Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de korinne

Est-ce que vous seriez intéressé(e)s par un logo "relu sur Scribay" pour vos auto-éditions de roman ?

par korinne  il y a 5 mois
Cette discussion est verrouillée. Il n'est plus possible de publier de nouveau message.
Si vous avez des suggestions liées à la plateforme en elle-même, le mieux est de nous contacter par MP. On évite le plus souvent les débats "méta" sur Scribay, dans Échanger. :)

C'est une idée, que je lance comme ça, pour voir ce que vous en pensez :

Imaginons que vous avez écrit un roman (c'est long, hein, c'est du boulot :)

et que vous le publiez sur Scribay afin d'obtenir conseils et corrections (jusque-là, rien d'original :)

et qu'après réécriture et réécriture, vous envisagiez de tenter l'auto-édition ( ben oui, même si on préfèrerait signer un petit contrat avec une ME...)

seriez-vous prêt à indiquer par une logo "relu sur Scribay" que votre livre présente au moins une qualité minimum (orthographe, syntaxe, cohérence) ?

On pourrait créer : "Une bourse aux relectures de romans terminés avant autoédition" ?

ET avec l'accord de nos deux héros Arnaud et Manuel :

Un beau logo "relu sur Scribay" qui pourrait intrigué, devenir un label de qualité, et atiré des auteurs (autoédités) à venir découvrir la plateforme...

Alors bonne ou mauvaise idée ?

Résiltat :

11 "mauvaise idée" bien argumenté

7 "bonne idée" enthousiaste

Et moi qui pensait que c'était une bonne idée en lançant la discussion, et bien : j'ai complétement changé d'avis :))

En ce qui me concerne la discussion est close mais je vous invite à lire les commentaires ! Merci à tous pour vos participations, c'est très interrassant !

Image de profil de mytifle
mytifle
Coucou Korinne !
Oh, je trouve l'idée intéressante, cela pourrait être bénéfique pour le site, non ? Bon, apparemment, c'est conclu, je vais lire le pourquoi du comment... Merci !
Image de profil de korinne
korinne
Oui, lis... tu vas voir c'est très intéressant et ça fait réfléchir :))
Image de profil de mytifle
mytifle
Arg ! Ils n'ont pas tort... Finalement c'est bien plus complexe que l'on ne l'imagine dans notre petite tête de rêveuse :)
Image de profil de korinne
korinne
C'est exactement ça ! Mais bon faut continuer à rêver quand même, hein, parce que ce sont les rêves qui des fois changent le monde :))
Image de profil de Le Grand Méchant critique
Le Grand Méchant critique
Je n'ai pas tout compris : ce logo serait-il gage de qualité ?
Au niveau de l'orthographe, évidemment. Mais au niveau du reste ?
Image de profil de korinne
korinne
Oui, c'était l'idée : la qualité. Comme répondu plus bas, je parlais d'un label de qualité minimum : c'est à dire fluide, pas de faute, cohérent. Après le fond, le style ça c'est autre chose :)
Mais bon, je t'invite à lire les échanges plus bas de ceux qui ne sont pas d'accord et qui je crois on bien raison :D
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
Très bonne idée. Et à mon avis, se poser la question de la qualité est vouloir placer tout de suite la barre trop haut.
Un livre autoédité avec un logo 'paru sur Scribay' ou'relu sur Scribay' sera du même niveau que les textes publiés sur la plateforme. Ni meilleur ni moins bon.
Celà donnera des texte très disparates et c'est ce qui fait le charme du site.
Pour moi, bonne idée.
Image de profil de korinne
korinne
Ouais, mais non, parce que un label c'est forcément signe de qualité, donc c'est normal que la barre soit haute :))
Oui, un texte auto-publié avec ce "logo" serait de la même qualité que ceux publié sur la plateforme et justement, les textes publiés ici même s'ils sont prometteurs pour certains, ne sont pas accepté par les ME, donc pas d'assez bonne qualité, encore :))
Merci pour ta participation Guillaume.
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
Pour moi, ce n'est pas le même sujet :).
Soit on fait un simple logo. Rapide, efficace, qui donne un peu de visibilité à l'oeuvre et à la plateforme, mais qui en terme de qualité a le même poids que 'Vu à la télé',

Soit on se lance dans une pré-maison d'édition. Mais alors, quels critères, quelles relectures, quels contrôles. Et bien plus, que faire si quelqu'un s'attribue le logo sans en avoir rempli les critères ?
Bref beaucoup de problèmes, pour un bénéfice incertain.

A mon avis, il vaut mieux s'en tenir à la version courte qui a plus de chance de produire un fruit ( croyez en un spécialiste des projets inaboutis )
Image de profil de korinne
korinne
Ouais, bof, si c'est pour faire un truc style "Vu à la télé" euh, non merci :D Il y en a déjà bien assez comme ça des logo qui servent à rien sauf à attirer le challant :))

Il vaut mieux laisser tomber l'idée, on économisera notre énergie :D
Image de profil de Daegann
Daegann
amha, non.
Déjà parce que scribay n'est pas forcément connu et reconnu, parce qu'il y aurait aucun contrôle, que ce n'est pas parce que c'est relu ici que ça a été relu sérieusement par plusieurs personnes sérieuses, etc. Bref, ce n'est aucunement un gage.

Aussi, quand on relit, c'est bénévolement dans un but de partage. Ce n'est pas un site pour se faire corriger gratos en espérant avoir une qualité professionnel.

Bref, amha non, ça n'apporterait rien de positif.
Image de profil de korinne
korinne
Oui, c'était pas une bonne idée... C'est un rêve en décalage avec la réalité :)) Mais la discussion m'a permis de comprendre que l'auto-édition n'est que l'édition à compte d'auteur 2.0
Et tu as raison, même si les relectures-corrections sur Scribay permettent de grandement s'améliorer ce ne sont pas des corrections pro, pas plus que les auteurs ici ne sont des écrivains :)) Mais c'est très bien, hein, juste que je me suis emballée :D
Image de profil de Daegann
Daegann
Je comprends. L'idée peut avoir de quoi séduire, mais elle a aussi certaines limites malheureusement.
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
Toute idée a des limites. C'est dans la nature même des projets. Mais korinne je ne peux que t'encourager à persévérer, sans chercher à complexifier l'idée. A vouloir décrocher la lune, on risque surtout de tomber de l'échelle.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Qui va gérer la levée de bouclier que les correcteurs pro ne vont pas manquer de brandir ?
Image de profil de korinne
korinne
Oui, tout à fait et ils auraient bien raison :)
Fausse Bonne Idée !
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
Personne. Tant qu'ils ne brandissent pas des épées, ce n'est pas une vraie menace. :D
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Je pense que ça serait une bonne idee, qui serait en plus accessible à beaucoup de monde, bien plus que pour de la relecture professionnelle et payante !

