Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Jérémy S

Qu'est-ce qui est le plus important pour vous dans une histoire ?

par Jérémy S  il y a 1 an

Qu'est-ce qui est le plus important pour vous dans une histoire ?

La profondeur des personnages, le scénario, qu'est ce qui pour vous est primordial ?

Image de profil de jojoouax
jojoouax
Pour moi, l'idée générale est très importante. La compréhension de l'histoire et son déroulement est primordial. Je trouve également très prenant une histoire avec les émotions des personnages très évoquées.
Image de profil de toxie
toxie
Qu'elle serve à quelque chose. Qu'elle permette une discussion, un débat, un questionnement...
Image de profil de Ali
Ali
Les personnages: qui doivent être intéressant, ainsi que leur évolution qui doit être cohérente.
Le scénario, bien sûr, est important mais, je mettrait les personnage en première place.
Un scénario "banal" avec des perso intéressant : j'accroche malgré tout.
Un scénario intéressant mais avec des personnages vides : je décroche très vite...
Image de profil de Émile Nathan
Émile Nathan
Le rythme et l'émotion, l'enchaînement des événements (qu'il soit cohérent, logique et vraisemblable)
Image de profil de JPierre
JPierre
D'être lisible !
Image de profil de JoshDan
JoshDan
Dans mon côté, j'accorde une grande importante aux personnages avant de me concentrer sur l'histoire. L'histoire, l'apparence, le(s) caractère (s), l'identité... généralement, je me focalise vraiment là-dessus avant de développer l'histoire.
Image de profil de Loula Salamandre
Loula Salamandre
Difficile à dire, pour moi c’est le mélange subtil de pleins d’ingrédients : mais je dirai d’abord les personnages. Un personnage qui vit est primordial ! Parce que si il vit, il aura une histoire à raconter et à vivre et donc, nous auteur on saura. L’intrigue est importante évidemment, mais on revient aux personnages, elle peut-être floue et s’éclairer à chaque chose qu’on apprend du perosnnage. « Ah oui, si il a vécu ça, ça explique ce qu’il disait/faisait avant ». Bref, ça c’est pour moi, avant de commencer un roman il faut que j’ai une image très exacte des mes personnages et l’histoire va couler de sources
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Oulà, la question super compliquée et méga vaste !

Hum, difficile de choisir entre tous les éléments d'une histoire... Ils ont tous leur rôle à jouer après tout. Alors je vais répondre la passion. On entend et on lit souvent la phrase "on écrit les livres que l'on voudrait lire" et je crois que c'est vrai.
Quand on est à fond dans ses histoires, qu'elles nous imprègnent, qu'elles nous hantent au point qu'on en vient à parler à voix haute avec nos personnages, qu'on tourne en rond, qu'on jure, qu'on recommence, qu'on se trompe, qu'on réessaie car on ne veut pas les lâcher ni les abandonner... C'est ça qui fait battre le coeur de l'histoire. Le style, les personnages, l'ambiance, le scénario, tout ça au final ne dépend que de la passion que l'auteur met dans son histoire. Une histoire écrite avec le coeur, ça se sent tout de suite, peu importe le genre ou le style.

Après, si on entre dans les éléments purs et durs d'une histoire, je répondrai les personnages. On peut écrire un scénario super original, si les personnages sont plats et sans intérêt, le scénario le sera également pour le lecteur. Si en revanche on reprend un scénario "classique" du genre dans lequel on écrit mais avec des personnages atypiques, profonds et touchants, alors le lecteur vivra l'histoire. Pour exemple, une grande saga épique où l'enjeu n'est pas de sauver le monde mais au contraire de le détruire, ça change un peu mais si on suit un héros naïf, qui n'apprend pas de ses erreurs et n'évolue pas, qui se contente d'être et de subir le scénario, bof quoi. Si en revanche on écrit sur une prophétie désignant untel pour sauver le monde d'une menace quelconque mais que le héros est maladroit, ivrogne et excentrique, là ça éveillerait tout de suite l'intérêt. D'autant plus qu'un perso fort peut agir sur le scénario au lieu de le subir (dans le second cas, le héros peut très bien refuser son destin, puisque c'est un excentrique et le confier à un autre pendant que lui s'occuperait de trouver le terreau parfait pour son champ de patates qu'il adore cultiver...).
Je pense que créer un scénario pour y caler des persos, c'est un peu comme créer un cadre et ensuite vouloir y bourrer des couleurs qui ne sont pas forcément à leur place. Alors que créer d'abord les couleurs puis ensuite adapter le cadre en fonction de ces dernières, et hop, elles seront alors à leur juste place... Bien sûr, chacun son avis sur la question ^^
Image de profil de Empyrea
Empyrea
Comme tu as pu le voir avec les réponses précédentes, c'est assez subjectif, et chacun a ses préférences, ce qui est bien normal !
Je pense que l'essentiel réside dans la cohérence d'ensemble et l'équilibre entre les personnages, l'univers, l'histoire, la portée qu'il y a derrière la ou les quêtes, etc.
Donc dire ce qui est le plus important, c'est difficile, bien qu'il y ait des choses fondamentales dont, en chef de file, l'originalité.

