Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de helianthracite

Décrire une sensation, une saveur...

par helianthracite  il y a 4 mois

Bonjour !

Depuis quelques temps, je m'interroge : pouvons-nous décrire une sensation, un parfum, un goût ? Par exemple, que pouvons-nous exprimer sur la sensation de mal-être ? Ou l'angoisse qui se développe ? Même chose pour les odeurs. Nous pouvons assimiler une odeur à un souvenir, un objet mais comment la définir ? Comment pourrions-nous décrire la saveur d'une viande blanche ? Et, finalement, est-ce possible ?

À part écrire "Je sens l'anxiété grimper", je ne sais pas comment faire.

Si vous avez des suggestions, je suis preneuse.

Image de profil de Mielou
Mielou
J'arrive après la guerre (comme trèèèès souvent), mais le sujet m'intéresse alors je le remonte, héhé. Soit dit en passant, je plussoie la lecture du Parfum ! Je l'ai adoré, et il est riche de descriptions olfactives, c'est vrai ! Une très belle découverte, pour ma part ♥

Je ne ferai pas exception à la règle et rejoindrai l'avis général : tout peut être décrit, mais avec plus ou moins de facilité, c'est certain.
Tu as déjà reçu de précieux conseils, très vrais et justes. Je ne vais sans doute pas apporter grand-chose à ce débat peut-être clos, du reste. D'ailleurs, je m'abstiendrai de repartir sur le terrain des goûts et odeurs : en mon sens, tout a déjà été dit ^^

Je vais tenter de m'attarder un peu plus longuement sur la sensation/l'état de mal-être, en revanche, qui semble plus complexe à appréhender pour toi. Si je peux faire avancer le débat... ce qui n'est pas sûr !

Pour moi, le mal-être est une sensation (ou un état :p) profonde, qui ne saurait disparaître en un claquement de doigt. Il s'installe dans la durée, et pour cette raison, une "description sur le long terme" s'impose peut-être. @Tendris a raison, il ne faut pas décrire pour décrire, sur des dizaines de pages, au risque de paraître trop abstrait et de perdre le lecteur. Toutefois, le "mal-être" est (à mes yeux) un état d'esprit qui va influencer le quotidien du personnage. Sa perception des choses autant que ses ressentis. Le plus petit commentaire pourrait être vécu comme une attaque, par exemple. La journée la plus banale, comme une torture, etc. En ce sens, la perception du mal-être/malaise s'étend donc dans le temps. Ce n'est pas pour autant une description à proprement parler.

L'angoisse, c'est différent. A mes yeux, elle est plus fulgurante, plus vive, également, que le mal-être. Elle fige, paralyse, tétanise le personnage. Elle l'empêche d'accomplir ce qu'il projetait, l'entrave, le handicape. Pourtant, aussi vive soit l'angoisse, la reprise de sa contenance ou de belles paroles suffiront à la balayer. D'ailleurs, je ne conçois pas l'angoisse comme capable d'entraîner des séquelles, à l'inverse du mal-être. Enfin, en un sens, si : si on a le choix entre sauter ou mourir et que le vide angoisse à ce point le personnage qu'il se trouve incapable de sauter, et meurt... Là, il y aura des conséquences ^^' La plupart du temps, toutefois, j'estime que l'angoisse n'a pas de conséquence sur la psyché, notamment (si ce n'est qu'elle peut resurgir chaque fois que la "situation de crise" se présentera).

Toutefois, décrire le mal-être ou l'angoisse, c'est le même combat. Il faut effectivement faire appel à des sensations (visuelles, auditives, olfactives), des métaphores et comparaisons. Le choix du vocabulaire m'apparaît aussi essentiel et la moindre occasion doit être saisie. Je ne peux concevoir de mots joyeux pour un personnage qui se torture l'esprit (c'est une évidence, mais c'est pour illustrer ^^').
Une autre possibilité, peut-être, serait de personnifier les sensations/états (surprenant, de ma part, n'est-ce pas :p). Si le mal, quel qu'il soit, est lui-même incarné, peut-être est-il alors plus aisé de le décrire ; décrire la façon qu'il a de pénétrer l'être, de l'empoisonner, de l'étouffer, mais aussi les conséquences qu'il a sur le personnage.