Un logo mettrait en confiance les lecteurs et les écrivains !
Image de profil de korinne
korinne
Oui, mais en lisant les commentaires plus bas, tu verras que finalement c'était une Fausse Bonne Idée :))
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Je tout lu avant de poster, et en effet la realisation est compliqué et pas forcement possible sur scribay, mais ça n'en fait pas une mauvaise idée pour autant! Et avec l'augmentation des livres en auto-publication, ça ne m'étonnerait pas que ce genre de label apparaisse un jour!
Image de profil de Ālغx |
Ālغx |
Le principe du site est basé sur l'entraide sans ségrégation aucune sur le niveau. j'ai le sentiment qu'un label serait réservé à une "élite", ce qui me semble opposé à ce qui fait le charme de Scribay.

Pourquoi pas si c'était fait sous forme de concours - comme ce qui a déjà été fait - et que ça permettait aux gagnants d'avoir une certaine exposition, et une garantie pour les ME.
Image de profil de korinne
korinne
L'idée n'était pas d'introduire de ségrégation, pas du tout, mais plutôt une différence au niveau de là où on se trouve dans le déroulé du travail d'écriture.

Par exemple, quand un auteur annonce que c'est un premier jet, tu ne vas pas faire tout à fait la même relecture que s'il t'annonce texte déjà retravaillé plusieurs fois et en dernière relecture (je sais que tu vois ce que je veux dire :))

Les concours donnent trop de déçu(e)s... la dernière fois j'ai eu l'impression que ça avait un peu pourri l'ambiance, mais ce n'est que mon ressenti perso ça :)

De toute façon, c'était une Fausse Bonne Idée, mais les échanges étaient supers intéressants donc je regrette pas d'avoir lancé la discussion... :D
Image de profil de Ālغx |
Ālغx |
Je vois :)

Ah ouai ? Je n'en ai pas eu le même ressenti. Au contraire, j'avais trouvé une certain émulation. Peut-être le point négatif majeur, à mon sens, était le débarquement de dizaine de personnes venues poster un texte, prendre des avis, sans jamais revenir.

Du moment qu'on ne parle pas à ta main... :D
Image de profil de korinne
korinne
Emulation pendant oui ! Moi aussi :))
Mais après je trouve que ça avait changé l'ambiance, beaucoup de personnes n'ont fait que passer c'est vrai, du coup beaucoup d'inscriptions pour le site, ce qui était peut-être bien pour la plateforme. En tout cas j'aurais pas voulu être à leur place pour lire tout ça :))

J'avais oublié cette connerie de chanson, mais on peut compter sur Gigi pour détendre l'atmosphère :D Rien ne lui échappe !
Image de profil de Ālغx |
Ālغx |
Yep on est sur la même longueur d'onde. J'avais pensé à un concours uniquement réservé à ceux inscrits au moment du lancement... Mais, là-aussi c'est à l'encontre des principes de partages de Scribay. C'était pourtant une bonne idée, j'espère qu'il y aura de nouvelles éditions..

Tu m'étonnes, le dimanches à ne rien faire ils n'ont pas du connaître...

Toujours au rendez-vous le soleil mexicain !
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
Mouais...
Dubitatif, je reste.
Si j'écris mal, j'ai peur d'obtenir le logo « relou sur Scribay »
Image de profil de korinne
korinne
Mais, non, si t'écris mal, je parle pas du fond, mais que tu vas perdre ton temps et ton énergie à charger de la merde sur un site d'auto-édition, à partir du moment où tu auras demandé l'avis de la communauté dans la discussion qui sera là exprés, il y aura bien quelques francs et bienveillants Scribayen(ne)s pour te dire que tes "relou" tu n'auras pas le badge et puis c'est tout :)) Et ce sera pas la peine de pleurnicher t'avais qu'à pas demander !!!^^
Image de profil de Sonio
Sonio
Logo ou label ( Relecture sur SCRIBAY )
Un bonne idée *
Avec l'accord de toutes les parties...
Pourquoi pas ! Un logo en forme d'oeil d 'Horus , par exemple ...
Image de profil de korinne
korinne
Non, mais le logo de Scribay est très bien :)
Image de profil de ....
....
Bon, désolé de venir pourrir votre groove, mais mauvaise idée.
D'une part, comment définir un niveau de qualité, jugé sur quels critères ?
Comment le garantir dans le temps et avec le même degré sachant que des centaines de correcteurs peuvent passer sur un texte, des correcteurs avec des niveaux très très différents en plus.

Surtout, je me mets à la place des admins et quid de la critique négative sur un roman auto-publié de la sorte ? La publicité potentielle peut vite se retourner contre la plateforme.
Image de profil de .
.
Je rejoins cet avis. C'est pas parce que le roman est relu qu'il est bon loin de là... Et ça pourrait faire mauvaise pub
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Je suis d’accord avec mes comparses, surtout que les auteurs sont libres de prendre en compte ou non les retours et que les corrections ne sont pas toujours effectuées, même lorsqu’il ne s’agit que d’orthographe.

Ensuite, qui ou quoi empêchera des membres de le rectifier relu alors qu’il ne l’aura pas été ?

Je m’interroge aussi sur le principe de la bourse avant autoédition.
Est-ce que cela veut dire qu’on ne doit pas « corriger/relire » un texte de la même façon qu’une histoire « basique » parce qu’il va être autoédité ou soumis en ME ?

