Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Le BLÉRO de Scribopolis

Lire me freine

par Le BLÉRO de Scribopolis  il y a 2 ans

Voilà, c'est dit. Sur toute mon expérience dans le domaine de l'écriture, j'en conclue pour l'instant que lire me freine littéralement dans mes projets. Pour trois raisons :

— à chacun de mes retours en force sur Scribay, je m'inscris alors comme bon citoyen sur la bourse aux lectures. Lis à droite et à gauche, par ci par là, butine, m'intéresse quoi. Or, j'arrive toujours à la même impasse : mon temps libre se retrouve intégralement dévoré par ces lectures, et je n'ai absolument plus l'occasion d'avancer sur mes écrits. Enfin... c'est ma faute. J'aime trop facilement les textes que je lis, je m'engage trop auprès des auteurs/auteures sur de grandes lectures graduites... que j'aime faire ! Mais qui malheureusement me freinent.

— Les lectures de textes très moyens ou de débutant me minent le moral. Elles m'anéantissent, détruisent littéralement chaque atome de ma motivation. Lors de ces lectures je ne peux m'empêcher de me reconnaître dans les nombreuses erreurs qui jonchent ces pauvres lignes. Elles ouvrent des blessures pas si faciles à guérir, car elles mettent en valeur dans ma tête toutes les faiblesses de mon univers auxquelles je ne peux résoudre dans l'immédiat. C'est ça aussi, trop de problèmes concernant l'univers personnel ne peuvent être résolus là, tout de suite maintenant. Et le pire, c'est que tant qu'ils existent, ils gangrènent alors le mental créatif jusqu'à complètement le paralyser pour une durée incertaine.

— Ou à contrario, les textes bien trop bons pour toi, qui au départ sont un véritable délice de lecture. J'apprend, j'adore apprendre, je vois là mille et une améliorations de disponibles pour moi tout en prenant du plaisir à lire ! Fantastique ! Jusqu'à ce que vienne le moment où l'on se retrouve devant le notre, et que notre jauge de sévérité à son égard monte, monte, encore et encore, pour littéralement exploser. On efface alors, on réécrit, puis on réefface. On se dit qu'on peut faire mieux... que le texte qu'on vient de lire A fait mieux, et que tant qu'on a pas atteint ce seuil de qualité, impossible d'avancer. On recule alors, jusqu'à détruire tout ce qu'on a fait précédemment, car c'est forcément mauvais. On brûle tout. De notre avancée faite la veille qui finalement avec du recul n'était pas si mal, à notre début dont on était fier avant d'avoir lu ces textes parfaits. Enfin, comme dans le tiret précédent, la paralysie créative s'empare de nous, jusqu'à ce qu'on s'en libère miraculeusement quelques mois plus tard... Pour retourner encore une fois sur Scribay, recommencer une aventure, et ce cycle infernal qui me pourrit l'esprit.

Voilà. Bien entendu, le problème ne vient pas des lectures, mais de moi. Et en faisant ça je le pose sur une table, je le tabasse, et peut être que je pourrais enfin me dépêtrer de cette mare de boue dégueulasse, de cette autoparalysie qui m'empêche d'avancer ! Bordel. Je ne lâcherai rien. Et je vous ordonne de persévérer également.

Image de profil de Mansuz
Mansuz
Rien est parfait ! ^^ Focalise toi sur l'instant présent. Peut être que tu auras écris de la merde, mais tu te seras fait plaisir. ;) Perso, je n'ai pas de scrupules.

Qu'est ce que la perfection ? Comment définir le livre parfait ? Le style parfait ? à mes yeux la perfection, n'est qu'illusion.

En dessin ou en écriture, il faut savoir mettre un terme à ce que l'on fait. Le dernier coup de pinceau, ou la dernière phrase. Ce dire, je donne tout ce que je peux sur ce laps de temps et basta.
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Bonjour,

Je te comprends tellement !(mais je n'ai absolument aucune solutions! je galère aussi;))

je suis stoppée dans mon projet en ce moment, et je peine à m'y remettre. J'ai recu tellement de commentaires sur scribay, que j'ai passé pas mal de temps à la relecture. je n'aurais pas du le faire avant d'avoir fini d'écrire intégralement mon texte.

Je te souhaite bien du courage et ne sois pas trop dure avec toi même.
je me dis souvent, pour me remonter le moral, qu'il y a de la place pour tout le monde. Même mes mots, aussi simples soient ils, peuvent plaire à d'autres, aussi peu nombreux soient-ils ;)
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Bonjour,
J'ai la chance de pouvoir dissocier la lecture et l'écriture grâce à l'enseignement des deux plaisirs en CE2. Une maîtresse impliquée avait créé un club de lecture et d'écriture et nous alternions les deux activités dans la même séance.
Je peux donc lire un texte (mauvais, moyen, bon, excellent) et me remettre à écrire quelques instants après.
Je ne suis pas la même personne... La lectrice attend un univers, de l'exaltation, de l'originalité et de s'éloigner du quotidien (et une belle écriture)... elle aime découvrir avec curiosité des textes, des auteurs, des sphères de création.
L'auteur a son univers, ses idées, ses mots, sa ligne directrice... qui n'interfère pas avec la lectrice.
Même après des livres coup de poing dans l'estomac avec une écriture à mille lieues de la même (en mieux, donc), je peux reprendre mon stylo et continuer mon roman (ou ma nouvelle ou mon papier du jour)...


