Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Olymp_e

Et ça, c'est quoi, déjà ?

par Olymp_e  il y a 1 an

Bonjour à tous,

Après de longs mois à travailler sur le premier tome de mon roman, l'avoir relu et fait relire un certain nombre de fois, j'en arrive à considérer que le moment est venu de me lancer dans un premier jet du tome deux. (C'est discutable, mais ce n'est pas le sujet.)

C'est une œuvre fantasy dans un univers un peu complexe et je dirais que les problèmes liés à l'intrigue principale ont tendance à s'entasser plutôt qu'à se résorber.

Du coup, je me sens forcée de rappeler beaucoup de choses. Beaucoup. Trop peut-être.

De mémoire, je n'ai jamais commencé une série de livres par le milieu, mais je sais que certains le font, quitte à reprendre le début plus tard. Aujourd'hui, je vous demande :

◘ Selon vous, jusqu'à quel point faut-il que le deuxième épisode d'une série soit accessible à un lecteur qui n'a pas lu le premier ?

◘ Qu'est-ce qu'une personne qui aurait commencé par le début ne voudrait vraiment pas relire ?

Je ne trouve pas de réponses en me posant la question la question à moi-même alors j'espérais recueillir vos avis.

Image de profil de Nicolas Cesco
Nicolas Cesco
Les rappels des tomes précédents, c’est utile, mais délicat. J’ai lu 11 tomes de l’Epée de Vérité, un univers dense également, et les rappels me fatiguaient. J’ai fini par les sauter, c’était ça ou abandonner. Je suis d’accord avec GoM, un petit résumé, c’est mieux, sauf peut-être pour les rappels courts qui peuvent être intégrés au texte.

Perso, j’ai commencé par le tome 2 (tome 1 pour le lecteur). Je désirais débuter directement dans l’intrigue principale et faire un retour en arrière dans un nouveau tome en fin de série. Problème, cette série ne devait faire que 3 tomes, mais cette foutue imagination est en train de me la faire dériver vers 8 à 12 tomes de 300 à 400 pages. Résultat, je me voyais mal revenir au tome 0 (comme ça que je l’ai appelé un moment) et je suis en train de l’intégrer dans le tome 1 et les suivants.

C’est d’autant plus facile que mon personnage principal est alité temporairement et qu’il (elle en fait) a besoin de se faire raconter des histoires pour s’occuper. Résultat, c’est elle qui écrit cette partie à ma place (pour la signature, il faudra que je sois vigilant, et présent ;-).
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je crois qu'une simple allusion à un fait passé suffit, il n'y a pas besoin de s'étendre plus sur le sujet.

Ça peut être callé sous la forme d'une simple pique entres deux perso, d'une pensée ou autre( en une à trois phrases grand max). Il faut seulement que le lecteur comprenne à quoi il est fait référence c'est tout. Il n'y a pas besoin de lui tenir la main.
Image de profil de D. Ondenuit
D. Ondenuit
Comme je te comprend, pour l'Epée de Vérité, Nicolas. Ils m'insupportaient aussi. J'ai abandonné (bon, pas que pour ça mais ça a joué), je ne sais plus, au tome 7 ou 8 (la dernière scène dont je me souviens, c'est quand Zed déclenche une tempête de feu sur une armée) ! C'est un bon exemple, je pense, de ce qu'il ne faut pas faire. Ca m'avait particulièrement frappé dans ces livres ^^
Image de profil de Nicolas Cesco
Nicolas Cesco
J'ai été un peu plus loin mais de toute façon, il ne faut pas continuer parce qu'à un moment donné, le niveau s'est vraiment amoindri. Un peu comme si l'auteur ne cherchait plus qu'à faire du chiffre. Peut-être qu'à partir d'un certain moment ou un certain âge, les auteurs ne sont plus prêts à dépenser autant d'énergie pour chaque tome.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Où il était bloqué par un contrat d'écriture et en avait marre de sa saga. Je ne connais pas cet auteur, mais je me souviens que c'était l'impression générale que j'avais en lisant le dernier tome d'Harry Poter
Image de profil de Nicolas Cesco
Nicolas Cesco
Ce que j'aimais bien chez lui, c'est les messages qu'il tentait de faire passer. ¨Pour que nos esprits s'y accrochent et retiennent les leçons, il a appelé ça : les lois du sorcier : une par tome au début. La première est peut-être la plus importante : l'homme est un con. Zed le dit comme ça la première fois dans le tome 1, puis la reformule complètement différemment plus tard, sous d'autres formes : l'homme se fait berner perpétuellement et voici comment. S'il se laisse guider par ses impressions plutôt que par sa connaissance, il continuera à se faire avoir indéfiniment.

Sur ce plan (celui de viser un but supérieur à son histoire), il a totalement raison et je cherche à faire pareil. On ne peut pas dire la vérité aux gens, il faut le dire indirectement, qu'ils ne se sentent pas visés, sinon ils se braquent. Sur ce plan, oui, l'homme est un "gros con".

Le roman peut être un bon moyen de l'informer (à son insu ;-)
Image de profil de GoM
GoM
Un deuxième tome doit selon moi s'assumer en tant que tel. Tu n'es pas là pour reraconter toutes les péripéties du tome 1. Choses qui ce fait bien c'est un court résumé, avec à la limite une carte et un lexique pour les termes un peu essentiel et spécifique à ton univers.
À la limite tu peux représenter certains personnages qui sont peu intervenu ou qui ont «disparus» au cours du premier tome.
Image de profil de D. Ondenuit
D. Ondenuit
Yop, la danseuse.