Pour ton exemple sur l'anxiété, il y a déjà l'idée de progression : on part du petit pour aller au grand, jusqu'à atteindre le paroxysme. L'angoisse, c'est l'inquiétude, la gorge qui se noue, le ventre qui se serre, le sang qui se glace, le cœur qui accélère, la tension qui baisse. C'est un sentiment de vertige qui abrutit, accapare les pensées, focalise l'esprit sur l'objet de la peur quand on préfèrerait le fuir (sans en être capable).

Je pense avoir fait le tour ! Mais je ne sais pas si j'ai été bien utile, si le sujet est toujours d'actualité ^^
Image de profil de helianthracite
helianthracite
J’ai acheté le Parfum, il m’attend impatiemment dans ma pile de livres à lire désormais...

Ce sujet pointait plus la réalité que l’écriture à vrai dire car les mots, comme je te l’ai expliqué ailleurs, me paraissent insuffisants face à tout ce que l’on peut ressentir. Déposer « Je souffre, la situation m’oppresse, me dévaste, m’anéantit... Et les larmes dégringolent. » ne formule pas mon émotion, sa violence. Oui, les lettres ne décollent pas, ne sont pas physiques.

Je te remercie en tout cas pour tes suggestions, en effet, une « description à long terme » révèle bien le mal-être qui se glisse dans une personne. Encore merci pour tes jolis exemples. :)
Image de profil de korinne
korinne
Coucou :))

Peut-être pour la sensation d'anxiété un ressenti de coupure ou de décalage avec les autres... l'impossibilité de dire, d'exprimer justement... l'impression d'enfermement. Une prison où les sens t'engloutissent sans trouver les mots pour t'en libérer. Quelque chose qui empêche, qui limite, qui réduit...

Fais une liste de mots angoissants et cherches dans un dictionnaire des synonymes... :
https://synonyms.reverso.net/synonyme/fr/angoisse
En cliquant d'un mot à l'autre tu vas obtenir tout un vocabulaire qui t'aidera peut-être à trouver l'inspiration.
Regarde les antonymes aussi ce sont de bonnes pistes :)
Image de profil de helianthracite
helianthracite
Bonsoir korinne :)

Merci de ton apport, je préfère cependant synonymo (soit, mon meilleur allié). Bonne soirée !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Comment décrire la saveur de la viande blanche ? Elle évoque quoi pour toi ? C'est dur ou c'est tendre ? Ça fond sur la bouche ? C'est sec ? Trop cuit ? Carrément cramée ? Est-ce qu'il y a une sauce ? A quoi ? C'est bon ? Cela évoque quelque chose ? Ou au contraire c'est délicieux mais pour X raison le protagoniste ne peut pas apprécier ? Bref, après cet interrogatoire, tu peux peut être t'aider pour décrire ces sensations. Sinon pour "lire" les odeurs je te recommande "Le parfum" de Patrick Süskind. Pour les saveurs "Chocolat amer" de Laura Esquivel. Je trouve intéressant leur façon de rendre cela.
Image de profil de helianthracite
helianthracite
On m’a de nombreuses fois recommandé Le Parfum de Süskind, je pense le lire d’ici peu. Il pourra sans doute répondre à mes questions. Pour l’autre ouvrage, je vais me renseigner, merci en tout cas :)
Par contre, comment décrirais-tu des sensations ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ben les sensations c'est plus simple... c'est ce que tu ressens :P (facile, hein ?) mets-toi à la place du personnage. Je ne peux pas te donner des exemples comme ça :) pas aussi beau que pour Astrée :) mais je pense que la capacité d'empathie d'un auteur est très importante : ressent ce que tes personnages ressentent et franchement à l'écriture ça va être limpide, tu verras.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
tiens je reviens de lire les commentaires, pour toi l'angoisse qui se développe est difficile d'écrire ? demande-toi ce que tu ressens en étant angoissé : tu vois les aiguilles d'une horloge avancer rapidement, ou il y a un tic tac, tu sens ton cœur s'arrêter (oui, cliché, so what ? :P), un nœud dans la gorge qui t'empêche de respirer, les murs se resserrent, le sol se dérobe, les jambes flagellent, ça c'est pour les sensations. Pour les souvenirs, tu peut associer cette réaction à un souvenir traumatique. Pour ce qui se passe dans la tête du personnage, tu peux aller piocher dans les hallucinations, dans l'imaginaire, dans un cauchemar, etc.
Image de profil de helianthracite
helianthracite
Hum... Les sensations sont plus difficiles à expliquer selon moi. Et si je ne réussis pas à sortir sur papier ce que je ressens moi-même ?^-^’

