Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Sangre13

Texte: détails, mise en forme...

par Sangre13  il y a 2 ans
Bien, les fil suivants sont réunis ici: Notes explicatives/Lettrines et dialogues/Tiret Cadratin, Tiret Demi-cadratin ou signe moins ?/Il était une fois une fin/Fanfiction?

D'autres pourront être rajoutées au fur et à mesure (si les fils rentrent dans cette catégorie bien sur).


Fil: Notes explicatives de @<892>@

Si on fait allusion à un film, un héros ou un personnage, un livre, un artiste etc. Faut-il ajouter des notes explicatives de qui ou quoi il s’agit?

Dès qu’une référence ou une allusion risque de manquer de clarté (si la personne est peu connue par exemple) aux yeux des lecteurs, une note. Mais celle-ci ne doit pas engendrer une autre note.
Par contre, si c’est une citation issue de la culture populaire, ça n’a pas besoin d’être mentionné. Mais si tu utilises le personnage en lui-même, tu dois le mentionner (tant que le livre n’est pas en vente, il n’y a aucun problème).

Fil : Lettrines et dialogues de @<1970>@

Peut on mettre une lettrine avec un tiret de dialogue ?

Et bien, un dialogue commence normalement par un guillemet. Le-dit guillemet ne pose aucun problème pour la lettrine.

Fil : Tiret Cadratin, Tiret Demi-cadratin ou signe moins ? de @<1337>@

Quel signe faut-il utiliser ?

En premier, cela dépend du type de texte. Par exemple, un ouvrage scientifique contiendra des cadratins car ils apporteront une précision.
Il faut aussi savoir que dans les romans littérature « jeunesse » (incluant les séries comme Hunger Games, Divergente etc. d’où les guillemets).
Voilà pour cette première « précision ».
Ensuite, il faut noter qu’il y a différentes écoles. Mais, comme la fait remarquer @<1164858744>@, Jean-Pierre Lacroux a dit qu’il n’y avait qu’une seule règle : le cadratin.
Mais, troisième et dernière remarque, @essaim nous a fait remarquer que les cadratins et demi-cadratin rendaient la lecture moins agréable sur Smartphone, et aussi (possiblement) sur tablette et liseuse.

Fil: Il était une fois une fin… de @<1417818380>@

Comment doit être une fin ?

Alors, certains préfèrent une fin ouverte car une histoire en elle même est composée de plusieurs histoires indépendantes qui s’entremêlent. Certaines peuvent se clore tout simplement et d’autres continuer. @<511642127>@ a d’ailleurs fait remarquer qu’une histoire n’a pas réellement de fin ne de début. La vie des personnages ne commence pas au début de l’histoire et ne se termine pas à la fin du récit.
De plus, une doit sous-entendre qu’il y a quelque chose après mais que cela concerne une autre histoire et pas un retour à une normalité banale.
Les réponses aux questions développées dans l’histoire ne doivent pas forcément avoir une fin. En effet, tout dépend de la bonne volonté de l’auteur de dévoiler telle ou telle réponse à certaines questions.

Fil : Trouver un titre de @<1079>@.

Comment trouver un bon titre pour une histoire, roman ?

Alors, il y a eut beaucoup de réponses et de conseils variant selon les personnes. Mais une ressort : l’inspiration. Un auteur peut savoir ce qu’il veut de suit ou pas du tout et il finit par trouver le titre d’un coup, comme une idée lumineuse.
De plus, il faut que le titre ait un lien avec l’histoire. Une histoire parlant de dragon doit avoir un titre qui parle de près ou de loin de dragons.
Mais, au final, soit le titre s’impose de lui même, soit l’histoire impose le titre.

Fil : Fanfiction ? de @<1440404873>@.

Peut-on publier une fanfiction sur scribay ?

Oui, une fanfiction est une histoire au même titre qu’une autre. Certaines sont publiées (comme After ou Phone Play qui était une fanfiction Harry Stiles à la base).
Donc, si la fanfiction est bien écrite, pas à l’arrache comme sur wattpad, bien sur !



Les débats ne sont assurément pas clos. N’hésitez donc pas à donner votre avis sur les différents sujets.
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Sujets sensibles, fil de Patrice Lucquiaud

Qu’entendez-vous par sujet sensible ? Que regroupe-t-on sous cette catégorie ?

Si l’on écrit une seulement un passage parlant de sexualité (par exemple) sans être vulgaire ni grossier doit-on classer l’œuvre en sujet sensible ? Non, en revanche si l’œuvre entière tourne autour de thèmes comme celui-ci ou la violence alors oui.

Le sujet « sensible » est surtout pour créer un filtre. Par exemple, il ne faut pas que les plus jeunes tombe sur un texte classé « sensible ».

La limite se situe dans la subtilité du texte en question mais aussi dans l’impression de chacun. Nous n’imposons pas les mêmes limites à tel ou tel catégorie.
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Je rajoute cette fois-ci les réponses données aux questions sur la poésie. :-)

Fil: Poésie, aide de @Marion Tmp

Comment résoudre une panne d’inspiration ?

Soit c’est parce que l’esprit en « panne » et trop encombré avec des problèmes, préoccupations et d’autres choses du genre.
Une série de conseils à aussi donnée : Utiliser un carnet ; écrire et recommencer jusqu’à ce que l’auteur soit satisfait ; prêter attention au monde extérieur et vivre pleinement en s’enrichissant des émotions ressenties.

