Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Sara Horchani

Conseils pour création d'un personnage

par Sara Horchani  il y a 4 ans
Bonjour;

Je bloque dans la construction psychologique des personnages.
Des conseils? Vous faites comment pour créer des personnages forts, attachants.

Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Je sens que je vais encore être la reloue de service, mais je me question: pourquoi créer des personnages forts et attachants ? Forts dans quel sens, en fait ? Forts ils arrivent à surmonter toutes les épreuves que le mesquin destin jette sur leur chemin, ou fort on s'en souviendra encore bien après la fin de l'histoire?

Parce qu'il peut y avoir des personnages attachants mais pas forts dans le sens premier du terme, et ou pas dans le second, ou ni forts ni attachants mais on s'en souvient quand même après la fin de l'histoire.
Personnellement, je rejoins K et C. (pas fait exprès, désolée), une bonne manière de créer des personnages cohérents est de se baser sur des personnes réelles, et de leur donner des peurs et des motivations qui définissent leurs lignes d'actions.
Bon, après, je ne suis certainement pas la meilleure à créer des personnages, les miens sont en général des coquilles vides possédées par une histoire qui se fiche bien de qui ils sont en réalité du moment qu'ils remplissent la fonction, mais je pense qu'un point important est également de ne pas oublier de fonctionner en point et contre point : un personnage ne peut pas être tout blanc ou tout noir. Parce que dans la réalité, personne n'est 100% monstrueux ou gentil. Les pire psychopathes peuvent être bénévoles dans des associations de protection de chatons, ou avoir un amour immodéré pour une ou plusieurs personnes, et les personnes les plus justes et les plus honnêtes peuvent justement détester les chatons, ou vouer une haine irrationnelle à cette personne qu'ils croisent tous les matins parce qu'ils n'aiment pas sa façon de s'habiller (je caricature).

En résumé, je pense que c'est dans la nuance que tu puiseras de quoi faire des personnages réalistes, et qui, parce qu'ils seront réalistes, sauront attacher l'intérêt du lecteur (si tu en as envie, je te conseille d'aller lire un commentaire de J.Eyme sur Children of the Underworld, où il explicite les actions d'un archiviste en fonction de ses motivations, je pense que ça pourrait t'intéresser)
Image de profil de Samuel Morgzac
Samuel Morgzac
Salut !
Je vais être de mauvais conseil car j'ai plutôt le don de créer des personnages détestables :D

Enfin, tout de même j'ai envie de te dire deux choses :
- pour ma part, quand je cherche le sommeil, j'en profite souvent pour imaginer mes personnages dans des situations diverses et voir comment ils réagissent. ça me permet de découvrir leur personnalité, vérifier qu'ils agissent en cohérence avec ce que j'ai déjà pu écrire sur eux, etc. En gros je les laisse vivre et se définir par eux-même
- mais, il y a peu, j'ai découvert Samantha Bailly, romancière, qui fait des vidéos youtube assez sympa. L'une de ses vidéos parlent de la création des personnages, et je t'invite à aller la voir ! Dans cette vidéo, elle explique comment elle procède (elle fonctionne par fiches, elle) et il y a vraiment des choses qui m'ont fait réfléchir. Notamment elle explique qu'elle note sur la fiche du personnage 1 ou 2 de ses motivations, ce qui va en gros définir son caractère et ses réactions et qui ne devrait pas changer. Puis elle définit comment le personnage est au début, et comment il sera à la fin - sa ligne d'évolution en gros. Bref, va voir la vidéo, vraiment, il y a des choses qui pourraient te parler !
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Imaginer ses personnages "en situation", c'est très efficace comme exercice ! Tu peux même pousser à rédiger ces scènes pour garder une trace (on n'a pas tous une mémoire d'éléphant :') ). Personnellement, c'est comme ça que je fais connaissance avec mes personnages, je les "laisse vivre", un peu comme un "mode liberté" de Sims :D je regarde ce que ça donne, j'approche leur caractère - ils sont toujours un peu caricaturaux au début - puis petit à petit, les choses se précisent ; en provoquant une situation, dans un exercice de type "vos personnages sont en vacances", etc., tu explores les facettes de leur personnalité, tu les apprivoises. À l'écriture, ensuite, ça coule beaucoup plus facilement. C'est une étape quasi systématique, dans mon cas. ;)
Image de profil de The Creator
The Creator
Bonjour,
Je dirais que la meilleure façon de créer un personnage et de se raconter soi-même. Si quelqu'un t'a inspirée un jour, il est bon de reprendre ses caractéristiques si cela sert ton histoire.
Ensuite il est bon de ne pas partir avec des plans et laisser vivre tes personnages car ils pourraient devenir caricaturaux à force de les définir. Ils doivent trouver leur place dans ton récit sans que tu aies besoin de les orienter.
On ne peut pas rendre ses personnages attachants, c'est le lecteur qui le jugera. C'est comme dans la vie, une personne peut-être attachante à un moment donné, et l'inverse dans une situation différente. Il ne faut pas créer un contexte superficiel pour amener les gens à s'attendrir pour un de tes personnages car cela sonne faux. Tu dois accepter le fait que tu n'as pas le contrôle absolu sur tes personnages et que chacun à sa propre perception du personnage que tu auras voulu présenter comme " fort " ou " attachant ". Donc le mieux est de ne même pas se poser cette question puisque c'est au final ton lectorat qui jugera. Tu dois par contre bâtir une histoire qui mettra tes personnages à l'épreuve afin de réunir des éléments de décision. Mais ne provoque pas intentionnellement telle ou telle situation pour créer un ressenti, pense avant tout à servir ta propre histoire. Ecris pour toi, après pour les autres mais ne prends pas le lecteur pour un con.
Image de profil de Manon
Manon
Comme beaucoup d'autres personnes, je conseillerais de partir de vrais personnes : mon héros est un peu comme Clément, il aime se la jouer et qu'on l'écoute mais il déteste être mis en défaut, ...