Aussi, il me semble qu’il existe déjà le « AU BON-COIN POINT-VIRGULE » pour les auteurs plus exigeants.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
C'est pas faux :S
Fausse bonne idée, mais c'est à ça que ça ser d'échanger :)
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Effectivement, mais je crois qu'il faudrait relancer un sujet Au bon point point virgule, car il n'y a que peu de gens disponibles, et que les discussions se sont un peu noyées.
Pour ce qui est du relu sur scribay, je rejoins vos avis : relu sur Scribay, c'est bien, mais par qui ? Nous sommes 30 000 selon les derniers chiffres, cela peut offrir quelques variations de relecture. De plus, bien peu d'entre nous savent (et je ne me compte pas dans le lot) quels sont les niveaux d'exigence des maisons d'édition, ou, plus généralement, du monde professionnel - ce qui diffère encore de l'auto édition. Difficile donc, de décider d'attribuer une valeur au logo en question.
Image de profil de korinne
korinne
Bon, je vois très bien ce que vous voulez dire... Il y a un risque !

Alors pour l'idée de la bourse au relecture Kiran Syrova c'était plus dans l'idée de la réservée (celle-ci) à des textes terminés (que l'auteur estime terminés) et déjà relus... Ce qui ne remettait pas du tout en question la bourse aux relectures classique (que pour ma part je consulte même si je ne répond pas et je vais lire sans échange les textes proposés qui me plaises :).
Pour moi "au bon point virgule" était caduque depuis la discussion permanente, du coup je n'y vais plus du tout...

Quand je parle de "qualité" c'est minimum... Qui de vous a déjà acheté et lu des romans auto-édités ? Vous en avez été content(e)s ?

Alors quelle serait la solution ? Faudrait monter un club de relecteurs top niveau et puis c'est tout... Les volontaires lever le doigt ! Après on vote :)) Non, là je déconne hein :D

Je ne sais pas vous auriez pas une idée de comment procéder pour que ce soit bien ? Non... vous êtes vraiment CONTRE et puis c'est tout ? :))
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Que le texte soit terminé ou en cours d’écriture ne change pas grand-chose à la façon de relire ou corriger un texte.
Voudrais-tu dire qu’un texte en cours d’écriture n’a pas été relu et revu avant d’être proposé à la lecture ?
Quelle serait exactement la différence de la bourse (classique) qui, il faut l’avouer, peine déjà a trouvé des relecteurs pour plus de 3/4 chapitres et une bourse pour des œuvres entières et dites terminées ?

Je rebondis sur : {Quand je parle de "qualité" c’est minimum}

Qu’entends-tu par qualité minimum ? C’est quoi une qualité minimum d’ailleurs ?

J’ai déjà acheté et lu des romans où j’ai été déçu comme été surpris. Qu’ils soient autoédités ou édités. C’est pareil ici. Tu as de bons romans et des romans moins bons, voire des déceptions.

Un club de relecteurs top niveau ?
C’est quoi un relecteur top niveau ?
Sur quoi serait-il certifié top niveau ?
Oui, tu déconnais, mais cela m’intrigue.

Personnellement, je suis totalement contre, car il n’y aurait rien de fondé sur un tel #label à preuve du contraire.

Aussi, si nous cherchons du top qualité en relecture, il y a des professionnels, mais les prix sont onéreux en fonction de ce qu’on accepterait de payer et de ce qu'on est en mesure de payer.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
J'en ai acheté "pour faire plaisir" et "par connerie" xD. Mais aussi pour découvrir ou parce que je connais et j'apprécie l'auteur. J'ai juste acheté 2 fois "à l'aveugle". Bon vu les genres qui m'intéressent ça se vaut. Pour un polar édité en ME franchement ça ne vole pas haut en style non plus. Il y a énormément d'auteurs qui autoéditent rapidement après une "relecture Scribay" mais d'autres font appel à des correcteurs professionnels pour ne pas proposer de la merde.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
C'est tout le souci : si on crée un logo, il faut savoir ce qu'on met derrière. Et là, la question se pose. Ta propose d'un club top niveau n'est pas si absurde que cela. Mais là réside le problème : où réside la qualité ? Où arrêter l'exigence ? Est-ce qu'on prend toutes les oeuvres, ou qu'on discrimine ?

La solution derrière tout gage de qualité, selon moi, c'est cela : la discrimination. A partir du moment où on décide de mettre en place un logo qui atteste de quelque chose, il faut définir un niveau minimum pour l'atteindre, et cela implique que l'on rejette des oeuvres qui n'atteignent pas ce niveau hypothétique.
A ce titre, cela pose la question : est-ce que cela n'entre pas directement en contradiction avec les ambitions de Scribay, qui est de rajouter tout le monde ?
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Je suis du même avis.

"La publicité potentielle peut vite se retourner contre la plateforme."

+1
Image de profil de korinne
korinne
J'ai l'impression que je t'ai choqué Kiran, ou agacé :) Ce n'est du tout le but de cette discussion, je me doutais bien que cela soulèverait quelques polémiques, mais on va réussir à se comprendre, j'en suis sûre. Pas forcément à être d'accord mais ça c'est pas grave^^

Donc je développe car j'ai peut-être mal présenté ce que je voulais dire :

Qualité minimum : celle que j'attends d'un livre que je paye : pas de faute, pas de coquille, une histoire cohérente. Pour moi c'est le minimum :)) Pour toi c'est quoi la qualité minimum ?

Non, pour moi, ce n'est pas pareil ici... ici, c'est gratuit, et ici, c'est un site collaboratif et de relecture pas de publication en auto-édition :)

C'est vrai que les plateformes d'auto-édition proposent une relecture pro et payante, c'est bien pour ceux qui ont les moyens, peut-être as-tu eu la chance d'acheter des romans qui avaient bénéficié de ces relectures, peut-être ces sites d'auto-édition devraient le mentionner... ?

Oui, je déconnais et donc je ne vais pas développer parce qu'il n'y a rien à développer, le relecteur "Top niveau" c'est plusieurs relecteurs... d'où l'idée de base de ne valider l'obtention du label "relu sur Scribay" qu'après au moins 5 relectures de la version proposée avant auto-édition ( je mets 5 parce que ça me parait réaliste).

Perso je n'ai pas remarquée que la bourse aux relectures "classique" avait des difficultés à trouver preneur...

Pour moi, que le texte soit terminé ou pas à la relecture ça change quelque chose. Ma relecture n'est pas la même quand je peux enchaîner à mon rythme toute la lecture ou relire un chapitre de temps en temps... Et depuis le temps que je traîne dans les couloirs, je t'avoue que commencer à lire des romans sans jamais en connaitre la fin, ça devient pénible (mais ça c'est très personnel) ce qui ne m'empêche pas de persévérer, malgré tout, pour le moment...