Ja, je n’arrive pas à décrire ce qui se passe à l’intérieur de mon corps lorsque l’angoisse approche. Je la perçois au niveau du ventre, comme une boule qui occupe une large place et qui s’évanouit en quelques instants. Bon, je mets des mots dessus tout de même.
Image de profil de Tendris
Tendris
Fort heureusement qu'on le peut ! L'écriture serait un exercice bien triste si l'on ne pouvait décrire une sensation, une saveur, un parfum ou un goût. Effectivement, les comparaisons et métaphores sont une façon de le faire en amenant le lecteur vers quelque chose qui lui est bien connu, qui lui parle.
Et puis, il y a tout le champ lexical d'un répertoire. Une odeur, puisque tu la cites en exemple, peut être, sans prétendre à l'exhaustivité, forte, rance, âcre, nauséabonde, irritante, fétide... ou encore désagréable, incommodante, insoutenable si tu te places du côté du ressenti. Et la même énumération pourrait se faire à propos d'une odeur agréable.
Image de profil de helianthracite
helianthracite
Grâce à vos commentaires, ça me paraît plus simple pour les odeurs ainsi que les saveurs. Quant aux sensations... Il est sûrement possible de décrire le mal-être, cette sorte de lourdeur, de vide. Mais cette description pourrait-elle occuper plusieurs pages ? Il faudrait que j’essaye…^-^’
Image de profil de Tendris
Tendris
A mon sens, le mal-être est moins une sensation qu'un état, une condition, comme l'est, à l'inverse, la bonne humeur. Une sensation renvoie aux sens et donc on revient sur un répertoire sensoriel comme énoncé pour les odeurs, et qui suit une logique analogue pour les autres sens.
Décrire un état est différent, tu peux le décrire extérieurement par une attitude, apathique, amorphe, nerveux etc... ou par une introspection de ton personnage. Après, une description d'un état d'esprit sur plusieurs pages, c'est de mauvaise augure pour capter le lecteur. Enfin, cela n'engage que moi bien sûr, mais personnellement je m'ennuie ferme si on me décrit la psyché du personnage sur plusieurs pages ^^
Image de profil de helianthracite
helianthracite
Je comprends, même si le mal-être me semble être autant un état qu’une sensation. Question de point de vue ;)
Image de profil de Astrée Argol
Astrée Argol
Hello ! Le sujet de ta discussion m'intéresse particulièrement car j'aime à décrire les sensations plutôt qu'à nommer les sentiments.
Le principe consiste à évoquer les effets du ressenti sur le corps et d'y associer une image évocatrice, métaphore ou comparaison.
Si je reprends ton exemple, je dirais plutôt: "Ma gorge serrée filtre l'air au ralenti jusqu'à mes poumons et mon cœur peine à juguler la sensation d'asphyxie. La sueur que je sens perler sur ma nuque annonce la tempête à venir aussi sûrement qu'un ciel d'orage."

Je crois que toute sensation peut être décrite et pour y parvenir, sollicite tes propres souvenirs sensoriels. Bye !
Image de profil de helianthracite
helianthracite
Ta formulation me plaît, néanmoins elle s’éloigne quelque peu de la véritable sensation qu’on peut éprouver lors d’une montée d’anxiété. J’ai sans doute mal expliqué : il était question d’une sorte de « pulsion d’angoisse ». Voilà, je peine à la décrire...

Merci de ton intervention sinon :)
0