Ensuite, je cherche quel est le grand but du personnage (conscient ou inconscient) : être écouté, être aimé, être en sécurité, et/ou sa grande peur.

Je me demande aussi (et même pour les personnage complètement secondaires) comment il s'est retrouvé là et pourquoi il y reste.

Ca donne déjà des personnages d'une certaine profondeur et une cohérence à l'environnement.

Après, pour les personnages principaux qui évoluent, je confirme que c'est très difficile.
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
Je dois être un cas spécial. . . Moi mes personnages naissent de l'histoire que je raconte. Après, je les corrige si nécessaire.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
ben non voyons ! bien sûr qu'ils naissent de l'histoire et surtout du message qu'on doit porter... mais pour les diriger, pour les guider, rien de tel que le dosage peur/désir :-)
Impossible de se planter dans la cohérence avec ça !
Image de profil de LemHavesson
LemHavesson
Bonjour,
Je n'ai pas de technique à proprement parler.
Personnellement j'observe beaucoup les comportements autour de moi.

Pas toujours évident de bien cerner un caractère, une motivation, mais c'est instructif et ça montre combien un individu est une somme de pensées/émotions/conditionnements complexes.

Après, pour leurs personnages, certains auteurs sont capables de créer des personnalités touffues, rien de blanc ou noir, mais un mélange subtil d'aspects qui seront ressentis de manière positive ou pas par les lecteurs.

Un personnage fort peut vite apparaître étouffant et trop dominateur et à l'inverse introduire un côté protecteur et attentionné pourra contrebalancer l'aspect négatif.
De la même manière, un personnage émouvant, fragile peut vite agacer parce ce que trop larmoyant, craintif ou même manipulateur et là, il est important d'introduire une facette qui pourra contrebalancer ce côté "négatif".
Un ami auteur avait un perso dans le genre fragile et qui abusait de cet aspect pour manipuler les autres, et du coup il focalisait l'antipathie et l'agacement des Béta-lecteurs.
Nous avons discuté de ce qui pourrait contrebalancer cette antipathie naissante. L'auteur a alors introduit un évènement qui montrait le personnage prêt à prendre des risques, à se dévouer pour un ami et qui du coup oubliait ses manigances habituelles. Dans un second temps, le personnage a commencé à montrer une personnalité plus apaisée, plus attentive aux autres et surtout un humour dévastateur, tout cela en conservant un petit côté enfant gâté. L'effet a été immédiat. Les lecteurs ont commencé à s'attacher à lui.
Cet exemple pour montrer que tout n'est pas figé.
Dans la création d'une personnalité il y a toujours une ambivalence, à voir comment l'utiliser et faire évoluer le personnage en gardant bien sûr une ligne cohérente.
Image de profil de C. Kean
C. Kean
J'ai envie de dire : ne pas les créer. Ou plutôt, ne pas croire que tu les façonnes de toute pièce ex nihilo. Je n'ai créé aucun de mes personnages assise à une table volontairement confronté à cette tâche, je les ai rencontré et je les ai écouté. Ton plus grand outil et matériel dans la création artistique c'est ce que tu ne connais pas chez toi, ce que tu ne contrôles pas, ton inconscient si j'ose sortir les gros mots. Quand un personnage t'apparaît pour une histoire, fait comme le petit Prince avec le renard : apprivoise-le. Si tu peux avoir une relation avec lui, le lecteur le pourra aussi.

