Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Chuck Mac Cracker

Retrouvez-moi sur Twitter|Facebook
Chuck Mac Cracker
1988
Peter Barlow, un étudiant de l’université de Boston sans histoire, est la proie de rêves inquiétants, où une petite fille inconnue est séquestrée dans une cave plongée dans l’obscurité.
Alors qu’il tente de découvrir l’origine de ses cauchemars, Peter est approché par une mystérieuse organisation, Visores Somnia : les Arpenteurs de Rêves, composée de personnes capables de pénétrer les songes d’autrui.
Il apprend que ses rêves sont des visions d’un passé proche : le kidnappeur a été appréhendé, mais l’enfant, à cause du choc traumatique subi, est plongée dans le coma.
Déterminé à ramener cette enfant, avec qui il entretient un lien mystérieux, à la réalité, Peter s’enfonce dans son esprit, accompagné de six Arpenteurs expérimentés. Hélas, ils découvrent que la petite fille s’est inventé un monde imaginaire qui défie l’imagination, Cambria, dans lequel elle s’est retranchée pour fuir l’horreur de sa séquestration.
Perçus comme des intrus dans cet univers hostile, Peter et les autres comprennent qu’ils devront aller au bout d’eux même pour mener à bien leur quête.
Mais déjà, le piège se referme…
Maintenant, il ne s’agit plus d’une simple mission de sauvetage, mais de leur survie à tous.

Bienvenue dans l’inconnu…
Bienvenue à Cambria !

Un roman du « Black River Universe » qui se déroule 6 ans après la trilogie des Chroniques de Black River, éditée aux Éditions Heartless.

Ce nouveau roman est un spin-off. Il peut donc se lire indépendamment.
23
31
66
26
Chuck Mac Cracker
Un trio d'imbéciles décident de suivre les traces de leurs illustres pères, des voleurs de renommée internationale. Aujourd'hui est un grand jour : le trio doit remplir l'épreuve de passage pour intégrer la prestigieuse ( hum) Confrérie des Ombres noires. Les ennuis commencent...
14
43
86
10
Chuck Mac Cracker
Pierre vient de décrocher un job de gardiennage. Il doit surveiller un vieux manoir perdu au coeur d'une sombre forêt.
Il peut accéder à toutes les pièces de la demeure sauf une : une pièce fermée par une porte rouge à la cave. Interdiction formelle de toucher à cette porte.
Simple en apparence, la tâche deviendra compliquée lorsqu'il lui faudra lutter contre son obsession pour cette porte qui s'insinue jusque dans ses rêves.
16
27
26
5
Chuck Mac Cracker

Il vient pour moi.
Je suis sur un banc, au bord de la route. Je l'attends, mon regard perdu dans le gravier à mes pieds. Je compte les cailloux pour oublier l'angoisse qui m'étreint. Cinquante-six, cinquante-sept... Ils sont innombrables et recouvrent entièrement la voie routière. Comme j'aimerais être l'un deux, me fondre dans la masse, invisible dans cette mer de rocs miniatures ! Je pourrais ainsi lui échapper, me soustraire à mon destin fatal, déjouer le cycle sans fin de son retour.
Je pousse un soupir, et par dépit, je donne un coup de pied dans la caillasse. Jamais le cauchemar ne cessera.
Chaque jour, je suis là, sur ce banc, à guetter son arrivée. L'anxiété grandit, à mesure que les minutes défilent. De temps en temps, je jette un regard inquiet vers le coin de la rue.
Car c'est de là qu'il jaillira, monstre de métal, mastodonte d'acier au corps scintillant sous les rayons du soleil.
Quand il y a du soleil. En effet, si le déroulement du cauchemar est immuable, les détails, eux, changent souvent.
Point de soleil aujourd'hui par exemple, mais une pluie fine, pénétrante, qui s'insinue sous mes vêtements. J'ai rabattu la capuche de mon K-Way pour empêcher l'eau glacée de couler sur mon visage. Elle cache mes traits aux regards des autres. Tant mieux. Peut-être qu'ainsi, il passera sans me voir, continuera sa route pour dévorer d'autres passants, plantés sur le bas-côté, comme moi.
Cet espoir irraisonné, à peine formulé, se meurt aussitôt lorsqu'apparaîssent deux personnes. Elles s'asseyent à l'autre extrêmité du banc. Il s'agit d'un garçon et d'une fille, à peu près du même âge que moi. Un frère et une soeur peut-être, ou bien des amis. Sans se soucier de ma présence, ils bavardent, rient, sans se douter de ce qui les attend.
Ne riez pas ! ai-je envie de leur crier. Il va arriver ! Et vous manger ! Partez ! Partez avant qu'il ne soit trop tard !
Pourtant, je ne dis rien. À quoi bon ? Ils me prendront pour un fou et leur rire, moqueur, se déchaînera sur moi.
Alors, j'attends, les fesses engluées sur le bois humide du banc. Je sais qu'il faudrait que je parte, mais je reste là, prisonnier des événements, incapable de prendre une décision.
Soudain, ce que je redoute se produit. Une sourde vibration secoue le gravier. Je le vois s'agiter ; il réagit à son approche. Les cailloux tremblotent, comme s'ils frémissaient de peur, eux aussi.
J'entends son grondement à présent, puis peu après, le bruit de son souffle : Pshhhh. A chaque fois qu'il s'arrête, le son retentit. De nouvelles personnes sont dévorées.
Le prochain arrêt est pour moi, je le sais. Enfin, pour nous.
Je jette un dernier regard vers le garçon et la fille. Ils rient toujours, insouciants, et ne semblent pas lui prêter attention.
Avec désespoir, je le vois enfin tourner au coin de la rue. Il est là, Titan de fer, son long corps glissant sur l'asphalte ; il arrive, toujours plus près. Il ne me reste que quelques secondes avant de finir dans ses entrailles.
Dans une dernière tentative pour lui échapper, je ferme les yeux à m'en faire mal. Je me concentre : pourvu qu'il ne me voit pas !
Hélas, le Pshhhh tant redouté se fait entendre.
Je ne veux pas le regarder. Non, je ne veux pas !
Les secondes défilent et une voix, impatiente, dit :
"Alors, tu montes ou non ? J'ai pas toute la journée, moi !"
Enfin, j'ouvre les paupières. Il est là, devant moi. Son nom s'étale en grosses lettres noires : Bus scolaire.
Avec un soupir, je monte dans le véhicule. Chaque jour, j'aimerais que le cauchemar cesse, que le monstre ne m'avale pas, ne m'emmène pas à l'école.
Mais parfois la réalité vous rattrape. Et elle est pire qu'un cauchemar.
19
39
6
3
Chuck Mac Cracker
Un autre poème de ma période Noire (appelons la comme ça ).
11
20
1
1
Chuck Mac Cracker
Le Labyrinthe est mon domaine. Le Labyrinthe est ma prison. Pourtant je ne le quitterai pour rien au monde.
10
11
12
3
Chuck Mac Cracker
Un récit déjà publié sous un autre compte, que je rapatrie ici.

C'est l'anniversaire d'Erwan, 10 ans. Dehors, la tempête fait rage. Une bonne occasion pour sortir pense-t-il, en grand amoureux des intempéries.

Mais est-ce une bonne idée ?
5
12
8
8
Défi
Chuck Mac Cracker
Le Chuck revient de la tombe pour un défi de Peter Dussoni, en souvenir du bon vieux temps.

Première fois que j'écris un texte sans verbe... on verra bien.

Merci Peter pour ce défi !

200 mots piles, yeah !
2
4
1
1
Vous êtes arrivé à la fin
0