qu’il peut utiliser tous les jours, en exceptant ses jours de travail, il utilise un style sombre, non remarquable, quoique parfois, il fait preuve d’excentrisme : comme une longue veste en cuir café. Mise à part les jours neutres, son travail lui fit acquérir des aptitudes de camouflage : entre l’agent d’entretien en sein d’une firme italienne, jusqu’à un mafieux vicieux dans un cartel.
- Accessoires fétiches : Il ne lâche pas ses armes, sous son coussin, dans sa douche, scotcher sous le bureau ou même cacher dans un livre ! Il en a de partout.

~~~~~~~~~~ Caractère ~~~~~~~~~~
Qualité : Ambitieux – Combatif – Compétitif – Courageux – Débrouillard – Direct – Inventif – Libre – Optimiste – Protecteur – Tenace

Défauts : Agressif – Arrogant – Bagarreur – Casse-cou – Grossier/Vulgaire – Impatient – Impulsif – Orgueilleux – Provocateur – Rebelle

~~~~~~~~~~ Scolarité et Compétences ~~~~~~~~~~
Il n’a jamais mis les pieds dans une école, encore heureux qu’il sache à quoi cela sert. Pour la majorité du temps, il travaillait sur ses cours à la maison ou s’entraîner avec son père. Du coup, il passa son brevet et bac par les cours par correspondance.

Il parle couramment les langues populaires : l’anglais, le français, le russe, l’arabe et le chinois.

De par ses longues heures d’entraînement, il a acquis des réflexes de combat rapide et précis. Ainsi, il apprit les techniques de survie dans les environnements durs, et à faire les premiers soins. Bien sûr, il manie les armes à feu et le couteau.

~~~~~~~~~~ Histoire ~~~~~~~~~~
La famille parfaite où l’on peut se retrouver chaque soir devant un bon dîner préparer par une mère présente et un père aimant : C’est ce que Svenn Royce Sheward ne possédait pas. Dès sa naissance, l’enfer du monde réel lui a sauté aux yeux. S’il avait pu connaître sa mère, il aurait peut-être pu découvrir un nouveau monde, mais dans ce cas-ci, et malheureusement, ce n’était pas le cas.

Alors qu’à ses deux ans, sa mère mourut d’un accident, quotidien et fréquent, de voiture ; son père, lui, était un officier de police, reconnu pour son travail appliqué, peut-être trop. Depuis la mort de sa femme, tout bascula, il se contempla dans les fautes professionnelles et les violences domestiques envers son propre enfant, enfant unique qui n’était autre que Svenn. Son chemin dans cette famille fut cependant de courte durée.

Lors d’un soir où l’apogée de la misère de Ludvig, norvégien de ses deux parents, et nationalisé américain depuis maintenant quinze ans, se retrouva à noyer sa propre progéniture ! Acte immonde. Le temps n’arrangeait rien, il faisait froid, il neigeait même. Et alors qu’il crut l’avoir tué, qu’il l’abandonna loin de son monde apocalyptique, loin de la maison.

C’est comme ça qu’à l’âge d’à peine neuf ans, Svenn, anciennement appelé Aleksander, compris que la vie ne se résumait simplement à cet instinct de survie. Mouillé jusqu’au eau, apeuré de la mort et traumatisé, il survécut assez longtemps pour y voir un soupçon d’espoir : la police. L’ironie du sort était souvent la meilleure, alors qu’il en oublia ses neuf années passées, il se retrouvant dans une association de la jeunesse. Remit aux mains de parent non fertile, qu’ils se révélèrent être ses parents d’aujourd’hui.

Tous deux militaires avec bien des passés en différence, qu’ils se virent adopter Svenn, au teint de poupée, norvégien dans le sang, Svenn, fut son nouveau nom. Neil était Major dans l’armée, respecté de tous, juste et bon pour tous, et Emily était nouvellement nommé directrice d’un département secret, dont personne ne connaissant l’existence, une sorte de département d’infiltration. Alors que sa jeune enfance se passa dans les bras de la dureté et du respect, Svenn apprit à survivre comme son père adoptif lui montrait : entre les sessions d’entraînement et les cours à la maison sur la survie en grande nature. Svenn apprit bien trop rapidement que le monde n’était qu’une guerre sans fin.

Mais la crise d’adolescence ne fut pas bien loin et alors que l’enfant idolâtrant ses parents se retrouva dans le cocoon de la puberté. Un adolescent bagarreur, impétueux en ressortit. Et il se retrouva bien vite face aux problèmes et à une dure réalité que sont les responsabilités des actes. Mêlé à des gangs, une descente de police l’emmena. Ce ne fut pas de tout repos pour faire de sa peine une simple punition, punition qu’était le camp de redressement, comme les militaires aimaient le faire.

Majorité obtenue, il n’attendit guère pour entrer dans l’armée, fructifiant les félicitations avec ses exploits d’aptitude physique, pour les plus remarquables. Il fit parti d’un projet d’infiltration, mené par Emily D. Sheward, sa propre mère. Elle était la cause de son entrée pour la moins brutale. Alors qu’il prend ses repères dans l’équipe, il continue à être un simple soldat de l’autre côté, comme si personne n’était au courant du Département. Les années passèrent rapidement, les guerres et les missions aussi, et rien ne fut de tout repos : la mort, le sang, les batailles…

23 ans, nouvellement nommé Capitaine au sein de sa propre unité, unité qu’il consista principalement de ses amis, performants et en qui il avait le plus confiance. Mais les choses ne furent pas ce qu’il put attendre de ce nouveau grade…

26 ans, la trahison, le recommencement. Ces deux mots sonnèrent comme quelque d’impensable mais c’est ce qu’il se passait, après des années de partenariat, il ne fallut que l’odeur de l’argent pour faire avaler le patriotisme et l’amitié. Tout se passa lors d’une mission importante pour démanteler une organisation criminelle, mais le complot de garder la fausse monnaie pour eux les rendit fous. À telle point qu’ils mirent à l’écart Svenn, respectueux des lois dont les deux parents étaient de célèbres militaires, pas question de lui en parler ! Ils le laissèrent, à la fin de la mission, pour mort. Là. Ce fut la trahison. Là. Ce fut le recommencement.

4 ans plus tard, il est devenu mercenaire, redevable à une hackeuse qui lui avait sauvé les miches en le soignant. Pourquoi ? Peut-être l’appât du gain, ou alors par simple civisme. Mais Svenn n’en est plus très sûr aujourd’hui. En tout cas, il lui redevait en centième son geste.

Svenn travaille aujourd’hui sous plusieurs identités, aidé par sa chère compagnonne de route, Amy Wardston. Tandis qu’il est sur le terrain en train de risquer sa vie pour de l’argent, elle, elle l’aide à déjouer les systèmes.

Voilà comment la vie de Svenn Sheward se résume : à la survie.

~~~~~~~~~~ Fin de la fiche personnage ~~~~~~~~~~
0