Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Veniaria

Les fameuses Nouvelles...

par Veniaria  il y a 11 mois

Coucou la communauté !

Je viens à vous, en ce jour, pour demander quelques conseils.

Comment rédige t-on une « Nouvelle » ?

Alors, certes. Google est mon ami, blabla, etc.

Mais c'est auprès de vous que je désire trouver des réponses.

  • Qu'est-ce qu'une Nouvelle ?
  • Comment en écrire une ?
  • Y a t-il des règles précises à respecter ?

J'ai envie de rédiger des nouvelles.

Mais je n'y parviens pas, je ne comprends pas bien le fonctionnement.

Peut-être trouverez-vous cela ridicule...

Malheureusement, c'est une réalité.

Ce sujet existe, peut-être, t-il déjà, mais je préfère poser la question moi-même.

Je vous remercie par avance.

J'ai hâte de découvrir vos réponses, explications, conseils...

À vos claviers !

Image de profil de Veniaria
Veniaria
Je te remercie pour la réponse. En effet je vais aller lire quelques nouvelles pour m'en inspirer. D'ailleurs, je suis allée faire un petit tour sur ton profil et j'ai vu que tu en as écrit. Je vais rapidement venir te voir, haha :)
Image de profil de .
.
La chute n'est plus vraiment nécessaire à une nouvelle depuis le XXe siècle. Enormément d'auteurs s'en sont détournés, préférant placer le coeur de la nouvelle en son centre plutôt que sur sa fin (Salinger, Carver, Borges, etc.)
C'est un choix à faire, la nouvelle avec (Buzatti est très bon là-dessus) ou sans chute, et c'est un choix de celui qui écrit.
Image de profil de .
.
Un texte de 1 à 20 000 mots disons, pour faire simple (bien que certains pensent que le nombre de mots ne définit pas une nouvelle, mais que c'est plutôt la recherche d'une unité dans l'action et dans l'impression)
Le plus souvent avec un crayon, de l'encre ou encore un ordinateur.
Il n'y a (donc) pas - voire il n'y en a plus ! - de règles.

Le mieux reste d'en lire ! (Borges, Cortazar, Tchekhov, Kafka, Melville, Gogol, Pouchkine, Tanizaki, Carver, Fitzgerald, Salinger, Vian, Mérimée, Maupassant, Poe, etc. etc.) Surtout que sur Internet on en trouve énormément gratuitement et légalement.
Image de profil de Veniaria
Veniaria
Pourquoi la chute n'est-elle plus vraiment nécessaire ? Je pensais que c'était là toute la beauté d'une nouvelle !
Image de profil de .
.
Parce que la chute ne définit plus une nouvelle. Déjà, au XIXe, soit durant son essor, on voit de nombreuses nouvelles dont la chute n'est plus une véritable chute en coup de rideau (Bartleby de Melville, etc.) ; au début du XXe siècle, de nombreuses nouvelles "tranches de vie" voient également le jour (Les Dublinois de Joyce) et cela s'étend ensuite à tout type de nouvelle.

Pourquoi donc, contrairement à ce qu'on nous bassine souvent ? La nouvelle, c'est avant tout une unité d'action, mais ça n'exclue pas de créer un univers vivant tout autour, et notamment une psychologie très "humaine" et nuancée. Cette création, qui est plus une suggestion - le lecteur créant lui-même le véritable univers à partir des mots qu'on lui offre - est alors le coeur même de la nouvelle qui ne vit plus par une chute mais par une extension propre à chaque lecteur (le lecteur est vecteur et créateur d'une histoire qui lui appartient en quelque sorte). Ces nouvelles sans chute sont d'ailleurs souvent très minimaliste pour que le lecteur se prolonge encore mieux au-delà de l'histoire papier.

La chute tient souvent d'un ressort comique ou dramatique fort (voir Pauvre Petit Garçon ! de Buzzati). Mais l'avènement du naturalisme et des romans psychologique à totalement brouillé les pistes car l'action même n'est plus le coeur de ces romans. Dans les nouvelles "sans chute", c'est donc avant tout la psychologie, les sensations qui sont mises en oeuvre tout du long (Salinger avec Franny and Zooey par exemple).

Bref, la chute au sens "coup de théâtre" n'est plus nécessaire à la nouvelle, mais elle se définit toujours comme une chute "tombé de rideau", une fin, un point final (bien que le lecteur la fasse vivre au-delà des pages par son imaginaire).
Image de profil de Veniaria
Veniaria
Je comprends beaucoup mieux suite à tes explications, je t'en remercie William ! Je vais aller lire les noms que tu as cité, ça va enrichir ma culture et sans doute m'aider à écrire une nouvelle, merci !
0