Mais j'ai bien compris que tu est "contre" et je le respecte totalement. Ce n'était qu'une p'tite idée et l'occasion de prendre tous les avis :))
Image de profil de korinne
korinne
Teddie : il n'est pas question que cela fasse du tord à la plateforme, le but c'est le contraire. que propose la plateforme ?
- un échange de relecture entre passionnés d'écriture et de lecture (tout le monde n'écrit pas des romans, tout le monde ne s'auto-éditera pas, tout le monde ne signera pas avec une ME).
- Une Académie qui propose d'accompagner celles et ceux qui le souhaite dans l'aventure d'écrire un roman.
Donc que des romans qui paraissent en auto-édition estampillés 'relu sur Scribay' après avoir obtenu des commentaires encourageants (que les admins pourront consultés) je ne vois pas où est le risque. Mais peut-être que je ne le vois pas (je assez naïve :)

Gigi, tu me fais rire (comme d'hab^^) ton bon coeur te ruinera :D Mais quand-même c'est toi qui dit que souvent le style des polars est pas terrible :)) Moi, je n'ai rien dit de tel :)) Pourvu que l'histoire tienne la route, qu'il n'y ai pas de coquille et de fautes, il n'est pas question de ne proposer que des best-seller avec le logo 'relu sur Scribay'... Tu vois ce que je veux dire ? :)

Oui, Gobo, c'est tout à fait ça ! Qu'est-ce qu'on est en mesure de mettre derrière ? Ah surtout pas de discrimination !!! Il n'est pas question de rejeter des oeuvres, il est question de proposer des critiques constructives à une personne qui la demande, que le relecteur aime ou pas c'est pas le soucis, mais qu'il est réussi à lire jusqu'au bout, qu'il n'est pas buter sur trop de phrase, enfin, je ne sais pas, le minimum, nous écrivons mais nous lisons aussi. Je ne pensais pas devoir expliquer ce qu'est un roman lisible :)))
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Tu ne m’as nullement choqué ou agacé. Je voulais juste voir la distinction que tu étais en mesure d’établir dans tes propos lorsque tu évoquais une qualité minimum et des top relecteurs. Loin de moi l’idée de lancer une polémique. Je pense juste qu’il faut rester réaliste.

La bourse trouve preneur, mais pour quelques chapitres, rarement pour toute une œuvre. Ainsi, je te renvoie au propos de Gobbolino que je rejoins tout particulièrement. Tu parles de cinq relectures, donc correction sur l'intégralité de l'oeuvre, mais au niveau de qui ou de quoi ? Si tu as un lecteur de 13/14 ans, un autre de 54, ils ne liront pas de la même façon et ne verront pas les mêmes problèmes. Si tu as six lecteurs débutants et quatre lecteurs expérimentés est-ce que la qualité de relecture sera la même ? J'en doute.

Est-ce que leur domaine de prédilection sera en accord avec le texte qu'ils lisent ? Arriveront-ils à la fin ? Seront-ils considérés comme "lu/1 lecteur" s’ils ne terminent pas ?

Plus que la forme, j'attends d'un roman qu'il m'emporte et me captive. Que ce soit gratuit ou payant, je recherche le même sentiment ; celui de le poursuivre. Je n'ai donc pas de qualité minimum tant que j'accroche. Concernant les fautes, les coquilles, les incohérences, même auprès de livres édités tu peux en trouver. Moins nombreuses qu'un auteur débutant qui se lance dans la marée, c'est sur. Néanmoins, je ne pense pas que ce gage de qualité pourrait exister. Je respecte bien évidemment ceux qui le souhaitent, je lis de la même façon tout le monde, donc ça ne changera pas grand-chose à mes yeux. Terminé ou pas terminé :D
Voilà, voilà. Avec les autres avis plus haut, je pense que tout est dit concernant mon impression (parce que je les rejoins, évidemment) :)


EDIT ; les commentaires encourageants que les admins pourront consultés pour ne pas prendre de risques ? Avec le nombre de textes qui reçoivent des éloges alors qu'ils sont moindres tout ça pour obtenir un j'aime en retour ? Je doute que ce soit "sans risque" pour eux :)
Enfin, ce n'était pas le sujet. Donc je ne vais pas m'égarer et m'arrêterais là :) Merci pour la discussion ;D
Image de profil de Proebeth
Proebeth
"C'est pas faux" Qu'est-ce que t'as pas compris ? :D
Image de profil de korinne
korinne
Mais comment font les relecteurs pros alors ? Ils rejettent tout ce qui n'est pas de leur goût Kiran ?
Bien sûr que dans ce que tu dis tu as raison. Oui, il serait bon de préciser qu'il faudrait 5 relectures du début à la fin, si le relecteur s'arrête en cours de route, ça ne compte pas :) Et juste des coeurs sans commentaire, sans échange ça ne compte pas no plus :)
Mais enfin, l'auteur va bien se rendre compte si son texte est "auto-éditable" par lui-même, suivant les réactions et les critiques, il ne s'agit pas d'un concours...

Se serait finalement la même chose que d'habitude, mais à un autre moment de l'écriture. Après, personne n'empêchera cet auteur de s'auto-publier sans le logo "relu sur Scribay" s'il en a envie. Mais bon, c'est peut-être bien une mauvaise idée après tout... Je m'emballe des fois :))
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Les relecteurs pro sont payés pour effectuer le travail, qu'ils aiment ou pas ^^ Ils corrigent dans le document directement, l'auteur n'a plus grand-chose à faire, sauf valider les changements et corrections.
Ici, c'est pour le faire gratuitement, donc si tu n'accroches pas, je te vois mal aller au bout d'une tâche qui deviendra comparable à une corvée :D Surtout qu'il faudra repasser derrière l'auteur pour recorriger les changements s'ils sont conséquents.

Je me prendrais pour exemple. J'ai eu beaucoup de compliments, je peux m'autoéditer alors ? Pourtant, je sais qu'il y a des incohérences qu'on ne m'a pas signalées ou vues et qui sont bien là pourtant. - Oui, je devrais les éliminer un jour ou l'autre - Des fautes, des lourdeurs, je parviens parfois à en trouver même après dix~quinze lecteurs et j'en rajoute même quand je fais des modifications. Donc il faudrait 5 lecteurs, puis à nouveau cinq lecteurs pour vérifier les modifications, puis... Dur, dur, non ?