C'est la curiosité qui me pousse à la lire et l'envie de créer à écrire... deux personnes en un...
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Je t'avoue que j'ai exactement ce même problème. Difficile d'arrêter de lire lorsqu'on tombe sur de bonnes histoires ou une belle plume. Même si je trouve le courage suffisant pour passer à autre chose, c'est trop souvent pour aller guigner sur une autre oeuvre qui finira par m'éprendre également. Du coup, le temps passe, file, court et trépasse et il ne me reste plus suffisamment de temps à disposition pour poursuivre mes histoires. Je me retrouve systématiquement dans l'obligation de remettre à plus tard ou au jour suivant. Et le pire, c'est que lorsque j'y parviens enfin, je me confronte à des textes que j'apprécie de moins en moins. Ils en arrivent même à me gaver, a force de lecture, relecture et re-relecture. Mon côté "éternel insatisfait" y est surement pour quelque chose je pense.

Pour tenter d'y remédier, j'ai pris sur moi. j'ai serrer les poings, grincé des dents, grogné, pas toujours en silence (désolé les voisins) et pris deux mois pour avancer dans mes affaires. La morale de tout ça... C'est que j'en suis toujours au même point, en plus d'avoir pris deux mois de retard sur mes lectures en court. Ce qui, sur le coup, m'empêche de me pencher sur d'autre œuvres que j'ai vu passé, tout en me freinant dans mon propre travail qui n'en fini toujours pas et finira même par tomber à l'eau.

Y a vraiment pas à dire, la lecture, autant que l'écriture, provoquent des dépendances. Ça devrait être mentionné derrière chaque ouvrage, comme sur les paquets de cigarettes. ^_^'
Image de profil de Daegann
Daegann
Pour le temps, il n'y a pas de formule miracle mais de mon côté, j'ai trouvé un équilibre (enfin j'avais, je suis moins actif ces derniers temps) en lisant dans les transport en commun le matin et le soir. Du coup ça me laisse du temps pour écrire quand je suis posé devant un ordi...

Pour le fait d'être démoralisé en lisant du mieux ou du moins bien que soit, là aussi pas vraiment de solution si ce n'est d'essayer de mettre cette comparaison de côté. Les textes que j'aime lire, en particulier "d'amateur" ce sont ceux qui au contraire me donne envie de développer des personnages et de raconter l'histoire de mes perso. En gros, je pense au fond et non à la forme. Alors, oui, quand tu lit un texte "mal" écrit c'est difficile de se défaire de ça, mais si l'histoire et les perso te passionnent il faut se focaliser dessus avant tout.

Notre propre style, oui c'est parfois démoralisant. Moi c'est quand je me relis que je perd l'envie en me disant que c'est trop mauvais... Mais en fin de compte l'idée est avant tout de se faire plaisir en racontant des histoire qu'on aime imaginer, tant pis si c'est pas parfait (c'est mon approche en tout cas)
Image de profil de Lucivar
Lucivar
Oh un perfectionniste. Salut coucou ! Déjà bonne chance, je sais ce que c'est.
Ensuite en vrac quelques petits conseils que je ne suis pas forcément moi même mais que j'aimerais bien qu'on me dise de temps en temps.
Charité bien ordonnée commence par soi même. Accorde toi du temps ! C'est très bien de lire, c'est sans doute le meilleur des freins possible mais il faut réussir à lever le pieds de la pédale de temps en temps sinon tu ne vas pas avancer et abimer tes plaquettes. Coupe Scribay, prends une heure et écris, tout ce que tu veux, en te forçant un peu si besoin, ça peut être des notes sur ton oeuvre ou juste des pensées, la description d'un lieu imaginaire ou non, une critique littéraire sur ta dernière lecture...

Aimes-toi et ne sois pas trop dur avec toi-même ! Le chemin de la perfection est une route ingrate, pleine de crevasses et de boue, tout ça pour une destination hors de portée de l'être humain. Et pour avancer il ne faut pas trop rêver à l'arrivée et se projeter en avant mais être dans le présent et le réel, bien dans ses pompes et accepter d'être à ce stade du chemin, accepter notre rythme trop lent, accepter notre imperfection qui fait notre force et notre saveur. Et essayer de voir les autres comme des moteurs et non des freins. Va parler avec ceux que tu estimes plus avancés sur ce chemin que toi, mais ne les sacralises pas. De même encourage ceux que tu estime moins avancés et sers t'en pour apprécier le chemin que tu as déjà parcouru, mais ne les juge pas et toi non plus. Sois tolérant et tendre avec toi même et tes oeuvres, tu en es là, ni un mètre devant ni un mètre derriere, il faut l'accepter pour pouvoir avancer.

Persévère, sois curieux et n'arrête jamais d'apprendre, de t'enrichir, de te poser des questions, forge toi une cuirasse de volonté et de soif d'avancer que tu peux enfiler quand ça ne va pas. Prends du plaisir et lache toute cette pression qui t'alourdit et menace d'exploser. Et comme dit monsieur Shia : Just do it ! Make your dreams come true !

Sur ce je vais retourner faire la grosse larve démotivée qui patauge en rond et qui ferai mieux de suivre un peu ce qu'elle te dit. Je ne sais pas si ça t'aidera, c'est rien de bien original mais ça peut faire du bien de l'entendre, ça fait du bien de l'écrire aussi d'ailleurs.

Bonne journée. :)
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
C'est marrant, pour parler de tes ressentis tu passes du je au tu puis au on et au nous avant de revenir au je :
"Les lectures de textes très moyens ou de débutant me minent le moral", "Ou à contrario, les textes bien trop bons pour toi", "Jusqu'à ce que vienne le moment où l'on se retrouve devant le notre", "la paralysie créative s'empare de nous, jusqu'à ce qu'on s'en libère [...] pour retourner encore une fois sur Scribay, recommencer une aventure, et ce cycle infernal qui me pourrit l'esprit."...
En as-tu parlé à ton psy ? ;-)
0