Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de jean-alain Baudry

On a tous en nous quelque chose de Neandertal !!!

par jean-alain Baudry  il y a 1 an
NEANDERTAL MON FRÈRE ….
Neandertal n’a jamais disparu… (Silvana Condemi, François Savatier et Benoit Clarys)

Je viens de terminer la démonstration scientifique, mais vulgarisée par un journaliste spécialisé, de la persistance de Neandertal en nous (sauf en Afrique « noire » où les humains sont des Sapiens pure souche).
Les humains de l’Eurasie et d’Amérique pourraient donc chanter en se tenant par la main : « on a tous quelque chose en nous de Neandertal » …
C’est la conclusion de l’ouvrage clair car bien écrit, dont chaque partie étudie complètement le sujet. Il ressort de ce texte que Neandertal a les mêmes possibilités intellectuelles que Sapiens, qu’il a développé les mêmes outils aux époques anciennes (avant l’explosion démographique des métisses Sapiens/Neandertal), que sa culture était très proche compte tenu de la grande différence des climats (gels au Nord, tempéré plus au Sud).
Alors, où est passé Neandertal ? Comme le sel dans la mer, il s’est dissout dans Sapiens en se métissant avec ceux venus d’Afrique « noire ». Vue d’ici on ne voit de la mer que l’eau ! Il faut décanter (scruter le génome) pour trouver le sel. Actuellement 20% de Neandertal sont disséminés dans l’ensemble des gènes de l’ensemble des humains d’Eurasie. Pour ce qui est de l’Amérique, qu’en est-il des Afro/Américains ? Les auteurs n’en disent rien…
Et des métisses d’Amérique du Sud ? C’est une des questions dont j’aimerai avoir la réponse…
Par contre j’ai déduit de cet ouvrage une réflexion concernant la « disparition » de Neandertal. Les auteurs nous fournissent deux renseignements que je juge très important.
Premièrement le faible peuplement de Neandertal pendant près de 400 000 ans ! Un maximum de 70 000 individus en Europe ! Mais toujours présent, toujours debout, taillant leurs outils de manière similaire avec de très faibles innovations techniques évoluant comme chez Sapiens aux mêmes époques. Et puis au Moyen-Orient, mixage, métissage, et avancées techniques se diffusant partout, même là où Sapiens (je réduis « Sapiens/Néandertaliens » à « Sapiens » pour plus de clarté) n’avait pas encore mis le pied. Bref, stagnation démographique chez Neandertal alors que Sapiens est en expansion continue.
Deuxièmement, une découverte, le chromosome « Y » Néandertalien ne passe pas dans le métissage alors que l’« Y » Sapiens s’y développe. Si donc ce métissage était aussi systématique qu’il l’est de nos jours entre Sapiens de différentes régions du globe il n’est pas étonnant que le « mâle » Néandertalien ai été éliminé « génétiquement ». Faisons abstraction des conflits (la violence éternelle n’empêche pas Sapiens de prospérer en tant qu’espèce). Il faut raisonner en milliers d’années.
Ma réflexion à la suite de ces deux informations. Mais d’abord une remarque que les auteurs n’ont pas mentionnée. Si « Y » ne passe pas, est-ce que « X » passe quand l’« homme » Néandertalien s’accouple avec une femme Sapiens ? Dans tous les cas cela ne change pas la suite de l’histoire vu le degré d’expansion démographique de Sapiens. Revenons au sujet. Un, Neandertal n’est pas très « prolifique » durant ses 400 000 ans de règne en Europe, deux ses individus « hommes » sont éjectés génétiquement du métissage puisque seul les unions Homme Sapiens/Femme Neandertal autorisent une progéniture… Seul « Y » Sapiens tient le haut du pavé ! Les deux « X », eux, passent très bien la barrière immunologique et se retrouve naturellement chez tous les métisses (donc chez nous les « jaunes et blancs » d’Eurasie).
La conclusion de ma réflexion, est-ce que le « problème » démographique de Neandertal n’était pas son chromosome « Y » ? C’est là que j’inclue les cultures décrites par les auteurs. La Femme Neandertal participait à presque toutes les tâches du clan, chasses comprises, alors que chez Sapiens elles restent hors des dangers et se consacrent à la cueillette, la petite pêche, et les soins aux enfants plus longtemps. De plus Sapiens a eu l’excellente idée de se « pacser » avec le loup (transformé en chien) pour multiplier ses capacités de chasses (dixit les auteurs). Un « Y » un peu faiblard, des Femmes Neandertal risquant des fausses-couches pendant les périodes de chasses, pas étonnant que la population stagne ! De plus, une population réduite oblige la conservation des pratiques, l’innovation est trop risquée quand on sait qu’avec la tradition on est sûr d’obtenir un résultat satisfaisant (démontré dans l’ouvrage). C’est pour cela que Neandertal n’a « évolué » dans ses méthodes qu’aux contacts avec Sapiens (les métisses) qui n’avaient pas de problèmes d’ « Y ». Entre parenthèses je me souviens d’une conversation avec le médecin qui accouchait (en 63) mon épouse : « il naît plus de garçons que de filles ». Malgré que les accouchements soient toujours difficiles (« pas au point » lui disais-je, à quoi il me répondit que la mortalité des femmes en couche était effrayante avant la pénicilline). Cette abondance des hommes, cette fragilité des femmes orientaient la culture « Sapiens » vers notre civilisation : innovations et expansion.
Jusqu’où ?
Jab, janvier 2017.
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
L'idée d'une hybridation entre Sapiens et Néandertal n'est pas neuve, mais les preuves génétiques récentes semblent avoir un poids particulièrement lourd. Pourtant, cela fait longtemps que les paléontologues, sur le terrain, avaient sous les yeux des spécimens hybrides qu'ils décrivaient plus logiquement comme tels plutôt que comme une nouvelle espèce.

Merci pour cet avis sur le livre.

Il y a cette vidéo de vulgarisation plutôt bien faite (à quelques raccourcis près) :
https://www.youtube.com/watch?v=NWGgMvJVXuc

;)
Image de profil de jean-alain Baudry
jean-alain Baudry
merci pour la vidéo plus idem pour avoir pris le temps de me lire
jab.
0