Fin, je ne t'ennuie pas plus longtemps :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
rien à voir, mais le "fausse bonne idée" m'a rappelé le "FBI : Fausse bonne idée" du clip Parle à ma main XD (d'un temps que les moins de 20 ans ne doivent pas connaître XD) allez, cadeau : https://youtu.be/Q4FamibkUH4
Image de profil de .
.
Aaaah Yelle... (j'ai reçu genre 25 notifs de ce fil, fallait bien que je revienne participer, Gigi m'en a donné l'occasion inutile) (j'allais dire je m'en souviens et j'ai moins de vingt ans mais maintenant j'ai plus de vingt ans... j'avais oublié)
Image de profil de korinne
korinne
Non mais Gigi... les références qui tuent :D
FBI Fausse Bonne Idée vas-y parle à ma main ! ^^
Punaise que c'était loin... mais c'est toujours aussi drôle...
Image de profil de Proebeth
Proebeth
Sinon y'a Fausse Blonde Infiltrée (un film bien con-con) qui fonctionne aussi :)
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Intéressante discussion et échange captivant.
Maintenant je pose la question à 100 points : au final qu'elle est la différence Korinne entre ce que tu proposes et une ME ?
Car Kyran a raison sur une grande partie de son propos, type de relecteur, qualité jugée au nom de quels critères etc...
Comme gobbo le dit, quand on définit un label on met quelque chose derrière et C'est cela que l'on vend au lecteur. Il aime ou pas mais C'est cette charte que l'on respecte.
Donc en fait cette discussion est intéressante dans le paradoxe qu'elle pose : s'affranchir des ME et dans le même temps concevoir un label qui remplit le rôle de ME. Cette discussion pose en fait l'idée qu'une ME (dans son principe) est peut être indispensable au monde du livre par la sélection qu'elle impose.
Il est peut être bon alors de s'interroger sur cet élan qui fait tendre à vouloir absolument s'affranchir des ME. C'est une réflexion complexe je pense, qui trouve ses réponses à la fois dans les conjonctures actuelle et dans l'histoire personnelle mais je pense sérieusement qu'il serait temps que les auteurs s'interrogent sur cela.
Image de profil de korinne
korinne
Oui, c'est tout a fait ça Isabelle :)
Je veux dire que finalement ça montre que l'on ne s'improvise pas plus auteur qu'éditeur et que donc l'auto-édition est juste un bizness qui joue sur le désir-rêve d'un tiers ou un quart de la population française de publier un livre :)) C'est de la publication à compte d'auteur 2.0 ;(
Et il n'y aura donc jamais de "label qualité" sur l'auto-édition, le label qualité des livres ce sont les ME.

Je regrette pas d'avoir lancé la discussion, moi elle m'aura fait redescendre de mon nuage au pays des Bisounours : hop retour sur terre, mais atterissage en douceur. Une fois encore "Merci Scribay et les Scribayen(ne)s :D
Image de profil de Dldler
Dldler
Je postule pour les 100 points.

La différence principale entre un label et une ME, c’est que le label est un label et que la ME est une ME.

Le label focalise sur une production extérieure qui peut être variée de format, de genre et d'origine. La ME focalise sur sa ligne éditoriale.

Le label n’a pas de critère de rentabilité, la ME, si.
Un texte de qualité mais s’adressant à un public très limité, genre 50 personnes, peut obtenir un label. Il aura plus de mal a obtenir un contrat d’édition.

Un label qualitatif adapté à une plateforme d’écriture, orientée vers de l’auto-édition peut poser des critères de sélection très ouverts (une qualité d’orthographe, de style, d’intérêt, de message) qui seront transversaux et pourraient accueillir de la romance, de la S.F., du policier, de la littérature jeunesse. Une ME ne peut pas avoir une amplitude aussi grande sans diluer sa ligne éditoriale au risque de la voir disparaître.

Aussi, personnellement, je ne vois pas de paradoxe.
Un label, c’est un sigle distinguant qu’une critique à été faite. Je trouverais d’ailleurs l’exercice des critiques littéraires plus proche du rôle d’un label que du rôle des ME.
Un label pourrait très bien également être attribué à des œuvres de maisons d’édition. Les prix sont pour moi de cet ordre : Goncourt, Renaudot, Fémina, permettent de distinguer dans la masse de l’océan des parutions des ME quelques livres qui valent d’être lus selon les critères d’un jury.
Un label pourrait de la même façon permettre de distinguer dans la masse des auto-éditions quelques livres qui vaudraient la peine d’être lus. Par contraste, si tu demandes à une ME, elle, elle te dira que tous ses livres valent la peine d’être lus. Je crois.

Et il me semble que la diversité des avis exprimés ici montre ceci :
Un label serait nécessaire, attendu.
La difficulté c’est de gérer le jury et la diffusion du label.
Compliqué… mais pas impossible.
En tous cas, j’en aurais quelques idées.
Image de profil de korinne
korinne
Hum, c'est Dldler l'idée d'un label qui garantirait une certaine qualité, suivant des critères comme tu le définis, ça serait bien pour les consommateurs de livre auto-édités. Mais je crois que c'est la combinaison avec Scribay qui ne peut pas fonctionner :))
Faudrait le créer ailleurs, de manière indépendante et là ça reviendrait à proposer un énième blog qui donnerait des conseils de lecture... Moi c'était la combinaison des deux qui me paraissait intéressante.
Mais tu as raison de souligner la différence entre Label et ME, et puis toutes les ME ne sont pas les mêmes non plus :))
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Intéressant Didier, voyons alors si les 100 points sont acquis.

1) la terminologie entre label et ME n'est pas une différence valable, j'ai écris un livre entier qui appelle un chien un chat, ce n'est pas parce que deux termes diffèrent dans notre société qu'ils désignent deux choses fondamentalement différentes, exemple plateforme d'auto-édition et édition à compte d'auteur, personnellement, au vue du cahier des charges je ne vois que très peu de différence.

