Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Le BLÉRO de Scribopolis

Quelque part, sur l'un des blasons de Scribopolis.
Le BLÉRO de Scribopolis
Écrit pour la "Rentrée des troupeaux", le premier concours de Scribopolis :

https://www.scribay.com/text/574123708/-concours-scribopolis--la-rentree-des-troupeaux

Plume d'argent.
13
17
18
10
Le BLÉRO de Scribopolis

Ils étaient piégés. Condamnés déjà entombés dans leur cercueil. La Cavalière, cette frégate pourtant victorieuse de mille tempêtes, craquait pour la première fois de peur sur sa monture houleuse. Jamais personne n'avait vu un coup de tabac aussi effroyable ; pas même sur les eaux acariâtres du Midi Capricieux... Quelle ne fut donc pas leur épouvante quand ils réalisèrent que le véritable péril n'était pas l'océan, mais bien ce qui y grouillait.
Zure, qui se hâtait vers le magasin militaire, venait d'esquiver la chute d'une cargaison détachée. Elle ignora la perte de son bicorne et poursuivit dans les entrailles de bois sa course effrénée. Plusieurs fois ses pieds manquèrent de trébucher sur un débris égaré, mais jamais elle ne cessa sa ruée. Le monde se renversait, ici-bas. Chaque enjambée, chaque pas était un périple tant le vaisseau prenait de la gite. Dehors, les cieux se déchiraient, le vent torturait les voiles, la foudre harcelait le gréement, mais rien n'écorchait autant l'esprit que le galop des griffes sur la coque hurlante. Une meute. Non. Une horde. À tribord, à bâbord, peu importe ! Partout où l'on se terrait on entendait grimper et claquer mandibules, mâchoires ou dieu sait quelles appendices monstrueuses. Ils étaient cavaliers de l'écume. Chevaucheurs des lances de la mer qui mordaient sans clémence le pont supérieur ; le fief de la terreur même ; car ces êtres, ces cauchemars venus du fin fond de l'abysse le plus innommable, hantaient déjà le pied des mâts. Bientôt ils termineront de dévorer les écoutilles.
Alors le chant des fusils sera là pour les accueillir.
Un brouillard de poussières et de suie se déversa des poutres lorsque Zure pulvérisa la porte de la sainte-barbe. Ses narines savourèrent immédiatement l'odeur de poudre noire... mais son cœur, lui, succomba aux morsures d'une énième horreur. Glacée. Comme la sueur transperçant son échine. Une injure se faufila entre ses dents pourtant serrées à s'en rompre ; ses pauvres jambes, oubliées par son esprit, devinrent jouets des vagues, et ses yeux...
Ses yeux ne purent fuir ce flambeau nauséeux. Brasier. Étoile qui écrouait dans les geôles de l'effroi n'importe quel malheureux leur offrant un regard. Elle les voyait naître, brûler et mourir aux pieds des barils endormis ; elle voyait cette légion ardente, ces nuées, même ! de soleils miniatures seulement séparés de l'irascible poudre — de la mort — par ces vulgaires planches déjà noircies.
Zure voulut se précipiter sur le feu, l'étouffer, l'avaler si nécessaire ! mais ses pieds restèrent ancrés dans les fonds poussiéreux : quelque chose tenait la mort en flammes. Quelque chose de terriblement familier. Une poigne squelettique, engluée de carburant.

— Guizmo ! Vociféra la capitaine en fusillant de l'index les ténèbres. Ainsi tu as encore survécu !

— Ah ! Vous qui pensiez que le pauvre Guizmo avait été dévoré par les requins de la mer d'huile !

Un ricanement perfora foudre et craquements de coque. Une estocade à l'âme de Zure ; percée, brèche, effraction directe dans sa mémoire ! Car sépulcral était ce râle éclaboussé de gargouillements visqueux, engeances d'un gosier aussi poisseux que ces poumons dégueulant la mésaventure. Le remugle de l'essence fracassait les sens. Il tourmentait un esprit déjà harcelé par ces dents, si claquantes et grinçantes que leur joyau devait pourrir à l'air libre.
Zure dégaina son sabre ; le tonnerre de braises exhuma des ombres l'ennemi juré. Ou. Du moins. Le sourire dégoulinant d'or noir qui le guillotinait :

— Bonjour capitaine. Cela faisait si longtemps... Sacrée tempête, n'est-ce pas ? J'espère que vous vous en sortez avec ces... Avez-vous besoin de lumière en cette sombre cale ? Navré, j'ai n'ai vu pour l'instant aucune bougie, mais... peut-être devrais-je essayer une de ces mèches ?
10
6
60
3
Le BLÉRO de Scribopolis
Écrit pour "La Porte", le quatrième concours de Scribopolis :

https://www.scribay.com/text/2022600452/-concours-scribopolis-n-4---ete-2021--la-porte

Plume d'or.
11
0
13
13
Vous êtes arrivé à la fin
0