Après, en tant que lecteur, la première chose que je vois, qui peut me séduire ou me faire fuir, c'est très clairement l'écriture, le style en lui-même. Ça ne répond peut-être pas vraiment à ta question, sur ce qui est important dans l'histoire, mais ça reste (pour ma part) fondamental. Toute l'ambiance de ton univers découlera de l'écriture adoptée, la façon dont il sera perçu par les lecteurs et tout ce que tu voudras transmettre dépendra de la manière dont tu l'écris, car le fond peut être sublime, sans la forme, il n'aura pas la même ampleur, voire ne passera tout simplement pas.
L'inverse est bien sûr vrai, la forme peut être splendide, si le fond est creux, ça n'ira pas très loin... Donc en bref, l'équilibre reste pour moi l'essentiel !
Image de profil de Plume Bleu
Plume Bleu
les relations entre les personnages d’abord principal, puis secondaire et leur évolution dans l'histoire. que font t'ils, d'ou viennent t'il.
Image de profil de Pr.Walter Bulbazor
Pr.Walter Bulbazor
Pour moi c'est le scénario, et les mystères, les énigmes. Pas besoin de développer un personnage si il est un bon outil servant à l'histoire. Pas besoin de faire un lore trop profond si les mystères arrivent à tenir en haleine le lecteur.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Je dois absolument ressentir un attachement aux personnages, ressentir leurs émotions, imaginer leur vie afin de bien rentrer dans une histoire. Le décors est un peu secondaire, tant le scénario est en place. J'aime mieux les romans centrés sur les personnages que sur les longues descriptions de lieux ou tout ce qui touche les moindres petits détails. J'aime les trucs simples, pas trop rapides, mais assez rythmés pour nous laisser le goût de découvrir l'aventure. Puis... il y a les parodies où j'abandonne complètement toutes mes critères, rien que pour me laisser divertir par la folie des gens qui les écrivent. <3
Image de profil de Ambre Auteure
Ambre Auteure
Un lecteur peut chercher à lire une histoire pour de multiples raisons. Aussi, n'y a t-il pas un point de la construction du roman qui primerait sur l'autre. Alors pour certains, les personnages seront plus important que le décor, lorsque l'inverse sera vraie pour d'autres. Voyez, on ne peut pas réfléchir à quel point incorporer dans son roman pour que celui-ci plaise. Je pense plutôt qu'il s'agit de regrouper le plus de points possible et de les mettre à un même niveau, surtout, de mettre un peu de vous dans vos textes.

Néanmoins pour répondre à votre question, ce qui me plait dans une histoire, c'est la visée. Les petits messages que l'auteur dissimule pour exposer son opinion. Des petites piques à la société, aux mœurs.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
L'embarquement :)
Image de profil de A.J.
A.J.
Tout est important, à l'évidence mais ce qui est central, pour moi, c'est le climax et la catharsis, deux éléments liés et auto-alimentés. Si le récit n'amène pas peu à peu une tension qui s'accumule et grandit pour, à la fin, se terminer avec une catharsis, ce n'est pas réussi. Ce sera fade. La fin n'a pas besoin d'être heureuse, elle doit être libératrice, faire exploser la tension, la libérer d'une façon ou d'une autre et toute l'histoire doit tendre vers ce point. C'est pourquoi les auteurs qui écrivent sans savoir où ils vont ne peuvent pas, ce n'est que mon humble avis, nous transmettre un récit cohérent qui nous fasse vibrer.