2) le label focalise sur une production qui peut être vairée en origine etc... sauf que le label désigne un respect de cahier des charges, comme une ME définit sa ligne éditoriale. Certaines sont très généralistes et publient un peu tout et n'importe quoi à partir du moment où la syntaxe et l'orthographe se respecte, c'est d'autant plus vrai à notre ère numérique où la publication E-pub se fait à moindre frais et donc peu de risques d'investissement, on multiplie alors les titres au catalogue car on sait qu'on vendra peu de chacun. D'autres beaucoup sont plus restrictives dans leurs lignes éditoriales mais l'origine des textes restent avant d'être édités des manuscrits extérieurs. Les labels divers et variés remplissent le même rôle selon leur appellation.

3) Argument de la rentabilité accepté à 50% car la rentabilité du label se place pour l'auteur qui le reçoit. Un peu comme le prix littéraire majore les ventes. Un label qui ne rapporte pas une clientèle ne sert à rien.

4) Sur les critères plus ouverts dans le genre littéraire, je pense avoir répondu en 2), les grosses ME ne possèdent plus de ligne éditoriales spécifiques comme auparavant, Cauet côtoie Camus sur leur catalogue. Ils proposent un produit et ce produit est soit l'histoire, soit l'auteur. Mais ça c'est ce qui se passe actuellement, si on reste dans le principe de la ME l'argument ne tient pas plus, car la diversité des ME et de leurs lignes éditoriales permet de ne pas faire de ségrégation de genre, il suffit juste de s'orienter vers la bonne.

Le paradoxe n'est pas dans le fait que le label ne correspond pas à une ME, le paradoxe réside dans la volonté de la majorité des auteurs d'ici de s'affranchir d'une ME tout en en ressentant la nécessité, c'est à dire une certaine sélection face à la masse, un gage de qualité quel qu'en soit les critères, une orientation du lecteur vers une oeuvre, le tout sous un autre terme "label" alors que ça recoupe l'action d'une ME c'est à dire l'idée d'un filtre.
Tu cites les prix littéraires, c'est la même chose, un filtre supplémentaire mais à but non lucratif (et encore) pour le jury du prix. Il existe d'ailleurs des ME en mode association culturelle à but non lucratif, elles font tout de même un travail de filtrage.
Comme un label peut distinguer dans la masse des auto-éditions quelques livres qui valent la peine d'être lus, une ME distingue dans la masse des manuscrits qu'elle reçoit ce qui pour elle vaut la peine d'être lu puisqu'elle les édite.

Tu conclues par ce que je tente d'ouvrir comme réflexion : un label semble nécessaire et attendu pour la même raison que les ME semblent nécessaire et le paradoxe est là. On peut appeler label ou ME, peu importe, ça revient au même : une sélection. On peut la juger arbitraire, foireuse, mercantile, élitiste ou népotique, on peut la vouloir bienveillante, objective, ouverte, désintéressée, elle apparaît nécessaire.
Le paradoxe est là : rejeter le principe de la ME avec l'auto-édition et réclamer pourtant une sélection, un tri.
Image de profil de Dldler
Dldler
Je suis bien d’accord. La levée de boucliers que ton idée rencontre c’est d’utiliser Scribay comme identificateur du label. Parce que Scribay c’est deux choses : des fondateurs, et une communauté.

Un label Scibay s’il était instauré par les fondateurs trouverait moins de résistance (des critiques, des mécontents, certainement, mais l’idée même ne soulèverait pas un tolé).

Un label, instauré par la communauté, ce serait beau, mais la communauté n’a pas une volonté propre apte à créer un label. On se retrouve fatalement avec des « membres de Scribay » qui créeraient un label, et alors une part de la communauté (une grande part) ne se sentirait pas représentée.

Un label, créé à l’extérieur (blog ou groupe facebook) ne serait comme-tu le dis qu’un enième. Si en soit ce ne serait pas honteux, si, comme je le crois, il est possible de faire nettement mieux, la question de l’utilité et de la visibilité sont des freins.

Reste une option, selon moi.
Un label, interne à Scribay, mais qui se présenterait indépendant de Scribay. Un genre de club de lecture, avec un nombre de membres restreint, identifiés clairement pour qu’ils assument ne parler qu’en leurs noms, ne se présentant pas comme des juges découvreurs. Un blog littéraire à l’intérieur de Scribay (ici, il y a déjà moins de concurrence, non ?)

Est-ce que ce serait possible ?
Dans cet esprit, il me semble, il y a déjà le club Valentine.
Serait-ce toléré ? Si le club Valentine l’est… alors ?
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Personnellement, ce paradoxe j'y ai répondu.
L'éditeur est un acteur essentielle dans la vie du livre parce que tous les écrits ne se valent pas, parce qu'un auteur ne peut juger véritablement de son texte. Mais oui, les ME sont de plus en plus décevantes. Et en même temps elles se labélisent de plus en plus pour répondre à cette déception que les grandes ME provoquent je crois sur les lecteurs. Il y a là une niche dans lesquelles les ME comme Zulma, Toussaint Louverture, Agulo ou Gallmeister ont creusé leur nom. Ils proposent un type de produit très spécifique, un label et on finit par lire l'éditeur plus que l'auteur, à suivre ses conseils.
J'ai répondu à ce paradoxe en en trouvant l'origine, si la ME m'est nécessaire dans son principe mais que les ME d'aujourd'hui ne correspondent plus à ce que je vois de ces principes, alors autant aller vers une ME qui me ressemblent et me semble plus en accord avec ces principes, une qui fasse autrement. Je n'ai pas choisi une ME qui voulait bien de moi, j'ai choisi une ME qui me ressemble et corresponde aux valeurs qui sont dans mon livre. On peut avec cynisme le voir autrement, copinage et compagnie, c'est la liberté de chacun. Moi je ne regrette pas mon choix.
Image de profil de korinne
korinne
Euh, là je suis sceptique... Dldler Tu veux dire un blog littéraire à l'intérieur de Scribay ? Ah ben oui, c'est bien ce que tu as dit :D
Je pense que la discussion "Les pépites de Scribay" https://www.scribay.com/talks/18452/les-pepites-de-scribay c'est déjà un peu ça et que tout le monde à le droit de conseiller ce qu'il a aimé et qui ne plaira pas forcément à tout le monde (normal :) mais je ne crois qu'on pourrait faire mieux ou plus :)) La seule chose que je regrette dans ce fil de discussion c'est que ça n'envoie pas uniquement sur des "oeuvres terminées" en version premier ou dernier jet peu importe, mais bon... est-ce que là ce n'est pas un autre sujet ?..

