Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Dehorian Green

Dehorian Green
Les Crépusculaires.

L'histoire d'un homme amoureux assistant à la lente agonie de celle qu'il aime et qui choisit de lui offrir la dernière chose à sa portée : L'immortalité en poésie.

L'histoire d'un poète allant au bout de lui-même et de son art pour tendre à celle qu'il aime le miroir de sa beauté alors qu'elle semble ne plus la voir elle-même.

L'histoire des derniers crépuscules à deux.
27
9
7
14
Dehorian Green
Ici chaque texte aura sa musique propre, fournie en début de lecture.
2
1
0
2
Défi
Dehorian Green
En réponse au défi "On ne juge pas les héros..."

Un peu de musique :

http://www.deezer.com/track/10567572

Oh et peut-être prévoir un peu d'aspirine :o
2
9
0
3
Défi
Dehorian Green
En musique:

https://www.youtube.com/watch?v=OgqOIchruR4
9
7
0
1
Défi
Dehorian Green
En réponse au défi "Dites nous tout".

C'est plus long que ce j'avais prévu, mais j'ai aimé l'écrire, plus que je l'aurais pensé. Enjoy o/
5
5
0
7
Dehorian Green
En musique :

http://www.deezer.com/track/21504711
3
3
0
1
Défi
Dehorian Green
En réponse au défi "De la planète inconnu", une petite nouvelle de sf.
6
4
0
12
Défi
Dehorian Green
En réponse au défi "Moi..."

Musique :

http://www.deezer.com/track/7436412
3
4
13
9
Dehorian Green

J'écris pour ces gamins angoissés dans le noir
Environnés de peur, bercés de désespoir,
Les gosses que la vie a déjà trop tôt cogné
Petits cœurs en sanglots aux  âmes condamnées.
 
Oh oui je vais parler au nom de ces enfants
Ne pouvant avouer la terrible douleur
Leur venant de ses vies subies amèrement
Au rythme d'un tic-tac qui égrène les heures.
 
Savez-vous ce que c'est d'avoir au fond du cœur
Cette envie affolante de la vie en finir ?
Savez-vous ce que c'est que le poids des douleurs
Obstruant à vos yeux  jusqu'à votre avenir?
 
Car j'ai été l'un d'eux, l'un des enfants brisés
Dont je vous crie les mots, dont je me fais héraut,
Je sais le feu des coups, je sais la peur d'oser
Simplement de l'école s'en aller et rentrer !
 
Et j'ai été l'un d'eux, j'ai été aussi bas
Oui j'ai voulu mourir pour ne plus être un chien !
Oui je voulais hurler alors que je semblais
Parfaitement normal et ne manquer de rien !
 
Et j'ai été l'un d'eux, l'un de tous ces damnés,
Ces gamins outragés ne savant s’exprimer,
Contenant cette haine implacable de ceux
Qui étaient mes bourreaux et me laissaient si peu.
 
Et j'ai été l'un d'eux, l'un de tous ces enfants
Qui ne comprennent pas, ça me semble évident,
Et se pensent coupables de tous ses coups reçus
Et qui ne peuvent pas répondre jamais plus !
 
Et j'ai été l'un d’eux, si jeunes adolescents
Quoique déjà adulte, en cette gravité
Que l'on lit dans leurs yeux, si froids, si dérangeants
Comme déconnectés de la réalité !
 
Et je sais leur souffrance, voulez-vous donc l'entendre ?
En aurez-vous le cran, oserez-vous apprendre
Juste pour un instant, en lisant là mes mots,
L'effet que cela fait quand on vous frappe trop ?
 
Coup, brûlure, cri, et de nouveau un coup, un cri !
Brûlure intensifiée, souffrance redoublée !
Le sang qui bat aux tempes, la rage qui monte au cœur,
Cette envie de hurler, presque un besoin de tuer !
Et puis cet apaisement qui fait naître la peur.
Et un coup de nouveau, trop tôt suivi d'un cri
Et le temps qui s'arrête... Et puis encore un coup,
Encore une brûlure, et là s'en vient la honte.
Le torrent de nos larmes, signe qu'on est à bout,
Et ses coups continuent, on en perd le décompte...
 
Dois-je ainsi continuer la chanson des enfants
Qui l'on a trop battu et que l'on a brisé?
Préférez-vous l'espoir que devant vous j'invoque?
Oui on peut s'en sortir, bien sûr, évidemment,
Mais sans ma mélodie, aujourd'hui je le sais,
Je le dis, je me fous qu'on s'en moque
Je serais devenu ce bien trop méchant fou
Qu'avait rencontré l'autre un soir de soliloque
Et qui se cache en moi, lui que je tiens de vous.
 
Car oui je vous accuse et je vous veux honteux
Non pas pour me venger, j'ai déjà pardonné,
Mais parce qu'il en reste, de ces enfants martyrs
Peut-être pas si loin, à droite après le feu
Ou bien chez ce voisin qui vous a invité !
Quoi, non, c'est impossible? Oserez-vous le dire?
Pourtant moi j'ai été un des enfants qui jouaient
Avec les vôtres alors qu'à mon père vous parliez.
Et à vos chérubins je racontais mes coups,
N'ont-ils pas essayés de le dire devant vous?
 
Savez-vous seulement ce que c'est que la nuit
Pour un gosse en sanglot ? L'orée de la folie
Beaucoup trop attirante, ainsi parée d'oubli,
Ainsi parée de force.  Que savez-vous des cris
Silencieux nous venant quand la peur s'est enfuit
Laissant notre colère nous tenir compagnie
Elle qui s’imposera tout au long de nos vies ?
 
Coup, brûlure et cri, encore un coup, une brûlure,
Aucune échappatoire, pas le moindre futur
Rien de plus qu'un regard qui vous est adressé
Rien sinon un enfant dont vous vous détournez.
Et s'il vous reste un doute, souffrez donc que je l'ôte :
Nous tolérons ceci, c'est donc à nous la faute.
 
26
15
1
3
Dehorian Green
En musique :

http://www.deezer.com/track/959908
7
10
0
1
Dehorian Green
A capela
8
8
0
1
Défi
Dehorian Green
https://www.youtube.com/watch?v=JrhVxUS1nf4
8
5
9
5

Chargement...

0