Le meilleur exemple de tension accumulée est dans "La Stratégie d'Ender". Elle ne cesse d'augmenter tout au long du déroulement pour exploser à la fin. Au cours d'un long épilogue qui expliquera tout, on a deux catharsis, que je ne définirai pas pour éviter le spoiler, mais qui sont parfaites de mon point de vue. A l'inverse, j'ai détesté le douzième tome de "L'Epée de Vérité" (attention spoiler par contre) parce que la catharsis était ridicule, malgré un climax très bien amené sur des tomes et des tomes de violence, d'horreur et de tension accumulée. La violence nécessaire et justifiée pour s'en libérer est refusée au lecteur, pour être remplacée par une ruse moralisante (à la gomme), qui se montrera d'ailleurs très injuste sur le fond du problème, car personne n'aura ce qu'il mérite (de mon point de vue, toujours). La fin du récit doit justifier tout le reste.

Un autre exemple, c'est celui de Stephen King, un maître du genre, qui nous amène toujours à douter de la victoire du bien sur le mal, surtout quand on sait que dans ses livres, le bien ne triomphe pas à chaque fois, loin s'en faut. La tension est donc réelle, et parfois la catharsis est très noire. C'est le sel d'un récit : ne pas savoir comment les choses vont se terminer et se demander comment l'auteur va s'en sortir, quand il nous emmène dans des méandres dont il est, a priori, impossible de se défaire. S'il parvient à éviter le "coup de baguette magique à la noix" et que sa solution est cohérente, ça marchera, si c'est libérateur, encore une fois.

Autrement dit, il faut avoir un plan dès le début, l'histoire n'étant qu'un moyen d'amener le lecteur vers un certain état d'esprit, à penser ce qu'on veut, histoire de le surprendre, de l'horrifier ou de lui faire plaisir, selon le type de lecture.
Image de profil de Daegann
Daegann
Il y a des textes axés sur les personnages et leur évolution, d'autres sur l'exploration d'un univers, d'autres sur la résolution d'une énigme. La plupart mélangent un peu tout ça mais il reste souvent une orientation dominante.

Chacun de ces types de récit (dont aucun n'est plus mauvais qu'un autre, ils sont juste des thématiques différentes, après ça dépend juste des goûts) va, ou doit, accordé plus d'importance aux éléments correspondant à l'orientation de ce récit.

Bref, il y a pas de réponse.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Ha ha ha, la grande question.

J'ai envie de dire : tout et rien, et ça dépend mon capitaine ? (Ca aide, hein ?)

Mais je pense que tout dépend de ce que tu veux raconter dans ton histoire. Si c'est un monde que tu veux explorer, alors probablement, l'intrigue prendra une grande part de la place, et les personnages seront possiblement un peu moins traités.
Si tu veux parler des Gens à travers ton histoire, du Monde, des relations, ou d'un sentiment, tu te focaliseras, je pense, plus sur le personnage.

Si c'est l'histoire, alors tu développeras plus l'intrigue et les personnages et le monde ne sera pas si important (voir Game of Thrones, où le monde est, en réalité, secondaire car vu à travers les yeux des personnages).

Le tout est je pense de trouver l'équilibre entre ces différents paramètres, et ce que toi tu veux raconter.

Bon, je crois que j'ai pas trop aidé ^^;
Image de profil de hersen
hersen
Il n'y a pas pour moi de réponse. C'est un ensemble de facteurs, sur un texte T. je veux dire u'un texte "bien écrit" n'est pas forcément un texte qui va me plaire. j'aime très souvent les imperfections* dans un texte, surtout si cela montre les tripes de l'auteur. Par tripes, je ne veux pas dire qu'il s'étale et qui va fouiller bien profond. Non. Une émotion, une façon de dire qui transmet une rage, ou une beauté, une question, une nostalgie...
Parce que chaque auteur est différent, un procédé chez l'un va me transporter, tandis que chez l'autre, il va carrément m'ennuyer.

Je suis pour une non conformité à aimer.
Je suis pour aussi ne pas savoir pourquoi j'aime, ça veut dire que ça passe plus par l'émotion que l'intellectuel.

Et je pense que pour un auteur, c'est la pire question à se poser, de savoir ce qu'il doit écrire pour qu'un texte plaise.

Si la question est dans un but d'être remarqué par une maison d'édition, alors, Jérémy, je ne sais pas car ce n'est pas ma démarche.

*quand je dis imperfections... faut pas exagérer non plus. :))
Image de profil de Jérémy S
Jérémy S
"Si la question est dans un but d'être remarqué par une maison d'édition, alors, Jérémy, je ne sais pas car ce n'est pas ma démarche." Ce n'est absolument pas la question, je pose cette question car justement il y a beaucoup de points de vue différents, et que je trouve ça intéressant. Je préfère dire en passant que je suis là pour apprendre, mais pas pour supporter ce genre de sous entendu, merci :)
Image de profil de hersen
hersen
Mais, Jérémy, ce n'était pas un sous-entendu, mais simplement pour préciser dans quel sens je répondais à la question.

