Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de La Folia

Mais où est donc le steampunk en littérature ?

par La Folia  il y a 1 mois

"Steampunk", pour ceux découvrant ce mot, est un genre tant littéraire que vestimentaire, culturel, et artistique en un sens plus général : imaginez une sorte de XIXème siècle dans lequel la technologie aurait atteint un niveau de perfectionnement encore plus poussé que durant la Révolution Industrielle, où le vintage à la victorienne côtoierai le futurisme le plus déjanté et créatif; le tout avec une bonne dose d'engrenages et de machines à vapeur.

Comment un univers aussi versatile permettant d'exploiter presque tous les genres littéraires peut-il seulement se voir si ignoré par les lecteurs...comme les auteurs ?

J'écrivais, il y a maintenant une année de cela, un long roman prenant place dans un monde fictif d'inspiration complètement steampunk. Pour l'occasion, j'ai souhaité également lire quelques ouvrages à ce sujet, romanesques comme théoriques, et quelle ne fût pas ma déception d'avoir si peu à me mettre sous la dent ! Hormis de rares ouvrages tels que les "Aventures de Lucifer Box" aux éditions Bragelonne, et les autres receuils appartenant à cette collection, je trouve personnellement le genre steampunk tristement inexploité dès qu'il s'agit de raconter une histoire. (Plusieurs ouvrages 'théoriques' très intéressants existent en revanche sur le sujet, tels que la "Steampunk Bible" de Jeff Vandermeer, ou l'excellent livre d'illustrations "Walking your Octopus : A Guidebook to the Domesticated Cephalopod" de Brian Kesinger, que je recommande très chaudement à quiconque se verait intéressé par les tribulations quotidiennes d'une jeune femme au cheveux verts et de son poulpe de compagnie, le tout dans un univers délicieusement steampunk s'il en est).

Le steampunk semble témoigner d'un manque flagrant de médiatisation, à tel point que lorsque je déclare en public être fan de steampunk, il me faille souvent expliquer de quoi il s'agit, quelque soit l'âge de la personne en face de moi. (Mais certains connaissent tout de même; l'espoir demeure !)

Et vous ? Que pensez-vous de la littérature steampunk ? Injustement ignorée ou simplement peu intéressante ? Aimeriez-vous en voir davantage dans vos librairies ? Êtes-vous vous-même intéressés par cette culture ô combien unique en son genre ?

Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
j'écris un roman de fantasy steampunk pour ma part — même si à le lire pour l'instant on dirait pas ;D— donc oui j'aime ça, non je n'en lis pas tant, en réalité, car je lis de tout)
J'ai moyennement apprécié le lucifer Box, parce que le scénar était vraiment pas top (mais le ton et le style m'ont bien plu)
steampunk reste un sous genre et donc il est moins mis en avant. Toutefois on ne peut pas dire qu'il n'y a pas de quoi lire (voir la ref sous babelio) !
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Le steampunk et ses déclinaisons (medievalpunk / Med-punk, westernpunk, voire gaslampfantasy ou encore rétrofurisme, le "solar punk, dont m'a parlé Oriane, ici : https://www.scribay.com/talks/8831/les-nouveaux-genres--les-horizons-inexplores) ne sont pas si rares que cela en littérature S-FFF. Ignorés sans doute, car rangés comme sous-genres sous des étiquettes telles que la science-fiction, le fantastique ou la fantasy. Il n’y a pas si longtemps, cette dernière était aussi considérée comme un sous-genre de la science-fiction. La fantasy urbaine pourrait être une forme de steampunk lorsqu’elle prend place dans la seconde moitié du 19e siècle.

Pour preuve, outre les ouvrages de la petite collection « or » de chez Bragelonne, voici une liste d’auteurs et d’œuvres qui pourraient vous intéresser :
Auteurs steampunk, ou ayant écrit des œuvres du sous-genre :
- Gail Carriger,
- Cherie Priest,
- Kim Newman,
- Pierre Pevel (Le Paris des Merveilles),
- Johan Heliot (La Trilogie de la Lune),
- Philip Pullman (Les Royaumes ne Nord),
- Hervé Jubert (La trilogie Morgenstern, ou encore Magie secrète),
- Alex Evans (Sorcières associées)
- Deborah E. Harkness (Le Livre des Sortilèges)
- (…)

Les romans steampunk et Gaslampfantasy :
- La trilogie steampunk, de Paul Di Filippo,
- La Machine à différence, de B. Sterling & W. Gibson,
- Engrenages et sortilèges, d’Adrien Thomas
- Dishonored, l’homme corrodé, d’Adam Christopher
- Les voies d’Anubis, de Tim Powers,
- Darwinia, de Robert Charles Wilson, Sorcières et associées
- L’alchimie de la pierre, d’Ekatarina Sedia
- Le château des étoiles, d’Alex Alice,
- L’instinct de l’équarisseur, de Thomas Day
- (…)

Je vous renvoie aussi à ce lien : https://www.babelio.com/resrecherche.php et "steampunk" dans la barre de recherches.