C'est une question intéressante que tu poses là, je ne me rappelle pas avoir déjà vu un fil de discussion là-dessus (des membres plus anciens que moi pourront peut-être être plus fiable ^^)

A mon sens, cela doit se faire avec parcimonie. Je n'ai jamais commencé un livre par le second, ou troisième, ou x-ième tome, et je ne le ferais probablement jamais. Du coup, j'ai tendance à trouver les "séances" de rappel un peu ennuyeuse.
Du coup, je pense que cela doit se faire uniquement sur les points les plus importants, et sous un format vraiment vraiment très résumé. Un peu comme si tu faisait un rappel à quelqu'un qui avait lu le premier tome il y a longtemps, et qui ne se souvient plus trop des détails, juste pour le rafraîchir la mémoire.

Pour approfondir sur tes deux questions :

- Je pense qu'un lecteur qui commencerait par le deuxième épisode doit pouvoir comprendre les grandes lignes, l'intrigue générale, mais que cela ne doit pas aller plus loin. Tant pis pour lui s'il ne comprend pas toutes les nuances, et puis, s'il lit le premier tome après, je pense qu'il fera le lien tout seul comme un grand ("ah, mais c'est pour ça que un tel à réagit comme ça dans telle situation", tu vois le genre.) Ca peut même faire un effet sympa. Et s'il lit pas le premier tome et continue avec le troisième, bah tant pis pour sa tronche ! :p

- Comme je te le disais, pour moi, c'est tout les rappels sur des intrigues secondaires ou événements non capital. Et donc uniquement sur la problématique principale, et encore, cela doit se faire avec légèreté. Pas de gros pavé "regardez, c'est tout ce qui s'est produit dans le volume 1", simplement de petites allusions, ça et là, parsemé dans le récit. ^^

Voilà pour mon avis, je ne sais pas s'il est assez concret, mais j'avoue que je ne m'étais jamais posé la question avant. Donc, il vaut ce qu'il vaut xD.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je suis d'accord avec toi.

Je crois que la problématique de commencer par un second tome est similaire au fait davoir un tres grand livre( ou il faut parfois rappeler certains faits), mais aussi au fait quen parution/lecture il peut sécouler plusieurs mois entre un tome et un autre. Sans compter les lecteurs qui commenceront par un tome pris au hasard dans la série.
Je pense que sans avoir à tenir la main du lecteur tu peux décrire normalement. en prenant des notes pour ne pas oublier les descriptions faite et les sujets abordés( en relisant ce que javais écris il y a un an, je me suis rendut compte que j'introduisait un sujet deux fois comme s'il était nouveau)
Image de profil de Olymp_e
Olymp_e
Salut D. Ondenuit ! (désolée, aucun qualificatif secondaire ne me vient)

Je n'ai rien trouvé de tel non plus, alors crée la conversation ma paraissait naturel, (même si le titre n'est pas super explicite)

Merci pour ta réponse très détaillée. Elle m'éclaire un peu.
Je vais tâcher de trouver cet équilibre et de varier le plus possible. Ce qui sera compliqué aussi, c'est du susciter une impression de familiarité sans tomber dans la répétition ou le déjà-vu... comme si c'était pas assez dur la première fois ;)

Merci pour ta réponse !
Image de profil de Olymp_e
Olymp_e
Méliné D., c'est un très bon conseil. Aussi simple soit l'idée de prendre note de ce qui a été dit, elle ne m'était pas venue. J'appliquerai ce conseil du mieux que je peux !
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
L'idée m'est venu car j'écris une histoire très longue sur laquelle je travaille depuis preque deux ans et que je réecris souvent.
En me relisant je me suis rendu compte de certains points qui etaient developpés deux fois, d'autres qui étaient oublié avec le temps.

Donc je me suis décidée à tenir une liste des passages qui me semblent pas assez développés, de paroles tenues qui doivent trouver echo plus tard dans le texte, de rappel de certaines actions de personnages, de réponse à donner plus tard pour rendre l'histoire plus vivante.
Ca peut etre assez brouillon mais sur une grande épopée je pense que c'est utile
Image de profil de D. Ondenuit
D. Ondenuit
Hihi, c'est vrai que le D. n'est pas très inspirant, en surnom. Gigi m'a proposé Dédé, la dernière fois, mais quand on m'appelle comme ça, j'ai l'impression de prendre 40 ans, d'un coup (pardon, j'raconte ma vie)

Y' pas d'quoi, voyons, pour la réponse. :) C'est exactement, à mon sens, là où se situe le défi : simplement éveiller un souvenir, mais ne pas répéter ce qui a déjà été dit. En fait, à chaque fois que tu voudras faire un "rappel", il faudra rigoureusement te demander ce qui est nécessaire à la compréhension d'un lecteur qui aurait oublié un passage dans ton tome précédent, et te limiter au strict minimum pour le lui rappeler. Je vais prendre un exemple facile, mais si dans le premier tome un de tes personnage à été enfermé dans une pièce sans lumière, avec des bruits bizarre, et que depuis, il a développé une aversion, une peur du noir, il est inutile à mon sens de raconter le pourquoi du comment qu'il est a été enfermé, comment il s'en est sorti, les réactions qu'il a eu pendant qu'il était enfermé, seul compte sa peur, car ce sera sûrement elle qui sera important dans le récit en cours.
Bon, encore une fois, c'est un exemple un peu simpliste, mais c'est le seul qui m'est venue, et surtout, ce n'est que mon avis. Il sera intéressant de voir ce qu'en dises les autres.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Dédé ça me rappel la pub avec les cochon qui cherchait des dés quand j'étais petite! J'adorais cette pub, je criais Dédé avec lui XD( mes parents crisaient)
Image de profil de D. Ondenuit
D. Ondenuit
Hihihi, oui, je me rappelle aussi de cette pub, elle me faisait marrer. Dédé, il est où Dédé ?!
0