Tu ne remarques dans ma réponse que le seul trait qui ne concerne pas ma réponse :((
Image de profil de Jérémy S
Jérémy S
Pas de soucis, je préférais juste qu'il n'y ait pas de malentendu :)
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
Bonne question.
Cela mérite réflexion.
Image de profil de Aakash Ganga
Aakash Ganga
Qu'elle soit raccord avec ce qui nous est vendu dans le résumé, déjà ^^
Qu'elle respecte sa propre cohérence.
Une vraie conclusion à la fin (je déteste finir une histoire avec un sensation d'inachevé)
Et surtout, qu'elle me fasse oublier la vraie vie tant que je la lis.

ouais c'est très vague... je suis bon public ^^
Image de profil de Luc Gaillard
Luc Gaillard
Je dirais :
- Un plan bien structuré, avec une alternance de nœuds dramatiques et de moment de repos ou l'on apprend des choses sur les perso, etc.
- La véracité et la profondeur des personnages qui évoluent tout du long. Un roman où les personnages sont les mêmes au début et à la fin est raté. L'évolution peut-être positive, négative, à gauche à droite, ce que l'on veut mais faut que les personnages soient impactés.
- Le qualité du voyage. L'auteur dès la fin de sa scène d'exposition passe un contrat avec le lecteur. "Tu verras l'histoire que j'ai à te raconter est épatante". Faut honorer le contrat, que l'histoire ne s’essouffle pas et qu'elle referme toutes les portes ouvertes.

C'est règles s'appliquent tout particulièrement au roman d'aventure.
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
Pour moi, ce qui importe, c'est un peu tout, mais surtout les personnages. S'ils n'ont pas l'air assez "réalistes", assez "vivants", je les raye de mon histoire. Parce que, après tout, c'est par les personnages (selon moi, en tout cas!) que j'essaye de faire passer l'émotion, c'est leur tristesse que j'essaye de retranscrire. Sans personnage, un roman n'est rien (sauf à quelques exceptions près, bien entendu)...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tout ! Qu'elle ait une âme ! Qu'elle dégage quelque chose. Tu peux raconter une énième histoire d'amour impossible, des vampires, des pirates, d'enquête policière, des chatons dans l'espace ou tout à la fois, tant qu'elle a quelque chose d'unique, une personnalité, elle reste gravée. Pour cela il y a un peu de tout je dirais, et puis chacun ses goûts.
Pour moi, le plus important est qu'elle m'emporte ! Me donne envie de m'y attacher. Ce peut être le style, le thème, l'ambiance, les personnages, tout ! :)
Image de profil de Youg
Youg
Des chatons dans l'espace ? Qui aurait une idée aussi saugrenue ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
je me le demande parfois ! il te manque les vampires, pirates, enquête policière et une histoire d'amour impossible entre une girafe albinos et une poulpe-sauterelle et voilà tu as ton second bouquin !
Image de profil de Youg
Youg
Gigi, ma muse !!
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Manquerait plus que la Lune soit colonisée par des chats bizarres...

Youg, ta...ta muse ? :'(
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
il voulait écrire "gigi m'amuse" (il a écrit trop vite) . sa seule et unique muse c'est toi bien sûr
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
MOUHAHAHAHAHA
Image de profil de Youg
Youg
Ah mais... oui, oui, je.. je voulais... je voulais dire ça...
(Merci Vicomte...)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
OH !!!!! :''(
Moi qui me sentais portée aux nuages maintenant que Youg est une star (rock star)
Image de profil de Youg
Youg
Mais je vous aime toutes les deux, vous savez. Il y en a juste une que je préfère à l'autre, c'est tout..
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
HUM HUM HUM
laquelle ??? *** sort un flingue et le vise sur une certaine CB (non, pas ma carte bleue)
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
pfff, quelle violence et quelle manque de solidarité féminine... et la sororité t'en fais quoi ?... tu devrais braquer Youg plutôt
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
euh oui c'est vrai ! XD les deux, tiens !
Image de profil de Youg
Youg
Pourquoi me braquer moi ? C'est normal d'avoir ses petites préférées, non ? Et puis je viens de lui faire une déclaration d'amour, pourquoi elle m'en voudrait ? :p
(Pas merci, Vicomte...)
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
et maintenant tu les traites de "petites", tu arranges pas ton cas...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
XD chuis perdue !
Image de profil de Youg
Youg
C'est parce qu'il y en a une plus petite que l'autre !
Image de profil de Youg
Youg
En fait, pour préciser, je préfère celle qui répond aux messages privés sur Scribay.
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
C'est drôle, cette nuit il y avait une compagnie de petits canards verts sautillant sur la surface de la lune. Non, mais, tu y crois toi ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
tiens des canards sur la lune ! voilà mon prochain Ducky !
T'as raison Youg, j'adoooore les gens qui répondent aux MP :P (à la minute en plus)
Image de profil de Youg
Youg
Mieux vaut des canards sur la Lune que des connards sur Terre !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
je crois que les seconds ont déjà envahi la planète :)
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
euh rappelle moi, Youg : c'est la petite ou la encore plus petite qui répond aux MP ?