L'opposition peur/désir est un élément intéressant que te cite Auteur inconnu, sur lequel tu peux te pencher quand tu rencontres ou veut rencontrer un personnage. J'ajouterai qu'on n'est et ne naît pas sans histoires : la notre, celle qu'on raconte, celle qu'on nous raconte sur nous, celle de nos parents, de notre famille, de notre pays. Le concept d'identité se nourrie de toute ces histoires qui soutiennent et emprisonnent l'individu. C'est donc assez important de se poser quelque question autour de cela.
Je ne sais pas si un personnage doit être réaliste, j'ai du mal avec ce mot, je crois que cohérent suffit : cohérent avec lui-même et avec l'environnement dans lequel il évolue. J'attirerai aussi ton attention sur le fait que cohérence et causalité sont deux choses bien différentes, et que les mettre ensemble dans l'élaboration du fonctionnement psychique d'un personnage, c'est souvent se tirer une grosse balle dans le pied : il lui est arrivé ça donc c'est pour ça qu'il est comme ça. Ça serait totalement nier la complexité et la singularité de sa vie psychologie.
Pour finir, je dirais qu'il ne faut jamais oublier que la vie psychique est dynamique, c'est à dire conflictuelle, que ça soit en elle-même ou sur le plan relationnel. Il ne faut donc pas chercher donner des axes figés et unilatéraux. On ne change pas facilement, certes, mais ça ne veut pas dire qu'on est fixe.

Sinon, tu trouveras sans doute pas mal de fiche personnage sur internet qui vont t'aider à orienter ton regard sur différents éléments à investiguer.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Oh elle est pour moi cette question !
(fait craquer ses doigts, c'est parti)
Pour faire des personnages forts et/ou attachants ils faut qu'ils soient cohérents et réalistes. Donne leur de la matière et on se reconnaîtra forcément dans l'un ou on reconnaîtra des gens qu'on aime ou qu'on déteste dans tous (c'est encore mieux)
Donc travaille plus sur la cohérence de leur cheminement, de leurs actions ou de leur discours et surtout de leurs émotions.
Pour cela, personnellement j'applique deux grands principes et une règle.
Les deux principes sont peur et désir. Tout est généré par l'équilibre de ces deux variables. On agit par peur ou par désir, on réagit par peur ou par désir.
Souvent même c'est un mélange des deux, qu'il suffit de doser. Et tu peux creuser tant que tu veux, tu en reviendra toujours à une peur et/ou un désir pour motiver ton action. Si ça colle avec sa personnalité tu es cohérent.

La grande règle que je me garde en tête à chaque fois : personne ne change. Pour changer, il faut une énorme taloche, du genre costaud. Sans ça, pas de revirement de personnalité. Et même la taloche, elle change le comportement, elle implique la prise de conscience, elle ne rendra jamais un débile intelligent. La taloche entraîne le changement de comportement, de ligne de conduite par peur de la recevoir à nouveau en pire et désir de l'éviter. CQFD :-)

Si tu as des questions pour des précisions n'hésite pas !
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Bonjour, Sara :)

Je dirai pour commencer que tous les personnages n'ont pas "besoin" d'être attachants ; après tout, dans la vraie vie, on ne devient pas amis avec tout le monde, et c'est bien normal. Les lecteurs aussi auront leurs affinités avec les personnages, et pas avec d'autres, et c'est très bien. Si tu pars avec l'idée que tout le monde doit aimer ce personnage, tu seras déçue !

Je dirai ensuite qu'un personnage doit être humain, tout simplement. Humain dans le sens émotionnel du terme, bien sûr : même un protagoniste de race extraterrestre ou fantasy peut être "humain" aux yeux des lecteurs. Pour cela, il suffit qu'il soit crédible dans ses émotions et ses réactions. Il faut que "ça fasse vrai". Dès lors, le lecteur saura se projeter dans ces réactions et s'attacher à ce personnage qui réagit "comme lui".

Pour la construction psychologique, tu vas avoir beaucoup de sons de cloche différents ; chaque auteur approche ses personnages à sa manière. Personnellement, j'aime "incarner" mes personnages, ça leur donne un côté naturel et spontané ; il m'est nécessaire de connaître un maximum leur vie, les événements qui les ont marqués. Une fiche "biographie" pourrait t'être utile.

J'ai également une fiche "psychologie" ; peut-être que les questions pourraient t'aider à y voir plus clair, te donner des pistes de réflexion. (Je dois d'abord demander l'autorisation à son auteur pour la partager. ;) )

Je te conseillerai finalement de ne pas chercher à créer des personnages "forts et attachants" ; crée simplement des personnages. Et laisse le soin aux lecteurs de décider ceux qu'ils préfèrent. Tu verras que chacun trouvera son "fan-club". ;)
0