Fil : Compter les syllabes en poésie de @Christ’in

Un lien très pratique pour ceux s’apercevant qu’ils ne comptent pas les syllabes comme il le faudrait : http://www.jokabox.com/outils/syllaber

Fil : É crire un haïku de virgo34

Le haïku obéit à des règles strictes de composition. Quand on écrit un haïku, il faut choisir un maximum de règles parmi les suivantes en fonction des circonstances. Mais la règle principale est de ne pas casser les images. Voici les principales règles dans lesquelles on peut puiser les siennes au cas par cas :

17 syllabes en 3 lignes divisées en 5/7/5
Utiliser un mot de liaison ou une référence saisonnière (un ancrage dans le monde).
Utiliser une césure à la fin de la 1ère ou de la 2ème ligne, mais pas les deux. Les 3 lignes ne doivent pas être une même phrase.
Toujours écrire au présent (ici et maintenant). Si on veut écrire au passé ou au futur, l'important est de présenter une image vivante (c'est plus facile au présent).
Limiter au maximum l'usage des pronoms personnels.
Eliminer l'usage des participes présents (gérondifs) mais on peut utiliser des adjectifs verbaux.
Limiter l'usage des articles.
Utiliser une syntaxe simple.
Etudier l'ordre de présentation des images : d'abord le grand angle, puis le moyen et terminer par le zoom. Ou bien du vague au précis, du loin au près.
Réserver l'effet pour la fin.
Rendre les premières lignes attractives en éveillant l'attention.
Seulement écrire sur des choses ordinaires, de manière ordinaire, dans une langue ordinaire.
Laisser le haïku exprimer des images sans besoin de commentaire.
Laisser un écho philosophique en arrière-plan du haïku.
Utiliser généralement des images concrètes.
Inventer des expressions lyriques décrivant l'image.
Utiliser le paradoxe.
Décrire l'impossible de manière ordinaire.
Pas de sexe, ni guerre, ni crime.
Intégrer son image dans un monde réel.
Eviter toute référence à soi-même.
Se référer à soi-même de manière externe.
Eviter la ponctuation pour créer l'ambiguïté.
Utiliser tous les mots en minuscules. Seulement une majuscule à un nom propre ou à l'initiale du premier mot du poème.
Eviter les rimes.
Utiliser l'allitération ou l'assonance.
Toujours terminer par un nom.
Eviter d'employer trop de verbes, supprimer si possible.
Eviter les prépositions (dans, sur, entre, parmi) surtout en début de phrase.
Eliminer les adverbes.
Ne pas utiliser plus d'un adjectif par nom. L'usage doit être limité au seul sens du haïku.
On peut ne pas mettre de titre, le haïku se suffit à lui-même.

Conclusion : Le haïku doit être considéré comme un poème à forme fixe et non comme une carte de vœux en vers.

Attention, ces règles ne sont valables que pour les haïkus français.


Les débats ne sont assurément pas clos. N’hésitez donc pas à donner votre avis sur les différents sujets.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Pour ce qui est des "références", tout dépend du degré de lecture et du côté "nécessaire" ou non pour le lecteur de comprendre la référence pour suivre le récit.
Je vais prendre un exemple très simple, dans une BD d'Astérix (le Tour de Gaule si mes souvenirs sont justes), ils passent près d'un acqueduc en construction, le "Pont du Gard" avec le commentaire: "Avec leurs constructions modernes, les romains gâchent le paysage". Le lecteur qui a visité la région saisit immédiatement le trait d'humour, mais s'il y avait une note en bas de page, ça gâcherait l'effet.
A contrario, si vous écrivez un roman historique décrivant un tournoi du moyen-âge et qu'il est question de "rançon", une note en bas de page pour préciser que le perdant d'un tournoi doit effectivement payer une rançon à son vainqueur est indispensable pour que le lecteur puisse comprendre l'intrigue.
Quand on fait référence à un artiste ou une oeuvre, c'est un peu le même principe, s'il s'agit simplement d'un "clin d'oeil", la référence est inutile, mais si on ne peut pas comprendre l'intrigue sans connaitre l'artiste, la référence doit être ajoutée. Inutile de préciser u'un livre comme "Le Da Vinci Code" devrait idéalement être bourré de notes de bas de page.
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Je rajoute la synthèse écrite par Laedde à propos des quatrièmes de couverture. Merci beaucoup à toi! :-)



Le quatrième de couverture devrait présenter le genre (science-fiction, fantasy, polar…), le ton (humoristique, noir, épique) et le contexte de départ (personnages principaux, avant-goût de l’action et de l'élément perturbateur…).
Quelques lignes suffisent pour donner envie, trop en dire peut décourager la lecture. Quand je lis une quatrième de couverture, j'ai envie de commencer à échafauder mille et une théories sur ce qui pourrait arriver.
Par contre, je déteste tomber sur une 4e de couv' avec trop de précisions, des Lieux et Organisations Mystérieuses Commençant en Majuscule en pagaille, des noms de partout... Je préfère un texte court allant à l’essentiel.
En résumé, un bon synopsis est un texte court présentant le genre, le ton, les prémisses (personnages et action), voire l’élément déclencheur du récit, dans le but de nous donner envie de savoir comment l’intrigue va évoluer.

(Compilation faite à partir des réponses de Eric Kobran, Haraëa, Laedde, et maaleikaa au fil « Ce fameux 4ème de couv... »)
0