en parlant de MP j'ai bien aimé ton dernier :
<< j'ai faim : je prendrais bien du bouillon en entrée, du canard gi-vré comme plat principal, un peu de fro-mage, et une charlotte en dessert >>
j'ai trouvé ça plutôt rigolo, mais bon fais attention de pas faire ce genre de blague en public, tu sais comment sont les filles...
Image de profil de Youg
Youg
Mais... mais ! Voyons ! Un admin, ici, vite ! Fabulation !
Image de profil de Isabelle K.
Isabelle K.
Boileau défendait un scénario en unité de temps et de lieu comme une conformité de style afin de ne pas perdre la compréhension du lecteur.
Flaubert criait haut et fort que seul le mot comptait, le mot juste, la phrase parfaite, le style, la forme étant primordiale car sans lui l'idée ne se porte pas, allant jusqu'à tordre les règles de ponctuations pour n'en garder que le souffle de l'auteur.
Fitzgerald disait qu'un livre peut se passer d'histoire comme de décor, mais jamais de personnages : les personnage sont la transmission vers le lecteur, son identification, reflet de la mascarade sociale qui nous entoure.
Tolkien portait l'univers en métaphore du monde.
Barthes exigeait le réalisme ou la vraisemblance et la mort de l'auteur.
Butor effaça le scénario, le décor, les personnages pour ne garder de l'histoire que sa transmission : le narrateur, l'interrogeant dans son acte même de raconter une histoire et pensait qu'une histoire devait transformer son lecteur.

Donc ni les personnages, ni le scénario, ni le style n'est primordial tant il existe des tas de façons de raconter la même histoire.
L'important dans une histoire est qu'il existe milles bonnes raisons de ne pas la raconter et une seule de le faire.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
"Pourquoi comme ça, pourquoi maintenant et à qui ?"

Et ce sera la question catégorique plutôt que la réponse ^^

Voilà !
Image de profil de Youg
Youg
J'ai l'impression de toujours répondre la même chose à ce type de question XD

En fait... ça dépend !

Tout dépend du style de livre, de l'univers, du contexte, tout simplement.
Il est impossible de répondre catégoriquement à cette question...
Image de profil de Jérémy S
Jérémy S
Oui ça dépend de l'histoire
Image de profil de Youg
Youg
Mais je vais quand même répondre à ta question en la détournant un peu. Les livres que je préfère sont ceux qui proposent un ambiance et un univers très immersif, qui me donne l'impression de changer de monde. Quitte à ce que les personnages soient un peu creux et le scénario faible.
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Je suis tout à fait d'accord avec Youg
Image de profil de Blacksephi
Blacksephi
Je dirais un subtile mélange de tout : les personnage bien construite mais "inutile" sil n'ont pas le scénario qui va avec, à l'opposé un scénario, pas forcement tres complexe mais si les personnages ne sont pas capable de le suivre correctement, ça le rends mou, sans vie. mais si je devais choisir je dirait surtout le scénario, j'aime le drama ^^

puis le fan de manga en moi ^^ rajouterai les scènes épiques car j'aime le spectaculaire^^, les gros explosion à la michael bay ^^.
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
En voilà une question qu'elle est bonne ! ;-)
À mon avis, tout dépend du genre d'histoire que c'est. Une oeuvre d'aventure, de fantaisie ou d'action, voir une SF même, ce sera forcément le scénario qui va primer, même s'il faut un minimum de profondeur des personnages.
En revanche, des histoires plus "banales" comme une love story, une œuvre d'angoisses qui demande un apport psychologique ou autres œuvres qui se rattachent spécifiquement à une ou plusieurs personnes, la profondeur ou les manies vont être à parités ou supérieur au scenario.
Mais évidemment, il y a toujours des exceptions qui vont venir confirmer la règle.
0