Aucun exemple ne me vient en Med-punk (si quelqu’un en a… A moins que l'on puisse y intégrer des œuvres comme Les Chroniques d'Arcturus, de Gilles Servat et/ou Thorgal, de Van Hamme & Rosinski.)

En westernpunk, je citerai pour le cinéma Wild Wild West, (1999) de Barry Sonnenfeld ou dans une certaine mesure Cowboys & envahisseurs, (2011), de John Favreau, ou encore Jonah Hex, (2010) de Jimmy Hayward, pour donner une idée de l’esthétique.
Et en littérature :
- Riverdream, de G.R.R.Martin,
- Bloodsilver ; de Johan Heliot

Enfin, pour le retrofuturisme (qui prend place dans les années 20 à 60 environ), si au cinéma nous avons des films tels que Sky Captain and the World of tomorrow, (2004) de Kerry Conran ; La forme de l’eau, (2017) de Guillermo Del Toro ou encore La Cité des enfants perdus, (1995) de Jean-Pierre Jeunet, entre autres, ou même le début du film Captain America, (2011) de Joe Johnston. En littérature, il faut un peu se creuser la tête. Mais on trouvera pas mal de choses du côté de la littérature Pulp et de la littérature de science-fiction de cette période.

On peut néanmoins évoquer des œuvres écrites postérieurement :
- Le maître du Haut-Château, de P.K. Dick (et une bonne partie de ses romans S-F),
- Wild Cards, de G.R.R.Martin,
- Les Chroniques du Grimnoir, de Larry Correla,
- Watchmen, d’A. Moore, D. Gibbons et J. Higgins,
- (…)
Image de profil de Ghost Hildly
Ghost Hildly
J'ajouterai aussi, dans le monde du divertissement, qu'il fut une époque où une partie de Discoveryland à Disneyland Paris, était basée sur le Steampunk, avec le Space Mountain en tête de gondole (Je parle bien de celui de Paris car dans les autres pays, c'était Tommorowland et la base thématique n'était pas la même).
Je ne sais pas ce qui ça donne depuis que le Space Mountain est devenue une attraction Star Wars.

Après, on s'éloigne de la littérature ici, même si beaucoup de clins d’œil à Jules Verne traînaient dans l'attraction.
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Exact pour J. Verne. Inévitable d'y penser lorsque l'on parle de steampunk, quel que soit le support ou l'environnement. Il reste l'un des maître incontestés (cocorico ! Pour une fois en S-F... Cela dit, il n'a pas été le premier français à parler :Cf. Cyrano de Bergerac : http://www.leboucher.com/pdf/cyrano/b_cyr_am.pdf). On est plus dans le steampunk. Toutefois...
Image de profil de borokov
borokov
Salut,

Peut-être le steampunk moderne est-il trop graphique pour s'adapter à un roman ? Ce style est pourtant très présent dans la culture geek, en cosplay, dans le jeux vidéo, BD, anime, etc... Mais tout ces médias ont en commun un support visuel.

Une arme, un costume, un objet steampunk brille par ses détails, ses petits engrenages, ses tuyaux, ses soupapes. En faire une description serait soit très laborieux, soit ne rendrait pas hommage à sa complexité.
Image de profil de Ghost Hildly
Ghost Hildly
Le deuxième roman qui a remporté le prix du premier roman jeunesse chez Gallimard, Les Mystères de Laripsem de Lucie Pierrat-Pajot, est dans la veine streampunk (pas de divulgâchis s'il vous plait, je n'ai pas encore lu le dernier tome !!!). J'ai bien aimé cette série et ses personnages.
Le steampunk est un courant avec une esthétique marqué que j'apprécie, des idées qui sortent parfois du lot (cf. Notre-Dame de Paris dans les Mystères de Laripsem), mais je n'en ai pas fait une spécialité dans mes choix de lecture, comme pour les autres sous-genres de la SFFF.
0