Quel bonheur Isabelle K. de lire tes longues explications / argumentations ! Ça me manquait :)) ( et je ne fait aucune ironie )
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Merci Korinne, C'est gentil :-)
Le débat est intéressant par ce qu'il ouvre comme questionnement sur nous même.
Tu as raison de citer le fil de discussion des pépites de scribay, un fil qui s'apparente en effet à un club de lecture.
Ce n'est pas tant la question de la possibilité du label qui me semble importante mais bien l'idée qui a germé comme une nécessité. Cela devrait nous interroger tous en tant qu'auteur et lecteur. Notre ambivalence a réclamer une sélection tout en la rejetant si elle nous refuse.
Il se pose alors l'idée de savoir si l'auto-édition est réellement une bonne chose... vaste question, vaste débat dont je n'ai pas encore trouvé ma réponse.
Image de profil de .
.
Faire mieux que les pépites ? Pour moi ça serait du coup faire des concours internes et sans récompense. C'est ce que font beaucoup de forum. Le gagnant décide du thème. Et tous les participants s'engagent à lire les autres, commenter et voter. C'est amical et ça permet d'avoir de nombreux retours et les oeuvres les plus aimées (qui ne sont pas toujours les meilleures) sont un peu mise en avant le temps de quelques jours.

Parce que Scribay est quand même un endroit à louanges disons. Les avis crus ne sont pas monnaie courante dans le lot. Honnêtement, je trouve que les auteurs scribayens n'ont pas en majorité des critiques très franches ou très précise. Et je ne dis pas ça comme une critique c'est juste un fait et c'est ça aussi qui fait que l'ambiance n est pas celle dune correction de ME. Alors on en revient à la même question quel scribayen pour faire ce podium des meilleurs oeuvres ? Qui a le temps et l'envie ? Et les capacités ? Personne je pense.

L'idée était bien dans un monde idéal mais quel format pourrait faire plus critique et impartial tout en restant dans l'esprit du site que les pépites ?
Image de profil de korinne
korinne
Oui, Isabelle, et c'est bien cette ambivalence, soulevée ici, entre mon désir d'être "conseillée" dans ma démarche d'achat de lecture (hors Scribay) et mon désir de "vendre" mon écriture (hors Scribay toujours, comme un prolongement) qui m'a fait réfléchir et changer d'avis :)
L'auto-édition est une fausse bonne idée qui me tentait, tout comme ce label "relu sur Scribay" :)) J'ai compris ça ! C'est cool :)
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
J’interviens pas souvent, mais là… S’affranchir d’une ME ? Vraiment ? Soyons honnête, Albin Michel ou Seuil frappent à votre porte, vous n’allez pas les envoyer bouler… L’auto-édition est un choix, pour ceux qui ont la trouille, à juste titre, ceux qui ont été refusés, ceux qui veulent avoir leur livre dans les mains. Les raisons sont multiples et trouvent toutes des justifications que j’estime légitimes. Les principes s’arrêtent aux portes du succès, malgré les beaux discours. Tout le monde veut voir son livre se démarquer, sortir de la masse : on l’avoue à voix haute, en douce ou on se le cache. L’idée de Korinne était aussi de se placer en lecteur, l’aider à faire un tri. Avec tous les inconvénients que cela comporte.
Image de profil de Dldler
Dldler
@K, essentiellement.
1) tu as écrit une histoire magnifique ou un organisme croit pouvoir interchanger les chats et chiens. N’est-ce pas ce que tu tentes de faire en interchangeant un label et une Maison d’édition ? Me dire que je n’ai pas besoin d’un chat, puisque tu as un chien qui peut remplir le même office ? Laisse comprise ? L’auto-édition est mon île de réfractaires au système. C’est ma façon, certainement personnelle de voir.

2) Si la ligne éditoriale était équivalente à un cahier des charges, il suffirait sinon de remplir ce cahier des charges et nombreux alors seraient les édités, tant et si bien que les ME ne pourraient fournir et quand bien même alors le nombre d’exemplaire de chaque vendu serait réduit d'autant. La ligne éditoriale est une cohérence, un PGCD, pas une satisfaction de critères qui alors serait le PGCM. Mouais, pas sûr que ma métaphore soit à la hauteur.

3) Ici, notre point de vue sur une même idée montre où l’on se situe. Korinne passe beaucoup de temps à lire de l’auto-édition, ou même du libre, et elle est souvent déçue. Elle se pose la question d’un possible détail différenciateur permettant d’écarter l’indigeste. C’est la vision d’un lecteur devant le trop de choix. Ta vision semble orientée, je trouve, dans l’œil de l’auteur qui cherche à vendre davantage et gagner plus, ou dans l’œil de l’éditeur pour qui un prix littéraire est une aubaine. Je pense que cette différence de regard cristallise vers deux réactions différentes.

4) ? Même différence de nos points de vue, je crois. Oui, tu as raison, le lecteur peut choisir entre les maisons d’éditions selon leur ligne éditoriale. Et alors ? C’est un tri qu'il peut effectuer dans le flot des édités. Pourquoi ne pourrait-il pas avoir à sa disposition des critères de tri pour le flot des auto-éditions ? Ici, pour moi, tu dis que l’on a déjà des critères de distinction parmi les éditions pour faire un choix, et que donc on n’aurait pas besoin de critères pour choisir parmi les auto-éditions… Je ne comprends pas.

«  Le paradoxe n’est pas dans le fait que le label ne correspond pas à une ME, le paradoxe réside dans la volonté de la majorité des auteurs d’ici de s’affranchir d'une ME tout en en ressentant la nécessité »
Et là, c’est alors moi qui ait un souci de vocabulaire mal calé, et ce ne serait pas la première fois. Pour moi, vouloir s’affranchir, c’est être sous un carcan. Les auteurs édités dans des maisons d’édition, oui, je peux imaginer qu’ils veuillent s’en affranchir. Mais pour ceux qui n’y sont pas… de quoi voudraient-ils s’affranchir ? Et encore une fois, c’est là un regard d’auteur sur la question. Quand korinne pose la question, elle ne cherche pas à créer un label pour promouvoir ses œuvres à elle. En tous cas, je ne le crois pas. Tous ces écrits sont en cc je crois, non ? C’est vraiment une question de lecteur perdu pour faire un choix face à une masse.

Et pour conclusion : oui, nous avons besoins de critères pour nous diriger à minima dans une masse. Et on peut rejeter le principe d’une ME et « désirer" pourtant une sélection, un tri. Oui. Moi, ça me va. Et ?
Je tente un re-récap : il y a aujourd’hui une production écrite (plus que littéraire) énorme. On a les moyens de rendre disponible pour tous cette production. Je crois (me tromperais-je ?) qu’il y a dans cette masse beaucoup de perles.
Le système des maisons d’édition en sélectionne quelques unes seulement. Et sinon, comme tu le dis aussi, des copinages et célébrités… et même des « femmes de » sans talent que s’en est une évidence. Pourquoi devrais-je poser mon choix dans la sélection des ME ? Pourquoi ne pas tenter de découvrir par moi même une perle ? Parce que je manque de critères. Hélas. Ces critères peuvent-ils être créés ?
Moi, j’aime bien réfléchir dans cet axe.
Image de profil de korinne
korinne
. là tu relances un autre problème... celui de la qualité du retour des commentaires, corrections, etc... Et tu as raison, c'est lié, mais il y a eu maintes discussions à ce sujet et il est... comment dire ? En fait il n'y a pas de réponse :)
L'idée d'attirer sur la plateforme des auteurs un peu plus expérimentés se cachait aussi derrière cette "idée" :) Parce que je trouve que ça manque de plus en plus et que les nombreuses arrivées n'équilibrent pas les quelques départs...
Image de profil de korinne
korinne
Alors là oui Dldler un label uniquement sur du licence CC : ça j'en rêve !!! Autant en tant que lectrice qu'en tant qu'auteur :)
Mais ça n'existe pas... ou alors je n'ai pas trouvé :(
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
La démarche a plus ou moins déjà été tentée :

https://www.les-indes.fr/quisommesnous/
Image de profil de korinne
korinne
Ah mince V9V j'ai cru que c'était une adresse pour du Liccence CC... Oui, il y en plein mais finalement c'est toujours le même principe, il y a du pognon à la clé :D
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Didier : un auteur auto édité s'affranchir des critères de sélection de la ME. C'est de ça dont je parle. Or ici il est manifeste que tu as besoin en tant que lecteur qu'on te dise quoi lire et ce n'est pas pour rien.
Image de profil de Dldler
Dldler
@korinne

Créer un label numérique de nos jours, à destination des auto-editions, en cc ou non, techniquement ce n’est pas complexe.
Le faire connaitre, je pense que cela serait facile. Très, même, en ce qui concerne les cc. En stratégie de communication, c’est du pain béni, la communauté cc est pour cela très efficace. Déjà, monter une solution viable et la présenter aux framas, c’est 80% du boulot. La difficulté, la seule qui me semble majeure, c’est de justifier un jury et surtout qu’il soit pérenne.
Financièrement, l’investissement serait d’un ordre « raisonnable » (même si cela n’a pas le même sens pour tout le monde. Sans m’avancer, 100€ par ans… ? Ça ne me semble pas déconnant.
Reste le temps, et là par contre, ce serait certainement très gourmand.
Image de profil de Dldler
Dldler
@K
« Or ici il est manifeste que tu as besoin en tant que lecteur qu’on te dise quoi lire et ce n’est pas pour rien. »

?
J’y lis une méchanceté ?
Image de profil de ....
....
En tout cas, merci pour le label "rentre chez toi" que vous m'attribuez ! Plein de notifs et pas un seul lecteur ...
Image de profil de .
.
En même temps il est normal que les auteurs expérimentés partent le jour ou la plateforme ne leur apporte "plus rien". Je suis "parti" et je suis revenu pour cette raison generale disons parce qu'à un moment il faut avoir besoin d'autre chose parfois
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Aucune méchanceté non, simple réalité. Dans la masse on a besoin d'orientation pour ne pas se noyer et s'y retrouver. Simple conseil ou label avéré mais on ne peut marcher a l'aveugle.
Image de profil de Juliannä Böö
Juliannä Böö
C'est une super idée !!!
Image de profil de korinne
korinne
Ton enthousiasme fait plaisir à voir :))
Image de profil de Eros Walker
Eros Walker
En effet, ce serait intéressant et ferait une promotion dans les deux sens.
Image de profil de korinne
korinne
Et rendrait service aux lecteurs d'auto-éditions :))
Image de profil de L'Oubliée
L'Oubliée
Moi je pense que c'est une bonne idée mais il faudrait l'accord de pas mal de monde pour lancer le projet .
Image de profil de korinne
korinne
Voyons déjà ce qu'en pense la communauté Scribayenne... :))

Tu en achète toi des livres en auto-éditions ? Moi franchement j'ai essayé deux fois et j'ai été déçue. Je rêve de label et je pense qu'ici on pourrait contribuer à en lancer un tout simplement :)
Image de profil de L'Oubliée
L'Oubliée
Oui c'est une idée .
Image de profil de Furet on fire
Furet on fire
Moi je pense que c'est une bonne idée même si les lecteurs ne le reconnaîtront par forcément tout de suite comme un gage de qualité :)
Image de profil de korinne
korinne
C'est sûre, ça prendrait un peu de temps (la qualité ça prend du temps), mais si c'est fait sérieusement, je veux dire sans indulgence mais avec bienveillance, au bout d'un moment ça serait du gagnant-gagnant-gagnant (auteur, lecteur-payant, plateforme) ;))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Et ça ferait une super pub à Scribay aussi :P
Mais bon, je pense qu'il faut leur accord pour utiliser leur logo. Sinon, les nommer dans les remerciements, mais bon,un lecteur ne commence pas par là XD
Image de profil de korinne
korinne
Bien sûr qu'il faudrait leur accord :D
Ben non, le lecteur ne commence pas par lire les remerciements... Moi j'imagine ça comme un gros coup de tampon sur la couverture : il faut ce qu'il faut Gigi :D
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
genre mieux que la bandeau rouge du Prix Goncourt, un tampon "Labellisé Scribay" XD
Image de profil de Proebeth
Proebeth
Euh.. j'vais peut-être me sentir seule au monde mais quand il y a des remerciements, je les lis toujours en premier --' c'est très souvent voir toujours dans les toutes premières pages donc
0